Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 14:44
Crédit : Pacal Victor

 

 

Spectacle du CDN de Saint-Denis, vu au Théâtre National Populaire de Villeurbanne (69) le 12 mars 2021, présentation réservée aux professionnels, contexte sanitaire oblige.

 

Texte : d’après  « Onéguine » d’Alexandre Pouchkine, traduit par André Markowicz

Metteur en scène : Jean Bellorini

Réalisation sonore : Sébastien Trouvé

Interprètes : Clément Durand, Gérôme Ferchaud, Antoine Raffaelli, Matthieu Tune, Mélodie-Amy Vallet

Genre : théâtre musical, conte pour adulte

Public : adulte

Durée : 2h

 

Evgueni Onéguine. Un nom qui résonne, un nom qui caresse, un nom qui obsède. Evguéni Onéguine. Prononcé avec délice. La chaleur dans la voix, l’appétit des lèvres, l’âpreté du palais. Evguéni Onéguine. Ici, la Russie se savoure d’abord par la langue. 

 

 

Dès le début du spectacle, on nous regarde dans les yeux. Quelque chose d’important se prépare, il ne faut pas desserrer les dents. Le maintien des acteurs nous impose une certaine droiture. Nous ne sommes pas invisibles ; nous sommes les juges d’un drame rejoué sous nos yeux ; nous ne pouvons pas demeurer indifférents. Au centre du dispositif bifrontal, deux tables, un piano, des chaises plantent le décor d’un intérieur bourgeois, tapis rouge du défilé des destins. Un personnage rhapsode - littéralement, “tisseur d’histoires” - nous invite, rituellement, à poser les casques audios sur nos oreilles sans se départir de son étrange sourire. Étrange, car nous sommes sur une terre étrangère, dans une langue étrangère. C’est une très belle réussite d’André Markowicz : parvenir à rendre ce texte entièrement intelligible sans jamais renier son étrangeté. Par les casques, nous nous tenons au plus près de la bouche, micro cravate tenu du bout des doigts contre les lèvres, dans un geste d’une sensualité confondante. Du bout des lèvres, le spectacle a un goût de neige. 

 

Onéguine est ainsi un conte qui s’écoute autant qu’il se contemple, grâce à l’excellent travail de MAO de Sébastien Trouvé. Bottes claquant sur le carrelage, manteau de fourrure froissant la neige, verres de vodka s’entrechoquant. De strophes en apostrophes et de vers en rêves je me sens gagner par l’ébriété de ce langage musical sur lequel on dérape comme sur une plaque de glace. La neige continue de rosir nos pommettes. 

 

Souples et seuls, encore, les corps se meuvent, encore, les verres s’entrechoquent. Il faut poursuivre et tuer l’ennui quitte à brûler les lèvres à d’autres lèvres, à d’autres verres, quitte à l’adultère, quitte à tuer. Au drame, Onéguine sacrifie sa beauté, sa jeunesse, son confort. Immoral, de ne pas savoir se contenter ? Théâtral, plutôt. Théâtral Onéguine, désabusé de son élégance, élégant car désabusé. Inconstant, furieux, lâche, fier ; d’une virilité puissante et décadente, dévoré de l’angoisse et du désir de se voir sombrer. Un autre verre, un autre mot ! Il faut fêter la chute. La trame se tisse autour des chandeliers sous une lampe lunaire qui ne fait jamais totalement disparaître nos visages. Et dans un coin de la salle, assis sur les escaliers des gradins, apparaît celui du metteur en scène Jean Bellorini. Très beau, soucieux, regard vif, comme s’il avait fait naître le spectacle en silence, à force de le regarder. 

 

La vie d'Evgueni Onéguine est un brouillon : déchiré, détruit, froissé, imbibé de toutes ses larmes. Un brouillon que Pouchkine, Markowicz et Bellorini sont parvenus à déplier du bout des lèvres pour l’offrir à nos yeux. 


 

Mathieu Flamens

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires