Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 00:08
Compagnie : Arthéma (30)je-veux-voir-mon-chat.jpg
Spectacle jeune public à partir de 2 ans
14 marionnettes, 7 décors et deux manipulateurs : Alain et Marie Vidal VIVANT2-toiles-3
Durée 40 mn
Vu au Collège de la Salle le 23 juillet 2013 à 15h30 dans le cadre du festival Off d’Avignon.
.
Robin, petit bonhomme, a deux amis : son chien et son chat. Et puis un jour, le chat disparait. Il part à sa recherche dans un long périple, jusqu’à rencontrer papa Bambo, dieu lui-même, qui lui fera un autre chat. Car en fait de disparition, il s’agit de la mort à laquelle est confronté ce petit Robin.
Il y a de très beaux décors, nombreux et qui changent à vue, portés par un éclairage magnifique qui met en valeur le cadre de l’histoire. J’aime beaucoup ces décors soignés dans lesquels évoluent les personnages. Les marionnettes, sont bien réalisées, même si la technique de manipulation utilisée, qui consiste à ne pas les faire marcher, ne m’a pas convaincu. Ils mériteraient à mon sens de se déplacer « normalement », puisque le reste des décors et des personnages repose sur un mode réel.
Il ya de belles idées, tant dans les personnages (la taupe qui sort de son trou en rejetant de la terre est très sympa), que dans les changements de perspectives de ce voyage, comme la ballade dans le ciel, se situant au dessus du castelet.
Pourtant, sur le fond, et bien que le thème ne soit pas annoncé dans la présentation du spectacle sur les flyers, je m’interroge sur l’approche de la mort présentée ici. Ce qui fonctionne pour un chat, fonctionne nettement moins bien pour une grand-mère et encore moins pour un parent. Même si dieu Bambo précise bien que le nouveau chat ne remplacera pas l’ancien, je ne suis pas certain que le message sur la mort, soit très pertinent. Mais peut-être est-ce moi qui ai une vision trop complexe de la mort ?
Normal quand on est vivant !
A découvrir pour vous faire un avis…  
Repost 0
Published by eric jalabert - dans Spectacle Jeune Public
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 23:10

Cie Bout d’Om (84) c-est-aujourd-hui-copie-1.jpgvivant-3-toiles-4

Théâtre  visuel et dansé

Avec Laurent Provots, Richard Rozenbaum, Charlotte Smither

Tout public à partir de 6 ans

Durée 45 min

 

Avignon Off, Maison du théâtre pour enfants Monclar 11 h 15,  10 au 27 juillet 2013

 

Une très belle installation occupe un vaste espace : une piste circulaire surmontée d’une  structure à trois pieds, à laquelle des boules et divers objets sont suspendus. Au milieu du cercle, de nombreuses « machines » encore un peu mystérieuse…  Nous sommes en fait dans la Fabrique du Temps, où  Papyrus et Papillon fabriquent des jours, comptabilisent des semaines, organisent des mois, des années, distribuent le temps sur la terre entière.  Tout cela est très organisé… bien que quelque chose semble avoir disparu ??

 

Plume, petite lutine facétieuse, débarque et chamboule ce bel univers …. Elle pose des questions sur tout,  sur la machine du passé, qui repertorie tous les « hier » que Papyrus doit classer, la machine des « futurs » qui regroupe tous les « demain », curieusement en noir et blanc bien tristounets. Pendant que Papyrus et Papillon sont occupés à autre chose, elle détraque la machine à fabriquer le temps, rajoute des mercredis et des dimanches, et fait exploser la machine …  C’est la panique, car on ne peut pas arrêter le temps !!!

Mais c’et finalement Plume qui va retrouver l’objet perdu, dans une valise qui contient aussi  des fioles pour  « teinter » le temps, de colère, rêverie, attente, câlin, partage, etc, que Plume teste, avec réaction immédiate ! C’est une sorte d’énorme triode qui distille le « présent », que Papyrus installe  immédiatement sur la machine à fabriquer le temps réparée. Tout rentre alors dans l’ordre, le passé est bien rangé, et le futur se pare de couleurs....  

 

C’est une très intéressante réflexion sur le temps, mise en scène, avec une technique très fournie, en chansons et musique, chorégraphiée, qui se termine par un joli numéro de voltige de Charlotte Smither,  pour survoler le temps.... 

Bref un très beau moment à partager en famille, dont on peut même savourer les quelques longueurs probablement volontaires, car au fond, il faut savoir prendre le temps, savourer l’instant présent. Une sorte de « carpe diem » en somme !

 

 

 

Repost 0
Published by cathy de Toledo - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 11:47

les-aventures-de-condom.jpgSpectacle de la compagnie Les Maladroits, rassemblé dans un lot de 4 spectacles autour du nom « Petites formes brèves relativement courtes », vu le 25 Juillet 2013 à 15h30 au Square Chabas dans le cadre du festival Off de Chalon dans la Rue.

 

VIVANT2-toiles-3Genre : Théâtre d’objets

 Création : 2013

Durée : 20 min

Jauge : 40 personnes

À partir de 12 ans

 

 

Spectacle intimiste, nous rentrons dans la caisse d’un 33 tonnes aménagée en deux salles de spectacles. Le marionnettiste est déjà là, tout en noir. Il nous attend sans broncher. Commence le spectacle. On le voit sortir une capote. Rien d’étonnant, vu le nom du spectacle… Puis il la déroule consciencieusement avec un air distant et visiblement interloqué, étonné par cette « chose ». En quelques manipulations, la capote devient (le jeune ?) Condom, un personnage muet qui va rencontrer différentes autres petites capotes qui n’auront qu’un seul mot à la bouche : l’Orgasme. As-tu déjà eu un orgasme ? Combien ? Avec qui le dernier ? Comment était le premier ? Dans ce qui semble être un parcours « initiatique », Condom va être ballotté par les uns et les autres, confronté à une sorte de pression sociale où règne le dogme de la performance, de l’expérience, de l’identité sexuelle, et qui ne laisse pas de place à la simplicité.

 

Je trouve très délicat d’écrire (et jouer) un spectacle sur ce thème, le risque étant de tomber dans le graveleux, le romantisme niais ou de se faire piéger par des généralités. Ici, ni l’un, ni l’autre, ni le troisième. Le sujet est traité avec simplicité, sans donner de leçons, en posant juste des questions… mais cette profusion de capotes et cette surexploitation du mot orgasme ont été pour moi autant d’obstacles à occulter, pour apprécier le reste. Peut-être qu’une utilisation plus légère et drôle des préservatifs comme marionnettes m’aurait permis de chasser ce mal à l’aise qui me guettait. L’humour (présent au début du spectacle mais qui s’estompe un peu par la suite) est pour moi est bon moyen d’aborder des sujets délicats. Par ailleurs, j’ai été un peu déçu par la fin, dont j’attendais plus de sens. Il est cependant certain que j'aurais du prendre plus de temps pour aller voir les 3 autres spectacles, et ainsi apprécier la globalité de la proposition…

Repost 0
Published by François Polge - dans Spectacle Adultes
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 11:03

IMGP2277.JPGFanfare écoutée le 24 Juillet 2013 à 20h00 sur le Terrain Vannier (collectif Le Petit Chap' Rond Rouge) dans le cadre du festival Off de Chalon dans la Rue. 

 

Répétition générale.


 VIVANT-3-COEURS-5

 

Au détour d’un parc, j’ai été happé par le rythme et l’énergie incroyablement communicative de cette « fanfare mutante ». Au croisement des battucadas brésiliennes et de la hardtechno, les musiciens ont harmonieusement fusionnés tambours, flute amplifiée, groovebox électronique et « toast » (chant hip-hop) au micro ! Perché sur mon vélo, j'ai bien regretté mes folies de la semaine précedente dont mon talon se souvient encore, et aurait bien rejoint les quelques badeaux improvisés en danseurs qui passaient par là. Don fiasko a transformé, pour un temps qui sera toujours trop court pour moi, le terrain Vannier en une fête tribale improvisée. Bestial !!

 

Photo : François Polge

Repost 0
Published by François Polge - dans Concert
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 09:49

mets-pas-ca-dans-ta-bouche.jpgSpectacle de la compagnie « Les dessous de Barbara » vu le 24 juillet 2013 à 21h00 au terrain Vannier (collectif Le Petit Chap' Rond Rouge), dans le cadre du festival Chalon dans la Rue. Répétition générale.

 

De et par : Raul Garcia, Baptiste Lhomme et Sylvain Pascal.

 

VIVANT2-toiles-3Genre : Cirque déchaîné

Création : 2013

Durée : 50 min

Jauge : 500 personnes

Tout public

 

 

Au bout d’une demi-heure d'attente (juste le temps de se reposer dans l’herbe après cette première journée de festival bien remplie !!), les 3 comédiens de la compagnie Les dessous de Barbara se sont assis au fond de la scène et ont regardé le public sans mot dire. Puis, d’un seul coup, ils se sont précipités vers l’avant en criant et en s’agitant, propulsés par une sorte de générique explosif. Se présentant comme une « émission de télévision » (?), ils nous proposent de nous divertir pendant une heure, à nous, la bande de cons. J’ai rigolé… pas d’autres. Mais le décor est posé. La télé, c’est d’la merde, et les téléspectateurs sont des cons. C’est aussi un peu ce que je pense mais, résumé comme ça (et si vite), c’est un peu abrupte.

 

Tout le long de la représentation, la compagnie va alterner entre d’étonnants moments télévisuels incontrôlables mêlés d’acrobaties et de jongle, et des phases d’isolements au fond de la scène dont j’ai mal perçu le sens et qui m’ont éloigné du spectacle. Attendent-ils leurs tours pour « passer à la télé » ? Quoiqu’il en soit, chaque instant « joué » (en opposition aux instants « reposés ») est intrinsèquement intéressant, tant au niveau des performances scéniques (les artistes parlent, jonglent, se scotchent la gueule, grimpent sur un mât chinois tout en s’emmêlant dans un formidable imbroglio organisé) que du regard critique qui est exposé (ex : les aprioris sur les intermittents distillés par les médias, la violence des émissions de plateaux, etc.). Mais le tout est noyé dans une mise en scène désarticulée, des mots qui vont parfois trop vite et ces instants où le public « attend ». Et la fin, qui semble totalement hors sujet et dont j'ai justement attendu « la fin », n’arrange rien !

 

En conclusion, malgré des prouesses « techniques » et des idées originales qui, prisent séparément, peuvent fournir de bons mini-spectacles, je suis ressorti fatigué par tout ce désordre et avec la fâcheuse impression qu’il n’y avait pas de réflexion autre que celle exposée au départ.

Repost 0
Published by François Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 21:55

Cie La Clinquaille (38) Papa-est-en-bas.jpgvivant-3-toiles-4

Théâtre d’objets

De et par Christophe Roche

Mise en scène : Alban Coulaud

Jeune public de 2 à 5 ans    

Lumière : Ludovic Charrasse, Joanne Tournoud   

Marionnettes : Judith Dubois

 

Avignon Off, Maison du Théâtre pour Enfants Monclar, 10 h 30

du  10  au  27 juillet 2013

 

Dès l’entrée en salle, nous sommes accueillis par une bonne odeur de chocolat….  « Papa est en bas, qui fait du chocolat, fais dodo, Colas mon petit frère, fais dodo… etc ». Après avoir endormi son enfant, Papa range son atelier de chocolatier. Mais il est très fatigué et s’endort. Les moules de poules s’animent et se dirigent seuls vers la casserole de chocolat ! Papa se réveille en sursaut et reprend la fabrication des poules…

 

Il sort une belle poule rousse en chocolat  d’une machine bizarre, qui clignote et fait de la fumée.  Il l’installe dans un joli nid douillet, puis se rendort à nouveau !  Il rêve que la petite poule s’ennuie toute seule. Il lui fabrique alors un beau coq  avec un morceau de chocolat blanc introduit dans la machine bizarre. Mais le beau coq est bien dédaigneux envers la poule rousse. Jusqu’à l’arrivée d’un vilain renard qui aurait bien réussi à le manger sans l’intervention de la poule rousse…

Ils sont maintenant amis, puis amoureux, puis se marient et deviennent parents d’un beau petit œuf en chocolat, qui grandit, grandit, grandit, et éclot pour donner trois jolis poussins !! Mais Papa n’a-t-il pas rêvé tout cela ???

 

Ce spectacle de marionnettes sur table met en scène des ustensiles utilisés dans la fabrication des sujets en chocolat, moules, fouets, louches, etc... Christophe Roche complète le dispositif avec de jolies trouvailles comme cette machine mystérieuse, l’avion de la poule rousse, le petit landau pour bébé œuf. C’est plein de douceur, baigné d’une lumière douce, accompagné de peu de mots et d’une jolie musique, et de la bonne odeur du chocolat qui mijote dans la casserole !!

Un bien joli spectacle où emmener les tout petits.

       

Repost 0
Published by Cathy de Tolédo - dans Spectacle Jeune Public
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:25

Vu au théâtre Notre-Dame le 19 Juillet 2013, 17h30Stan

Festival off Avignon

  VIVANT2-toiles-3

Auteur-interprète : Stan (Christophe Carotenuto)

Miseen-scène : Christophe Carotenuto

 

Genre : One-man show, humour

Durée : 1h15

Püblic : tous publics à partir de 12 ans

 

Comédien de formation, Stan joue au théâtre, au cinéma, à la télévision,  fait des lectures et de la danse.Ayant commencé très tôt à écrire des sketches, il s'est lancé avec ce spectacle dans le one-man-show.

 

Je suis sortie très partagée de ce spectacle qui me semble avoir deux têtes. Intéressée par de brillantes démonstrations, j'ai regretté de sentir l'ensemble comme tiraillé entre deux mouvements contraires et sans fil conducteur. Dommage car Stan a de nombreux talents : pantomime, humour verbal, burlesque, danse, chant, poésie, et un background culturel qui lui permet d'asseoir son jeu avec finesse dans un contexte solide.

 

Nous avons été accueillis par un court préambule avec de bons mots d'esprit sur Socrate, Platon et Nietsche. Sans lien, Stan enchaîne ensuite sur des sketches de comique de situation, scènes de vie quotidienne amusantes mais un peu convenues. A posteriori et par contraste avec ce qui a suivi, cette première partie m'a même semblée incongrue.

 

Stan ensuite nous régale avec une succession de sketches créatifs :

- Une scène réellement délirante d'altercation avec sa chaussure et de détournements d'objets (semelle, lacets) fascine littéralement le public.

- Assis, un tissu noir en guise de chevelure, voici la Joconde, avec son demi-sourire en biais qui se plaint de sa vie "d'objet de désir qui ne sort pas de son cadre" et regrette de n'exister que lorsqu'on la regarde ...Superbe.

- Il imite ensuite Michael Jackson en dansant dans une excellente parodie sur le rythme exact de la star.

- Coiffé d'un bonnet qui lui décolle les oreilles, il nous raconte qu'il est un gars "trop gentil". Pacifiste, humaniste, ce poème en slam est émouvant et assez profond.

- "Avalant un Devos" il dit un poème très réussi "à la manière de" ... sur RIEN, puis un autre assez long et beau de sa composition, où l'on décèle Rimbaud et d'autres références.

- Il termine "enceint", le T-shirt gonflé d'un ballon, disant en alexandrins un excellent poême sur la grossesse et l'enfant, en pastichant la tirade du nez de Cyrano.

- L'idée de "dupe" arrive à la fin,  un peu artificiellement.

Malgré la qualité de jeu, l'ensemble m'a paru trop hétéroclite, comme une avalanche de cadeaux empilés sans soin. Encore une fois, dommage.

 

J'ai l'impression que Stan est  porté par une ambition généreuse et trahi par ses nombreux dons. Son ambition : faire des spectacles présentant plusieurs niveaux de décodage afin d'être accessible au plus grand nombre et de ne pas séparer culture dite populaire" et culture dite "d'élite". Je le vois comme trahi par ses dons car il est difficile de canaliser autant de talents, d'énergie et d'intérêts sans avoir l'impression de renoncer à une part de soi-même, d'où l'effet d'accumulation désordonnée que j'ai ressentie. Il semble "passer du coq à l'âne sans demander l'avis de la poule", l'expression est de lui. Conscient du problème, il a des projets, mais devrait se faire assister d'un "regard extérieur" très rigoureux pour élaguer et rendre cohérent.

J'attends avec impatience la présentation d'une version structurée et articulée de ce spectacle. De telles qualités de générosité et de créativité doivent être encouragées, d'autant plus lorsqu'elles sont capables de produire de belles prestations artistiques.  

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 13:45

Cie Halte (42) Les-loups-du-chaperon.jpg 

Avignon Off, Espace St martial,10h15 du 8 au 24 juillet 2013

    VIVANT-1-toile-2

Conte musical canin pour petites quenottes

Avec Barbara Galtier et Grégoire Béranger

Adaptation, musique et mise en scène : Grégoire Béranger

Genre : théâtre musical
Jeune public à partir de 6 ans  

Durée : 45 min

      

Voici une nouvelle version du Petit Chaperon rouge, revue et corrigée. C’est donc un petit chaperon dénommé Bleu (mais qui ne l’est pas…), qui doit porter des provisions à sa grand-mère souffrante et alitée qui habite de l’autre côté de la forêt. Jusque là rien de nouveau…  La nouveauté réside dans le fait que la fillette,  plutôt  téméraire, va rencontrer non pas un, mais plusieurs loups, pas tous aussi effrayants qu’on veut bien nous le laisser croire.

Ainsi elle va devoir porter secours à un premier loup dupé par 7 petits chevreaux qui lui ont fait manger des cailloux dissimulés dans la nourriture. Il faut lui ouvrir le ventre à l’aide d’un couteau puis refermer la plaie avec une aiguille…Les autres loups, échappés d’autres contes connus comme les trois petits cochons, Pierre et le Loup, la chèvre de Mr Seguin, vont se succéder sur le chemin du petit Chaperon. Ils sont peureux, craintifs, pervers, végétariens, le plus cocasse d’entre eux étant Loulou le charcutier, qui transforme les petits cochons en charcutaille qu’il vend sur le marché…  

Dans un décor minimaliste composé d’une drap bleu foncé installé tel une cage de faibles dimensions (ce qui limite la jauge) et de quelques lampions, la comédienne raconte, chante et joue le petit chaperon, pendant que le comédien assure l’accompagnement musical à l’accordéon, au piano, à la guitare, au ukulélé, joue le loup en ombre chinoise ou portant masque, ou bien manipule une marionnette/loup. Il me semble que le décor pourrait être un peu plus soigné, certains éléments mieux choisis, afin d’apporter plus de crédibilité au propos (on ne trouve pas de siège pliant au milieu de la forêt).

L’ensemble est traité de façon humoristique mais une ou deux scènes peuvent être effrayantes pour les plus jeunes enfants, comme les yeux rouges et le museau du loup qu’on aperçoit derrière le drap bleu…

 

 

Repost 0
Published by cathy de Toledo - dans Spectacle Jeune Public
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 12:50

louche-pas-louche.jpgSpectacle du cirque Albatros, vu le 24 Juillet 2013 à 18h à l’Ecole Primaire de l’Est, dans le cadre du festival Off de Chalon dans la Rue. Répétition générale.

 

Avec : Olivier Burlaud, Bastien Lambert.

 

vivant-3-toiles-4Genre : Cirque et musique

Durée : 45 min

À partir de 7 ans

Jauge : 400 personnes

Création 2012

 

 

Deux personnages. Un fait de la musique au chapeau, l’autre essai d’arnaquer les gens avec un jeu de bonneteau. L’un est petit, pas très beau et misérable, l’autre est grand, sûr de lui et plutôt antipathique. D’ailleurs celui-ci envoi balader le premier hors de son « territoire »... sans grand succès puisque le premier, malin, revient et arrive à faire fuir le second. Commence alors un échange puis une relation entre les deux « galériens » qui vont se lier pour amasser, de moult façons, encore plus d’argent (sans pour autant s’assurer une redistribution démocratique).

 

Chacun des deux comédiens campe parfaitement son personnage. Ils forment petit à petit un duo attachant, parfois poétique. Les scènes s’enchainent de façon fluide. Les moments de jongle, en solo ou à deux, à partir d’objets inattendus (louches, bille de plomb, pots, batte de base-ball, et aussi une contrebasse !!) sont impressionnants. De la musique naît même de leurs jeux. J’espère toutefois que la compagnie dispose d’une bonne assurance car le public, assis en rond très près des artistes, risque à tout moment de se prendre un objet contondant à pleine vitesse dans la figure. Peut-être suis-je de nature trop inquiet…

Quoiqu’il en soit, le spectacle a remporté un succès bien mérité. Souhaitons tout de même à ces mendiants qu’ils trouvent un vrai travail ;-)

Repost 0
Published by François Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:20

les-envoyes-du-mystere-difficile.jpgSpectacle de la (jeune) compagnie Liquidation Totale, vu le 24 Juillet 2013 à 19h30 à l’Ecole Primaire de l’Est dans le cadre du festival Off de Chalon dans la Rue. Répétition générale.

 

Avec : Nathalie Tison, Cyril Delaroque.

 

VIVANT2-toiles-3Genre : Théâtre clownesque

Durée : 40 min

Jauge : 400 personnes

À partir de 6 ans

Création 2011

 

 

 

D’emblée le ton est donné. Le décor est kitsch, flashy même. Nous sommes devant un stand de vente de babioles, toutes dans les tons bleu azur, vert jade, à paillettes ou dorées et, au centre, un pupitre habillé de blanc et d’un bleu brillant des plus lumineux. Arrivent ensuite un homme et une femme, complètement assortis au pupitre, l’air grave, et semblant être des religieux. Mais ceux-ci vont très vite se révéler être plus proches de gourous de sectes qu’autres choses. Attention, les adorateurs de tous poils n’ont qu’à bien se tenir ! La critique que nous livre ici la compagnie Liquidation Totale est acide. Le flou sur la question de l’identité des protagonistes (église ou secte ?) apporte d’ailleurs un peu plus d’huile sur le feu, en assimilant l’Eglise… à une secte.


Discours cinglants et clichés hilarants abondent. Le spectacle va crescendo et les comédiens, d’abord d’apparence coincée (surtout madame), vont se déchainer progressivement pour finir dans une sorte de débauche fanatique. La quête à la fin du spectacle, plutôt musclée et sur une musique dont le refrain n’est rien d’autre que « donnez, donnez, donnez », tombe au poil. Pourtant, je n’ai pas été totalement convaincu. Le sous-entendu sur la relation de séduction qu’entretient le couple traine en longueur sans jamais se dévoiler au grand jour. Et c’est dommage ! Je les verrai parfaitement se rouler un gros patin de collégiens devant leur auditoire !! Par ailleurs, le fait qu’ils chuchotent souvent entre eux m'a parfois éloigné du spectacle. Le retour du public était tout de même assez bon et le mien aussi car, même si ce n’est plus très audacieux de critiquer l’Eglise (surtout catholique), ça fait toujours plaisir !!

Repost 0
Published by François Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article