Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 18:00
Seuls
Source : legrandt.fr
Source : legrandt.fr

Spectacle de Wajdi Mouawad, vu au Théâtre national de la Colline, le 4 octobre 2016

Texte : Wajdi Mouawad

Mise en scène : Wajdi Mouawad

Interprétation : Wajdi Mouawad

Genre : Théâtre

Public : Adulte

Durée : 2 heures

Wajdi Mouawad vient de prendre les rênes de la Colline. Et quand Wajdi Mouawad monte un spectacle, j’y vais, quand bien même la critique du journal "Le Monde" est mauvaise. Et devant la complexité de la proposition, je serai bien plus nuancée.

Le dispositif scénique est trompeusement simple. Wajdi Mouawad a beau être seul en scène, l’équipe technique du projet est très lourde. L’auteur-comédien-plasticien, juste d’un caleçon vêtu, évolue sur un praticable gigogne qui, sous l’effet des jeux de lumières, des vidéos, des ouvertures et des paravents, se métamorphose en tous les espaces possibles. C’est l’histoire d’un étudiant en sociologie de l’imaginaire, Harwan, qui rédige une thèse sur Robert Lepage. Notre thésard semble jouer de malchance : une rupture sentimentale, un téléphone capricieux à la vertu théâtrale plutôt comique, un Robert Lepage qui disparaît à l’autre bout du monde alors que Harwan vient juste de le traverser pour le rencontrer, un père hospitalisé pour un AVC, jusqu’à une conclusion qui n’en finit pas de ne pas vouloir s’imposer. A la façon de "Shutter Island", la pièce bascule totalement à mi-parcours ; à la façon de l’écriture nord-américaine, tous les faisceaux d’indices disséminés ici et là pendant le spectacle se réunissent pour faire sens.

Pour le néophyte qui ne connaît ni Robert Lepage ni Wajdi Mouawad, c’est un spectacle total, un choc esthétique qui crée le ravissement et emporte les ovations du public. Pour un spectateur plus averti, c’est autrement plus mitigé ! La première partie du spectacle au cours de laquelle nous découvrons les déboires de notre étudiant est d’une banalité confondante, bavarde et ennuyeuse. Le jeu est tout juste passable, fort heureusement relevé de quelques notes d’humour salvatrices. J’ai tout de même piqué un petit somme ! Puis le tempo change et le presque plagiat de Lepage m’a littéralement exaspéré ! Quand arrive la performance finale, au sens plastique du terme, c’est enfin une explosion de beauté, de sens, de profondeur et qui invite à reconsidérer tout ce qui précède.

Ce que j’avais d’abord pris pour une œuvre de jeunesse est plutôt une œuvre charnière. Wajdi Mouawad entreprend de dire autrement que par le lyrisme des mots, les maux – ceux de la relation au père (réel ou de théâtre), à la guerre, à l’identité, à la création. Les nombreuses références théâtrales – Robert Lepage, bien sûr, mais aussi Deborah Warner ou Ilka Schönbein – et plastiques – Pollock, Dubuffet et surtout Rembrandt – disent la naissance même de l’art: faire acte de création, c’est d’abord s’emparer de ses prédécesseurs pour mieux trouver sa propre voie/voix. "Seuls" de Wajdi Mouawad ne m’a pas bouleversée comme ont pu le faire précédemment "Incendie" au théâtre ou "Anima" en roman. Mais c’est une pièce qui se révèle sur la longueur et qui dit le projet créatif à venir de son auteur. Il en faut du courage et de l’authenticité pour se présenter ainsi, humblement et à nu, à son nouveau public !

Catherine Wolff

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Wolff - dans Spectacle Adultes
commenter cet article

commentaires