Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site.

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 14:36

bam_switch.jpgSpectacle de la compagnie BAM, vu le Jeudi 20 Septembre lors du festival "La Basse Cour" (Marguerittes - 30).

  

création collective pour 5 circassiens

durée : 1h

genre : cirque (mât chinois, bascule, accrobaties)

 

vivant-3-toiles-4.jpgTout d'abord, un petit mot sur le festival car il mérite le détour. Organisé par le collectif d’artistes éponyme il dégage, dès l'entrée, une atmosphère sereine. On pénètre dans un petit monde aux couleurs chaudes, aux fauteuils dangereux (car bien trop confortables) et où personne n'est exclu (sous-entendu : les chiens). Les bières y sont bonnes (et pas chères), les pizzas aussi et le tout est artisanal. On admire les toilettes-sèches-en-caravane très cosys, on reste circonspect devant la possibilité de se regarder dans un rétro du haut de son trône (même si, à mon avis, cela sert davantage à vérifier la bonne tenue du maquillage de ces dames) et on admire cette étrange sculpture contemporaine avant de se rendre compte que ce sont des urinoirs... "Attention madame, n'y mettez pas la main !".

Bravo, donc, à tous ces artistes qui s'activent, et nous concoctent une programmation léchée dans un cadre si convivial. Que le spectacle commence !

 

On prend place sous le chapiteau du festival, accueillis par un duo guitare/basse en lunettes noires et aux accents blues et groovy. La musique est bonne et l’un des deux est survolté. On claque dans les mains un petit peu… mais pas trop longtemps. Puis apparaissent deux personnes qui nous rappellent, de façon musclée, les mises en gardes de rigueur (pas de téléphone, pas d’appareils photos, de bambins qui courent sur la scène…) : on s’esclaffe ! Enfin, les artistes entrent en scène. Ils arrivent de toute part… Tous incarnent des personnages singuliers au moyen de mouvements, de gestes et d’onomatopés. C’est un peu répétitif et on ne cerne pas précisément le rôle de chacun mais bon, on oubli vite car on est rapidement entrainés dans un tourbillon de pirouettes.

 

Ces acrobates évoluent du mât chinois à la bascule avec une aisance déstabilisante, et enchainent à un rythme soutenu des figures très techniques. Ca saute, ça vole, ça grimpe, ça glisse et ça tourbillonne, le tout avec humour. On s'attendrait presque à les voir danser. Ils « switchent » d’un agrès à l’autre, d’une situation improbable à une autre, et travaillent de concert, allant jusqu’à nous fabriquer une nouvelle bascule en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Une planche à roulette se glisse sous celle-ci pendant qu’ils s’envoient en l’air ? Qu’importe, ils continuent le spectacle pendant que l’un d'entre eux écarte l'objet importun… rien de plus simple !

 

Certaines scènes, trop chaotiques et emberlificotées, nous font paraitre le temps un peu long... et on se lasse des mimiques de chaque personnage. Mais ce sont de bien moindres maux face à l’incroyable énergie qui nous a été délivrée pendant 1h. Alors on applaudit, plutôt deux fois qu’une.

Repost 0
Published by françois polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 08:57

hors pistes ordures et menageres 3Spectacle de la compagnie Hors Pistes, vu le samedi 22 septembre lors du festival "Festin de Pierres" à St Jean de Védas (34)

 

création 2011

durée : 1h

genre : cirque & théâtre

 

vivant-3-toiles-4.jpgQuelle surprise d'attendre devant un décors de théâtre "de boulevard" et, au final, de se retrouver devant des acrobates qui évoluent en musique ! Ici, les artistes utilisent leur lit comme un trampoline, tiennent en équilibre sur des chaises, grimpent constamment sur la table du salon (un exemple pour les jeunes !), et tout ça en slip, jupe ou costard...

 

Un moment de cirque, donc, mais aussi un moment de théâtre où l'on parle de couples qui se font et se défont, servi par une mise en scène fluide et traité avec beaucoup d'humour et de légèreté. Les personnages extrêments stéréotypés et les éléments du décors (abimés et délavés) en disent longs sur le regard critique de la compagnie au sujet des relations de couples.

 

Un spectacle à conseiller à toutes les femmes au foyer, les cadres dynamiques, les secrétaires, les patrons pleins d'ambition, les livreurs (et autres réparateurs...), les infidèles, les amis frivoles... et surtout, sans rancunes !!

 

Autre article du même spectacle : http://vivantmag.over-blog.com/article-ordures-et-menageres-102148602.html

Repost 0
Published by François Polge - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 08:34

desuete_plus-rien-ne-bouge.jpgSpectacle de la compagnie Désuète, vu lors de l'édition 2012 du festival d'Aurillac.

 

Interprétation : Aurélie Galibourg

Mise en scène : Aurélie Galibourg et Emily Barbelin

 

Genre : danse macabre

Public : adulte

Durée : 30 minutes

 

 

vivant-3-toiles-4.jpgC’est dans une impasse sombre, sous un ciel noir et menaçant (comme souvent a Aurillac) que nous avons eu l’occasion de découvrir cette pièce de danse-marionnette. Cependant, nous nous sommes rapidement aperçus que ces conditions étaient idéales pour s’immerger pleinement dans l'univers du spectacle.

 

Ce qui nous est présenté ici est, en fait, une histoire d’amour aussi tendre que macabre, dans un univers pesant où la parole n’est pas nécessaire pour faire passer les émotions et où les mouvements du corps prennent toute leur place. Le spectacle met en scène deux personnages. L’un est vivant (Aurélie Galibourg), l’autre est un squelette emmené par l’actrice. La gestuelle et la danse des deux personnages rythment le spectacle qui se situe constamment à la frontière entre la vie et la mort, l’amour et le deuil. La veuve refuse en fait d’accepter la mort de son amour, et tente de le ramener à la vie en rendant mobile cette dépouille. Elle parviendra à la faire revivre dans son esprit, et à la faire bouger si précisément qu’elle paraîtra vivante même à nous, spectateurs de cette étrange danse, tantôt aux rythmes rock, tantôt aux rythmes tango. La sensualité et la tendresse qu’éprouve notre veuve pour cet amant perdu traverse tout le spectacle. Pour le spectateur, le squelette est parfois fascinant, souvent repoussant mais, pour notre danseuse, il est surtout érotique... en témoignent les étreintes amoureuses particulièrement réalistes. Comme toutes les bonnes choses ont une fin (et les spectacles aussi !), la veuve devra finalement accepter la mort de son amour, et perdra la capacité de le faire bouger. C’est donc finalement avec un squelette complètement désarticulé et incontrôlable que se termine la pièce.

 

Un spectacle fascinant, annoncé à partir de 7ans mais qui est, selon nous, plutôt réservé à un public adulte et avertit. Souhaitons-lui (leurs ?) de trouver ce public qui n’est pas forcément en majorité sur les différents festivals.

Repost 0
Published by Nicolas Sanseigne - dans Spectacle Adultes
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 14:46

la-meute-rieuse.JPG

Spectacle vu aux Transes Cévenoles (Sumène-30), le 27 juillet 2012 à 19h 

 

Interprétation : Camille Simeray (chant, accordéon),  Morgan Astruc (guitare), Sam Burguière (tuba)

 

Genre: concert

45 minutes environ

 

Tout public

 

vivant-3-toiles-4.jpg

Ce combo, créé par Camille Simeray et Morgan Astruc, existe depuis 2005. Camille a commencé comme chanteuse de rue et a ensuite fait partie de l'ensemble vocal "La Mal coiffée". Morgan s'est formé en classique et en jazz au conservatoire. Le groupe a intégré d'autres musiciens. Ce jour là, nous avions Sam Burguière des "Ogres de Barback".


