Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 15:54

Spectacle de la Compagnie suisse " La Nuit insurgée " : Un Papillon la nuit

Mise en scène : Alba FONJALLAZ et Philippe PELISSIER

Interprète : Alba FONJALLAZ

Vu le 16 Juillet au Grand Petit Théâtre , 109 rue de la Carreterie AVIGNON OFF : Jours pairs ; en alternance avec " Camille ou la beauté interdite " jours impairs .

Texte écrit spécialement pour le Festival .

 

Le Grand Petit Théâtre est un lieu permanent d'AVIGNON dont la salle fait 42 places .

 

Ce spectacle est une seule en scène , interprété par une jeune actrice talentueuse et captivante . Elle incarne le personnage de Rosa ROSENFELD , une vieille femme  ayant survécu au ghetto de Varsovie et la pièce est une mosaïque extrêmement poétique de quelques uns de ses souvenirs .

Le texte écrit tout spécialement pour le Festival par un ami de la comédienne est d'une force exceptionnelle . Les mots oscillent entre riches métaphores poétiques à la René CHAR ou encore Henri MICHAUX et verbe plus sombre à la CIORAN . Un bras anonyme ganté de satin blanc émerge de temps en temps de la coulisse pour apporter avec délicatesse des objets du passé - une cage dorée avec un oiseau multicolore , des ballons " lettrés qui montent vers les cieux  - . La vielle femme vêtue de noir se métamorphose en une jolie jeune fille brune au visage radieux parée d'une élégante robe rouge en satin et occupe la scène avec brio .

La jeune comédienne , bouleversante et comme en apnée dans ses souvenirs immuables , transmet le texte de sa voix grave et sensuelle et hypnotise le spectateur .

Aucun misérabilisme dans ce spectacle par rapport au thème évoqué mais une force poétique toute particulière du texte transmis avec un élan et une force de jeu remarquable .

C'est un spectacle à ne rater sous aucun prétexte et j'ose espérer qu'il sera programmé à nouveau l'an prochain . Je  suis sortie bouleversée comme rarement de ce moment de théâtre , ébranlée à plusieurs niveaux par la force des mots et la performance de la comédienne .

 

Brigitte CORRIGOU

 

Un papillon l'hiver

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 14:36
Le joueur de flûte
Le joueur de flûte

Compagnie Théâtre Stéphane Gildas.
Du 6 au 29 juillet à 11h40 (40min)
Vu le vendredi 20 juillet

Metteur en scène : Maud Liermann
Interprète : Carine Coulombel
Compositeur : Fred Parker

Spectacle pour enfants
Durée : 40 min

La salle dans laquelle nous étions installées était climatisée et peu spacieuse. Nous n'étions pas beaucoup de spectateurs...

 

Il est vrai que cette histoire est connue de tous mais nous allons vous la remémorer. L'histoire se déroule dans la ville de Hamelin qui est soudain envahie par des légions de rats. Les habitants sous la direction du maire vont entamer une guerre sans merci contre l'envahisseur. Mais plus ils tuent de rats, plus il en vient. Survient alors un joueur de flûte à la musique miraculeuse...

 

Le décor était très simple mais bien pensé, en effet la ville de Hamelin était représentée par un cerceau surélevé avec lequel la comédienne jouait pour signifier les intérieurs et extérieurs. Dans le fond de la salle, un tissu à imprimé servait de coulisses mais aussi de mairie. Des petits pompons de laine symbolisaient les rats tantdis qu'une guirlande lumineuse désignait les enfants.

 

La narratrice était joliment déguisée en fée et nous contait l'histoire des enfants perdus d'Hamelin. De temps à autre elle jouait quelques personnages et on pouvait les reconnaître grâce aux lumières et aux effets sonores. Elle n'hésitait pas à totalement exagérer les personnages non sans humour. De plus une musique composée pour l'occasion l'accompagnait dans son récit.

 

Le vocabulaire utilisé par la comédienne était, à notre grande surprise, assez varié, diversifié et pourtant accessible aux plus petits. Les mots étaient très imagés et jamais répétés, cela permettait aux enfants de découvrir un nouveau vocabulaire et aux adultes de suivre l'histoire sans s'ennuyer. 

 

C'est pour cela que nous lui attribuons deux étoiles

 

Gabriette

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:32
L'actrice Empruntée

Spectacle de l'Agence de la Fabrication perpétuelle en coréalisation avec le Théâtre Transversal, vu le 21 juillet, Avignon OFF 2018, à 15h30 au Théâtre Transversal.
Du 6 au 21 juillet à 15h30 et 17h, relâche les 11 et 18.

De : Fabrice Melquiot
Avec : Salma El Ghezal
Mise en scène : Noam Cadestin

Genre : Contemporain
Public : Adultes
Durée : 20 minutes

Vingt minutes de face à face sur l’introspection d’une actrice en proie à une profonde remise en question.

Interrogations sur la dualité, la différence entre être acteur et être soi, la confiance en soi.

Cela se passe dans une toute petite cave, il n’y a que seize places, la scène d'un mètre sur un mètre est à longueur de bras. Nous sommes très proches, c’est intimiste, l’actrice nous regarde dans les yeux, s’adresse à nous, individuellement.

L’interprétation est très belle, l’ambiance très très noire avec en introduction une exposition en haut des escaliers.

Maren Scapol

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:31
Léo-Paul Sensible NiCoeur

Compagnie Léo-Paul Officiel

Lieu : Paradise République

Dans le cadre du Festival Off d'Avignon, du 6 au 29 juillet.

Vu le 22 juillet 2018

 

Interprète : Léo-Paul
Metteuse en scène : Stéphanie Fresse
Directeur : Pierre Luc Bardin
Responsable billetterie : Sandrine Deux

 

Heure de début : 21h20 (55 minutes)

Genre : Humour

Public : à partir de 14 ans

 

Un franc-parler à toute épreuve, avec beaucoup d’humour !

Très honnêtement, je n’avais pas prévu dans mon planning de voir un coach en séduction, hésitant même à annuler le rendez vous. Je suis même arrivée sur les lieux sans savoir qui était ce séducteur au costard rouge !
J’ai donc été accueillie par Stéphanie Fresse, professeure de théâtre de Léo-Paul et metteuse en scène du spectacle, où la fierté pour son ancien élève s’est tout de suite ressentie.
En rentrant dans la salle, j’ai trouvé la scène petite et proche du spectateur. Et c’est en fin de compte une très bonne chose, car la proximité avec le comédien rend le spectacle très différent et attractif.
Je n’ai d’ailleurs pas la sensation d’avoir vu un spectacle mais plutôt d’être allée à une conférence sur la séduction, enrichissante et atypique !

La scène n’a pas de secret pour lui et ça se voit, car le spectateur n’a pas le temps de relâcher ou de s’ennuyer !
Aucuns trous, aucuns moments d’hésitation, et dans tous les cas peu importe car le texte est très naturel. J’ai beaucoup d’admiration car « Léo-Paul » ne se laisse pas intimider par les réactions ou les interventions du public. Le spectacle reste fluide et on se sent même privilégié.
Je suis d’ailleurs persuadée que chaque soir le comédien se laisse surprendre par des rebondissements différents, rendant chaque représentation unique. Je dirais même qu’il nous laisse être acteur de son spectacle, très à l’écoute et généreux de son talent.
L’utilisation des mots crus, pourrait paraître grossière mais au contraire. Léo-Paul sait les amener sans gêne et avec beaucoup d’humour !

La seule chose que j’aurais à dire, c’est peut-être de retravailler la partie projecteur car, je reconnais, j’aurais bien voulu voir en plus grand :
La photo de Clara Morgane ;)

Une dernière chose mesdames et messieurs, prévoyez votre soirée car elle pourrait bien être plus longue que prévue... Que vous soyez en couple ou célibataire, ou alors avec votre mère, tout est bon à prendre, aucune discrimination !
Léo-Paul, on adore, on adopte et on en redemande !
"Seduce and love love love love LOVEEE !"

 

Alexandra Bernard

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:24
Stabat Mater Furiosa

Production du Théâtre de l’Alizé et de la Compagnie Artizans II en accord avec Courants d’art productions, spectacle vu le 21 juillet, Avignon OFF 2018, 11h30 au Théâtre de l’Arrache-coeur.
Du 6 au 29 juillet à 11h30, relâche les 11, 18 et 25 juillet.

De : Jean-Pierre Siméon
Avec : Isabel B. et Ottilie B.
Mise en scène : Isabel B.

    Genre : Théâtre
    Public : à partir de 12 ans
    Durée : 1h

     

    Le théâtre de l’Arrache-cœur est proche de la rue des Teinturiers. La pièce se joue au premier étage, un peu à l’écart, à côté d’un espace frais et avec quelques sièges pour attendre, il y a même un bar.

    "Stabat Mater Furiosa", cri solitaire d’une femme qui se révolte contre la guerre et la violence. Pièce surprenante, intense.

    Elles sont deux sur scène. Rien ne va ensemble. Ni les personnages, ni les éléments du décor. C’est déconcertant, absurde. Progressivement, la beauté du texte et la qualité du jeu nous embarquent. La colère est omniprésente, adoucie par la musique et une mise en scène originale.

    L’artiste-musicienne joue de plusieurs instruments dont sa voix. A l’aide de la musique assistée par ordinateur elle crée un univers sonore en direct, devant nous, c’est inclassable et magnifique.

    Le public fait partie intégrale de la pièce : on vient nous poser des questions, mais... ce sont des questions sans réponses ! La pièce se termine dans une ambiance festive et on boit le champagne, eh oui !

    "Stabat Mater Furiosa" est un poème, qui fait théâtre. Une prière profane et précieuse. Un texte à relire, vous pouvez l’acheter à l’accueil.

    Maren Scapol

    Partager cet article

    Repost0
    22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:20
    Amaranta

    Production Théâtre du Shabano, vu le 21 juillet, Avignon OFF 2018, à 10h05 au Théâtre du Centre.
    Du 6 au 28 juillet à 10h05, relâche les 16 et 23 juillet.

    Avec : Larissa Cholomova et Raquel Santamaria
    Mise en scène : Valentina Arce

    Genre : Théâtre, marionnettes
    Public : tout public à partir de 5 ans
    Durée : 50 minutes

    "Amaranta", c’est plein de poésie et de tendresse, une bouffée de joie et de fraîcheur.

    "Amaranta", c’est l’union entre un conte ancestral et un conte contemporain, texte du conteur colombien Nicolas Buenaventura.

    "Amaranta", c’est l’histoire d’une petite fille qui observe ses parents faire toujours mille choses à la fois, mais manquer de temps pour s’occuper d’elle et répondre à ses innombrables questions. C’est aussi l’histoire d’une petite fille qui se lance à la recherche des différentes parties de son corps, parties dans tous les sens. Va-t-elle retrouver ses parents, ses bras, ses jambes...? Va-t-elle réussir à mettre fin à cet éparpillement ?

    Deux actrices manipulent à tour de rôle des marionnettes, objets, ombres, décors. Dans certains rôles, elles portent des sortes de masques qui expriment à merveille le personnage joué. La mise en scène est très efficace grâce à un décor ingénieux et pourtant simple. Un rétroprojecteur, utilisé sur scène par les actrices, envoie des images animées en fond de scène pour créer un univers fantastique. Quelques paroles en espagnol, juste assez pour nous faire partir en voyage entre réalité et imaginaire, entre hier et aujourd’hui.

    Dans cette pièce, tout est travaillé et orchestré à la perfection : le jeu d’acteurs, la mise en scène, les marionnettes, l’univers visuel et sonore.

    "Amaranta", c’est un coup de cœur, à consommer sans modération !

    Maren Scapol

    Partager cet article

    Repost0
    22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:05
    La petite boutique de magie
    Site Compagnie théâtre des Béliers

    Site Compagnie théâtre des Béliers

    Cie des Béliers (75)
    Vu le 13 juillet, AVIGNON OFF 2018, théâtre des Béliers, 14h15.

    De et avec : Sébastien Mossière  

    Genre : Magie
    Public :  tout public
    Durée : 1h10

    Je retrouve Sébastien Mossière, que j’ai découvert au Festival OFF 2016, dans « L’école des magiciens », qui propose cette année sa dernière création.
    Comme de coutume, Sébastien Mossière nous donne à voir un spectacle qui est plus qu’une simple démonstration de tours de magie, et autres lévitations.

    Le décor, sympathique et évocateur, occupe tout l’espace. En l’occurrence, une boutique avec des étagères et des tables remplies d'objets hétéroclites, dans laquelle les illusionnistes apprentis ou confirmés viennent s’approvisionner, et que Sébastien nous invite à découvrir en même temps que lui puisque c’est sa première journée de vendeur... Il n’est pas encore familiarisé avec son environnement, mais il est plein de bonne volonté, et va sans problème nous « faire l’article » sur les accessoires et « prêts à l’emploi » proposés à la vente, dont certains semblent « dépassés » mais leur présentation par Sébastien est toujours impressionnante.

    Mais le mystérieux Monsieur Z, avec qui il est en lien par Skype et qui semble se trouver aux Etats-Unis, lui met un peu la pression, l’exhortant à trouver des tours plus novateurs, et menace de fermer la boutique si les affaires ne sont pas plus lucratives !
    Avec bonhomie, Sébastien fait participer le public et appelle sur scène quelques volontaires grands et petits, pour l’aider dans ses démonstrations.
    Au fur et à mesure, la complexité des tours semble augmenter, pour terminer par une dernière manipulation tout à fait incroyable, qu’on pourrait nommer « De l’art de servir des boissons variées à la demande (testées par des spectateurs) issues de la même briquette » !!
    De quoi satisfaire les exigences d’un Monsieur Z enfin rassuré…

    Simple et efficace, et à voir en famille bien sûr ! 

    Cathy de Toledo

    Partager cet article

    Repost0
    22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 20:58

     

    Spectacle de la compagnie Les têtes de bois (34), vu le 20 juillet 2018 au collège de la Salle à 16h30, dans le  cadre du festival d’Avignon Off 2018.

     

    Auteure : Sarah Fourrage

    Mise en scène : Valéria Emmanuelle

    Interprètes : Grégoire De Martino

    Musique : Dimoné

     

    Genre : Théâtre
    Public : tout public à partir de 11 ans
    Durée : 1h

     

     

    Dans une salle de classe du collège de la Salle, nous attend un jeune homme assoupi devant ses écrans d’ordinateur sur une table mêlée de fils en vrac. On va parler des réseaux sociaux, d’amour et des connexions du réel et du virtuel. J’y ai emmené ma fille et ma filleule pour pouvoir échanger ensuite...

     

    Son visage filmé par la webcam s’affiche en très gros plan au fond de la scène et il commence un monologue devant nous. Il semble fébrile, ensommeillé et un peu hagard... Il est en train de supprimer ses avatars et ses 2 000 amis facebook. Il nous parle de ses « autres » parents, son père autoritaire « Google » et sa mère guerrière « la toile », qui sont tout pour lui… Le discours est saccadé, prenant parfois à partie « Madame le juge ». On pressent bien qu’il a des ennuis liés à son activité internet mais tout cela reste un peu flou.

    Et puis, dans la seconde partie, les choses se clarifient. Il est tombé amoureux de Carina, une jeune fille de 15 ans qu’il a croisée à la médiathèque où il travaille. Fou amoureux, il tente de prendre contact avec elle via facebook, et via son meilleur avatar.

    Elle lui répond. Mais lors de la première rencontre le masque tombe, et Carina ne veut pas poursuivre. Vexé, blessé, le dérapage connecté démarre avec de vraies conséquences sur le réel...

     

    Ce spectacle permet de décortiquer les éléments factuels de ce dérapage sur les réseaux sociaux, drame très présent aujourd’hui dans les collèges et lycées, et aux conséquences parfois dramatiques. Il ne prend pas parti. Il ne montre pas du doigt. Il traduit un phénomène sociétal, où l’on se croit invisible dans un monde qui relaie, amplifie à l’infini et duquel il est impossible de sortir.

    C’est un spectacle à destination spécifique des ados et pré-ados, où chacun trouvera un écho à sa propre expérience. Il se poursuit naturellement par un échange avec le public, resté dans la salle, chose peut fréquente dans le rush avignonnais.

     

    Léger et tout terrain, ce spectacle permet d’initier un dialogue salutaire avec nos jeunes. A découvrir.

     

    Eric Jalabert

    Partager cet article

    Repost0
    22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 18:54
    Roméo et Juliette, la conférence
    Site Compagnie Théâtre du Chapeau

    Site Compagnie Théâtre du Chapeau

    Cie Théâtre du Chapeau (33)
    Vu le 16 juillet, AVIGNON OFF 2018, Espace Alya, 13h25.

    Interprètes : Alice Hachet, Marie Luce Ganter

    Genre : Clown contemporain
    Public : Théâtre tout public

    Durée : 1h05

    Devant nous, au milieu de l’espace scénique, trône un paperboard. Pénélope Berthier et sa consœur Philomène de la Souche, font leur entrée. Tailleur noir, bas et chaussures noires, chemisier blanc, sac noir, foulard rouge, chapeau... Bref, à première vue, des conférencières ad hoc. Sauf qu’à y regarder de plus près, on note quelques détails saugrenus, dont un nez rouge !

    Lorsque tous les spectateurs retardataires sont enfin installés, nos deux conférencières peuvent entrer dans le vif du sujet et proposent d’évaluer le degré de connaissance des spectateurs sur la thématique du jour, la pièce "Roméo et Juliette" de W. Shakespeare. Elles invitent chacun à donner les mots qui lui viennent à l’esprit à l’évocation de cette œuvre, mots que Pénélope, qui écrit plus vite que son ombre, note immédiatement sur le paperboard.   

