Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 08:29
Le Festival des Petites Formes de Montfavet
Source : www.lespetitesformes.com
Source : www.lespetitesformes.com

Le Festival des Petites Formes de Montfavet, Parc Seguin, du 12 au 17 juillet (inclus dans la programmation du Festival Off d'Avignon)

Coordinateurs : Alixiane Morel et Vincent Clergironnet

C’est la première édition de ce festival qui a lieu à Montfavet dans la banlieue d’Avignon. A l’origine de ce projet se trouvent des compagnies de l’Est de la France, des associations culturelles installées dans la ville de Montfavet et des élus dont la volonté politique est clairement d’apporter la culture dans leur ville. Tout cela part d’un constat : les gens habitant aux alentours d’Avignon sont peu nombreux à se déplacer jusqu'au festival. Alors, puisqu’ils ne viennent pas aux spectacles, ce sont les spectacles qui viennent à eux cette année. Nichées dans un petit écrin de verdure, les yourtes, caravanes et autres installations temporaires se sont posées dans le parc Seguin à Montfavet. L’idée est bien sûr de se distinguer dans un paysage culturel riche en propositions. Voilà chose faite avec le Festival des Petites Formes qui offre, comme son nom l’indique, 25 spectacles brefs et entre-sort (de moins d'une demi-heure) et ce à de tout petits prix.

J’ai eu la chance de pouvoir passer l’après-midi du 13 juillet dans la quiétude ombragée de ce petit parc, loin de la foule avignonnaise. J’ai assisté à 3 entre-sort et 2 formes brèves. Je suis repartie de là un peu frustrée car tous les spectacles auxquels j’ai assisté étaient de bonne qualité et originaux, ce qui me laisse présager de la teneur générale du reste du festival.

"Au Fil du temps", Cie Azimuts, durée 10 minutes, tout public, avec Andreea Vizitiu

C’est un solo de danse avec 3 pendules monumentales qui se balancent. Des sons électro et abstraits se déclenchent grâce aux mouvements impulsés par la danseuse, complétant d’un tableau sonore très contemporain une chorégraphie abordée comme un parcours, dans un rapport subjectif au temps. Andreea Vizitiu court, stoppe, touche et balance les horloges, elle est à la fois esclave et maître du temps. L’image est poétique et la danse pleine de grâce.

"L’enfermée", Cie La cour singulière, durée 20 minutes, tout public à partir de 7 ans, avec Hélène Rosset et Olivier Lehmann

Dans la caravane de la compagnie La cour singulière, il y a 12 places, pas une de plus. L’intimité est le maître-mot de l’espace comme du spectacle. Pas besoin de porter la voix, ni de produire de grands visuels, tout est à portée des yeux, des oreilles et, je crois, de l’âme. Je suis ravie de découvrir "L’enfermée", un texte de Gaston Couté que je ne connaissais pas. Le rythme imposé par la manipulation toute en subtilité de la marionnette donne le temps d’apprécier le texte et de deviner le sens de certains mots oubliés de notre langue. En dehors de ces indices du temps passé, le thème est très actuel. Une vieille femme est enfermée parce qu’elle est "berlaude", sénile en quelque sorte, mais, vous en conviendrez, c’est bien plus charmant en ancien français, n’est-ce pas ? Les souvenirs de la vieille femme remontent le temps. L’esthétisme de la marionnette est précis à l’image du reste du spectacle. Le tout est d’une sensibilité et d’une tendresse rares. A voir et à revoir, on ne doit pas s’en lasser.

"Doble", Cie Calijo, durée 15 minutes, tout public, avec Auror Castan-Ain

Un étrange personnage vêtu d’un masque apparaît avec une insolite façon d’avancer. Je mets un peu de temps à comprendre. Le masque est disposé sur l’arrière de la tête et la danseuse avance en fait à reculons. C’est de la danse à coup sûr mais ponctuée par l’apparition de 2 autres masques, l‘un sur le genou, l’autre sur le visage. Cela ajoute au propos des idées visuelles bienvenues. L’illusion est ingénieuse, la chorégraphie travaillée, le tout interroge sur la dualité avec un "d" majuscule.

"Ôm Taf", Cirque rouages, durée 30 minutes, tout public à partir de 5 ans, avec Nicolas Mayet et François Guillemette

Le quotidien d’un homme se déroule sous nos yeux à un rythme soutenu. Il se réveille, s’habille, se lave les dents et va au travail. Rien de plus banal a priori sauf que tout part en vrille… C’est original dans la forme car le duo qui raconte cette histoire est hors norme. Nicolas Mayet s’occupe du visuel, danseur et, ai-je envie d’ajouter, acrobate. Il illustre avec une vraie prestance tous les actes de la vie quotidienne du travailleur. Il est accompagné par les bruitages produits à la bouche et en direct par François Guillemette, sa trompette et ses musiques samplées. C’est remarquablement bien fait, synchronisé et orchestré. Le tout ne manque pas d’humour, un agréablement moment, donc, à venir découvrir en famille.

"Streching anti-crise", Cie Les miettes de Margoula, durée 15 minutes, tout public dès 7 ans, avec Clémence Desprez, Marion Gouvernet et Hélène Vitorge

Trois hôtesses dans le style "Manifs de droite" nous accueillent avec un humour décapant. Elles donnent le ton avec leurs petits tailleurs de "winneuses" et leurs gestuelles de VRP. Nous sommes invités à nous lever et à bouger le corps. Forcément, le streching, cela ne se regarde pas, cela se vit ! En moins de temps qu’il ne le faut pour l’écrire, elles troquent leurs tailleurs contre une tenue d’aérobic. Le "Streching anti-crise" part du postulat qu’il vaut mieux s’habituer à la pauvreté plutôt que d’attendre que l’économie reparte à la hausse. C’est loin d'être idiot. Alors nous apprenons à regarder la crise en face et à vivre en dessous du seuil de pauvreté grâce à des pseudo exercices de gymnastique qui n’ont rien de compliqué mais qui ont l’avantage de nous faire rire. C’est très bien fait, le public est conquis. Au final, les seuls muscles qui ont vraiment travaillé sont les zygomatiques. Quelle bonne nouvelle !

Marie-Madeleine Pons

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Madeleine Pons - dans Initiatives locales
commenter cet article

commentaires