Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 16:38

eric-soulard_la-contrebasse.jpgSpectacle de la compagnie Eric Soulard (73), vu au centre d'expression artistique La Salamandre lors du festival Off d'Avignon 2012.

 

Ecriture : Patrick Süskind

Adaptation musicale et interprétation : Eric Soulard

Mise en scène : Christelle Carlier

Durée : 1h30 

Tout public à partir de 10 ans

 

VIVANT-3-COEURS-5.jpgCe texte est le seul écrit par Süskind pour le théâtre.

J’en avais déjà  vu une adaptation avec un comédien seul en scène et sa contrebasse. Dans l’adaptation que nous propose Eric Soulard, le décor est plus fourni. Nous sommes dans la chambre d’un musicien, contrebassiste de « l’Orchestre National », un type  entre deux âges, solitaire. Il y a certes une contrebasse, mais aussi un piano, un lit, des chemises blanches suspendues le long du mur en fond de scène, un tourne disque avec sa pile de disques, un verre et une bouteille que le comédien se charge allègrement de vider  tout au long de la représentation. Le personnage s’adresse directement au public et entreprend un véritable cours sur la contrebasse, l’instrument le plus gros, le plus puissant de  ’orchestre, indispensable selon lui. Progressivement, nous découvrons la personnalité de cet individu qui vit à la fois une relation de passion et de haine avec son instrument de taille « envahissante » qui, lors des concerts, est géographiquement relégué en fond de scène, derrière tous les autres instruments. Malgré ce, il ne peut  passer inaperçu mais, paradoxalement, l'instrument cache l’instrumentiste aux yeux des autres… Il est ainsi lui-même invisible aux yeux de Sarah, jeune soprano qui vient d’intégrer l’orchestre, et dont il est secrètement amoureux.

 

C’est le  long monologue d’un homme introverti et névrosé, dont la vie est une succession de frustrations et d’échecs. Le propos, non dénué d’humour, dérive insensiblement, et toute  son amertume se concentre sur cet instrument responsable de tous ses maux. De l’instrument au compositeur, il n’y a qu’un pas… et le musicien se livre alors à la critique acerbe de plusieurs compositeurs des plus (re)connus et, pour étayer son argumentation, nous propose d’écouter quelques extraits d’œuvres classiques célèbres de Brahms, Wagner, Mozart, Schubert et autres…  De plus en plus vindicatif, il envisage de créer le scandale le soir même à l’opéra, en hurlant le nom de Sarah dès le début de la représentation de l’Or du Rhin.

 

La mise en scène de Christelle Carlier propose des « respirations » grâce aux intermèdes de « réhydratation » (!) du musicien, et ses compositions originales jouées au piano, de style plus jazzy, allègent le côté oppressant (d'ailleurs accentué par la toute petite salle au plafond bas dans laquelle nous nous trouvions) de cette inéluctable dérive vers la folie à laquelle nous assistons.

 

Eric Soulard, multi-instrumentiste, se révèle un excellent comédien qui a tenu son auditoire en haleine sans aucun temps mort, pendant ce long monologue de 90 minutes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy de Toledo - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires

LMC 22/02/2017 09:37

Le monologue est un exercice extrêmement difficile, alors avec des instruments en plus, il y a de quoi saluer le travail de l'artiste !