    Après cet échange, elles nous rappellent les contextes historique et géographique, quelques généralités sur l’auteur, la liste des personnages de l’intrigue et le contenu et l’enchaînement des scènes. Autant d’informations qui remplissent des pages et des pages de paperboard sous le marqueur fébrile de Pénélope. Pendant que l’ultra perfectionniste Philomène souligne et re-souligne en rouge, corrige les fautes, ajoute des alinéas et des tirets, etc. !  

    Ce "pinaillage" incessant, assorti de hochements de tête désapprobateurs, de réflexions et reproches, en particulier sur l’usage abusif de papier, finit par avoir raison de la patience de Pénélope, qui laisse libre cours à son énervement. Surtout que cette débauche de papier génère chez Philomène une envolée mémorable sur l’écologie, l’environnement, la destruction des arbres et, de ce fait, la disparition des petits oiseaux, etc. Quel délire jubilatoire pour les spectateurs !

    Les deux conférencières ont également choisi d’agrémenter leur propos en jouant des scènes mythiques de la pièce, dont la scène du balcon, juchées sur un cube de bois de dimensions ridicules sur lequel elles peinent à tenir debout toutes les deux, et la scène du duel entre Roméo, Tybalt et Mercutio, par le truchement de marionnettes qu’elles manipulent, cachées derrière un paravent.

    Bref, c’est un spectacle intelligent et documenté, extrêmement drôle, mené tambour battant par deux comédiennes clownes, que l’on peut sans crainte apprécier en famille. Les jeunes enfants présents dans la salle n’ont peut-être pas tout compris mais ils ont beaucoup participé et se sont énormément amusés !

    C’est un moyen ludique et non rébarbatif d’aborder le répertoire classique, et je me plais à imaginer que ce duo de choc a déjà prévu tout un cycle de conférences abordant d’autres œuvres et d’autres auteurs pour notre plus grand plaisir…

    Cathy de Toledo

    Partager cet article

    Repost0
    22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 18:27
    La Cantatrice chauve

    Compagnie Théâtre de l’autre Scène, spectacle vu le 19 juillet, Avignon OFF 2018, à 14h25 à la Fabrik Théâtre. 
    Du 6 au 29 juillet à 14h25, les lundis, jeudis, samedis.

    De : Ionesco
    Avec : Nicolas Barrière, Carole Guidotti, Christine Lefebvre, Ralph Reynier, Céline San Pedro, Yves Sauton
    Mise en scène : Pascal Joumier

      Genre : Théâtre
      Public : Tout public
      Durée : 1h20

      La Fabrik se trouve à l’extérieur des remparts, juste au bord de la vieille ville. A l’entrée du théâtre, une cour ombragée avec buvette et restauration orientale. C’est très agréable, on y mange très bien.

      La Compagnie Théâtre de l’autre Scène joue depuis 30 ans au Festival d’Avignon. Née en 1989 au centre hospitalier de Montfavet, elle unit patients et soignants pour utiliser la médiation créatrice comme ressource et comme ressort vital. De qualité professionnelle, elle est accompagnée par Pascal Joumier, metteur en scène professionnel, et présente cette année deux pièces en alternance.

      "La Cantatrice chauve", première pièce de théâtre écrite par Eugène Ionesco en 1950, s’inscrit dans le courant du Théâtre de l’absurde qui se caractérise par la rupture avec les genres plus classiques, par un manque total de continuité dans les actions et l'absence d'histoire.

      Les faits se déroulent dans une famille bourgeoise de Londres, Mr et Mrs Smith. Le couple se répand en propos futiles, souvent saugrenus, voire incohérents. Leurs raisonnements sont surprenants et ils passent sans transition d’un sujet à un autre. Des invités arrivent. Un couple qui ne se connaît apparemment pas. Puis arrive le capitaine des pompiers. Il cherche des feux à éteindre. Une bonne fait des va-et-vient. Son comportement et ses propos en rajoutent à l’absurdité. Pendant tout ce temps, une pendule sonne en toute incohérence.

      Le décor est épuré, l’horloge sans aiguilles. La mise en scène est réglée au détail près. Les six acteurs interprètent merveilleusement bien leurs personnages.

      Tout est tellement absurde que ça en est jubilatoire !

      Maren Scapol

      Partager cet article

      Repost0