Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 09:41
L’Affaire Dussaert

Présent sur le Festival OFF 2021, au Théâtre des 3 Soleils du 7 au 31 juillet à 11h.

Présent sur le Festival OFF 2017

Spectacle produit par "Scène et Public" (75), vu le 10 juillet 2014, Avignon Off, au Théâtre des 3 Soleils, à 14h25.

 

Tout public

Durée: 1h20

 

Ce spectacle traitant d'art contemporain tourne avec succès depuis plusieurs années, et je voulais voir cette approche iconoclaste dont on m'avait dit le plus grand bien.


Jacques Mougenot, seul sur scène avec pour seul décor un rétroprojecteur et une chaise, nous présente l’affaire Dussaert, du nom de l’artiste Français méconnu Philippe Dussaert, mort prématurément (1942-1988), et dont l’œuvre a marqué le monde de l’art, par un jusqu’au-boutisme absolu. Je ne connaissais pas son travail pourtant très intéressant !

 

Illustrant ses propos de quelques peintures de l’artiste, puisant de nombreuses citations dans les publications spécialisées et de ses échanges avec Mme d’Argenson, critique et galeriste renommée - et protectrice de l'artiste -, il nous raconte le scandale suscité par la vente publique de la dernière œuvre de l’artiste en 1991 (en pleine guerre du Golfe, c’est pour cela que c’est passé inaperçu).

Et c’est de façon très efficace à travers cette « affaire » Dussaert, que Jacques Mougenot nous parle d’art et dénonce un certain nombre des dérives de l’art contemporain. Il nous parle plus particulièrement de celles de l’art conceptuel, illustrant ses propos de nombreux exemples, rappelant aussi qu’une œuvre d’art aujourd’hui ne se juge plus sur des critères esthétiques, de talent, ou de tout autre critère utilisé auparavant. Pour lui, le seul critère, c’est le discours qui entoure l’œuvre.

 

Il aborde alors une question qui traverse tout l’art depuis près d’un siècle: « qu’est ce qu’une œuvre d’art ? » Il égratigne, n’épargnant personne, critiques, artistes, institutions, snobs et érudits, et il nous instruit, nous étonne, nous fait rire, parfois vachard, parfois plus léger, il raconte les anecdotes surprenantes… et sans en rajouter, car l’art contemporain a déjà beaucoup de potentiel pour cela !

Alors oui, on peut s’interroger sur le canular de l’art, et il nous en fait une belle démonstration en clôture de son spectacle ! A l’image de la question posée dans le sous-titre du spectacle, « jusqu’où l’art peut-il aller trop loin ? », mêlant ironie et humour potache, il dénonce avec intelligence et drôlerie des mécanismes qui semblent avoir perdu tout contrôle et tout sens.

Un spectacle qui connaît un très beau succès depuis plusieurs années et que nous vous recommandons de découvrir pendant le festival.

 

Eric Jalabert

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:34

Les Pieds tanqués-copie-1

Présent au Festival OFF 2021, au boulodrome de l'Ile Piot, du 13 au 25 juillet à 11 h 30.

Présent sur le Off 2015

Spectacle de la Cie "Artscénicum Théâtre" (83), vu le 24 Mai 2014, au Théâtre de Villeneuve-Lès-Maguelone (34).

Texte et mise en scène: Philippe Chuyen

Avec: Sofiane Belmouden (Yaya), Philippe Chuyen (Mr Blanc), Gérard Dubouche (Loule), Thierry Paul (Zé), Jean-Louis Todisco (musique).

Genre : comédie politique

Durée : 65 min

Public : tous à partir de 10 ans

Jauge : max. 120

Création 2012

 

En extérieur devant le théâtre, plus d’une centaine de spectateurs se serrent sur des gradins le long d'un terrain de boules pour assister à une partie de pétanque. Nous sommes en Provence et quatre joueurs se retrouvent: Yaya, français de parents algériens, Loule, provençal, Zé, pied-noir, et M. Blanc de La Martinière, parisien nouvellement installé en Provence. Comme toujours les plaisanteries fusent, mais sont ici nettement orientées sur les origines des uns et des autres. Quelques escarmouches tournent rapidement à l'altercation et ravivent de vieilles douleurs autour de la guerre d'Algérie, du colonialisme, de l'identité, de l'honneur. La poursuite du jeu est plusieurs fois compromise. D'étonnants secrets remontent au grand jour. Jean-Louis Todisco qui chante en s'accompagnant à l'accordéon ponctue chaque étape de cette escalade.

 

Dans une véritable chorégraphie réglée avec précision, les boules roulent, le jeu se resserre ou se relâche, les hommes se rapprochent, s'écartent, se menacent, s'en vont furieux puis reviennent. Le ton enfle, se calme ou s'élève pour un mot ou pour un silence. Tous les mouvements "de plateau", chez les boules comme chez les hommes, suivent naturellement le rythme des propos qui peuvent être durs, douloureux, comiques. Sur pareil sujet, le choix de la pétanque se révèle très judicieux. Dans ce jeu l'humour omniprésent sert à déstabiliser l'adversaire. Il convient aussi de bien "se tanquer" : planter ses pieds dans un rond tracé sur le sol. Toute la conversation tourne autour des racines. Le Provençal s'estime envahi chez lui, le "rapatrié" était chez lui en Algérie et le fils d'Algérien a l'accent du Midi. Quant au parisien il ne peut tanquer ses pieds que dans une ridicule position de danse classique. Si la discussion dérive au point d'interrompre un jeu si prenant, c'est que les souvenirs de la guerre d'Algérie attisent encore le désespoir de ceux qui l'ont vécue et alimentent indirectement des idées radicales. Il y a ici un excellent travail de mémoire qui explore le passé avec courage et aide à démonter les ressorts des passions. A cette occasion le spectacle prend aussi du champ en mettant vigoureusement en débat les désirs d'appartenance, le monolithisme identitaire, le colonialisme, la couleur de peau, la honte, la torture, les déchirements familiaux, le déshonneur et le poids des histoires dans l'Histoire. Le texte très ciselé sonne juste pour chaque personnage, offrant un bel équilibre d'humanité chaleureuse, d'humour et de réflexion politique. Une réussite.

 

Chacun des comédiens excelle et habite corporellement et culturellement son personnage dans sa complexité et ses contradictions; M. Blanc, amusant dans son désir d'intégration mais lié par une réserve pathétique, Zé, si chatouilleux sur les termes employés mais qui oscille entre "chez nous" et "chez vous", Yaya demandant "qu'est-ce qu'on voit quand on me regarde?" et Loule, truculent mais profondément blessé. De plus, fameux joueurs de pétanque capables au milieu d'un jeu théâtral dense, de tirer ou pointer exactement comme le spectacle l'exige, ils ancrent ainsi le propos de la pièce dans la réalité. Les applaudissements spontanés à chaque "joli coup"  le prouvent. S'accompagnant à l'accordéon sur quelques phrases de belles chansons de sa composition, Jean-Louis Todisco introduit des pauses où l'immobilité soudaine des acteurs nous propose de faire le point.

 

Je suis sortie de cette représentation impressionnée par la maestria du spectacle et l'intelligence et la clarté avec lesquelles est traité le sujet encore vif de la guerre d'Algérie. En pointant les contradictions inhérentes aux jugements à l'emporte-pièce, "Les Pieds tanqués" propose d'introduire de la complexité dans les débats d'opinion. Accessible à tous, ce spectacle est à recommander largement... Un terrain de boules, deux bancs de jardin et des places pour le public suffisent à Artscenicum pour "se tanquer" quelques heures.

 

Catherine Polge

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 13:52

Présent au Festival OFF 2021, au Théâtre Le Cabestan du 7 au 25 juillet à 13h15.

De la compagnie du Cabestan (84),  vu au théâtre Le Cabestan sur le festival Off d'Avignon, le samedi 19 juillet 2008.
Théâtre tout public
D'après le roman de Jean Paul Dublois ( édition de l'Olivier)
Adaptation et mise en scène : David Teisseyre
Interprète : Roch-Antoine Albaladejo
Lumière : Vincent Lemoine
Musique : Sébastien Cannas / Capitaine Plouf 

Présent sur le festival Avignon Off 2014

Paul Tanner, qui jusqu'ici menait une vie paisible, hérite d'une maison familiale. Décidé à la restaurer, il découvre alors les affres- voir les affreux - du bâtiment.

Tiré du roman de Jean Paul Dubois, ce spectacle est une vraie réussite. Sur un sujet qui parle à tous, David Teisseyre a pris le parti de confier à un seul comédien tous les personnages de cette histoire:  le notaire, qui accueille les spectateurs pendant qu'ils s'installent et nous met ainsi tout de suite dans l'ambiance, monsieur Tanner le narrateur, mais également tous les ouvriers qui interviennent dans cette histoire qui tourne au cauchemar.
Roch-Antoine Albaladejo donne vie à une galerie de personnages, tour à tour affreux, catastrophiques, drôles, émouvants, attachants....passant de l'un à l'autre dans un rythme effréné, sans toutefois nous épuiser ce qui est le risque de l'exercice.
Il les incarne avec une réelle humanité et un vrai plaisir du jeu, appuyé par des lumières judicieuses.

David Teisseyre signe ici une mise en scène intelligente, où ses personnages évoluent dans la carcasse d'une maison - tuyauteries, câbles électriques et poutres apparentes-, rendant ainsi plus organique cette étrange habitation qui engloutit complètement Monsieur Tanner.
Son travail, enrichi par ses expériences passées - notamment avec Peter Brook- aime utiliser le détournement d'objets, et il nous offre ainsi de nombreuses trouvailles autour du ruban-mètre, du pommeau ou du rideau de douche... autant d'ingénieuses idées qui ponctuent avec jubilation le spectacle.

Joué à guichet fermé depuis le début du festival, cette création 2008 baignée d'humour noir est à découvrir sans modération.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 19:10

rois-vagabonds-concerto-pour-deux-clowns.jpg

Spectacle de la compagnie Les Rois Vagabonds (39), vu au Grand-Bornand le 29 août 2012 dans le cadre du festival Au Bonheur des Mômes.

 

Cirque musical

Tout public

Durée : 55 min

 

De et par Igor Sellem et Julia Moa Caprez

Présent au Festival OFF 2021, au théâtre La Factory du 7 au 31 juillet à 18 h 20.

Présent sur le Off 2013

 

 VIVANT-3-COEURS-5.jpg

Premières pluies sur ce beau festival, après trois jours de soleil et de fraîcheurs… et première pause pour découvrir Le spectacle dont on parle ici !

 

En musique, et dans un chapiteau plein comme un œuf, ils arrivent l’air de rien… lui, un côté clown russe un peu rustre accompagné de son encombrant trombone, elle, perruque et visage blancs, altière, genre jeune courtisane, portant avec légèreté son alto… Le contraste est fort, et transporte une poésie hors du temps servie par un jeu d’acteur très sensible, sans un mot ou presque. Tout doucement, on se laisse submerger par les prouesses musicales et acrobatiques pleines de drôlerie et de rythme, par les trouvailles visuelles (la valise bateau, la robe bouée…) et par les surprises qui les accompagnent. C’est un véritable concerto tout en mouvements que ces artistes hors du commun nous offrent, interprétant Vivaldi, Strauss, Ravel ou Bach dans des voltiges aériennes surprenantes.

 

A la fois technique, drôle, créatif et sans temps mort, ce concerto de clown est un pur régal. Il réussit à transposer l’univers de la rue sous un chapiteau, une prouesse ! Rehaussées de lumière, ces singulières images en mouvement sont ainsi merveilleusement mises en avant. Rien à dire de plus... on sort de là heureux et le sourire aux lèvres. Je vous invite à les découvrir au plus vite !

 

Site du festival : www.aubonheurdesmomes.com 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 16:16

Présent au Festival OFF d'Avignon 2021, au Théâtre de L'Adresse à 9h du 7 au 31 juillet.

Présent sur le Off 2009 d'Avignon, à L'adresse.


Création 2008 de la Compagnie VERTIGO (34)


Auteur : Alessandro Baricco

Avec Fred Tournaire

Mise en scène : Didier Lagana et Jean-Michel Boch

Décor : Dominique Raynal

Régie Lumière : Hervé Lavit

Univers sonore : Jérôme Hoffmann et Julien Valette

Durée : 1 h


Spectacle tout public vu le samedi le15 novembre 2008 à la Vista à Montpellier

 

 

Incroyable Fred Tournaire !!!

Il donne vie en 60 minutes à tous les personnages qui ont côtoyé le fabuleux pianiste Danny Boodman TD Lemon Novecento, né et abandonné en 1900  sur le transatlantique Virginian : de son père adoptif, le marin Danny Boodman, à Jelly Roll Morton, pianiste inventeur du jazz venu le défier sur son terrain,  en passant par Tim Tooney, jeune trompettiste embarqué en 1927 sur le paquebot, et narrateur de l’incroyable histoire de ce musicien de génie…

Et jusqu’à TD Lemon Novecento lui-même…


Mais cette performance d’acteur ne peut être dissociée de la qualité de la mise en scène de Didier Lagana et Jean-Michel Boch, et de l’époustouflant travail d’Hervé Lavit, qui se joue de la lumière, diffusée dans un brouillard savamment distillé par les fumigènes, dans un décor de caisses de bois de toutes dimensions…

Et là,… nous SOMMES sur le pont de ce bateau, nous ENTENDONS les sons qui arrivent de la salle des machines, la corne de brume, les effluves musicaux émanant de la salle à manger, les bruits des coursives… Nous sommes AVEC Tim Tooney, nous naviguons sur l’océan…

 

Et nous mettons pied à terre avec l’immense regret de n’avoir pas  connu ce personnage énigmatique et si attachant que fut TD Lemon Novecento, né et mort sur le Virginian, sans avoir mis, lui, pied à terre une seule fois de sa vie… !!!!

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 13:15

Un solo théâtral tout public de la compagnie Scènes Plurielles (31)

 

Auteur et interprète : Cédric Chapuis
Mise en scène : Stéphane Batlle
Vu au Palace dans le cadre du Festival Off d’Avignon 2008, à 12 h 20. Durée 1 h 25
 

Présent au Festival OFF 2021, au théâtre Des Gémaux du 7 au 31 juillet à 10 h 00

 

Un solo théâtral, annoncé comme une comédie dramatique (mais c’est un peu exagéré), sur l’histoire vraie d’Adrien Lepage. Seul en scène, avec deux batteries que l’on découvrira plus tard, l’une traditionnelle et l’autre électronique, Cédric Chapuis, lumineux, voire illuminé, nous raconte son histoire et son goût immodéré pour le rythme et les sons depuis sa plus tendre enfance.

Adrien est un garçon ni idiot, ni attardé… il est juste un peu différent. Il nous fait partager sa passion monomaniaque pour la batterie, instrument pourtant pas facile d’accès, surtout en solo.
Touchant, original et très personnel, Cédric Chapuis nous offre des situations cocasses et originales, en alternant les changements de rythme, entre tendresse, drôlerie, exhaltation ou questionnement, comme en écho au rythme de la batterie.

On regrettera parfois le trait un peu trop forcé ‘Adrien dans son côté « grand benêt » et la longueur du spectacle qui mériterait à se ramasser dans le temps et gagnerait ainsi en puissance.

Il n’en reste pas moins que le jeu de Cédric Chapuis est très juste et que l’on sent la gourmandise dans ses yeux quand il parle de son instrument fétiche, et encore plus quand il en joue.

A découvrir…

 

Partager cet article
Repost0