Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 10:48

festival-passerelle.jpgPorté par le collectif « L’Outil » (association d’administration culturelle basée en territoire Languedocien), la première édition du festival « Passerelle » s'est déroulé du 15 au 16 Février 2013 à l'Espace culturel des Corbières (Aude). Il a pour ambition de développer et consolider les circuits culturels courts (réseaux de proximité des collectivités locales) en proposant treize spectacles aux professionnels de la région. Il s’agissait du « 1er marché culturel porté par un collectif de créateurs du territoire. ».

 

Une bonne trentaine de programmateurs de structures régionales ont répondu présent à l’appel de cette manifestation qui offrait, d'ailleurs, un accueil très pro. Pour ma part, j’ai pu assister à cinq spectacles dans la journée ainsi qu’à la soirée cabaret.

 

Certains spectacles comme "L'affaire est dans le sac" (nouvelle création très originale de la compagnie Les Babas au Rhum) étaient présentés devant des scolaires, ce qui les mettait davantage en situation et permettait une indispensable interaction. D’autres comme "Vrais mensongeurs" (un duo de contes en musique) se sont joués devant une majorité de programmateurs, ce qui rendait l’exercice un peu difficile et sûrement trop stressant. Pourtant, la proposition du duo (formé par Hélène Bardot et Kiko Delmond) mêlant mots dits et mots « en chanté », autour du vrai et du faux, nous offre un univers absurde, riche et surréaliste. Leurs récits se tissent à deux autour d’histoires déjantées, pas immédiatement accessibles mais qui teintent joliment à nos oreilles et nous transportent dans des exagérations poétiques et pleines de sens. Dommage qu’ils se soient un peu perdus sur ce grand plateau et dans cette grande salle un peu vide.... Hélène Bardot jouait également son spectacle de contes "Trous…" auquel je n’ai malheureusement pas pu assister, et Kiko jouait ses compositions personnelles en solo le soir dans le cabaret.

 

Un déjeuner pris en commun sur une grande table permettait de discuter avec les artistes et les techniciens, tous très impliqués dans la manifestation, parfois même très en amont.

 

En début d’après-midi, j’ai moins apprécié le spectacle de contes et chansons occitanes "Emile et Célestins racontent" des Frères Locomotives, accompagnés par le son strident et un peu crispant d'une vielle à roue et d’autres instruments remontés du passé. Peut-être était-ce trop proche du déjeuner ? L’idée de raconter ces histoires avec des mots en occitan que l’on comprend aisément dans des phrases en français fonctionne plutôt bien, mais le rythme trop lent et parfois un peu rigide du spectacle m'a empêché de m'évader dans les souvenirs de ces deux frères, entre terroir, transhumances et paysans.

A 15h30, les Jibul’s et leur "Fantaisie autour d’un verre" nous ont proposé un voyage dans l’univers du cirque, de la rue et du "pas sérieux" avec deux personnages plutôt sympathiques et attachants. Attention, nous sommes chez les manolos ! Rien ne marche comme prévu, mais ils réussissent avec drôlerie, bonne humeur et dans une décontraction surprenante, à nous faire partager un univers burlesque sans prétention.

Enfin, une jolie surprise de fin de journée - "Bon cirage, bon présage" - m’a permis de découvrir une artiste surprenante, pleine d’une vitalité et d’une bonne humeur communicative. A découvrir sans faute !

 

Pour clôturer cette après-midi réussie, nous étions conviés à une rencontre informelle dédiée aux professionnels, artistes et programmateurs, sur le thème générique du "spectacle vivant en milieu rural". La discussion était - vraiment - très libre et ouverte, chose rare pour ce genre d’exercice ! De nombreux témoignages ont fait état du manque d’intérêts des structures reconnues, dont "Réseau en Scène", pour les actions menées par des structures plus petites. Certains ont même parlé de véritable dédain. A noter, cependant, que deux personnes de "Réseau en Scène" sont venues sur le festival, selon l’organisation. Il a été fait également état de la course incessante au "fric" quand d’autres cherchent plutôt à donner du "sens", ainsi que de l’intérêt de développer une "révolution horizontale des réseaux" pour fédérer les initiatives locales et les faire échanger entres-elles. Pris dans la discussion je n’ai pas pu prendre de notes, mais vous avez compris le ton de la rencontre… avec lequel j’étais plutôt en phase !

 

Une belle première édition qui a permis de faire découvrir des artistes régionaux, et de montrer le savoir faire de compagnies irriguant le territoire depuis de nombreuses années et connaissant bien les habitudes locales, ainsi que les freins et les moteurs de la région. Elle a aussi montré que les compagnies, si elles veulent présenter leurs travaux, doivent encore se mobiliser entres-elles.

 

Je m'interrogeais sur le fait que, pour treize spectacles, certains artistes étaient présents dans deux , voire trois d'entre-eux ! Surprenante idée de la diversité, non ? Hélène Bardot , cheville ouvrière du projet, m’a expliqué que cela venait justement de la difficulté à mobiliser les énergies de tous. Constitué de plus de 50  artistes, le collectif a proposé à l’ensemble de ses membres de participer à l’organisation du festival. Seulement la moitié a répondu présent... C'est qu'il ne s’agissait pas seulement de jouer son spectacle, mais aussi de participer à l’organisation, la préparation et la mise en œuvre de ces deux jours. Une préparation de plusieurs mois à l’avance ! Du coup, ceux qui ont participé depuis le départ n’étaient pas assez nombreux, et la programmation s’est faite exclusivement autour d’eux. Cela m'a malheureusement laissé une impression "d’entre-nous". Je comprends tout à fait le cheminement qui a amené à cette situation, mais le trouve dommageable. Gageons que la seconde édition s’appuiera d'avantage sur cette "révolution horizontale des réseaux" dont il a été question lors de cette vivifiante rencontre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Jalabert - dans Bilan Festival
commenter cet article

commentaires