Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 20:21
La théorie du K.O.
La théorie du K.O.

Spectacle de la «Cie CAUSE TOUJOURS» (69) vu le 13 juillet à 15h30 au « AU VERBE FOU, THÉÂTRE LITTÉRAIRE dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 05 au 28 juillet 2019.

 

Auteur : Rémy S.

Mise en scène : A. Charollais

Comédiens : C Saulnier et L. Lacour (violoncelle) 

Genre : Théâtre
Public : Tout public à partir de 13 ans

Durée : 1H15

 

C’est le récit de la grandeur et de la décadence. Comme nombre de boxeurs, Andy Malone est parti de rien (comme on dit). Repéré par un entraîneur à la suite d’une bagarre dans un bar écourtée par un uppercut bien senti, Andy va connaître la gloire. Mais cette impulsion (pulsion ?) du début sera aussi cause de l’échec de sa vie.

 

Andy est derrière une petite table. Il écrit ce qui semble être son testament, ou les raisons de son choix final. On commence donc par la fin. Orphelin, choisi par des parents en mal d’enfant, il vivra entre ceux qui seront sans aucun doute, et malgré l’hostilité de ses grands-parents, sa mère et son père. L’acteur est accompagné par une violoncelliste qui, à plusieurs reprises, jouera le rôle de la compagne d’Andy. Elle lui pardonnera ses excès et lui donnera un enfant. Il deviendra un grand boxeur. Passionné et fonceur, sa nature le fait parfois dépasser les limites. Une action exécutée plus par instinct que par raison va fragiliser une carrière pourtant exemplaire. Une action digne d’un justicier, mais aussi d’un amant protecteur. Et il tape presque sans limite… aux limites de la mort. Rien que ça pour tout perdre, et puis tenter d’effacer et oublier. Mais la réalité est cruelle. Le temps joue en sa défaveur. Et un jour tout bascule.

Le mensonge, les compromis, la honte vont s’immiscer entre lui et sa compagne, entre lui et son entraîneur, entre lui et son manager. Chacun tirant la couverture à soi. Les faux combats, l’argent qui coule à flot… Sept tableaux se succèdent. Des scènes de la vie d’un boxeur : l’entraînement, la générosité de l’entraîneur, la roublardise du manager Et puis sa femme, son enfant, la gloire.

Enfin la boucle est bouclée et nous revenons au premier tableau ; dans une chambre d’hôtel. Incapable de se sortir de ces sables mouvants, il préfère quitter la scène, victime de son destin, ou de sa nature. Son entraîneur lui disait « Un boxeur, il boxe sur un ring, pas dans la rue ».

 

Si vous aimez les histoires qui prennent aux tripes, avec un acteur qui vit à 100% les tourments de son personnage, ce spectacle vous comblera.

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 20:20
L'Evadée
L'Evadée

Spectacle de la compagnie « Théâtro Golondrino/ Le Grand Manitou» (69) vu le 11 juillet 2019 au festival Les petites Formes de Montfavet (84), dans le cadre d’Avignon OFF 2019.  Du 11 au 14 juillet 2019 à 11h25 et 18h15.

 

Mise en scène et jeu : Christophe Croes

Genre : Marionnettes à fil
Public : Tout public à partir de 3 ans
Durée : 30 mn

 

 

Sur la grande scène des petites formes, je suis venu découvrir le spectacle d’un magicien de la marionnette à fil. Un chat tout de bois articulé, manipulé par 43 manettes, qui ondule et se meut avec élégance autour d’une petite malle qu’il semble garder…

A l’intérieur de la malle, une chenille, manipulée par deux simples fils qui font un contraste saisissant avec le chat si sophistiqué. Il tente de la faire retourner dans sa malle, avant qu’elle ne s’envole en papillon, enfin libérée.

Une histoire simple et sans parole, avec quelques panneaux-bulles pour ponctuer la narration, qui sont la marque de fabrique de Christophe Croes et donne à son spectacle une marque de cinéma d’animation, univers dans quel il a longtemps travaillé.

L’éclairage délicat et la manipulation souple et millimétrée nous entraîne dans cette jolie fable, accessible à tous et permet de présenter un travail très pointu.

Une belle parenthèse

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 16:32
Tout l'Univers en tout petit
Tout l'Univers en tout petit

Spectacle de la Compagnie Attention Fragile (13), vu le 16 juillet à 11h30 L'Ilot Chapiteaux dans le cadre d’Avignon OFF 2019. 6 au 26 juillet  (relâche les 8, 15 et 22 juillet).

 

Metteur en scène : Gilles Cailleau

Interprète(s) : Patricia Bondaz, Maëlle Boijoux

Régisseur général : Philippe Germaneau

Genre : Clown

Public : tout public à partir de 7 ans

Durée : 1H05

 

 

L'Îlot Chapiteaux est un lieu magique. Sur une grande étendue d'herbe, une dizaine de chapiteaux. Des petits, des grands, des ouverts, des fermés, des circassiens, des yourtes, des formes bizarroïdes. Tout autour, les caravanes des artistes qui logent sur place. Quelques points de restauration. Nous sommes dans un monde parallèle, j'ai l'impression d'avoir 4 ans.

Pour aller aux chapiteaux de la Compagnie "Attention Fragile", on suit des chemins en tapis persans, posés dans l'herbe. On dirait des tapis volants ....

 

Après le naufrage du bateau qui l'emmenait en Argentine, le cirque « Tout L'univers » a disparu. Seuls rescapés, deux petits grooms. Ils font, pour survivre, un spectacle de bric et de broc avec du matériel retrouvé et avec tout ce qu'ils ne savent pas faire.

Les numéros s'enchainent dans ce chapiteau de fortune, rien ne réussit. C'est touchant de maladresse ; mélancolique avec des touches d'humour. Les deux artistes portent un masque plus Commedia dell'Arte que Clown. On ne retrouve pas non plus l'état d'esprit habituel du clown qui caricature pour faire rire, qui tire toujours un bénéfice secondaire de ses pitreries.

 

Nos deux clowns sont des imposteurs sincères qui nous font voyager dans l'univers du cirque. On sourit plus que l'on rit ; enfants et grands sont captivés. Le jour de ma venue, il y avait un groupe d'enfants. Ils ont été conquis par le spectacle.

 

NB : La Compagnie « Attention Fragile » fête ses 20 ans d'existence avec la présentation de 6 spectacles (cirque, clown, théâtre), dans cinq chapiteaux, tous plus beaux les uns que les autres. Vous pouvez y passer la journée, le premier spectacle commence à 11h30, le dernier à 20h !

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 13:55
Le petit Prince
Le petit Prince

Spectacle de la Compagnie Le Vélo volé (75), vu le 15 juillet à 15h55 au Théâtre Au Coin de la Lune dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet (relâche les 9, 16 et 23 juillet).

 

Texte : Antoine de Saint-Exupéry

Mise en scène : François Ha Van

Interprète(s) : Hoël Le Corre, Matthieu Madelaine

Musique live : Guillaume Aufaure

Genre : Théâtre tout public, enfants

Durée : 1H

 

La pièce se joue Au Coin de la Lune, la salle est pleine et sans clim.

Elle reprend toute entière la belle histoire de Saint Exupéry avec ses personnages que nous connaissons tous.

 

 

Deux acteurs jouent tous les rôles. Le petit prince est tendrement incarné par celle qui jouera aussi la rose (avec un masque derrière la tête). Une jolie scène que cette discussion entre les deux : de dos, la rose ; de face, le Petit Prince.

Le texte est récité un peu trop rapidement à mon goût (surtout par l'aviateur) pour que nous puissions pleinement déguster sa beauté.

La mise en scène est simple, mais efficace avec un avion qui se transforme au service des différentes scènes.

Elle est accompagnée en direct par une guitare électrique dans un coin de la scène, c'est très beau.

En lisant les critiques sur ce spectacle, je me rends compte que je suis beaucoup plus mitigée et pas totalement convaincue. Il ne manque pourtant pas grand-chose pour que la magie opère.

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 13:41
L'Avare
L'Avare

Spectacle de la Compagnie Le Kronope (84), vu le 15 juillet à 17h50 à la Fabrik Théâtre dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, relâche les 10, 17 et 24 juillet.

 

Texte : Molière

Metteur en scène : Guy Simon

Interprète(s) : Loïc Beauché, Clothilde Durupt, Pascal Joumier, Anaïs Richetta, Yves Sauton, Jérôme Simon

Création Lumières / Régie : Hugo Richetta

Masques : Lucile Molinier, Martine Baudry

Costumes : Monik Vernier, Laetitia Chauveau, Lisa Deymier, Lisa Duvivier, Jim Allais, Anouk Vanesse, Pascale Nedjar de Roma

Décor : Jacques Brossier

Production : Carole Bellety

Diffusion, com : Bérengère Daris

Photos, Vidéo : Philippe Hanula

Genre : Théâtre masqué

Public : tout public à partir de 8 ans

 

 

La Fabrique Théâtre nous accueille comme toujours avec un peu de fraicheur dans sa cour ombragée. On peut y boire un verre ou y manger de délicieux mets orientaux.

 

L'Avare, écrit par Molière en 1668, nous raconte l'histoire d’Harpagon, qui n’aime que son argent ; il ne voit que des voleurs autour de lui. L’Avare songe à établir ses deux enfants sans s’inquiéter le moins du monde de leurs goûts : il a fait choix d’une riche veuve pour son fils Cléante, et pour sa fille, Élise, du seigneur Anselme, un homme extrêmement fortuné. Ses enfants ne partagent pas ses intentions : son fils est épris de Marianne (qu’Harpagon compte épouser lui-même) et sa fille de son intendant, Valère ...

L'interprétation et la mise en scène sont inclassables. Fidèles au style très personnel de la Compagnie du Kronope, nous assistons à un spectacle tourbillonnant, vivant, dynamique, rythmé.

Sur scène une structure métallique, presque circassienne, toute en courbes fait support pour les acrobaties chères au Kronope.

Tous les comédiens jouent plusieurs rôles et leur interprétation est d'une grande qualité. Chaque personnage se caractérise non seulement par le costume, mais aussi par la voix et les mouvements. Le jeu des acteurs met en relief le texte vieux de 250 ans.

Ces interprétations charismatiques sont sublimées par les masques et les costumes comiques et grotesques, issus de la Comedia dell'Arte ;  par les acrobaties et facéties incessantes. La prestation de l'actrice qui incarne Harpagon est hors du commun.

 

On rit tout au long du spectacle, c'est grandiose, on reste sans voix.

A voir, sans modération aucune, par les petits et les grands.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 09:14
Hercule à la Plage

  

Spectacle produit par le Théâtre Am Stram Gram (Suisse, Genève) vu au 11. Gilgamesh Belleville le 15 juillet à 10h10 dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 26 juillet, (relâches : 10, 17 et 24).

 

Texte : Fabrice Melquiot

Mise en scène : Mariama Sylla et Tamara Fischer

Scénographie : Khaled Khouri 

Comédien.nes : Raphaël Archinard, Julien George, Hélène Hudovernik, Miami Themo

Genre : Théâtre

Public : Tout public (à partir de 9 ans)

Durée : 1H

 

 

Dans un labyrinthe hors du temps, les souvenirs et l'imaginaire resurgissent. India se remémore un mythe que sa mère lui contait : celui d'Hercule. Trois garçons se joignent à elle, ils accompliront par amour ses 12 Travaux.

 

 

La scénographie est très bien trouvée. La scène est agrémentée de colonnes amovibles de différentes tailles. Elles nous rappellent l'époque antique du mythe, tout en étant de beaux outils de jeu. La réussite du spectacle réside aussi dans sa simplicité. Quelques accessoires réussissent à nous faire rêver : la lueur d'un briquet, des cartables colorés, une peluche... et à signifier sur le plateau le monde du rêve et de l'enfance.

Les nombreuses absences de lumière me permettent de me projeter dans mon imaginaire. L'histoire devient intime ; elle est celle de notre enfance et adolescence... Celle de nos mythes et mensonges d'enfants. 

Le quatuor est complice et nous emporte par sa justesse. Je passe un bon moment dans cette salle pleine d'un public ravi : il y a de nombreux rappels, des « Merci ! »...

 

C'est un succès artistique et théâtral qui annonce une pièce incontournable du Off 2019.

N'oubliez pas de réservez et Allez-y : elle vaut le détour ! 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 21:42
La Tente
La Tente

Spectacle de la Compagnie du Sarment (66) vu le 15 juillet à 11h10 au Théâtre de l'Adresse (coproducteur) dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, relâche les 9, 16 et 23 juillet.

 

Texte : Claude Ponti

Mise en scène : Neus Vila Pons

Interprète(s) : Elsa Gonzalez, Annick Weerts, Sébastien Chatron

Administration : Cédric Chayrouse

Genre : Théâtre

Public : de 6 à 106 ans

Durée : 45 minutes

 

Le Théâtre de l'Adresse se situe tout juste à l'extérieur des remparts. On peut y boire un verre dans une cour ombragée.

 

 

On connait les livres illustrés de Claude Ponti, l'un des grands auteurs Jeunesse d'aujourd'hui. Il a aussi écrit quelques pièces de théâtre, dont « La Tente ».

Sur la scène ouverte, une tente. Il fait nuit. C'est brumeux. On entend les bruits de la nuit. Ce n'est pas très rassurant.

Deux enfants dorment dans la tente ou plutôt, ils ne dorment plus. Quels sont ces bruits bizarres ? Y a-t-il des monstres par là ? Est-ce une porte sauvage qui grince ? Qui est le plus effrayé des deux ?

C'est une histoire à se faire peur. Et c'est aussi une histoire d'amitié entre deux enfants qui ne cessent de se défier dans une complicité touchante.

La mise en scène est très intéressante, beaucoup d'effets techniques visuels avec projection d'images, immobiles ou animées, techniques de théâtre d'ombre. Nous sommes dans un univers onirique.

Physiquement présent sur le plateau le musicien a recours à l'acousmatique (musique électroacoustique, musique concrète), un genre musical inventé en France en 1948 et qui permet de convoquer l'ensemble du champ sonore comme musique. La musique acousmatique sait rendre de façon subtile et fantasmatique le mystère et la peur, l'inconnu et les connexions de l'inconscient.

Sans retrouver la signature graphique des albums, nous sommes bien dans l'univers de Ponti, si bien qu'un monstre pourrait finir par se détacher du décor.

 

Les enfants sont captivés, passent de la peur à l'émerveillement, du rire au rêve. Et après toutes ces péripéties, on s'endort paisiblement sous les étoiles.

A voir sans hésitation !

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 12:15
Les Imposteurs
Les Imposteurs

Spectacle produit par le CDN transfrontalier Thionville - Grand Est (57) vu au Lycée Mistral (11. Gilgamesh Belleville) le 13 juillet à 10H45 dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 6 au 26 juillet, (relâches : 10, 17, 24).

 

Metteur en scène : Jean Boillot

Comédien.nes : Régis Laroche et Isabelle Ronayette

Genre : Théâtre

Public : Tout public (à partir de 12 ans)

Durée : 1H15

 

 

Le temps d'une heure, le public redevient une classe. Celle-ci est menée en rang dans la salle d'une Cour d'école (le Lycée Mistral). Les élèves que nous sommes s'assoient sur des chaises autour d'une « scène de classe » : le bureau et la chaise d'un prof sont tourné(e)s vers nous. Le jeu est de trouver l'imposteur.

 

Sommes-nous les élèves imposteurs ? Est-ce la comédienne assise parmi nous ?  Le comédien qui joue son rôle ? Nous sommes tous et toutes un peu imposteurs. Au théâtre, on « joue à être » et être comédien.ne c'est mentir temporairement sur son identité. 

Régis Laroche et Isabelle Ronayette (dont le patronyme signifie « La petite cabane à outils ») nous font des confidences sur leur vie. J'aime les définitions qu'elle donne du théâtre et son rapport au jeu.

J'aime leur tract : c'est un masque « pour se cacher dans la foule ». Et j'apprécie leur façon de concevoir le théâtre et de nous le dire. J'aime la mise en abyme du théâtre pour en découvrir les dessous. C'est touchant, on rigole et on nous sert de l'eau.

 

Je passe un bon moment, sans que la pièce ne m'atteigne en profondeur. Je retiens quand même une de leurs répliques : « [Avec le théâtre on vit] pleinement comme on ne pourra jamais le faire dans la vie ». 

 

Anouk F.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 10:09
Tête de cerf
Tête de cerf

Spectacle produit par Katapult (44) vu le 11 juillet à 17H50 au Théâtre du Centre dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, relâche les 9, 16 et 23 juillet

 

Texte : Virginie Janelas

Mise en scène : Virginie Janelas

Comédiens : Julia Cela, Garance Félix, Virginie Portier

Régisseur : David Janelas

Genre : Théâtre

Public : Tout public

Durée : 1H10


 

 

         Nous avons trouvé l'affiche du spectacle très intéressante car elle nous instruit du sujet principal sans pour autant trop en dévoiler. En effet, la pièce nous donne à voir trois femmes face à leur utérus, en proie à différentes émotions. Tout au long de la représentation, elles vont nous expliquer, avec leurs mots, leur histoire et leur relation avec ce dernier qu'elles n'ont pas choisi ; c'est ce même utérus qu'elles représentent par la tête de cerf.

 

Les trois comédiennes abordent le sujet en nous donnant la définition scientifique de l'utérus et poursuivent cette démarche instructive en nous donnant des informations parfois méconnues à propos de cet organe ; et ce tout en nous divertissant et sans nous mettre mal à l'aise. À travers plusieurs genres - le théâtre, la danse et la musique - elles nous expriment leurs ressentis et leurs expériences dans un décor chaleureux à la lumière tamisée évoquant l'automne.

Néanmoins, leur jeu semblait parfois manquer de naturel et certaines chorégraphies et éléments de mises en scène nous semblaient hors de sujet (il se peut, néanmoins, que nous n’en n'ayons pas compris la symbolique).

 

Nous avons apprécié le caractère instructif et distrayant de cette pièce qui mérite peut-être plus de visibilité étant donné le sujet traité. Bien écrit, le texte ne blâme personne mais rend compte de la situation pas toujours évidente et facile à vivre des femmes. Nous n'avons pas compris de manière systématique les choix de mise en scène. Mais peut-être affectionnerez-vous le spectacle dans son ensemble malgré tout !

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 19:09
Elle gagne sa vie en volant
Elle gagne sa vie en volant

Spectacle produit par Art's Toutzazimut (75 )vu le dimanche 14 juillet à 13 H «  Au Magasin » dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 6 au 28 juillet, les jours pairs.

 

Texte : Marie-Stéphanie Vaugien

Comédien : Marie-Stéphanie Vaugien

Adaptation : Moussa Lebkiri

Genre : seule en scène

Public : Tout public

Durée : 1H15

 

Non, Marie- Stéphane ne chaparde pas dans les magasins comme pourrait le laisser entendre ce titre à double sens.

 

Elle a sillonné les ciels tous azimuts pendant 30 ans dans des avions de plus en plus gros. Et elle en a vu des choses ! Et elle en a des anecdotes à nous raconter ! Elle qui devait toujours être bien présentable dans son uniforme d’hôtesse de l’air, souriante et avenante.

Ce jour-là, la comédienne ne semble pas au meilleur de son jeu, au début du moins. Probablement, est-ce le contrecoup de cette effervescence festivalière impitoyable. Mais plus les minutes passent, et plus sa confiance refait surface. Et plus le spectateur est emporté par les anecdotes entassées au fil de toutes ces années de bons et loyaux services dédiés au métier d’hôtesse de l’air, oscillant entre humour – peut-être pas toujours forcément nécessaire – et moments d’émotions pures. On se demande même parfois si ce que Marie-Stéphane raconte n’est pas inventé tant cela paraît extraordinaire: ainsi de la déclaration enflammée d'un bel homme un jour à Rio alors qu’elle pensait au premier abord qu’il lui voulait du mal. Ou ces échantillons de parfum donnés à la hâte à une fillette noire pour quelle puisse prouver à sa famille qu’elle a bien rencontrée une femme blanche européenne. Dans les avions, elle a croisé des gens célèbres, comme Olivier Messian, le trompettiste Dizzi Gillespie, Eric Clapton. Ou des passagers plus anonymes et plus pénibles.

Mais ses souvenirs s’éparpillent et remontent aussi jusqu’à son père et à la musique de la Comparsita qu’il passait sur son Tepaze. Ou encore le tango dont sa mère disait « que c’est l’expression verticale d’un désir horizontal ». Et l’apartheid en 1981. Les « Filles repenties » de Bangkok aussi. Sa thèse à la Sorbonne.

 

Et tout le reste que vous découvrirez en allant voir ce spectacle émouvant, ponctué par moments de chansons tendres.

 

 

Partager cet article
Repost0