Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 14:34
Les folles - Points de croix

 

Spectacle de la compagnie La Mue/tte (54), vu au Mouffetard, théâtre des arts de la marionnette, Paris 5e, le 17/10/2017.

Regard extérieur : Amélie Patard
Conception : Delphine Bardot et Santiago Moreno
Interprétation :  Delphine Bardot

Genre : Marionnette
Public : Adulte

Durée : 35 minutes

D’habitude, j’évite les spectacles de marionnettes. Non que je leur en veuille, aux marionnettes, mais je ne parviens pas à faire abstraction de la manipulation. "Les folles" - par le sujet traité - m’ont poussée à commettre cette exception et j’ai bien fait.

Avertissement : mon compte rendu doit être lu avec précaution. "Les folles" est le titre générique d’un triptyque qui comporte le spectacle "Points de croix", suivi d’une petite exposition durant l’entracte qui précède le second spectacle "Silencio es salud". N’ayant pas bien compris le dispositif à la réservation, je n’ai pu assister qu’aux deux tiers du programme. Aussi, ne parlerai-je que de "Points de croix", suffisamment convaincant pour que j’aie envie de le chroniquer.

Le Mouffetard, théâtre des arts de la marionnette, offre une bien jolie salle à cet art encore trop confidentiel. La jauge, d’environ 150 places, était presque pleine d’un public, ô miracle, plutôt jeune. Le plateau est petit mais convient à merveille à ce petit bijou, tout resserré dans sa forme mais si vaste dans son évocation de l’Histoire.
La petite histoire, c’est celle d’une modeste couturière de Buenos Aires qui, par la force des choses, va être confrontée à l’Histoire - la dictature et ses 30 000 disparus. Sans un mot mais par la seule force des objets, du son, de la lumière et du jeu, la comédienne nous raconte le combat de ces Mères qui, tous les jeudis, manifestent sur la Place de Mai, pour réclamer leurs disparus. Aux yeux de la dictature, ces mères courages en fichu blanc sont des "folles". Et l’on comprend mieux le titre générique du triptyque.

Pour évoquer tous ces disparus, le spectacle use, comme souvent, de projections. Mais pour donner corps à toutes ces vies prématurément disparues, l’artiste-solo a, de façon tout à fait originale, brodé les traits des visages. En tirant sur les fils de la broderie, le visage se reconstitue, évanescent, puis en plaçant le cadre sur son propre visage tel qu’elle le ferait d’un masque, la comédienne redonne vie à toute la personne. On comprend mieux à présent le sens du titre et l’on commence à se faire une petite idée du bijou d’ingéniosité qu’est ce spectacle.
Dans cette grande économie de moyens - une table, une chaise, une machine à coudre, un mannequin, un vague rideau, un vieux poste de radio et un vieux tourne-disque - chaque objet a sa place et son sens. Chacun, magnifié par la bande-son et la lumière, s’anime au gré de la narration. Ainsi du tourne-disque : la comédienne y dépose une petite bonne femme miniature. Elle tourne en rond comme le faisaient les manifestantes sur la place tandis qu’un projecteur, habilement placé, projette sur le drap, non seulement la silhouette agrandie de la marionnette mais encore celle de sa pancarte d’où l’on voit surgir le visage du disparu.
On pourrait multiplier les exemples. Je ne parlerai que d’une autre image pour montrer la maîtrise des différentes échelles. Après, la miniature apparaît une sorte de géant : la marionnette, sous forme de costume, prolonge le buste et la tête de la comédienne pour dresser un personnage inquiétant et méchant, un militaire. La vareuse s’ouvre et dans une lumière rouge, apparaît un visage au rictus effrayant, un "Cri".

Le spectacle "Points de croix" est tout autant un spectacle de marionnettes que du théâtre d’objets. Avec une grande intelligence esthétique et beaucoup de pudeur, "Points de croix" prouve qu’une toute petite forme peut créer l’évènement et rendre compte des pires soubresauts de l’Histoire.

Catherine Wolff

Partager cet article

Repost0

commentaires