Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 22:27
le parisien étudiant

le parisien étudiant

Résiste

 

 

Un spectacle produit par la Compagnie Les filles du renard pâle (51) et vu au Théâtre du fil de l’eau (Pantin) le 17 septembre 2021.

 

Création collective sous la direction de Johanne Humblet

Circassienne : Johanne Humblet

Chant : Virginie Frémaux

Genre : cirque

Public : tout public

Durée : 50 minutes

 

En signe d’ouverture, la soirée inaugurale du Théâtre du fil de l’eau se tenait en plein air, au bord du canal. Des années que je n’étais pas venue et les lieux ont bien changé ! De presque sordides, les quais ont été réaménagés en une fort jolie promenade. C’est dans cet écrin qu’environ 400 personnes ont pu assister au spectacle et que d’autres, exclus de facto par le pass sanitaire, ont néanmoins pu suivre « Résiste » de l’autre côté des barrières.

 

« Résiste » par son dispositif scénique se donnait à voir de près… ou de plus loin : un portique pour fildefériste d’une hauteur peu commune. Le fil est à hauteur variable et souvent incliné. Au pied du pilier, à cour, une petite scène.

En haut, la circassienne exploite toutes les possibilités de son agrès. Du fil classique, un peu ; du trapèze fixe parfois ; un mélange de fil et de mât chinois le plus souvent. A l’aide de cette grande tige et à la faveur de l’inclinaison du fil, elle semble parfois avancer en luttant contre les éléments. J’ai particulièrement aimé les équilibres sur la tête et les mouvements de pendule créés grâce au mât.

Tandis qu’elle évolue dans les airs, sa comparse l’accompagne de ses chants envoutants sur une bande son pré-enregistrée ou au luth électrique. La sono est très forte. Les fumigènes blancs et violets sur une lumière orangée créent des images fortes.

 

« Résiste »est moins un spectacle qu’une performance. La trame narrative est tenue et le rapport au titre n’est pas des plus évidents. Le démarrage est par ailleurs un peu lent et la prestation aurait gagné à éviter quelques poncifs  (Détacher ses cheveux, ôter un manteau fort encombrant pour montrer qu’on est une femme libérée !).  Néanmoins, « Résiste » est une performance plaisante pour annoncer haut et fort la réouverture du théâtre.

 

Catherine Wolff

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 17:50
Huitième jour

Spectacle  de la LA MOB À SISYPHE (31) vu à Occitanie fait son cirque en Avignon à 16h30, dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 18 au 25 juillet (relâche le 22 juillet).

Interprétation : Idriss ROCA, Cochise LE BERRE, Raphaël MILLAND

Création Lumière : Louise Bouchicot

Regard extérieur : Benjamin DE MATTEIS, Dominique HABOUZIT

Public : à partir de 5 ans

Genre : Cirque contemporain

Durée : 1h

Dans le cadre des Chroniques plurielles et populaires, un groupe de personnes malentendantes et sourdes est venu voir le spectacle ce jour. Une personne sur les trois communique avec la langue des signes. L'objectif étant de favoriser l'accès des spectacles pour tous avec ou sans interprètes langue des signes en priorisant les spectacles visuels. Sur ce plan, le spectacle était complètement adapté.

Brigade constituée de: Cristian, Taïbé et Leo, Susana, Camille et Valérie

Cristian a aimé le spectacle et notamment cette scène du comédien avec ses pouces : une technique qui l’a surpris. L’artiste est venu après le spectacle échanger avec nous et lui remontrer cette scène.

Taïbé : j’ai beaucoup aimé, très visuel. Leo, mon fils, moins. Moins adapté pour lui, plus pour les plus grands. Leo a 4 ans 1/2.

Susana a aimé aussi le spectacle.

Camille : Déjà très intriguée par le teaser vidéo, le spectacle a fini de me convaincre. Un humour silencieux, ou presque, j’y vois, du coup un humour universel. Par moment un peu décontenancée au cours du spectacle, mais finalement, tout était plutôt millimétré, de chaque seconde de silence à chaque chute. Un petit bémol sur les objets utilisés qui sont pour certains très petits et donc moins faciles à identifier quand on est loin dans les gradins.

Valérie : Un spectacle qui m’interpelle. Un de ces spectacles qui, avec le teaser, me semble un peu trop conceptuel à mon goût. Je sors en me disant que je suis heureuse que celui-ci ait été choisi par le groupe de personnes que nous accompagnons car il m’ouvre à des perspectives vers lesquelles je ne vais pas naturellement. Un travail autour du cirque mais pas vraiment, autour de l’absurde mais pas que, autour de la chute beaucoup, et autour de l’ennui aussi surtout. Ce silence, aucune parole, lenteur d’actions, l’attente. Au début, je me dis « ça va être trop lent, trop long pour moi », et puis les 3 circassiens m’embarquent dans cette parenthèse silencieuse qui finalement me fait beaucoup de bien dans cette période de flux d’informations quotidiennes, de bruits en permanence …  Des choix musicaux que j’ai beaucoup appréciés, qui apportent juste une légère dynamique à ce travail autour de l’ennui et du « raté ».  C’est quoi raté ? c’est quoi l’échec ? ... C'est aussi un spectacle. Peut-être plus à partir de 8 ou 10 ans que 5 ans comme annoncé, notamment par le retour de l'enfant présent dans notre groupe.

Avis commun : très chaud dans la salle, on faisait l’effet éventail avec notre ticket de spectacle. Nous demandons pourquoi pas climatisé, on nous répond que la clim est à fond et qu’il fait quand même 38 degrés dans la salle. Des ventilateurs seraient presque plus appropriés dans les gradins ?

Accessibilité aux personnes sourdes: Quelques scènes sur le devant du plateau qui nous ont été moins visibles par rapport à l'endroit où nous étions placés ainsi que pour les personnes sourdes ayant besoin de visuels tout comme la lumière tamisée qui a moins permis aux personnes de voir les mimiques des visages.

Nous avons été accueillis très chaleureusement par la médiatrice culturelle du lieu qui nous avait prévu un temps d'échanges avec la compagnie après le spectacle. Les artistes étaient ravis d'avoir un retour sur l'accessibilité de leur spectacle pour les personnes sourdes. Merci à eux et merci au lieu.

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 13:14
PADPANICK !!!

Dans le cadre des Chroniques plurielles et populaires, un groupe de personnes malentendantes et sourdes est venu voir le spectacle ce jour. La majorité des personnes communiquent avec la langue des signes et ont eu un regard notamment sur l'accessibilité du spectacle par rapport à la surdité.

Spectacle  de la Compagnie L'Estock Fish (13) vu à la Cour du Spectateur à 10h30, dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 10 au 24 juillet (relâches les 11 et 18 juillet).

Interprétation : Olivier Gaudin, Lana Paic

Mise en scène : Olivier Gaudin

Public : à partir de 3 ans

Genre : Cirque contemporain

Durée : 45 minutes

Edmond : Au début, quand il y a que le Monsieur, j’ai pas trop compris où il voulait en venir. Quand la femme est arrivée, j’ai mieux compris le spectacle, ça change tout, l’humour se créé d’un coup. J’ai beaucoup aimé la musique Jazzy, c’est mon style. Une musique douce, pas agressive avec mes appareils auditifs. Le lieu est sympa, ombragé, bien organisé, on est espacé. Plus difficile pour se comprendre à midi quand il y a plus de monde et des groupes d’enfants qui arrivent car les bruits s’accentuent. Les boîtes en bois sont jolies et bien pensées.

Denise : Le lieu du spectacle est accueillant et sympa car ça fait très familial. Le spectacle est adapté aux enfants et aux adultes même sourds car il y a très peu de paroles et c’est très visuel. Je n’ai pas pu voir ce que la personne qui gère la musique sur le bord disait aux comédiens sur scène. On a vu le comédien louper une scène et il aurait pu improviser à ce moment-là pour que ce soit plus drôle, tel un clown qui nous montre qu’il fait des erreurs exprès.   Pour la musique, j’entendais un peu. L’emplacement était agréable car il y avait de l’ombre avec des arbres.

Philippe et Marisa : On a aimé le spectacle, très comique. Les chutes sont drôles et les accessoires sont bien trouvés. Très beaux jonglages. Assise un peu dure sur les bancs en bois. Pas d’interprète en langue des signes mais spectacle très visuel donc on a pu comprendre et apprécier. Seulement la personne à la musique où on ne peut pas comprendre ce qu’il dit.  Lieu du spectacle très agréable, joli et avec de l’ombre. On a aimé la participation des enfants à la fin du spectacle, ça fait de l’interaction avec le public.

Taïbé et son fils : Un spectacle très drôle dans un cadre très joli. Spectacle accessible car visuel. J’ai tout compris grâce aux mimiques du visage des comédiens. Un joli moment passé avec mon fils qui était ravi et a beaucoup aimé le spectacle aussi.

Valérie et Béatrice: un lieu agréable et très accueillant. Le spectacle très visuel a pu être accessible aux personnes que nous avons accompagnées. Quelques interludes de textes avec la personne qui gère le son du spectacle ont pu être plus difficiles d'accès pour les personnes sourdes bien que la compréhension globale n'en ait pas été trop altérée. Une sortie au festival qui a ravi les personnes présentes ainsi que les plus jeunes de 5 ans.

Les avis sur la notation ont divergé et n'ont pu mener à une note commune, nous avons donc fait le choix de laisser les retours de chacun au plus près de leur ressenti sans y ajouter d'étoiles (entre deux et trois étoiles étaient proposées par les participants).

Nous remercions les artistes pour le temps d'échanges proposé à la fin du spectacle ainsi que toute l'équipe du lieu et sa directrice qui nous ont accueillis très chaleureusement. 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:01
Padpanik!!!

Spectacle de la Cie l’Estock Fish (13), vu dans la Cour du Spectateur à Avignon, le 16 juillet 2021 à 10 h 30, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon du 10 au 31 juillet.

 

Metteur en scène : Olivier Gaudin

Interprètes : Olivier Gaudin, Lana Paic

Régisseur : Bertrand Roure

Genre : Cirque contemporain

Type de public : à partir de 3 ans

Durée : 45 minutes                    

 

À la Cour du Spectateur, un duo d’artistes circassiens nous présente un spectacle pour les enfants, enchainant les numéros divers et variés en mêlant l’humour et les acrobaties.

Nous sommes installées, ainsi que le jeune public, dans un espace agréable, ouvert, à l’ombre d’un arbre. Devant nous, un décor qui sert de coulisses aux comédiens et une grande boite, avec une silhouette peinte dessus, qui a deux trous pour les yeux et deux trous pour les bras. Sur le côté, le régisseur, qui régit la lumière et la musique devant nos yeux pendant toute la durée du spectacle.

Les comédiens assurent avec humour dans leur art ; ils sont très clownesques, ont beaucoup d’interactions et utilisent un langage qui préfère les onomatopées aux mots et qui crée des scénettes faciles à suivre et divertissantes. Mais l’humour, si dirigé aux plus jeunes, convient aussi aux moins jeunes ; les deux personnages qui évoluent sur scène ont un caractère propre et se complètent, nous emportant dans leur univers et leur histoire.

Pourtant l’humour, dans un spectacle de cirque, ça ne fait bien sûr pas tout : nos deux artistes performent avec aisance et expérience des tours et acrobaties, mêlant jonglage avec divers objets, échasses, et bien d’autres talents. Les différents tours sont incorporés à l'histoire et ne laissent jamais l’impression de sortir de nulle part.

Le régisseur, qui est sur le côté de la scène, n’est pas laissé pour compte : les artistes l’intègrent dans le spectacle en lui adressant parfois quelques mimiques, le prenant à part. Il agrémente la représentation avec des musiques entraînantes et effets visuels que nous avons beaucoup aimés et entraîne le public avec lui.

Padpanik!!! est un spectacle idéal pour divertir vos jeunes enfants, les faire rire et les charmer ; les plus grands ne s’ennuient pas non plus, et rient aussi !

 

Gabriette

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 20:59
Aérien, Causerie envolée
Aérien, Causerie envolée

Spectacle de la Compagnie Happés (30) vu à L’Occitanie fait son cirque à Avignon le 20 juillet 2021 à 14 h 15. Dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 7 au 31 juillet.

 

Auteur : Mélissa VON PEPY

Metteuse en scène : Mélissa VON PEPY

Texte et collaboration à la mise en scène : Pascale HENRY 

Construction, scénographie : Neil PRICE

Son : Jean-Damien RATEL

Lumières : Xavier LAZARINI

Costumes : Catherine SARDI

Genre : Cirque

Durée : 35 minutes 

 

L’espace de L’Occitanie fait son Cirque nous emporte dans l’univers circassien avec ses deux grands chapiteaux. On peut se restaurer à la buvette, se rafraichir à l’ombre sous les arbres pour déguster l’ambiance en attendant que l’heure du spectacle arrive.

La pièce se joue au gymnase. Sur la scène ouverte, un podium avec une simple chaise de bureau un peu ancienne.

Arrive la conférencière : femme d’affaires, tailleur pantalon bleu, petite serviette, lunettes, rien de plus sérieux. La conférence parle de l’homme et des airs. Elle est admirablement bien menée, on aurait rêvé d’avoir des profs de la sorte, avec un petit air de Julia Roberts en plus.

La conférence nous parle des airs avec des points de vue différents et complémentaires : à travers l’histoire et les évolutions scientifiques, avec une approche philosophique, les airs dans les expressions populaires, citations littéraires et analogies de toute sorte.

L’air, synonyme de légèreté, évoque l’aspiration, l’attirance. Par opposition, la terre est associée à la lourdeur et à l’immobilité.

On passe du langage parlé au langage du corps avec un enchaînement d’acrobaties aériennes sur cette chaise modulable, qui semble être faite pour le corps de notre conférencière. À moins que son corps ne soit fait pour la chaise ? Nous sommes en apesanteur avec elle.

C’est léger, c’est beau, c’est bon, c’est surtout à ne pas rater.

 

Maren Scapol

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 13:39

Spectacle de la compagnie Barolosolo (11), vu à la Cour du Spectateur le 19 juillet 2021 à 18 h 45 dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 10 au 31 juillet.

 

Création collective

Interprète(s) : Mathieu Levavasseur, Anne De Buck, Léa Passard, Samuel Peronnet

Régisseur : Marc Boudier

Genre : Cirque décalé

Public : Tout public à partir de 5 ans.

Durée : 1 h 15

 

Dans le grand chapiteau de la cour du spectateur, je suis allé découvrir ce spectacle inspiré de l’univers de Calder : du cirque et des équilibres pour un moment plein de trouvailles.

Sur un grand plateau, un mobile type « Calder » en suspension est éclairé avec délicatesse. Un multi-instrumentiste est installé en hauteur pour accompagner de sons surprenants ce spectacle de cirque décalé, burlesque et poétique.

Présenté par un Monsieur Loyal atypique, je me suis laissé happé par cette belle imagination qui construit un moment de fragiles équilibres autour des classiques numéros de cirque…

Les numéros se succèdent avec une belle fluidité, revisitant les standards du genre avec humour, autodérision et poésie visuelle : les athlètes aux muscles éclatants, la grande guerrière des marais et son mât chinois mobile, la descente des gradins en canoë et le mobile très Caldérien de Kayak amoncelés en équilibre, le dompteur de lion ou Madame 350 kg habillé d’une montagne de gilets de sauvetage…

Au total, une dizaine de numéros, revisités avec brio et originalité, qui allient prouesse technique, effets visuels et originalité viennent construire un spectacle riche, fluide et plein de surprises.

L’accompagnement musical et la belle énergie des artistes en font un spectacle à recommander et découvrir pour tous.

 

Éric Jalabert

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 17:03
Interprète
Interprète

Spectacle de la Compagnie Cheptel Aleikoum (41) vu à L’Occitanie fait son Cirque à Avignon le 18 juillet 2021 à 15 h 10. Dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 7 au 31 juillet.

 

Création collective

Conception et interprétation : Maxime Mestre

Genre : Cirque

Agencement : Michel Cerda

Public : tout public

Durée : 1 h 10

 

L’espace de L’Occitanie fait son Cirque nous emporte dans l’univers circassien avec ses deux grands chapiteaux. On peut se restaurer à la buvette, se rafraichir à l’ombre sous les arbres pour déguster l’ambiance en attendant que l’heure du spectacle arrive.

C’est l’heure. On nous appelle à l’entrée du chapiteau. Quel accueil chaleureux avec distribution de gel hydroalcoolique, d’assiettes en carton en guise d’éventail, aspersion d’eau pour nous rafraichir et même des gourdes d’eau glacée réutilisables.

Nous entrons dans le chapiteau et arrivons par le haut des gradins pour nous installer sur de grandes marches en bois. Sur la piste noire en bois, une corde dessine le mot « relier ».

L’artiste est déjà là, nous accueille très simplement, nous explique l’histoire de la création du spectacle. Et nous prévient qu’il y a une scène de « nu ». Nous votons pour accepter ou non cette surprise, bonne pour certains, mauvaise pour d’autres. Qu’est-ce que la nudité ? Pourquoi être gêné ? Naît-on garçon ou le devient-on ?

Pendant que l’artiste se prépare, petite séquence philo : Que veux-tu de la vie ? Question à laquelle répondent les autres artistes du collectif via une bande son.

La représentation commence par ce fameux nu avec un effeuillage réalisé par les spectateurs, mais à distance. Nous sommes sollicités pendant toute la première partie du spectacle, participons à un numéro de confiance totale à de parfaits inconnus. « Et si tu n’existais pas ... » L’artiste nous chante pour que surtout, nous ne lâchons pas la corde à laquelle il est accroché.

Tout en poursuivant le spectacle, l’artiste transforme progressivement la piste, crée un écran sur lequel seront affichés des consignes aux spectateurs qui vont guider un bel exercice d’improvisation, de danse, de chant, d’expression corporelle.

Le numéro de corde volante « escarpolette » est une réelle performance, d’autant plus qu’il doit faire plus de 30° sous le chapiteau …. Tout – ou presque – est accompagné de musiques. L’enchaînement d’effets techniques ôte un peu la poésie toute en tendresse du début de spectacle.

Il y a aussi beaucoup de très jolis jeux de mots, sémantiquement et circassiennement.

Entre la philosophie, le rêve, la poésie, le militantisme, le suicide, l’humour, le chant, c’est un spectacle on ne peut plus complet.

 

Maren Scapol

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 23:21
Théâtre du Rond-Point

Théâtre du Rond-Point

Le cirque invisible

 

Un spectacle produit par Karavane Productions (75) revu le 3 juillet 2021  au Théâtre du Rond-Point.

 

Création: Victoria Chaplin, Jean-Baptiste Thierrée

Comédiens : Victoria Chaplin, Jean-Baptiste Thierrée

Genre : cirque, danse, magie

Public : tout public

Durée : officiellement 1H15

 

 

Le pire, c’est que je ne l’ai jamais chroniqué ! Pourtant, en 12 ans, c’est bien la cinquième ou la sixième fois que je le vois. Mais quel est donc ce spectacle qui peut se prévaloir d’une telle pérennité et d’un tel pouvoir d’attraction : L’inénarrable  « cirque invisible »de Jean-Baptiste Thierrée et de Victoria Chaplin ?

Depuis la dernière fois que je l’ai vu (5 ou 6 ans), le spectacle a beaucoup évolué même si la structure reste inchangée. Sur une vague piste de cirque, les numéros de clown  de monsieur alternent avec les tableaux de transformisme de Madame. Monsieur multiplie les facéties et brille dans l’art de l’absurde pour nous suggérer un cirque qui n’est pas. Madame époustoufle par la poésie de son imaginaire qui fait naître des animaux féériques. Monsieur prend à témoin le public. Madame danse avec grâce et se pare en silence.

Avec le temps, certains numéros ont disparu (Madame en fildefériste ; Monsieur et sa ribambelle de poissons) tandis que de nouveaux s’insèrent naturellement tel l’émeu rouge qui picore les reliefs des bêtises de monsieur.

Le « cirque invisible », nouvelle mouture, est toujours aussi beau et toujours aussi drôle. Le public ovationne. A chaque salve d’applaudissements répondent des bis qui prolongent encore un peu la magie. Assurément, le « cirque invisible » est une anthologie du cirque.

 

Catherine Wolff

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 19:46
Le Puits
Le Puits

Spectacle de la Compagnie les Acolytes (31) vu au Théâtre la Colonne à Miramas en avant-première dans le cadre des rencontres professionnelles du festival les Elancées, le 13 février.

 

Ecriture et Mise en scène : Julien Scholl

Dramaturgie : Julien Scholl, Laurent Ziserman et Anne Vaglio

Jeu : Colline Caen (cadre aérien, comédienne), Nelson Caillard (acrobate), Serge Lazar (cadre aérien, comédien), Florence Peyrard (contorsionniste).

Genre : Cirque

Public : Tout public à partir de 10 ans

Durée : 1h

 

 

« C’est comme la vie : si on accepte notre puits, on arrive à avancer », dit  Julien Scholl.

Le puits, lieu du vide et de la chute, de l’enfermement et de l’envol, de la peur et de l’espoir, de la solitude, mais aussi celui des rencontres.

Un lieu hors du temps et de l’espace. Un mur de cinq mètres de haut aux parois infranchissables. Il fait sombre. Quatre personnages. On ne sait comment ils sont arrivés dans ce lieu symbolique. Ni comment ils vont en sortir. Au fond de ce puits, lieu de prise de conscience de soi et des autres, les acrobates inventent des solutions pour s'échapper, seuls ou à plusieurs.

Entre jeux de lumières et ambiances sonores, les quatre personnages se rencontrent et se séparent, au gré de leur solitude et de leurs rêves. Tous à la recherche d’un autre monde, du chemin de retour vers un chez- soi, ils vont se chercher et s’organiser face à l’espace, face à eux-mêmes, face aux autres.

Quelques rares paroles. Ce sont les corps qui s’expriment à travers les acrobaties et sondent les murailles personnelles et collectives, les rêves, les peurs et  les illusions.

 

Maren Scapol

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 23:18
lepopulaire.fr

lepopulaire.fr

Les dodos

Un spectacle produit par le P’tit Cirk (29) et vu le 9 septembre 2019 au Monfort.

 

 

Crétion et interprétation : Alice Barraud, Pablo Escobar, Basile Forest, Louison Lelarge, Charly Sanchez

Mise en piste : Sky de Sela,Danielle le Pierrès, Christophe Lelarge

Genre : cirque

Public : tout public (à partir de 6 ans)

Durée : 1H25

 

 

Enfin le retour en salle ! Masquée bien sûr ! Mais le spectacle vivant vaut bien un masque ! Les retrouvailles s’annonçaient festives avec Le P’tit Cirk. Pour ce troisième opus à mon actif, le P’tit Cirk a largement dépassé toutes mes espérances !

 

Impossible de résumer ce petit bijou. Sachez simplement que la guitare en particulier et les autres instruments à cordes en général réservent bien des surprises aux corps. Chez « les Dodos », la guitare est objet circassien à part entière et accessoirement instrument de musique : elle est support d’équilibres, d’acrobaties et de pyramides ; elle fait office de massue pour la jongle ; regroupées, elles dessinent la piste de dressage du cheval et le parquet de la danseuse. Seule concession faite aux agrès plus conventionnels, le portique pour portées aériennes et encore : c’est une très jolie structure en fer forgé dont la mise en place est un poème en soi.

Par le jeu intense, les 5 circassiens (4 jeunes hommes et une jeune femme)  dressent le portrait de figures archétypales : le porteur, géant timide, qui entonne une java acrobatique avec une toute petite Esméralda, les deux jeunes fringants qui ne reculent devant aucun défi et le clown. Mention spéciale à ce grand jeune homme dégingandé qui n’est pas sans ressembler à Guillaume Gallienne et qui dans son phrasé improbable est capable de faire mourir de rire tout le chapiteau par sa couardise, ses jérémiades et ses maladresses.

La musique originale, portée par trois des circassiens, excellents musiciens par ailleurs, est omniprésente. Les numéros techniques sont de haut-vol. Le collectif est roi et celui qui tente de s’en extraire est dûment rattrapé par le groupe. Les transitions sont soignées et le sens du détail participe à la fluidité de l’ensemble.

 

Ca vit, ça sue, ça talque, ça endure, ça joue, ça émotionne. Dans le sens de la proximité à la piste, le P’tit Cirk mérite bien son nom. Mais il est grand ! Il contraste heureusement avec ces grosses productions canadiennes qui à force de formatages pour l’international ont perdu leur âme. Le public ne s’y est pas trompé : comme un seul homme, il s’est levé pour ovationner, longtemps, très longtemps.

Catherine Wolff

Partager cet article
Repost0