Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.
  • Site d'aide à la diffusion et à la programmation de spectacles vivants couvrant tous le grand Sud Est de la France, dédié aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 11:07

http://www.491.fr/Archives%2006/images06/Agoudjian06.gif

Spectacle de la compagnie Tera, vu le 24 septembre 2013 à 20h30 au théâtre du Gymnase à Marseille.

 

Ecriture et mise en scène : Simon Abkarian

Avec : Simon Abkarian (Théos), Arian Ascarie (Nouritsa), Marie Fabre (Vava), David Alaya (Minos), Cyril Lecomte (Aris), Judith Magre (Sandra), Oceane Mozas (Zela), Clara Noël (Sophia et Eias), Chloé Réjon (Astrig), Igor Skreblin (Xenos)


VIVANT2-toiles-3Genre : tragi-comédie

Durée :  environ 2h30 

Public : tout public (bien que... 2h30 et pas mal de "grivoiseries")

Sortie de création

 

  

De mon poulailler, je découvre une étroite cuisine au centre de la scène. Sandra, la tante, la soeur, l'avocate, la bouquineuse, la "folle", ouvre le bal avec une imprécation au soleil entre 2 bouffées de cigarette. C'est le dernier jour du jeûne... ça jeûne de pain, de corps, voire de se sentir aimé et entendu pour certains. Par contre ça n'jeûne ni de verve, ni de gouaille. Quand Zéla, face à la mer, adresse au soleil son désir de femme, entre parole de pythie et crainte de petite fille ; sa soeur Astrig tente de la ramener sur terre dans le cru de sa langue et de sa réalité. Quand Nouritsa, la mère, la sage, traductrice des rêves que nous découvrons, seau d'eau et serpillière à la main, tente de canaliser et d'apaiser les peines et colères de ses filles dans son accent du sud ; Sandra, sa soeur, leur lance une bonne bouffée empreinte d'un féminisme un peu aigre ; alors que Mme Amalia, voisine et peut-être future belle-mère d'Astrig, a une manière beaucoup plus imagée et bien plus directe de nous parler des rapports entre homme et femme. 

Les mots se heurtent, chantent, se chevauchent, s'évadent... Théos, le père, les partagent avec plus de modération, mais aussi avec force et justesse. Elias, le cadet, les portent avec insouciance et innocence. Farès, l'étranger, les habille à la couleur de chez lui. Quant à Harris, eh bien... disons que Mme Amalia, sa mère, lui a transmis son art (et merci !). Et ce qu'ils ne disent pas avec les mots, ils le disent avec le corps. Dans sa fragilité ainsi que dans sa violence... Et  puis il y a Minos, le boucher du village, qui ne rencontre plus les gens que dans sa boutique. Et sa fille, Sophia, qui se terre dans son silence depuis des mois. 


Au milieu de tout ça, il m'a manqué des temps pour souffler et laisser reposer ma caboche (ce que m'ont quand même permis les personnages d'Arris et de sa mère, Vava). Il y avait beaucoup d'intentions et de mélanges dans le jeu, le phrasé et la forme des textes. Du coup, des intentions pas toujours claires quelquefois, et des articulations entre les différents tableaux manquant de fluidité. Mais ça reste une belle pièce, avec de belles interprétations, dont un coup de coeur pour David Ayala (Minos, le boucher) ainsi que pour Clara Noëlle (Sophia et Elias). 

 

 

Photo : Antoine Agoudjian

Partager cet article

Repost 0

commentaires