Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 20:15

atelier-de-la-pierre-blanche_ubu-roi.jpgPièce d'Alfred Jarry, adaptée par l'Atelier de la Pierre Blanche (Lambesc, 13), vue le 21 Juillet 2012  à l'espace Jean-Baptiste Niel (en plein air) dans le cadre du 47è festival des Nuits de l'Enclave (Valréas - 84).

  

Avec :  Frédéric Richaud, Roland Peyron, Raphaël France-Kullman, Nathalie Nowicki, Michèle Sebastia et Bryce Quétel

Direction artistique : Gilbert Barba

Scénographie: Gilbert Barba, Bryce Quétel, JF Piccardi

Musique : Jean-François Piccardi (création et interprétation) et Elysabeth Meunier (interprétation)

Costumes : Fabienne Varoutsikos

Masques et marionnettes : Judith Dubois

 

Genre : Théâtre et marionnettes

Tout public à partir de 10 ans

Durée : 1h20

 VIVANT-3-COEURS-5.jpg 

Cette satire du pouvoir, écrite par Alfred Jarry en 1898, n'est pas du tout anodine pour un spectateur du XXIè siècle. Mère Ubu, manipulatrice, cruelle et cupide, assistée de l'ambitieux Capitaine Bordure, pousse Père Ubu à assassiner le roi Venceslas, la reine et leurs héritiers pour usurper le trône. Père Ubu, stupide, goinfre et méchant, pourrait alors, une fois roi, réaliser des rêves dérisoires. Affaire faite, Ubu règne en tyran sanguinaire, encouragé par Mère Ubu. Ce couple infernal sera finalement vaincu et fuira en poursuivant ailleurs les mêmes ambitions. Ce vrai drame shakespearien reste malgré tout dans le registre comique : les personnages sont grotesques, les dialogues absurdes et les situations satiriques. Jarry avait conçu la pièce pour des marionnettes, et Gilbert Bara a tenu à relever ce défi de manière magistrale.

 

Comment, sans le trahir, parler de ce spectacle éblouissant, à la fois complexe et épuré ?

On découvre au premier coup d'oeil une scénographie surprenante. Côté cour, de grandes « marmites » en fer blanc (les « steel drums » de la Cie Courants d'Airs). Rien d'autre. En fond de scène, un rideau noir occupé en son milieu par un rideau rouge à l'italienne. Plus haut, et sans doute en fond de coulisses, un autre rideau noir : on devinera qu'il masque un praticable surélevé qui servira à la fois de balcon solennel pour les acteurs et de castelet pour des marionnettes. Arrivent les musiciens avec costumes et têtes de marionnettes. Le ton est donné.

 

Le spectacle commence et nous surprend en associant comédiens-marionnettes et véritables marionnettes... en effet, chaque comédien a une tête de marionnette que Judith Dubois a façonnée à partir d'une cagoule en lycra sur laquelle elle a fixé des éléments en mousse sculptée. Par l'agencement des volumes chaque masque exprime l'essentiel d'un rôle avec l'étrange fixité des visages de marionnettes : goinfrerie et bêtise pour Père Ubu, dignité pour la reine Rosemonde… Les costumes de Fabienne Varoutsikos, traduisent eux aussi l'essentiel : Mère Ubu, silhouette sèche (jouée par un homme), apparaît d'emblée ambiguë en mégère manipulatrice avec son costume alliant le féminin et le masculin.

Les gestes sont expressifs, un peu rigides, géométriques parfois, et les voix résument chaque personnage (aigre, solennelle, grossière, compassée etc). A eux six, les comédiens de la troupe interprètent pas loin d'une vingtaine de rôles. Impossible de s'en rendre compte et, au début, on s'interroge : le programme ne mentionne pas tant de monde... seuls Frédéric Richaud (Père Ubu) et Roland Peyron (Mère Ubu) se limitent à un personnage. Au rythme où progresse l'intrigue, on imagine un vrai ballet-spectacle dans les coulisses !

 

Plusieurs épisodes mettent en scène de véritables marionnettes (à doigt, silhouettes ou têtes modelées) et produisent des effets surprenants. Ainsi, quand arrivent 4 acteurs  avec chacun une grosse tête de marionnette sur la main droite tendue, on veut bien voir 8 personnages… Quand les magistrats (petites marionnettes avançant en file indienne tout en haut, sur le plan du castelet) se font décapiter par un Ubu énorme, la scène est d'un tragique absolu.

Le rideau rouge aussi est un personnage. Il arrive qu'il prenne vie, agité de soubresauts ou semblant parler, et c'est d'un bel effet comique. Parfois ses deux pans s'écartent, nous laissant deviner un autre espace. Ainsi, pour la scène de guerre, il se découpe comme une fenêtre par laquelle nous voyons défiler Ubu à la tête de soldats martiaux, puis moins fringuants à chaque passage, et finalement battant en retraite complètement lessivés. La salle explose de rire.

 

La musique ponctue le texte et les jeux de scène, évoque émotions, éloquence, plainte, cruauté, protestations ou humour. Elle crée aussi de manière astucieuse des changements de scènes. Jarry avait prévu un grand nombre de scènes et de décors. Ici, Gilbert Barba nous fait passer de manière fluide d'une scène à l'autre en se servant de la musique, de l'éclairage, du rideau rouge, des différents niveaux de plateaux. Quelques éléments de décors mobiles matérialisent certaines scènes, et disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus. Ce spectacle donne simultanément une impression de foisonnement intense et d'harmonie, on ressent une véritable cohésion de l'ensemble.

 

Les répétitions ont fonctionné comme un collectif de création au service du projet initial : tous ensemble (metteur en scène et interprètes) ont effectué des coupures dans le texte original afin de resserrer l'action. JF Piccardi a écrit la musique au fur et à mesure des répétitions. Judith Dubois confectionnait les masques et faisait les essayages pendant les répétitions, modifiant et remodelant selon l'effet recherché.

Nous avons été enthousiasmés devant l'aboutissement artistique d'une mise en scène si brillante, et par les diverses interprétations sans failles au service d'un texte resserré. J'ai découvert la puissance d'expression des marionnettes qui, nous privant du jeu nuancé des comédiens, nous emportent dans un monde en apparence schématisé, et  pourtant porteur d'émotions profondes et de réflexions sur la portée de comportements quotidiens. Un spectacle à voir, absolument.

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article

commentaires