Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 16:42

theatre-du-phare_oh-boy.jpgVendredi 2 Mars 2012, nous avons assisté à la représentation du Théâtre du Phare en direction de scolaires, sur le plateau de l’Odyssée d’Eybens (38).

 

- D’après le roman de Marie-Aude Murail, sorti en 2000
- Spectacle récompensé par le Molière 2010

 

- Public : indiqué à partir de 9 ans. Selon nous plus adapté pour les pré-ados ET ados, sans oublier les adultes
- Durée : 1h

   

- Distribution :
- Mise en scène : Olivier Letellier
- Jeu : Lionel Erdogan
- Adaptation : Catherine Verlaguet
- Création lumière : Lionel Mahé
- Création sonore : Mikaël Plunian
- Régie en alternance : Lionel Mahé et Laurent Labarrère

VIVANT-3-COEURS-5.jpg 

L’histoire est un monologue, celui d’un jeune homme de 26 ans, Barthélémy Morlevent, qui apprend l’existence de frère et soeurs. Une irruption inattendue et invasive dans sa vie, qui va bousculer habitudes et façon d’être au monde. Tout commence dans une pénombre, le protagoniste parle à un autre qui n’est pa sur le plateau mais dont nous allons faire la connaissance au fur et à mesure du développement : son frère Siméon atteint d’une leucémie. C’est un encouragement, une impulsion, un coup de pied au cul quand il lui dit : "Bats-toi bonhomme ! T’es dedans jusqu’au cou". Puis voilà qu’il se reprend : selon lui son histoire commence sans lui, avec ce trio Morlevent décroissant (Siméon 14 ans, Morgane 8 ans et Venise 5 ans) qui apporte son barda de l’orphelinat avec, en prime, un juge des tutelles et les services sociaux... Le grand frère se trouve embringué dans un accueil de samedi en samedi, et il apprend à connaître ces trois-là et même, à s’y attacher. Pas facile quant on est homo et que son compagnon n’a pas le partage facile; pas facile quand Siméon déclare une leucémie; pas facile quand sa demi-soeur Josiane joue les trouble-fêtes. Il s’interroge : "C’est possible d’avoir une vie ?".

En guise de décors et d'accessoires modulables : une armoire, des cubes qui se balancent, une chemise et une boule de lumière, une chaise pour figurer les personnages, une poupée barbie "Mme la Juge", des petits play-mobil, une voiture miniature... jouets "dérisoires" liés à l’enfance et qui permettent justement de dire ce que les mots ont du mal à s’exprimer, même quand on est un "grand". Barthélémy est pétri de maladresse(s) qu’il parvient toutefois à exprimer ("j’suis nul mais j’suis là"), de bienveillance pour "se remuscler le sourire", de questionnements au-travers desquels il se fraye petit à petit un passage, ce qui lui permet de faire ses choix véritables, ni dictés par autrui, ni subis, et qu’il décide d’assumer. On retiendra sa conclusion : "Merci d’être entré(s) dans ma vie et d’avoir foutu le bordel. Finalement, c’est peut-être maintenant qu’elle commence mon histoire".

 

Un texte pudique qui aborde intelligemment des questions sur la famille, l’identité, le lien à l’autre, l’homosexualité, la maladie et la souffrance, la séparation et l’abandon. Un texte qui s’adresse aux enfants qui se coltinent la vie et ses complications, mais aussi aux adultes qui veulent bien s’essayer à répondre et guider avec sincérité. Des sujets sensibles à ne pas éviter, appréhendés avec humour et distanciation, sans pour autant être édulcorés. Un jeu en adéquation avec les propos, tant par la mise en scène choisie que par le jeu du comédien et l’appel au théâtre d’objets. Barthélémy nous touche parce que les enfants et les adultes se retrouvent en lui et qu’il a les composantes de nos âges de vie.

 
Coordonnées Espace Culturel l’Odyssée :
- Adresse : 89 avenue Jean Jaurès, Eybens (38)
- Tél. : 04 76 62 67 47
- Web : http://www.ville-eybens.fr/equip/audito_odyssee.php

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 14:56

Trio-a-la-pointe.JPGSpectacle du "Trio à la Pointe", vu le 17 Mars 2012 à la salle des fêtes de St Bauzille-de-la-Sylve (34).

Genre : concert-spectacle sur des chansons de Boby Lapointe 

  

Durée : 1h30

Public : à partir de 12 ans

 

Interprétation :

Véronique Merveille au chant (Cie La carambole)

Alain Sabat à la guitare et au chant

Catherine Saurat aux percussions, au vibraphone et au chant

Odile Picard pour les costumes

 

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Ce spectacle fait le tour de la France depuis 22 ans dans des versions différentes, avec les chansons de Boby Lapointe. Ce jour-là la compagnie a présenté un spectacle autogéré avec participation libre, dans le cadre du développement culturel en milieu rural. La salle était prêtée par la mairie de ce joli village de 800 habitants.

Avec entrain et bonne humeur, le Trio met son imagination et ses talents aux multiples facettes (chant, comédie, musique) au service d'une quinzaine de textes.  Les chansons sont revisitées ou même triturées avec humour ou tendresse, évitant le double écueil de l'imitation et de la trahison. Véronique Merveille (depuis peu dans le Trio) se transforme à chaque chanson, modulant sa voix avec une jolie amplitude ; elle marche, ondule ou se statufie, campant des personnages dans une série de costumes pleins de caractère et avec des chapeaux "décoiffants" !  Quelques sketches avec Alain Sabat et Catherine Saurat ponctuent le spectacle. Le déchaînement bien balancé des percussions et la guitare nous font vivre les ambiances rythmées de Boby Lapointe. Un pot-pourri façon Lapointe conclut le tour de chant, et l'aventure se termine dans une farandole au son du fifre.

J'ai regretté l'ambiance un peu tristounette de la salle et les petites difficultés de sonorisation. Mais, avec un enthousiasme inattaquable, le Trio rend un bel hommage à Boby Lapointe, dans un spectacle musical et visuel, à proposer à ses fans et à tous ceux qui veulent passer un très bon moment.  

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 11:30

helene-de-bissy_les-integrales-de-la-baignoire.jpgSpectacle de la compagnie Les Perles de Verre, vu le 19 mars 2012 à "la Baignoire" (Montpellier - 34).

 

Genre : lecture à haute voix par une comédienne

Interprétation : Hélène de Bissy,comédienne et enseignante au conservatoire de Montpellier

Durée : 45 minutes environ

Type de public : adulte

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Hélène de Bissy propose « les Intégrales » depuis 2010 : de Novembre à Mai, cinq lectures. Les textes qu'elle choisit sur des coups de coeur dans la littérature contemporaine sont de style, d'ambiance et de propos très différents et jamais anodins. Dans le cadre de la 3è saison nous écoutons « l'os d'aurochs » de Pierrette Fleutiaux (Ed. Le chemin de fer, 2007, 54p, ill. Christine Guinamand).

 

Hélène, la comédienne, et Claire, l'administratrice, nous accueillent dans une petite salle rustique, ancien garage où trône la baignoire en fonte qui a donné son nom au lieu. Quinze chaises nous attendent en demi-cercle. On peut choisir d'arriver une demi-heure avant la lecture pour faire connaissance autour d'un buffet maison, dans une ambiance tranquille, simple et détendue, comme entre vieux amis venus partager un moment de réjouissance.

 

Puis Hélène de Bissy s'installe face à nous, très proche. Dans une lecture très travaillée, la comédienne met en valeur l'écriture narrative ciselée de Pierrette Fleutiaux, mais le texte se déploie avec beaucoup de naturel. Il s'agit d'une rencontre, de deux chiens, des humains … mais je ne vous raconterai pas l'histoire au dénouement surprenant. En fonction des situations, le ton s'infléchit, se fait léger ou soutenu, le débit s'accélère ou est suspendu dans de brefs silences, la voix se modifie dans les dialogues. Nous sommes vite accrochés, pris dans l'humour du texte, surpris par les petits coups de théâtre du récit et, en même temps, emportés par sa dimension allégorique. C'est un tour de force de nous transmettre à la fois cette légèreté et cette profondeur de la narration par le seul travail de la voix, sans aucun geste.

Une fois la lecture terminée, nous nous ébrouons, un peu abasourdis de tomber du texte sur nos chaises. Puis le silence se rompt doucement, on se dégourdit un peu les jambes, plusieurs d'entre nous ont envie de toucher le livre et nous commençons à discuter autour d'une tasse de café. Quelqu'un suggère de proposer « L'os d'aurochs » dans les mêmes conditions à un public de grands enfants : à voir … Nous nous séparons en nous souhaitant à la prochaine fois pour la dernière lecture de la saison.

 

Ce type de spectacle est très original dans son rapport à la littérature car il s'agit d'autre chose que d'une simple lecture à voix haute. Le spectateur est stimulé car la maîtrise de l'art dramatique pousse le texte vers ses limites et en offre des aspects surprenants. A tel point que l'envie vient au spectateur de se procurer l'ouvrage pour en retrouver les sursauts entendus.

La Baignoire fait ici un beau travail d'animation et de mise en scène de la vie littéraire contemporaine. Associations et groupes d'amis pourraient accueillir avec bonheur de telles lectures. Souhaitons également que le secteur de la lecture publique voie ses modes de gestion s'assouplir afin de pouvoir associer des professionnels du théâtre à leur promotion de la littérature.

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Adultes
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 16:25

hors-pistes_ordures-et-menageres_2.jpgSpectacle de la compagnie Hors Pistes, vu dans le cadre de La saison Cirque en Languedoc Roussillon, soutenu par la Verrerie d’Alès et le Pôle National des Arts du Cirque, et programmé par Le Centre Social et Culturel La Croisée à la salle Polyvalente de Saint-Gilles, le 18 Mars 2012.

 

De et avec : Priscilla Mateo, Marie-Annick Ferrasse, Sébastien Brun, Stéphane Guillemin

Regard Extérieur : Christian Lucas

Régisseur lumières et son : Frédéric Miclet

 

Durée : 20 mn

Tout public

vivant-3-toiles-4.jpg

Un décor simple, on se croirait dans la cuisine de M. et Mme Tout-le-monde. Mais ce décor nous révélera bien des surprises. Nous ne sommes pas chez M. et Mme Tout-le-monde. Nous avons à faire à de réels acrobates qui vont évoluer dans la cuisine, le salon, la chambre à coucher mais aussi au bureau. Scènes de vie mêlant acrobaties, danses et gestuelles théâtrales, utilisant les tables, les chaises, le lit comme agrès  et les placards pour y cacher les amants.

 

Parfois on en oublie la prestation acrobatique pour se laisser embarquer dans cette histoire de vie ordinaire : le couple, l’amour, la routine, la séduction, l’adultère. Tout y est subtilement suggéré. On en rit, on est ému…Petits et grands y prennent ce qu’ils en comprennent et ce qui les touche.

L’envie première des artistes est de mettre en scène d’autres codes grâce au monde du cirque et à la richesse de son langage corporel. Permettre à l’inconscient des individus de s’exprimer : que se passerait-il si j’envoyais les dossiers à la tête de mon patron…ou si je prenais cette porte-ci plutôt que celle-là ?

Les personnalités s’expriment et les tempéraments se complètent ou s’affrontent.

Une belle place est également faite aux costumes qui soulignent le propos.

 

Parfois la performance reprend le dessus et on admire alors le beau travail des artistes qui se donnent à fond dans un rythme intense. De cascades en portés acrobatiques, ils nous livrent une belle prestation sur la vie extraordinaire de gens ordinaires.

 

Un spectacle dynamique, ludique et tendre à mettre devant tous les yeux.

Repost 0
Published by Marie-Pierre HUSSON - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 10:17

acta_en-corps.jpgLundi 12 mars 2012, la compagnie ACTA (venue de la région parisienne) était présente sur le plateau de l’Espace 600 de Grenoble (38) avec sa création 2012, premier volet d’un tryptique initié par Leurent Dupont : croisements de danse(s), chant(s) et image(s).

 

- Public : défini à partir de 3 ans
- Durée : 1h

 

Distribution :
- Conception et mise en scène : Laurent Dupont
- Collaboration artistique : Agnès Desfosses
- Chant(s) : Marie Fraschina
- Image(s) : David Liver
- Danse(s) : Thierry Maboang
- Digital design : David Liver
- Sound design : Mathieu Florentini
- Scénographie : Patricai Lacoulonche  

vivant-3-toiles-4.jpg 

Une scène en arc de cercle, comme l’arène de la corrida. Trois panneaux pour des formes et des couleurs : du bleu, de l’orange, du jaune, du rouge. Des claquements de pieds, des frappés de mains, des onomatopées. Des variations autour de l’animal emblématique de l’Espagne, le taureau, comme des recherches faites par Picasso, peintre du mouvement et du rythme, du soleil et des teintes, des ombres et de la lumière ; recherches et tergiversations sur fond de chant andalou pimenté d’une pointe de lyrique, de jeux de silhouettes animales/humaines, de courbes corporelles piquées de Flamenco et tracées d’éventail(s)-banderilles. Impressions-disparitions en mouvances, diffractions, étirements et dissensions.

Une proposition touffue, emplie de références pas toujours évidentes à cerner lorsqu’on ne les a pas en mains(courants artistiques, chanteurs d’époque, voire d'autres civilisations...), sur fond d’associations d’idées. Si elle a incontestablement fait réagir les plus jeunes qui se sont laissés porter par les couleurs, la musicalités et le stimuli des formes en mouvements, elle mérite(rait), selon nous, un accompagnement pour les enfants plus âgés et les ados qui ont eu, nous semble-t-il, plus de difficultés à se saisir du spectacle, à s’en imprégner et à en comprendre la démarche.

La présence et l’intervention de l’informatique apportent incontestablement au propos. Cependant, nous avons été gênés par la visibilité de l’écran, quasiment en avant-scène et qui cachait une partie du plateau. Pas de nécessité pour le(s) spectateur(s) de suivre ces modalités techniques. Il y a robablement à s’interroger sur le positionnement dans l’espace d’un tel dispositif.

Pour nous il y aurait peut-être à imaginer deux formules, une qui s’adresserait aux plus petits et une aux plus grands.

Peut-être y aurait-il aussi à resserrer la durée du spectacle et son foisonnement de techniques artistiques.

En tout cas c'est une compagnie qui, par cette proposition riche et exigeante, nous a donné envie de suivre son parcours et son évolution.

 

Web Espace 600 : http://www.espace600.fr/

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 15:05

art mixte cabaret cartonLa compagnie Art Mixte a créé pour la première fois un spectacle de cabaret le 10 Mars 2012, presque un pari … Des artistes d'horizons différents ont proposé leurs créations sous forme de numéros de cabaret et se sont réunis pour régler les enchaînements. Unique représentation dans une salle de la mairie de Murviel-Les-Montpellier (34)

 

Distribution :

Comédiens : Joël Collot (Art Mixte), Gérard Sanchez (Art Mixte), Muriel Lombardi (cirque & jonglage - Cie Easy to Digest) et Isabelle François (comédienne et chanteuse).

Création et interprétation musicale : Renaud Grémillon à l'accordéon et Manuel Wicquart à la clarinette (Symphonic Balzar)

Peintre exposant : Nicolas Gal

Décors : collectif de Murviel

 

Durée : environ 2 h

Tous publics à partir de 5 ans.

  

vivant-3-toiles-4.jpg
 

 

 Intrigués par ce qui nous attend (carton ? exposition ? cabaret ?), nous sommes accueillis avec des cocktails "maison" dans un brouhaha festif. Petites tables et tabourets de carton disposés en rond, gradins à l'arrière, enfants assis par terre, devant. Décor et matériel de carton ont été fabriqués lors d'un atelier précédent. Art Mixte, à Murviel depuis 1994, anime ateliers pédagogiques et collectif de bénévoles (organisation des Rencontres Ateliers Théâtre chaque année fin Mai).


On s'assied, le calme se fait et les numéros se succèdent sur un tempo soutenu. Les musiciens ajoutent souvent leurs touches d'humour et nous entraînent dans un tourbillon de leurs créations, endiablé et insolite. Une exposition de peinture est intégrée dans le spectacle, c'est original et bien mené. Les toiles de Nicolas Gal apparaissent presque personnifiées, dans une mise en scène fluide. Pendant ce temps, en duo, Gérard Sanchez et Isabelle François tournent en dérision la vacuité de certaines critiques en art plastique. Gérard nous dévoile son talent de gesticulation comique. Isabelle nous emballe avec talent dans un répertoire de chansons décalées, parfois coquines, d'une grande drôlerie. Avec Joël Collot, ce sont des parodies comiques de funambules et de magiciens, et un strip-tease hilarant ... dans une boite en carton ! Les numéros de Muriel Lombardi apportent des ponctuations de gravité (extraits d'"Impromptu pour une sculpture itinérante") avec sa vision personnelle du jonglage, sa danse concentrée, précise et lente, sur une bande-son en contrepoint poétique. Elle empile des cartons cubiques en hautes constructions et à l'alignement parfait, les déplace et les démonte. Petite fille pleine de rêves elle s'efforce pathétiquement de suivre la consigne "bien droit" des adultes et, à la fin, tout s'effondre dans le désordre.

 


Ce "Cabaret Carton" m'a enthousiasmée par son alternance entre tension et détente, comique et poésie, émotion picturale et émotion musicale. Pari du cabaret réussi ! Il reste à espérer que ce spectacle ne demeure pas éphémère et que vous puissiez, vous aussi, vivre ces excellents moments. 

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 18:33

theatre-en-action_ils-marchaient-vers-une-terre-dasile.jpgLa salle du Jeu de Paume de Vizille (38) a accueilli un spectacle de la Cie Théâtre en Action, mis en scène par Renata Scant. C’était le vendredi 9 mars 2012. Une écriture-création 2010.

 

- Public : plutôt adultes et ados
- Durée : 1h30

 

Distribution (certains de ces comédien(ne)s sont en formation à Théâtre en Action) :
- Françoise Germain
- Camille Guillon
- Kokki Youbouet
- Marc Stussy
- Jérôme Roussaud
- Patrick Seyer
- Pierre Simon-Chautemps
- Lazid Ketfi
- Lucas Meyer
- Erck Priano
- Eric Chambon
- Renata Scant
- Yann Girault

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Dans un coin, un monceau de valises sur la scène. Dans l’une d’elles, quelqu’un est caché. Un homme passe dans les rangs des spectateurs, armé d’une lampe de poche. Il cherche... quelqu’un. Ce quelqu’un, c’est un migrant, un sans papier, un homme en situation irrégulière, de ceux qui doivent obtempérer sur le champ sous peine d’avoir quelques démêlées avec la police. Parce que, forcément, on ne fuit que si on a quelque chose à se reprocher...

Désiré, poursuivi et paniqué, traverse malencontreusement la rue et c’est l’accident irréparable. A partir de cet "incident", dont est témoin une femme, nous suivrons les interrogations et chamboulements qui se produiront dans une famille qui ne se sent pas concernée de manière uniforme par les destinées de celles et ceux qui cherchent refuge hors de leurs frontières. Nous irons également faire un petit tour du côté des associatifs qui oeuvrent aux côtés de ceux qui voudraient juste être régularisés pour avoir un avenir meilleur et s’en sortir. "Partir, ce n’est pas un rêve de grandeur. Partir, c’est une nécessité". Par le truchement de lettres retrouvées dans la valise de Désiré, leur lecture, des scènes illustrées de ce qui a motivé ce jeune sourd-muet à quitter mère et village d’Afrique, nous approchons ce qui fait humanité.

 

Nous avons trouvé le traitement théâtral assez conventionnel et sans réel accrochage, parfois même maladroit, avec des personnages types, manichéens, sihouettes plutôt que sujets vraiment incarnés dont on aurait mieux saisi et ressenti les motivations. Comme si ce qui avait primé pour la metteure en scène et l’équipe de jeu était le sujet social et sociétal qu’elles avaient à coeur, avec une difficulté à décoller, à donner du relief, de l’ampleur et du rythme. Nous aurions tendance à dire que nous en sommes ressortis avec dans nos poches de bons sentiments enrobés de didactisme. Certains moments ont plus attiré notre intérêt : l’intégration sur le plateau d’un comédien sourd et muet, et la scène de référence à Antigone. C’est peut-être d’ailleurs vers des points d’achoppement de ce type qu’aurait pu davantage être creusé le sillon mais en tous cas, selon nous, ce n'est pas suffisant pour un faire un propos théâtral, avec force(s) et corps. Et pourtant, à l’origine, il y a un véritable regard citoyen et un engagement face à une actualité complexe.

 

Nos réserves nous amènent à penser que c’est un spectacle qui peut tout à fait convenir et s’adresser à des scolaires, et répondre aux attentes d’équipes enseignantes, comme support à une sensibilisation et à un questionnement auprès des jeunes à partir du collège.

 

Web culture Vizille : http://www.sortiravizille.com/  

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:01

vox-international-theatre_guillaume-paul-en-concert.jpgNous étions au concert de cet artiste isérois le mardi 28 février 2012, à l’Heure Bleue de St Martin d’Hères (38).

 

- Tout public
- Durée : 1h30

 

Distribution :
- Loul Perrin : guitares en tous genres
- Quentin Allemand : percussions, batterie, cuivres, basse, looper, claquettes
- Fabrice Lelong : claviers, piano, trompette, chœurs
- Violette Jullian et Camille Pasquier : comédiennes-chanteuses

vivant-3-toiles-4.jpg 

Guillaume Paul est homme de théâtre (Cf. compagnie Vox International Théâtre), mais pas que... Ces dernières années, nous avons pu découvrir  son approche de la mise en scène et son penchant pour les croisements entre textes, musiques et chansons. Ce soir, c’est donc son versant chanteur et interprète qu’il nous dévoile, plus que lors de l’Apéro-Cabaret Vox auquel nous avions dernièrement assisté (sorte de salut suite à une résidence à l’Heure Bleue qui s’achève cette saison. Une balade en styles et univers sonores dont voici quelques mots happés en vol : "Bientôt je marcherai dans les trous des souliers, les corbeaux gris, le sang de ma langue, le rouge du peuple en armes, Anarchie,.." "Résignez-vous !", arranguait-il, le poing levé...).

 

Guillaume commence dans la pénombre, et fait choir sur le sol les feuillets des chansons interprétées. A ses côtés : deux filles en rouge (tour à tour choristes ou filles de cabaret) et des musiciens compagnons. Ca frise le rock et glisse en piano-bar, ça blues en vague à l’âme. Ca flirte du côté des chansons gangsters, avec celle interprétée par Violette qui nous barbouille d’un vocabulaire fleuri, goûteux, osé et à la poétique crue. L’émotion s’immisce lorsque le silence se glisse entre mots et notes. Guillaume est fidèle à ses engagements dans son travail d’artiste. Il est monté sur ressorts : ressorts physiques et ressorts de langue(s), comme dans cette chanson tout en "H".

Des compos, des paroliers, des poètes et des chanteurs (Jean Wiener, Jean Ferrat, Brel, Apollinaire, Brassens et Richepin, Brel), des références (le Dormeur du Val quand il évoque la mer, les monts, les vals...) mais aussi des clins d’oeil aux chansons populaires sur lesquelles certain(e)s d’entre nous ont sans doute dansé (comme la reprise de "No woman no Cry" par Boney M, ou encore le "Jingle bells" seriné sur les ondes à Noël).

Il aurait pu conclure par cette phrase entendue au cours de la soirée : "Laisse-moi tomber par la fenêtre des confetti dans la tête".

 

Une première de trois soirées consécutives qui laissent présager que, peut-être, l’homme traînera guêtres, textes, fougue et talent sur des plateaux sonores, hors champ théâtral. Bon vent à lui !

 

Web Heure Bleue : http://www.ville-st-martin-dheres.fr/heure_bleue.html

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Concert
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 17:48

tara-theatre_johnny.jpgNous avons découvert le travail de cette compagnie de la région toulousaine en nous rendant à l’Espace Aragon de Villard-Bonnot (38), lors d’une séance scolaire, le mardi 13 mars 2012.

 

- Public : à partir de 8-9 ans
- Durée : 45 mn
- Type : théâtre noir

 

Distribution :
- D’après une nouvelle de Jack London : "Le Renégat"
- Adaptation et mise en scène : Geneviève Touzet
- Direction d’acteur : Charles Gimat
- Scénographie : Geneviève Touzet et Jean-Paul Béalu
- Marionnettes et décors : Geneviève Touzet, Jean Paul Béalu et Maurice Jourdain
- Musique originale : Philippe Dutheil
- Comédiens- manipulateur : Jean Paul Béalu, Jean-Philippe Hémery
- Régie son et lumière : Dominique Dussourd
- Photos, affiche : Michel Baudy

vivant-3-toiles-4.jpg  

Un intérieur sommaire pour une famille modeste : une femme et quatre enfants dont Johnny, l’aîné, qui doit se rendre à l’usine pour compléter les apports financiers nécessaires au quotidien. Pourtant, Johnny est encore un enfant... Enfant, il ne l’est pas dans son comportement : tandis que ses frères et soeurs jouent, rient et se chamaillent, lui part tôt le matin, rentre exténué le soir et ne cherche qu’à dormir. Il n’éprouve aucun désir, suit sa routine quotidienne et ne se révolte que lorsqu'un de ses frères se moque de lui. Jusqu’au jour où il tombe malade, délire et se relève de cette expérience chaotique avec la détermination farouche de s’en aller pour échapper à un destin qui paraissait tout tracé, immuable et inéluctable. Il part pour s’éduquer à la vie.

Les choix opérés par cette compagnie prennent les traits :
- du théâtre noir qui apporte une poétique, une magie et une distanciation, une bascule.
- de marionnettes de tailles et formes différentes (relativement petites pour les protagonistes du monde ouvrier), de masques qui rappellent les caricatures ou l’art affichiste (pour le contremaître, le directeur, le médecin, le contrôleur).
- des machines à rouages, comme des roues de manèges à broyer les humains.

Le texte de London n’est malheureusement pas daté et il fait écho à des situations encore trop nombreuses de par le monde. Le travail des enfants, c’est toujours d’actualité ! Comme sont d’actualité les notions de rendement, de retour de maladies comme tuberculose et rachitisme... La façon d’aborder ces thèmes ne colle pas (trop) au didactisme qui pourrait émerger. Il y a un beau travail précis d’images, de rythmes, d’effacement des comédiens devant le jeu des marionnettes. Un spectacle qui devrait pouvoir éveiller des questionnements chez les (jeunes) spectateurs et qui mérite(rait) peut-être d’être accompagné. Pour en apprécier la proposition nous conseillons un resserrement de la jauge de spectateurs.

 

Web Espace Aragon : http://www.espace-aragon.net/

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:18

herve-lapalud_facteur-de-chansons.jpgPour la deuxième journée de région en scène Rhône-Alpes, en cette matinée du 21 Février 2012, nous avons vu à la presqu'île un spectacle de qualité et ludique, pour enfants dès 4 - 5 ans. 

 

Hervé  Lapalud : Chant, paroles, musique

Jonathan Matisse : Orgue de barbarie, kora, sanza, banjo, basse...

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Lapalud est sur scène avec son copain et complice Jonathan Matisse.Tous deux sont entourés d'instruments d'ici et d'ailleurs....

Un voyage autour du monde ou l'on découvrira des instruments venus de tous les continents et des textes écrits pour les mômes, à la fois simples mais habilement concoctés, très ludiques.

Des instruments comme cette boîte de sardines-guimbarde, ramenée du Burkinafaso. Hervé voyage avec sa guitare. De ses périgrinations musicales au quatre coins du monde il nous ramène des instruments, des mots, des histoires, des ballades sonores métissées.

Baladin depuis plusieurs années, il  a chanté auprès d'enfants malades, dans les écoles et aime à transmettre le plaisir de chanter, le partage et la convivialité. Un spectacle à même de séduire tous les enfants (ou presque) car conçu pour eux. Ils sont invités à participer tout au long du sprectacle : ils chantent, reprennent des refrains et tapent dans les mains. Au fil du concert, certains se lèvent et dansent ! Ils sont initiés  au sens des mots (amphore, photophore....) mais aussi à des chansons (l 'école des chats), ou encore à fabriquer des  rimes... et ça marche ! Les enfants sont très enthousiasmés par ce concert fait pour eux.

Le public adulte s'y ennuyera peut être car cela est destiné au jeune public, mais de façon intelligente, dynamique et riche .

 

Repost 0
Published by Lydie Brogi - dans Spectacle Jeune Public
commenter cet article