Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 22:43
Sacré, sucré, salé

Un spectacle produit par la compagnie L’oubli des cerisiers (95 L’Isle Adam) vu le 14 juin 2019 au Théâtre de la Reine Blanche (Paris, XVIII°)

 

Texte : Stéphanie Schwartzbrod

Mise en scène : Stéphanie Schwartzbrod et Nicolas Struve

Comédien : Stéphanie Schwartzbrod

Genre : théâtre

Public : tout public

Durée : 1H20

 

 

Les théâtres nationaux que j’ai coutume de fréquenter ont la fâcheuse manie de condenser leur saison entre octobre et mai. A mauvaise fortune, bon cœur : c’est l’occasion d’aller découvrir ce qui se passe dans des  salles plus modestes, notamment celles de mon quartier. Le théâtre de la Reine Blanche est de celles-là. Elle proposait « sacré, sucré, salé ». L

a note d’intention m’a séduite. Et ce n’était pas qu’un charme factice.

 

Stéphanie Schwartzbrod nous propose un étonnant voyage culinaire et spirituel. Pourtant, elle nous explique d’entrée de jeu, après avoir accueilli le public derrière ses fourneaux, qu’à priori, il n’est rien de plus antinomique que nourriture et pensée. Tout le spectacle consiste à montrer, au contraire, combien les plats sont intimement liés aux religions et combien ils en révèlent la saveur.

« Sacré, sucré, salé » égrène donc le calendrier des fêtes des trois religions monothéistes, depuis l’Epiphanie en janvier jusqu’au Noël suivant. Pour chacune des « grandes fêtes », la comédienne endosse le rôle d’un personnage différent (souvent la maîtresse de maison à ses fourneaux mais aussi un rabbin, une bigote catholique, une simple fidèle), raconte le sens de la fête,  en redonne le contexte historique et convoque l’étymologie pour mieux montrer qu’aucun des plats rituels n’est servi au hasard.

Le dispositif scénique est très simple : une grande table centrale qui fait office aussi bien de plan de travail que de grande tablée ; côté cour, une malle en osier qui servira de castelet aux différents ingrédients autorisés ou proscrits durant Pessah ; côté jardin, une autre table jonchée d’ingrédients et une cuisinière ; en fond de scène, un cyclo. Le tout est agrémenté d’un joli travail lumière et de musiques discrètement connotées religieusement.

Stéphanie Schwartzbrod est d’abord une excellente conteuse. Son verbe et sa gestuelle savent nous faire voyager. Son chant participe du dépaysement. L’érudition qu’elle porte sur scène n’empêche pas l’humour. Ainsi de cette scène où elle regarde, hypnotisée, le public en mangeant une galette de pain azyme comme si elle regardait vraiment  le péplum « des dix commandements » qu’elle nous offre en fait à voir sur le cyclo. Le régisseur son/lumière participe aussi de cette mise en abyme : son récurrent « et qu’est ce qu’on mange ? » rythme le spectacle et opère un  comique de répétition bien venu. Le public rit et, à la demande de la comédienne, participe régulièrement.  La fête de Pourim pousse au paroxysme ce principe puisqu’il est demandé au public d’en jouer le rituel, avec force crécelles et exclamations. C’est enfin un spectacle d’une grande tolérance qui sait mettre en exergue, très finement, les liens entre les trois monothéismes.

 

 

« Sacré, sucré, salé » est un très joli spectacle, complet dans sa forme, intelligent dans son écriture, sensible dans son jeu. Il en appelle à une forme de communion.  Le partage de la chorba en fin de spectacle en est l’expression concrète.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires