Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 18:58
La Mort est mon métier
La Mort est mon métier

Spectacle de la compagnie De la Courte Echelle (91), vu le 9 juillet 2016, à 17h20, à L’Espace Alya à Avignon, dans le cadre du Festival Off 2016

Adapté du livre : "La mort est mon métier" de Robert Merle

De et avec : Franck Mercadal

Genre : Théâtre contemporain

Public : Tout public

Durée : 1 heure

Dans une salle à moitié pleine, un personnage glacial nous attend, assis sur une chaise, le visage fermé. Il s’agit de Rudolf Lang, alias Rudolf Hoess, soldat ordinaire mais pourtant bien réel, devenu commandant du camp d’Auschwitz… et initiateur de la mise en œuvre technique de la solution finale. Autant dire qu’il ne s’agit pas d’un spectacle léger. Mais je savais à quoi m’attendre puisque j’avais déjà lu le roman de Robert Merle. La question de la responsabilité et de l’obéissance est au cœur de ce texte poignant.

Dans une mise en scène dépouillée mais riche d’idées, Franck Mercadal - comédien et également adaptateur du roman -, joue tous les personnages dans un registre peu usuel pour ce genre de sujet. Il campe le père, autoritaire maladif, qui inculque à son fils le respect de la hiérarchie et de la soumission à l’autorité, puis les différents personnages qui croisent la route sinueuse de Rudolf Lang. Ce dispositif peut surprendre, mais le comédien tient parfaitement l’exercice et passe de l’un à l’autre avec aisance et fluidité.

Ce texte nous montre le mécanisme de l’autorité et le culte du commandement. Bien sûr, à cette période, ces valeurs étaient particulièrement fortes en Allemagne, et le chef ne pouvait pas être remis en question. D’autant plus qu’en se concentrant sur l’aspect purement technique de sa mission – il parle d’unité, et non pas de personnes ou de prisonniers, – il déshumanise sa tâche pour en faire "un travail à faire". Il pouvait ainsi jouir d’une vie de famille au sein même du camp, où son épouse n’avait pas connaissance de sa mission globale, mais qui en le découvrant le renverra face à sa responsabilité et son choix personnel. Il ne se voit que comme un rouage au profit d’une décision qui ne lui appartient pas et c’est ce qu’il clamera jusqu’à la fin au Procès de Nuremberg où il sera jugé : "Mon devoir est d’obéir". Etonnamment, dans le spectacle comme dans le livre, j’ai fini par ressentir une sorte d’empathie pour lui malgré ses crimes monstrueux. C’est probablement sa condition d’être humain, confrontée à ses choix et à son parcours, qui me touche.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Ces mécanismes d’obéissance ne sont-ils pas toujours présents? Il me semble que c’est aussi là, l’intérêt du sujet. Un échange rapide à la fin du spectacle avec une autre personne, m’a permis de me rendre compte que cette question du choix personnel face à un système autoritaire ne semblait pas d’une évidente actualité pour tous. Dommage. Et pourtant…

Eric Jalabert

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Jalabert - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires