Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 01:13
Andromaque
Andromaque

Présent sur le Off 2015, Spectacle de la Compagnie Viva (78), vu au Théâtre de l’Oulle, Avignon, à 16h45, le 09/07/2015

Mise en scène : Anthony Magnier

Interprétation : Pauline Bolcatto (Hermione), Moana ferré (Andromaque), Nathalie Lucas (les confidentes), Anthony Magnier (Pyrrhus), Julien Saada (Oreste)

Genre : Théâtre

Public : Tout public à partir de 14 ans

Durée : 1h35

C’est à une mise en scène recentrée sur les trios amoureux que nous invite Anthony Magnier. Le contraste entre l’intensité des passions et du jeu et la froideur du décor fait apparaître la force du verbe et des enjeux tragiques voulus par Racine.

Cinq comédiens occupent un décor minimaliste et qui désigne habilement trois espaces. En arrière-plan, un cyclo qui envoie des flashes suggère la guerre de Troie. La bande centrale du plateau, baignée d’une lumière froide et parfois habitée de mannequins, dessine le cercle du pouvoir. Enfin, l’avant-scène, souvent plongée dans la pénombre, est le lieu de l’intime, du dilemme cornélien qui oppose passion et raison d’Etat. C’est donc essentiellement par un jeu de lumière et de pendrillonage que l’espace de la tragédie prend forme.

Pour rappel, « l’action d’Andromaque se situe aux lendemains de la Guerre de Troie ». Pyrrhus, vainqueur, doit épouser la grecque Hermione mais tombe amoureux de la captive Andromaque dont il a tué l’époux, Hector. Pour Andromaque, Pyrrhus est prêt à renoncer à tous ses devoirs d’homme d’Etat, à commencer par son mariage avec Hermione.

L’Andromaque d’Anthony Magnier privilégie la mise en scène de l’humain. C’est pourquoi, chaque scène est coupée de la suivante par un noir qui sert moins à changer le décor qu’à mettre en exergue ce qui vient de se jouer, à en augmenter l’intensité dramatique. Par ce procédé, il s’agit aussi de dessiner des tableaux d’une grande efficacité plastique. On retiendra par exemple la première apparition d’Hermione, assise sur le rebord d’une baignoire bouillante, devisant avec sa confidente, tandis que dans une lumière froide et trouble, un mannequin, telle une sculpture antique, habille la scène. Dans ces espaces presque fantomatiques, la direction d’acteurs est essentielle. Pyrrhus (Anthony Magnier) offre une prestation époustouflante. Eperdu d’amour, il est tantôt d’une folle tendresse, tantôt d’une dureté glaçante. Hermione (Pauline Bolcatto) a une palette de jeu comparable, entre l’amoureuse un peu naïve qui veut croire à sa chance et l’amante blessée avide de vengeance. A part Nathalie Lucas qui parvient à donner une individualité à tous les confidents qu’elle incarne (Céphise, Cléone, Pylade et Phoenix), je regrette que les autres comédiens ne soient pas à la hauteur de l’enjeu, en particulier Oreste (Julien Saada) qui gesticule beaucoup sans que sa voix soit en accord avec son jeu. La scène où les pendrillons le zooment dans une crise d’hystérie frise le pathétique alors qu’Hermione, dans une configuration analogue et par la puissance de son jeu, sort la tête haute de l’exercice.

Hormis cette faiblesse, c’est un spectacle franchement efficace. La parole de Racine est bien portée, les enjeux passionnels nous émeuvent comme si le discours était contemporain ; le tout dans une belle économie de moyens. Un beau spectacle pour initier et faire aimer un texte du répertoire.

Catherine Wolff

Partager cet article

Repost 0
Published by catherine Wolff - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires