Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 10:42
J'ai de la chance
J'ai de la chance

Spectacle de Laurence Masliah (75), vu au théâtre du Carré Rondelet, Montpellier (34), le 8 Nov. 2015, 18h

Texte et jeu : Laurence Masliah

Mise en scène : Patrick Haggiag

Avec la collab. de Marina Tomé

Dramaturgie : Mariette Navarro

Genre : Théâtre

Public : Tous à partir de 12 ans

Durée : 1h15

Création : 2013

La salle est comble et réunit ce jour-là un certain nombre d'anciens "enfants cachés" à Moissac pendant la dernière guerre. Pour décor, une longue table, et des cartons que Natasha (L. Masliah) y dépose. Comédienne, elle répète un texte tout en les ouvrant, et en sort des cahiers et du matériel de couture : les trésors de sa grand-mère Germaine. Un peu primesautière, elle tire un fil, le perd, le reprend : couture et conversation s'entremêlent. Germaine cousait beaucoup et aimait le "bon langage". Natasha cherche des souvenirs et la fait revivre. Par petites touches apparaît la colonie de vacances juive de Moissac où, de 1939 à 1942, cinq cents enfants ont été sauvés grâce à la prévoyance, l'organisation et l'héroïsme du couple Shatta et Edouard Simon, avec la complicité des habitants de la ville. Cent cinquante enfants y vivaient en permanence et Germaine, toute jeune à l'époque, était agent de liaison. Que peut-elle en dire à sa petite-fille alors que sa mémoire la trahit et que tout se mélange ? Oui, à Moissac, on riait et on chantait, la vie était très organisée et réparait les traumatismes. Non, Germaine ne veut pas partir en maison de retraite. Seule en scène, L. Masliah tire des fils et avec tact et précision nous offre le tableau de Justes peu connus. Mais pourquoi ce titre ? Parce que, disent les survivants, être protégé ne suffit pas toujours. Pour survivre, il faut parfois avoir un jour la chance avec soi.

Construit à partir d'anecdotes véridiques, le très beau texte de L. Masliah se coule entre la petite-fille et la grand-mère et rebondit en tentant de tisser de l'une à l'autre les liens ténus de la mémoire. Natasha regrette de n'avoir pas demandé à Germaine de raconter ce qu'elle a vécu à Moissac mais les souvenirs de l'aïeule se laissent grignoter dans un lent et inexorable déclin. La maladie progresse, jamais nommée, tout comme l'effroyable destin qui menaçait ces enfants cachés n'est jamais énoncé crûment. Loin du non-dit, il s'agit là d'une extrême sensibilité du texte, qui laisse le spectateur entendre la vérité. Nous ne sommes pas malmenés, mais nous sommes profondément touchés. La réalité s'impose dans un va-et-vient d'évocations ravivées par la quête de souvenirs tirés du quotidien. J'ai apprécié ce déplacement du regard entre grand-mère et petite-fille. C'est profondément humain et très efficace. Après la mort de Germaine, le théâtre reprend magistralement sa place dans la vie de Natasha avec Le Misanthrope (II, I) par la voix off d'A. Dussollier "Madame voulez-vous que je vous parle net ?" et se termine sur un jeu de mot comme un clin d’œil.

Par son jeu subtil, vif et émouvant, la comédienne transmet parfaitement la complexité de la vie devant la maladie comme devant la persécution : toutes deux innommables. On est ému, on rit parfois. Démultipliée dans son double rôle de Germaine et de Natasha, L. Masliah m'a maintenue en équilibre entre tension et détente amusée, tout au long du spectacle. Tantôt fébrile ou pleine d'entrain elle bouge et bavarde, feuilletant les cahiers, explorant des boîtes, cousant. Tantôt pensive et tiraillée par des émotions anciennes, elle ralentit et se pose. La scénographie permet d'allier couture et conversation, les fils se débobinent et se rembobinent, les boîtes libèrent les souvenirs ou mettent un terme à la vie en se refermant. Le spectacle est en tous points superbe.

Les thématiques croisées de cette pièce lancent des appels plus que jamais d'actualité. Dialogue intergénérationnel, travail sur la mémoire et sur l'histoire, ouverture à l'autre, autant de sujets qui peuvent ouvrir des débats d'une grande richesse avec des publics scolaires. Son attractivité et sa qualité théâtrale destinent évidemment ce spectacle à tous publics.

Bibliographie associée à la pièce : Catherine Lewertowski. Les enfants de Moissac (Champs Poche)

Catherine Polge

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires