Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 14:41
Découverts lors du Festival Remise à Neuf en août 2008 dans l'Hérault, les Barbeaux, originaires de Béziers, révèlent une musique aux multiples styles.
Fringués de costumes étriqués et d'airs de saltimbanques, ils remplissent la scène de leurs chants populaires et festifs.
Leur énergie est contagieuse et très vite le public semble happé par le regard complice du groupe.
Chansons à texte mélangeant parfois l'espagnol au français et explicitant l'amour, le vin, la vie.
Une musique faite à la fois de poésie, de rock, de valses, nous entraînant dans la joie des guinguettes.

A découvrir sans plus tarder.



Partager cet article

Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 14:02
Le festival Remise à Neuf a accueilli, pour sa dixième édition, ses curieux et adeptes pour un week-end de trois jours du 1er au 3 août 2008.
Festif, convivial, chargé de surprises, il s'est tenu dans ses communes fétiches que sont  Saint Jean de la Blaquières, Le Bosc et Usclas du Bosc, dans l'Hérault.
Au programme, cabarets d'improvisation, théatres, concerts s'étalant au sein des villages, dans des lieux à chaque fois différents.
Moments de partage, d'échanges, de proximité avec des comédiens provenant de toute part.

Un clown provocateur, une excentrique chanteuse américaine, la vie d'un petit garage du Haut Jura ou encore un périple du 15ème siècle à la découverte des Amériques.
Autant de spectacles qui nous maintiennent dans nos convictions: le spectacle vivant est une part unique de nos évasions.
Bravo à ce festival pour sa diversité, son accueil et la beauté des lieux.
Organisé par la Compagnie Humani Théâtre.



Partager cet article

Repost0
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 16:57

Spectacle : Prélude à l’Eclipse

Compagnie : Luna Collectif

Vu dans le cadre du Festival « Fête des Théâtres » les 8-9-10 Août à Saint-Jean du Gard

 

 

Un drôle de manège trône au milieu de l’Espace Paulhan à Sain-Jean du Gard. En fond se dessinent les Cévennes, l’endroit semble idéal pour ce que l’on imagine être un spectacle magique. Etrange donc  ce manège : tout en métal…sur sa base des décors de théâtre, des canapés rococos, un cube transparent, des escabeaux mais aussi des micros pour les voix, des guitares qui pendent, des cordes et des draps pour les acrobaties….Le spectacle commence. Une femme d’un âge respectable nous parle des femmes…le manège tournera laissant apparaître  d’autres femmes et pendant 1h30 il en sera question ….de leurs vies possibles, du couple avec ses joies et ses malheurs, de la maternité, de la douleur de l’enfantement. Tous les âges de la femme sont déclinés sans concessions, sans fard….la magie opère. Les voix, parlées ou chantées, sont belles, les textes poétiques nous emportent, les acrobates nous épatent et quand les artistes évoquent la confusion des genres la scène, magnifique de sensualité ne peut que troubler le spectateur.

Lorsque la nuit tombe les décors et les costumes sont encore plus beaux sous les lumières….on voudrait que cette féerie que nous offrent ces 16 musiciens acrobates sur leur carrousel ne s’arrête jamais.   

Partager cet article

Repost0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 10:13
Un spectacle de Stéphane Gisbert
Interprètes : Magali Faure, Emilie Martinez, Magdi Réjichi
Compagnie :  le sonneur au ventre jaune (13)
Spectacle tout public

Spectacle vu dans le cadre du Festival d'Avignon Off le 31juillet 2008 au Monte charge, Place de l'Horloge

"Il était une fois une petite fille de Village, la plus jolie qu’on eût su voir ; sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore. Cette bonne femme lui fit faire un petit chaperon rouge, qui lui seyait si bien, que partout on l’appelait le Petit Chaperon rouge." Voici le début du conte de Charles Perrault dans sa version originale.
Sauf que notre petit chaperon rouge national a très envie de rencontrer le loup dans sa courte tenue rouge affriolante... Car à l'origine, les contes de fée à morale servait à mettre en garde les jeunes pucelles contre les loups, à savoir la gent masculine...
Ce concept est complètement assumé dans la pièce et nous dévoile la véridique histoire du petit chaperon rouge à savoir le côté ambigüe du conte originel. Cependant, il s'agit également d'un spectacle pour enfants..
C'est ce que j'aime dans les contes de fée : plusieurs niveaux de lecture sont cachés et selon notre âge et/ou notre maturité, on décelle différentes choses.. La mise en scène est axée sur ces strates de compréhension et ce ne sont pas forcément les enfants qui rient le plus des situations proposées... 

Un excellent spectacle où tout le monde retrouve son compte/conte!

Jusqu'au 2 août à 10h30 

Partager cet article

Repost0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 10:02
Un spectacle de Karine Michaud et Véronique Boulard
Interprète : Véronique Boulard
Compagnie :  Miette et cie (13)
Spectacle jeune public à partir de 0 an

Spectacle vu dans le cadre du Festival d'Avignon Off le 30 juillet 2008 au Théâtre des Vents, 63 rue Guillaume Puy

A l'origine du monde, qu'y a-t-il? Voilà la question à laquelle tente de répondre ce spectacle de 40 min destiné aux touts-petits. 
La comédienne, seule sur scène, apporte un semblant de Terre dans ses mains. Sur cette Terre apparaît un oeuf qui grossit, grossit, grossit... jusqu'à donner naissance à Pan'Kou le géant, créateur de toute chose dans ce conte chinois.

Le résultat est très poétique. En manipulant différents objets et en étant très près du jeune public, la comédienne crée un cocon où va se jouer sous nos yeux la création du monde. Les enfants se sentent tellement proches du spectacle qu'ils n'hésitent pas à s'asseoir sur la scène. Un seul bémol : comme le spectacle s'adresse à des touts-petits, les 10 dernières minutes sont de trop..Tout le monde s'agite, ce qui est dommage.

A l'origine du monde, jusqu'au 2 août à 11h45

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 14:11

VIVANT-3-COEURS-5.jpg





De la compagnie Flamenco Vivo (84), au théâtre de l'Oulle pendant le festival d'Avignon.

Flamenco

Avec : Luis De la Carrasca, José Luis Dominguez, Enrique Santiago, Manolo Santiago, Pascal Delalée, Melinda Sala, Kuky Santiago


On ne présente plus Luis de La Carrasca.

Il ne joue pas du Flamenco. Il est le Flamenco.

Il le vit et aime à le partager avec une sincérité et les accents de sa voix rocailleuse.


En grande formation, l’ouverture de ce nouveau spectacle se fait sur de simples claquements de mains, accompagnés de la guitare experte de José-Luis et malgré le cadre très théâtral de L'Oulle, nous sommes immédiatement plongés dans l’authenticité. Du plaisir pur. Musicalement très pointu, rythmiquement surpuissant et dans une énergie et une émotion impressionnante.


Accessible aux non initiés, voir aux non amateurs de Flamenco, ce spectacle oscille entre tradition et modernité. Musiques saccadées, pleines de contrepoints, voix débordantes d’humanité, solos joyeux de chaque musiciens, ainsi que des danseurs-instrumentistes… nous avons devant nous des virtuoses, qui s’amusent ensemble pour notre plus grand plaisir.

Le tableau final, où chacun joue avec pour seul instrument une canne blanche, nous offre une image sonore et visuelle que l’on emporte précieusement avec soi. Le spectacle joue à guichet fermé depuis le début du festival, et le public a fait ce soir là, une standing ovation… comme presque chaque soir.

 

A recommander les yeux fermés.

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 08:36

A partir des œuvres de : Louis Calaferte

Porté sur les planches par : Le Théâtre des Halles

Mise en scène et scénographie de : Alain Timar

Joué par : Yaël Elhadad – Nicolas Gény – Roland Pichaud

C’est un spectacle : Théâtre tout public (durée  1h30)

 

Ce Spectacle a été vu le : 26 juillet 2008

Dans le cadre de : Avignon Festival et Compagnies : le Off 2008

Et le lieu du: Théâtre des Halles- Avignon

 

En résumé :

Sur une scène qui pourrait bien être celle du cirque de la vie, Alain Timar nous a concocté un spectacle de type « plateau de dégustation » à partir des œuvres de Louis Calaferte.

 

Mais encore… :

C’est étonnant. C’est étonnant qu’un théâtre de cette sorte (entendez du genre qui se trouve sur le haut du panier des théâtres qui garnissent Avignon) nous serve d’une telle manière, l’œuvre d’un auteur. Habituellement, ce type de travail se voit dans des théâtres de moindre importance (ce qui ne veut pas forcément dire de moindre qualité) diffusé en général, sous le manteau, entre connaisseurs, servi simplement « à la table » ; le résultat est bien souvent hétérogène, inégal, parfois même un peu décevant il faut bien le dire. Bref, au théâtre des Halles, on s’attendrait à y trouver un plat de résistance et on y a vu « Je veux qu’on me parle »…

 

Alain Timar a eu la volonté de nous faire découvrir Louis Calaferte, un auteur contemporain qui n’est pas des plus connus. Plutôt que d’en présenter une pièce, il a tricoté, entremêlé, coupé, recousu, plusieurs morceaux choisis que trois comédiens nous présentent comme des numéros qui s’enchainent sur une piste, dans une mise en scène sobre mais joyeuse, voir décalée, dissonante, absurde, mais surtout pas grotesque.  On s’attache à la situation d’une saynète ou à un personnage : ça file, ça revient, on en reprend, on s’en ressert, ça repart. On observe un peu étonné au départ, puis ça se détend dans les rangs et ça rigole, ça rigole. Insidieusement, l’effet miroir des textes s’installe, miroir de nous-mêmes, de notre société ?... c’est si proche et c’est normal : c’est du « contemporain ». L’humour absurde devient grinçant, dérangeant, décapant, le propos devient plus ténu, teigneux, hargneux…  Ça y est : vous êtes entrés dans l’univers de l’auteur sans vous en rendre compte. Le magicien invisible accompagné de ses trois présentateurs hétéroclites et complémentaires vous auront embarqués dans leur tour de passe-passe.

 

Alors « Plateau dégustation » ou « plat de résistance » ?... Il s’agit là d’un plateau de dégustation réalisé à partir de plusieurs extraits de plats de résistance. Compte tenu de l’ensemble proposé à cette date estivale, il s’accompagnerait bien d’un bon verre de Bandol, par exemple... M’enfin, c’est une affaire de gout plus personnel… Autrement dit, ceux qui apprécient Louis Calaferte ou ont aimé à le découvrir, auront été servi à satiété. Cela donnera certainement l’envie de l’apprécier en seul plat principal. Pour d’autres à l’appétit moins développé, ou peut-être déjà rassasié à cause d’une surconsommation d’un autre genre en cette période de festival, un service plus léger (entendez plus court) aurait été le bienvenu.  Une affaire de gout donc, et de disposition, à vous de choisir.  

 

Actualité : jusqu’au 2 aout à 17h au théâtre des Halles.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 08:33

Porté sur les planches par : Le bestiaire à Pampilles

Mise en scène : Michel Dallaire

Joué par : Sigrid Perdulas et Alexandre Bordier

C’est un spectacle : Théâtre tout public (durée  1h15)

 

Ce Spectacle a été vu le : 28 juillet 2008

Dans le cadre de : Avignon Festival et Compagnies : le Off 2008

Et le lieu du: Théâtre du Gilgamesh- Avignon

 

En résumé :

Marie-Glawdys et Max-Paul sont un couple d’aristo’ déjantés vivant dans un  noir manoir. Coincés depuis trop longtemps entre leurs quatre murs au point de sentir le moisi, ils décident d’en sortir et de prendre l’air…

 

Mais encore… :

Marie-Glawdys et Max-Paul, c’est… heu… je reprends. Marie-Glawdys et Max-Paul, ce n’est pas un « two mans show » puisque création de personnages il y a, et quels personnages ! Marie-Glawdys et Max-Paul, ce n’est pas une énième version déclinée du duo « clown blanc et Auguste ». Marie-Glawdys et Max-Paul, ce n’est ni grossier, ni vulgaire. Marie-Glawdys et Max-Paul, ce n’est pas non plus le type de spectacle dit « comique » qui pour se vendre pendant le festival se sent obliger de vous gueuler dans les oreilles pour montrer qu’ils existent. Dans la même veine, vous ne retrouverez pas d’affiche de Marie-Glawdys et Max-Paul en 2000 exemplaires plus grands que les autres sur l’Avenue de la République prouvant là leur supériorité par rapport à… à quoi ?… Et pourtant, je me suis fendu la poire en deux en allant les voir !... étonnant, non ?!... Non.

 

Marie-Glawdys et Max-Paul, c’est de l’humour déjanté, décalé, original, incontrôlable, improvisé ou pas. C’est ce qu’on appelle de manière général : « du cabaret ». Mais les classer dans cette seule catégorie là ne suffirait pas non plus, tellement ces deux là sont inclassables. Les mettre sur une scène de théâtre en période de festival n’est peut-être pas la meilleure solution afin de les découvrir, puisque malgré une trame « dramatique » bien définie, les comédiens sont à l’écoute permanente de leur public, et n’attendent qu’une chose, c’est de nous communiquer leur état de « bargitude » afin de nous embarquer avec eux… et ça marche !... Alors leur spectacle risque fort de déborder sur le créneau horaire suivant… et c’est ce qui est arrivé lors de cette représentation. Du coup, le déroulement de leur histoire en a pris un peu un coup sur la fin, et c’est dommage. Dans de telles conditions, une écriture plus élaborée et plus suivie serait préférable, mais ce serait peut-être perdre tout ce qui donne de l’intérêt à leur jeu… Effectivement, on les imaginerait mieux sur la scène beaucoup plus libre, style café théâtre, mais ce serait réducteur car l’histoire qu’ils ont construit à de quoi vivre ses lettres de noblesse sur une scène plus classique…

La solution que j’envisagerai donc : aller les voir à l’opéra puis le même jour dans un café théâtre afin d’apprécier pleinement l’amplitude de leur talent… parce que de toutes manières, on n’enferme pas les fous dans une case!...

 

Actualité : jusqu’au 2 aout à 18h15 au Gilgamesh Théâtre.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 20:53

Texte de Thierry Paillard
Mise en scène de Sandrine Hatt
Interprètes : Denis Hatt, Olivier Deliens, Sandrine Hatt 
Compagnie : Le rouge et le vert (13)
Spectacle tout public

Spectacle vu dans le cadre du Festival d'Avignon Off le 29 juillet 2008 au Collège de La Salle, 1 place Pasteur

Imaginez une île bercée par le chant des oiseaux, le délicat clapotis de la mer carressant son rivage. Une île où le pêcheur Cal A'marre invite le poisson Caille Poisse à boire un verre, où Monsieur Hydromadaire et Ouf Ouf Kimon le singe verlan viennent discuter avec leurs amis. Jusqu'au jour où Mère Hoquet, l'oiseau bariolé, amène de bien mauvaises nouvelles sur l'île Téberli...Le Ralnégé veut tout conquérir!

Comment ne pas être embarqué dans l'aventure de cette petite île et de ses drôles d'habitants? Les marionnettes sont très expressives et prennent vie sous nos yeux alors que les conteurs sont en train de les manipuler à vue de tous... La travail est d'une excellente qualité. Les trois comédiens s'amusent sur scène avec leurs personnages de récup'.

Quand on sait que Ouf Ouf le Kimon parle verlan, on a très envie d'aller sur cette île qui se prénomme Liberté...

La compagnie Le rouge et le vert se donne en spectacle trois fois au Collège de La Salle : une fois à 11h pour les aventures de Ouf Ouf le singe, à 17h pour Téberli'l et à 19h pour Mots d'ailes, une poésie dans les airs. 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 20:24

Texte de Daniel Pennac
Mise en scène de Nadine Jadin-Pouilly
Interprète : Philippe Reyne
Compagnie : Panel production (34)
Spectacle tout public

Spectacle vu dans le cadre du Festival d'Avignon Off le 29 juillet 2008 au Théâtre La tâche d'encre, 1 rue de la Tarasque

Qui n'a pas entendu parler de Monsieur Malaussène, le bouc-émissaire le plus connu de la littérature contemporaine? Il s'agit d'une adaptation fidèle du livre du même nom. Benjamin Malaussène s'adresse à son futur enfant, lui présente sa tribu et l'informe des choses de la vie.

Le texte est formidable, Daniel Pennac est une valeur sûre.
Sur scène, Philippe Reyne incarne bien ce "frère de famille" en pleine crise existentielle. Et pourtant...l'alchimie ne se fait pas... Le comédien incarne tous les personnages et use de gros clichés pour interprêter les femmes de la vie de Benjamin. Thérèse est, par exemple, une caricature d'elle-même.
Un spectacle intéressant pour le texte mais décevant dans la mise en scène et la restitution du caractère propre à chaque Malaussène.

Tous les jours au Théâtre la Tâche d'encre à 15h.

Partager cet article

Repost0