"Venez vous enivrer de cette odeur étrange de cet après-midi qui n'a jamais de fin. (...) A tour de bras passent les minutes, passe le temps des rêves et des disputes". Voilà ce que nous chante Camille de sa belle voix joliment étoilée d'accent méridional, avec un grand sens du rythme, beaucoup d'entrain et d'émotion : la vie qui file, ses joies et ses déceptions, l'enfance, l'amour, le quotidien des femmes, les rêves, la guerre, les douleurs...  Fantaisie et humour repoussent la tristesse. La mort est chantée dans le titre "Les bons vivants", c'est tout dire !

 

Charme d'une voix chaleureuse et gaie, accompagnée par le rythme et les tourbillons d'une création musicale d'excellente qualité au jeu nuancé, ce fut un moment enchanteur sur cette place de village. Dommage que la programmation n'ait prévu que 45 minutes de spectacle, car le public s'est dispersé à regret... Le répertoire de la meute rieuse peut couvrir 1h20, en extérieur ou en salle.  La plupart des nombreux morceaux ont été composés pour ou par le groupe, avec de belles chansons en occitan et un peu du grand répertoire (Barbara, admirablement interprétée). 

 

 

Un groupe de grande qualité, qui peut enchanter tous les âges, à ne pas rater. 

Repost 0
Published by Catherine Polge - dans Concert
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:35

axel-salmona_concert-sieste.JPGLe violoncelliste Axel Salmona était déjà venu enchanter les oreilles des mélomanes au festival de Blesle (43). Nous avons donc eu la grande chance de l’écouter une seconde fois ce dimanche 12 août 2012, et nous aurions eu grand tort de nous en priver !

 

- Tout public
- Durée : 30 mn  

vivant-3-toiles-4.jpg

Le jardin des Abbesses est un lieu tranquille, propice à l’écoute dans un début d’après-midi d’été. Il suffit de quelques sièges, à l’ombre des arbres, et de transats invitant au repos. La musique se fait alors, elle se la coule douce jusqu’à s’immicer dans nos oreilles. Un concert de chevet à écouter sans effort(s), en laissant ses pieds déchaussés et sa tête relâchée. Axel Salmona a fait montre d’exigence autant que de modestie. Nous avons aimé. Nous aurions beaucoup de plaisir à le retrouver, ailleurs, plus tard.

 

Autre concert d'Axel Salmona commenté sur ce blog : http://vivantmag.over-blog.com/article-apero-mantique-110056767.html

 

Les Apéros-Musique : http://aperos-musique-blesle.com/

 
Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Concert
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 14:08

qui-bout_bac-a-fouilles.jpgSpectacle de la compagnie "Qui-Bout !", vu le 14 septembre 2012 dans le cadre des journées du patrimoine au musée Arles-Antique.

 

Distribution :

Lila BERTHIER, Claire LEYAT, comédiennes/musiciennes

Olivier SCHOBER, musicien/régisseur

Vincent TROUBLE, compositeur,

Céline MARKULIC, conceptrice des objets

 

Durée : 30mn

Jeune Public à partir de 3 ans

vivant-3-toiles-4.jpgL’archéologie expliquée aux enfants à partir de 3 ans…. pari tenu, pari gagné ! Quel lieu plus adapté que le Jardin Hortus, attenant au musée Arles-Antique, pour installer ce bac à sable. Non, pardon, ce « bac à fouilles » ! Ce nouveau spectacle de la compagnie "Qui-Bout !" a d’ailleurs été créé en partenariat avec cet incontournable musée de la ville d'Arles. Il s’est largement inspiré des trésors tout droit sortis des fouilles du Rhône, et notamment du buste de César que tous les petits Arlésiens ont certainement dû aller admirer avec leur classe et/ou leurs parents.

Ici la visite est « revisitée », et si le texte exploite (pour rire !) les « touche pas à ci, touche pas à ça » que tous les enfants ont dû entendre lors de ce type d’expérience, c’est juste pour mieux donner envie d’y retourner (si, si, je vous assure que le lendemain ma fille de 3 ans ½ réclamait d'aller au Musée) !

 

Nos deux archéologues, un chef très chef et un apprenti pas si apprenti que çà, arrivent sur scène, ou plutôt sur le « Bac à Fouilles », en se hissant d’un trou qui semble très profond. Mais que vont-ils en sortir ? Un pied de statue grecque, une poupée ancienne qui prendra un peu vie, un vieux godillot qui rendra le pied grec très très heureux, une amphore romaine (ou ne serait-ce pas plutôt un casque de soldat romain ?), un crâne de triceratops… Les comédiennes campent un Jules César hilarant qui fera aimer l’Histoire aux plus récalcitrants. Elles parlent de pouvoir, de conquêtes, d’amour, de vie…et tout cela en musique, ce qui ajoute beaucoup de plaisir et d’émotions.

 

Pour leur première, les artistes ont dû composer avec le mistral qui faisait tourbillonner le sable et voler les sons. Ce spectacle conçu pour l'extérieur pouvait aussi être joué en salle, mais elles ont tout de même choisi d'être dehors afin d’aller au bout de leur projet. Bien leur en a pris car, malgré les difficultés, elles ont su conquérir le public présent : petits et grands ont beaucoup ri ! Gageons que les représentations suivantes leur permettent de gagner en décontraction ! 

La compagnie "Qui-Bout !" nous ravti à chaque fois avec des spectacles conçus pour les plus petits mais qui ne laissent pas les grands "en rade". « Bac à Fouilles » fait suite à « Petit Gaillou » (qui abordait la question de la séparation) et à « Dans le lit du Géant Toboggan » (qui aidait à grandir). Dans « Bac à Fouilles », on parle de la Grande Histoire et de l’importance de regarder un peu derrière soi pour mieux avancer.  

 

Autre spectacle de la compagnie, commenté sur ce blog : http://vivantmag.over-blog.com/article-dans-le-lit-du-geant-toboggan-79684682.html

Repost 0
Published by Marie-Pierre HUSSON - dans Spectacle Jeune Public
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 13:26

Fabien-Truy-aux-jardins-des-Abbesses.JPGNous avions déjà eu l’occasion d’entendre ce joueur de didgeridoo aux Apéros Musique de Blesle (août 2010), au sein du groupe (normand) de musique irlandaise "The Cattle Grid". L’édition 2012 du même festival nous a permis de l’apprécier dans un autre contexte et sur une proposition menée en  solitaire.

 

- Tout public
- Durée : 30 mn  

VIVANT2-toiles-3.jpg

Tout commence par "Fermez les yeux et laissez-vous porter" vers une musique des débuts du monde. "On découvre que les gens aiment notre jardin et on est complètement dépassés..."

 

A l’heure de l’après-repas du midi, dans le jardin des abbesses où d’autres artistes se sont produits, nous étions nombreux à avoir trouvé l’espace qui nous convenait pour écouter la proposition étonnante du musicien : autour de l’histoire ancestrale du Dieu Serpent. Si sa prestation en matière de récit mériterait d’être plus assise, de prendre plus d’ampleur et d’accents tant au plan de la voix et de ses timbres que de sa présence scénique, il nous apparaît incontestable que Fabien Truy sait produire, provoquer et insuffler à l’instrument cornu une palette de sons et de sensations protéiformes. Le didgeridoo devient pluriel, avec sa continuité de souffle(s), ses silences, ses alternances et superpositions. S’en dégagent des sons de métal, de batterie, des sons pulsés. Une sorte d’homme-orchestre pour un voyage nullement passéiste, mais plutôt d’une modernité enracinée dans l’histoire de l’Humanité. Si vous ne l’avez pas encore entendu et que vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à faire le détour !

 

Web Apéros Musique : http://aperos-musique-blesle.com/

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Concert
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 12:10

la-tornade_desamours.jpgSpectacle de la compagnie La Tornade (75), d’après les nouvelles de Dorothy Parker, vu lors du festival Off d'Avignon au théâtre de La Luna.

 

Mise en scène : Cassandre Vittu de Kerraoul

Avec : Amandine Blanquart, Marc Lamigeon, Cassandre Vittu de Kerraoul ou Niryis Pouscoulous

 

Durée  1 h 15

Tout public à partir de 12 ans

 

vivant-3-toiles-4.jpg

Dorothy Parker (journaliste, critique littéraire, scénariste, novelliste américaine) a produit, au cours de la première partie du XXème siècle, une œuvre dense et variée dans laquelle a puisé Cassandre de Kerraoul pour créer ce spectacle de huit saynètes.

 

Cette comédie mordante met en scène des couples qui se font, se défont, s’aiment, se disputent, donnant une image d’amour plus souvent de façade que réel…  Dorothy Parker croque sans concession (et avec un humour acide) la société américaine bourgeoise de son temps, les hommes vaniteux, inconstants, les femmes frivoles, médisantes, tous snobs et alcooliques par oisiveté.

 

Les deux actrices se partagent les rôles féminins pendant que Marc Lamigeon joue tous les rôles masculins. Les costumes soignés et déclinés dans des harmonies de tons chauds (beige, marron, ocre) ne changent pas pendant le spectacle, mais sont agrémentés d’accessoires divers au fil des scènes (manteaux, chapeaux, écharpes, étoles, fume cigarettes, lunettes…). Ajoutez à cela une musique « années folles » ou jazzy, et nous voilà plongés dans un univers délicieusement suranné.

La mise en scène de Cassandre de Kerraoul (d’une grande fluidité et dans un décor minimaliste composé de deux chaises) donne une impression de continuité, les acteurs se croisant pour passer en douceur d’un tableau au suivant.

Amandine Blanquart excelle dans les rôles de "snob superficielle" (charmante blonde... elle était malheureusement prédestinée !)  ou de jeune mariée insupportable, cherchant le prétexte le plus futile pour provoquer la première scène de ménage du couple au cours du voyage de noces. Marc Lamigeon est cabotin à souhait dans le rôle de l’écrivain aux prises avec l’une de ses innombrables fans, ou en alcoolique mondain. Les dimensions modestes de la salle où se déroulait la représentation nous ont permis d’apprécier pleinement les mimiques expressives accompagnant le jeu sans faute des acteurs.


J’ai cru noter une baisse d’intensité à mi-parcours de la représentation mais, à la réflexion, cela venait probablement de moi... En cette fin de journée et en cette troisième semaine de festival, après avoir vu plusieurs spectacles dans une salle comble avec une climatisation peu efficace, il est possible que mon attention se soit quelque peu relâchée !  "DeSamours" reste un travail de qualité, avec des comédiens qui semblent prendre plaisir à jouer ensemble et nous offre ainsi un très agréable dépaysement.

Repost 0
Published by cathy de Toledo - dans Spectacle Tout public
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 16:35

axel-salmona.jpegAu festival des Apéros Musique de Blesle (43), la formule initiée en 2011 des "Concerts de Poche" s’est reproduite lors de l’édition 2012. Ainsi, le dimanche 12 août 2012, nous nous sommes rendus dans une petite alcôve pouvant réunir une vingtaine de personnes pour profiter d’une écoute de proximité.

 

- Tout public
- Durée : 30 mn


- Répertoire : Chopin, st Saens, Chausson, Levèbvre, Bach

 

Interprètes :
- Axel Salmona : violoncelle
- Tatsiana Dahan : piano    

vivant-3-toiles-4.jpg

Le dimanche matin est un beau moment, un moment paisible où l’on prend son temps, un moment propice à l’écoute tranquille, dans l’espace de quelques instants volés.

 

Axel et Tatsiana nous ont offert là une tranche de simplicité. On aurait presque pu croire être entrés sur la pointe des pieds chez le violoncelliste en train de jouer pour lui-même. Pas de parole particulière. Juste la musique, comme ça. Simplicité, mais pas simplification. Simplicité dans le don, le partage d’un répertoire en territoire rapproché. Engagement d’une écoute familière. Convocation de l’intime, en même temps que les mains de la pianiste se muent en oiseaux légers faisant des entrechats sur le clavier.

Au(x) frottement(s) des cordes s’est parfois mêlé un souffle, comme si l’instrument respirait pour de bon... mais pas un son aseptisé, plutôt un son qui bourdonnait, un son vivant ! Dans les mouvements sur les cordes tendues de l’âme, cette musique enflait, pétillait, sautillait. Emotion(s) retenue(s), suspendue(s), soutenue(s)... "Oh temps, suspends ton vol !". 

 

Deux artistes de grands talents qui peuvent s’installer dans de petits espaces pour vous apporter la musique comme sur un plateau.

 

Autre concert d'Axel Salmona, commenté sur ce blog : http://vivantmag.over-blog.com/article-concert-sieste-avec-axel-salmona-110266802.html

 

Les Apéros Musique, c'est par ici : http://aperos-musique-blesle.com/

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Concert
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 13:47

Soleo.jpgNous avons eu l’occasion d’approcher l’univers sonore de cette compagnie Isèroise (38), le vendredi 31 juillet 2012 dans les locaux du centre de loisirs de St Etienne de Crossey (38)... soirée réunissant parents et enfants autour d’une proposition mêlant percussions corporelles et insertions instrumentales.

 

- Tout public
- Durée : 1 h

 

Distribution :
- Sophie Boucher : percussions corporelles, basse, guitare, voix
- Sébastien Le Guenanff : percussions corporelles, piano, vibraphone, voix
- Julien Vasnier : percussions corporelles, mélodica, kalimba, voix  

vivant-3-toiles-4.jpg 

Si cette intervention est notée comme spectacle nous aurions, quant à nous, plutôt tendance à la qualifier de concert... même s’il y est donné à voir et à entendre. Les percussions corporelles, c’est dans les doigts, sur le buste et les cuisses, dans les pieds et sur le sol, comme une danse... dans la zone buccale aussi, utilisée comme une caisse de résonance(s). Une mise en mouvements des corps sonores pour nous offrir un moment tonique et communicatif.

 

En ce qui nous concerne, nous ne rattachons pas l’originalité et l’authenticité de la proposition à l’utilisation d’instruments tels qu'une guitare électrique ou un clavier. De même, ce soir-là, nous avons trouvé que le xylophone, notamment au début, avait tendance à couvrir les sons corporels, ce qui est dommage... mais plus en retrait ensuite, il a permis une complétude des deux suggestions.

 

Nous avons davantage vibré aux moments exclusivement "corpos", aux espaces interactifs menés par le trio avec le public, aux emboîtements et superpositions qui construisent une pièce musicale et nous la font comprendre. Là s’est vissé le challenge, et nous sommes entrés au coeur du propos. La simili partie de ping-pong a pris des accents de claquettes, avant un court voyage au pays de la savane peuplé d’animaux imaginaires. Et, pour finir, ce moment de jeu(x) entre lumières des projecteurs comme partenaires, le visible et le noir, pièce rythmique et rythmée dans le triangle du triptyque. C’est, sans doute, dans ces sillons là qu’il y a des pépites à dénicher !

 

Il y avait environ quatre-vingt personnes lors de la représentation, et il semble que petits et grands y aient trouvé leur compte. En ce qui nous concerne, notre intérêt a été titillé et nous aurons plaisir à les retrouver dans le courant de cette saison sur l’agglomération grenobloise. Quant à vous, nous vous conseillons d'être aux aguets. 

Repost 0
Published by Véronique Pédréro - dans Concert
commenter cet article