Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 16:44
L'Opération du Saint-Esprit
Source : Lauren Muyumba
Source : Lauren Muyumba

Spectacle de la compagnie Céliandre (06), vu le 11 juillet 2016, au Théâtre du Tremplin dans le cadre du Festival d’Avignon Off


Auteur : Michel Heim
Mise en scène : Catherine Lauverjon
Avec : Dominique Brenot, Sébastien El Fassi, Maxime Farsetti, Olivier Martineau, Serge Millet, Michael Sisowath, Christop
he Ussel


Genre : Comédie
Public : Tout public, à partir de 12 ans
Duré
e : 1h20

Éclats de rire garantis. "L’Opération du Saint Esprit" est un spectacle choc, qui dérange, mais irrésistiblement drôle. Un humour piquant, subversif, qui aurait pu prendre une tournure laborieuse, un ton un peu lourdaud ou de mauvais goût. Pourtant, le jeu des comédiens, les jeux de mots, les dialogues ciselés, le comique de situation et les rebondissements offrent un moment de pure distraction. Les ingrédients d’une comédie sont réunis. Une pièce à prendre avec des pincettes, au dixième degré évidemment.

Dans ce petit théâtre familial où chacun se trouve près de la scène, impossible de passer à côté du jeu extra, et extravagant, de la Vierge Marie. D’ailleurs, est-ce un homme, est-ce une femme ? Le doute plane, surtout que l’affiche annonce "une comédie divinement gay". En tout cas, le personnage provoque des fous rires et apparaît comme le pilier de la pièce, aux côtés des autres comédiens tout aussi bien dans leur rôle.


Le propos clairement anticlérical s’appuie sur des caricatures grotesques, tellement délirantes qu’elles nous ramènent inévitablement à la fiction. Un Jésus efféminé et narcissique, un Saint-Pierre alcoolique qui porte une énorme clé en pendentif, en référence au Vatican, une Vierge Marie on ne peut plus naïve, un ange Gabriel castré, à la voix fluette, amoureux d’elle, un Dieu râleur qui reporte constamment la faute sur le Saint-Esprit, frôle la vulgarité et ne se prive pas de gros mots (un peu plus d’abstinence n’aurait pas fait de mal aux oreilles d’ailleurs).
Le bon Dieu en train de lire le journal "La Croix" ne ressemble en rien au Père miséricordieux décrit dans les livres. À moins qu’il fasse écho au Dieu vengeur de l’Ancien Testament. Pas vraiment, puisque le personnage nonchalant dans son fauteuil n’apparaît pas très actif et semble fuir toute responsabilité. Seul le Saint-Esprit a pris le risque de descendre sur Terre. Mais il y a laissé des plumes et a du plomb dans l’aile. Il va falloir l’opérer, d’où le titre "L’Opération du Saint-Esprit".
Les personnages évoluent dans un décor blanc et sobre, à l’image d’un Paradis désert. Dieu constate qu’il y a même peu de saints et de papes. La Vierge Marie s’ennuie et veut "mettre les voiles" pour aller à la Mecque. Elle s’enthousiasme d’avoir trouvé un job, mais elle sera vite déçue en apprenant par son Fils qu’il s’agit de faire "dame pipi". Et Saint-Pierre rappelle qu’en Arabie Saoudite "c’est aussi le désert".
Sans compter la concurrence avec Satan qui aimerait récupérer davantage de monde en Enfer. Dieu s’interroge alors sur la perte du nombre de fidèles. Est-ce dû à la complexité de la Trinité ? Faut-il interdire les icônes comme en Islam ? Est-ce que parler de paix devient ringard ? Faut-il durcir les commandements et être plus colérique pour attirer des adhérents ? Ou au contraire assouplir les règles ? Saint-Pierre trouve la chasteté trop stricte et pense avoir trouvé la solution pour amener plus de monde au Paradis. Il tente de convaincre le Père d’autoriser les ébats amoureux en dehors de tout objectif de reproduction.

Derrière une légèreté apparente, on trouve un théâtre engagé. Au-delà d’une critique anticléricale, la pièce n’hésite pas à se moquer de la société de manière générale à travers des anachronismes (Jésus qui veut faire un retour sur Terre pour être une star et passer à la télé) et la personnification (Dieu et son Fils se sont rasés la barbe pour être à la mode).
L’humour est graveleux. "Tous des obsédés" comme le dit lui-même le Père. Et les allusions à l’homosexualité sont nombreuses, parfois redondantes : "Colombe", "folle", "tente"… L’auteur, un militant de la cause homosexuelle, s’en donne à cœur joie. Mais ce spectacle complètement déjanté passe comme une lettre à la poste. La magie de l’humour opère et l’on ne s’ennuie pas un instant. On ne devrait pas se sentir froissé quelles que soient nos propres convictions, hormis un moment de dérapage où la croyance devient synonyme de sottise. Est-ce qu’avec l’ironie tout est permis ? La pièce ranime un vieux débat, toujours actuel, sur la frontière parfois étroite entre la liberté d’expression et le blasphème.


Certains parallèles rappellent que le texte date de 2007 (président Sarkozy, pape Benoît XVI…) mais l’auteur ne s’est pas pour autant brûlé les ailes : "L’Opération du Saint Esprit" s’inscrit encore dans l’actualité, notamment avec le sujet brûlant du radicalisme religieux. Mais rappelons que même si la pièce offre de quoi relativiser et aiguiser notre sens critique, on comprend d’office que nous sommes là pour nous divertir, non pas pour réfléchir. Athées et croyants pourront rire de bon cœur. En fait, tous ceux qui prendront la distance nécessaire sans oublier que l'on peut rire de quelqu'un que l'on aime, si la forme n'est pas agressive et le fond intelligent.


Lauren Muyumba

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauren Muyumba - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires