Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 08:51

theatre-de-romette_hansel-und-gretel_blog-2011.jpgNous avions déjà vu certains pans du travail du Théâtre de Romette, implanté en Haute-Loire (43) :
- "Les pieds dans les nuages"
- " Histoires post-it"

Nous éprouvions donc une certaine curiosité à découvrir sa création/commande 2011 qui allie marionnettes et chant lyrique. Nous étions à la représentation du 25 novembre 2011 à la Rampe (Echirolles - 38).

 

- Public : indiqué pour adultes, mais selon nous accessible pour de grands enfants
- Durée : 2 heures sans entracte

 

Distribution :

- Comédiens : Matthieu Lécroart, Jeanne-Marie Lévy, Magali Paliès, Alice Gulipian, Ainhoa Zuazua Rubira

- Acteurs-manipulateurs : Dinaïg Stall, Cécile Vitrant, Simon Fiasse et Antoine Truchi

- Piano à quatre mains : Philippe Marty et Olivier Besnard
- Mise en scène et lumière : Johanny Bert et Pierre-Yves Bernard
- Formes marionnettiques : Judith Dubois
- Costumes : Véronique Henriot
- Dramaturgie : Catherine Ailloud-Nicolas
- Scénographie et régie : Franck Aracil
- Réalisation des décors : Théâtre musical de Besançon
- Régie lumière : Véronique Marsy
- Surtitrage : David M. Dufort
- Chefs de chant : Olivier besnard et Philippe Marty

 

vivant-3-toiles-4.jpg 

 

Que de volets proposés par cette compagnie, tant au plan des formes que de l’ampleur des spectacles : duo dans "Les Pieds dans les nuages", minimalisme dans "Histoires post-it" et ici investissement technique du plateau et croisement de genres. Cette compagnie est de fait en recherche(s), en exploration des espaces temporels et elle s’engage dans des univers qui sont loin d’être évidents pour tout spectateur. Selon nous : une gageure de donner à voir, à entendre et à appréhender un conte qui semble à beaucoup connu mais que l’on redécouvre dans sa force et son actualité, une pièce musicale lyrique de Richard Strauss émaillée d’influences populaires, une place et une manipulation marionnettique. D’un côté la proposition pourrait laisser à penser qu’elle s’adresse à des enfants, de l’autre qu’elle est plutôt destinée à un public initié.

 

Il y a le dehors, il y a le dedans : Le dehors avec le piano et les quatre mains qui le parcourent, le chant, et ces petits moments où un(e) comédien(ne) s’avance en paroles d’enfance, en souvenir(s) : la veilleuse du soir pour protéger le sommeil et le puzzle Schtroumpfs impossible à achever. Le dehors, toujours, avec ce vidéo-projecteur qui facette des décors, des ambiances, insère des images dans le jeu (à moins que ce ne soit le contraire) ou encore distille un fond de tressage bois-chocolat. Le dedans avec la boîte à histoire(s) qui se reconfigure au fur et à mesure du déroulé.

Il y a Hänsel, il y a Gretel : marionnettes sans atours, dénuées de vêtements, dans leur plus simple appareil. Un choix qui, semble-t-il, nous éloigne de toute considération plastique et esthétique. D’abord grandeur nature, plus tard petits perdus au milieu d’une forêt de jambes comme ils le seraient dans un enchevêtrement de troncs d’arbres ensorcelés. Grâce à cette rusticité apparente, chacun(e) pourra peut-être d’avantage projeter ses images mentales comme il est d’usage dans le conte. Et quand les lampes de poche ou l’écho entrent en action, nous ressentons d’autant plus le dénuement et la frayeur des enfants galopant sous les ramures des arbres qui marchent, jambes agrandies par le port de chaussures compensées.

Il y a ces connections entre un monde qui pourrait nous sembler révolu, celui du récit d’antan, et des éléments de nos vies quotidiennes : emballages alimentaires, sacs plastique... Pierres d’achoppement de deux univers, mais aussi monde imaginaire des enfants qui utilisent dans leurs jeux les objets qui les entourent pour les détourner de leur(s) fonction(s).

Il y a ces bulles composées de maximes, de petites phrases qui émaillent les histoires, permettant d’avancer, de ponctuer, de dire au-delà d’elles-mêmes : "le coucou abandonne ses petits après avoir mangé les oeufs des autres", comme dans les contes...

Il y a cette utilisation des corps pour ce qu’ils évoquent, pour les images qu’ils suscitent. Chaque artiste nous entraîne ainsi vers des zones ombrées ou de lumière, dans nos mondes intérieurs : le Rouge de la Fée, la mère-sorcière ou le père-SDF. Et en parallèle la sobriété-neutralité de certains costumes. Il y a aussi ce rideau plissés entre les veines duquel apparaît la tête de la sorcière-mégère, ou encore ce panneau de fours dupliqués dans lesquels cuisent des bambins et dont deux sont encore vides... prêts à ce qu’on y enfourne les derniers arrivés... Et comme mode essentiel d’expression, le chant lyrique, dont le ton s’accorde étonnamment bien avec le voyage même s’il est fort probable qu’un public qui n’y aurait jamais goûté puisse ne pas aisément y adhérer. En somme, le récit pourrait s’achever ainsi : on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. C’est sûr : les contes, pour (nous) être accessibles et utiles, ont besoin d’ingrédients qui ne sont pas toujours en demi-mesure. Sans quoi, leur sens nous échappera et même s’effacera.

Il y a le surtitrage, au-dessus de la "boîte", qui nous ont d’abord déconcertés. Cela nécessite de "jongler" entre ce qui se passe sur le plateau (les propositions scéniques et les parties de chant) et ce qui est traduit de l’histoire. Nous avons eu à certains moments tendance et même souhait de nous en détacher, pour appréhender le propos au plan des impressions, quitte à abandonner une part des détails. Pour nous, il entraîne un certain "parasitage" ou "brouillage" du jeu. Peut-être pourrait-il être plus concis et n’indiquer que les grands traits.

 

Nous n’avons pas vu passer le temps, alors que la pièce était somme toute relativement longue (près de 2 heures). Nous pensons que cette proposition, qui ouvre des perspectives, gagnerait à être faite à des jeunes (avec une sensibilisation préalable sans doute souhaitable pour qu’ils puissent en profiter vu la complexité du genre, la construction du propos, la densité et parfois le caractère inhabituel, des formes choisies).

 

Autre(s) spectacle(s) de la compagnie :

 

Krafff : http://vivantmag.over-blog.com/article-krafff-97434056.html

 

Site web de La Rampe : http://www.ville-echirolles.fr/sortir/larampe/larampe.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires