Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 12:44
Guérillères ordinaires
Guérillères ordinaires

Spectacle de la compagnie Les Grisettes(34) vu à l’Artéphile lors du festival d’Avignon OFF, entre le 7 et le 30 juillet 2021, à 16h10

 

Texte : Magali Mougel

Mise en scène : Anna Zamore

Interprètes : Frédérique Dufour, Evelyne Torroglosa, Lou Heyman

Genre : Théâtre contemporain

Public : A partir de 15 ans

Durée : 1H30

 

 

Trois femmes éclairées par de minces filets lumineux prennent la parole chacune à leur tour pour témoigner d’une condition quotidienne d’oppression.

La première, Lilith, se révolte contre ce mari qui « perfore un mur / creuse un mur / l’abat comme une vitre / il y a de la poussière » sans lui demander son avis, et démoli ainsi sa chambre, sa « petite chambre / petit abri / coffre-fort / cave » où elle gardait ses secrets. La colère monte peu à peu, déborde, il faut une vengeance, mettre à feu et à sang, Lilith s’occupe du feu, Léda, la seconde femme, le sourire en bannière, s’occupera du sang. 

 

Le physique de cette hôtesse d’accueil ne correspondrait plus aux exigences du marché ; après une crise d’anorexie, elle reprendra la maîtrise de son corps en détruisant celui qui l’a tant fait souffrir. Ces deux femmes victimes du patriarcat mettent fin à leur assujettissement en se révoltant ; comme les hommes ne veulent pas mourir tout seuls il faut bien les tuer. Ce cycle de la violence, de la vengeance, du meurtre, est rompu par la dernière demoiselle qui choisit de se débarrasser du lot d’interdictions homophobes de son père en faisant, dans un ultime monologue, l’amour au cadavre de la jeune femme dont elle a toujours été amoureuse.

 

C’est un peu délicat sans doute de critiquer un spectacle traitant d’un sujet aussi important et qui devrait être abordé encore plus qu’il ne l’est déjà. Mais si j’ai trouvé le texte beau et poétique et le jeu des trois comédiennes d’une grande puissance ; si la présence de toutes ces autres femmes sur le plateau avait beaucoup de sens, puisqu’elles sont beaucoup plus que trois à se taire, à souffrir et à mourir ; même si c’était bien de les entendre parler jusqu’à tuer, et puis de leur pardonner, je crois que malgré tout j’ai trouvé ça un peu trop long et lent, trop attendu ou trop sérieux, trop grave pour qu’on ait la place de trouver ça grave. J’aurais aimé en tant que femme me sentir un peu plus concernée, qu’on me parle de plus près, qu’on me crie de plus près pour ne pas me laisser dormir entre les gouttes qui ne m’ont pas mouillées.

 

 

Célia Jaillet

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires