Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 19:09
Elle gagne sa vie en volant
Elle gagne sa vie en volant

Spectacle produit par Art's Toutzazimut (75 )vu le dimanche 14 juillet à 13 H «  Au Magasin » dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 6 au 28 juillet, les jours pairs.

 

Texte : Marie-Stéphanie Vaugien

Comédien : Marie-Stéphanie Vaugien

Adaptation : Moussa Lebkiri

Genre : seule en scène

Public : Tout public

Durée : 1H15

 

Non, Marie- Stéphane ne chaparde pas dans les magasins comme pourrait le laisser entendre ce titre à double sens.

 

Elle a sillonné les ciels tous azimuts pendant 30 ans dans des avions de plus en plus gros. Et elle en a vu des choses ! Et elle en a des anecdotes à nous raconter ! Elle qui devait toujours être bien présentable dans son uniforme d’hôtesse de l’air, souriante et avenante.

Ce jour-là, la comédienne ne semble pas au meilleur de son jeu, au début du moins. Probablement, est-ce le contrecoup de cette effervescence festivalière impitoyable. Mais plus les minutes passent, et plus sa confiance refait surface. Et plus le spectateur est emporté par les anecdotes entassées au fil de toutes ces années de bons et loyaux services dédiés au métier d’hôtesse de l’air, oscillant entre humour – peut-être pas toujours forcément nécessaire – et moments d’émotions pures. On se demande même parfois si ce que Marie-Stéphane raconte n’est pas inventé tant cela paraît extraordinaire: ainsi de la déclaration enflammée d'un bel homme un jour à Rio alors qu’elle pensait au premier abord qu’il lui voulait du mal. Ou ces échantillons de parfum donnés à la hâte à une fillette noire pour quelle puisse prouver à sa famille qu’elle a bien rencontrée une femme blanche européenne. Dans les avions, elle a croisé des gens célèbres, comme Olivier Messian, le trompettiste Dizzi Gillespie, Eric Clapton. Ou des passagers plus anonymes et plus pénibles.

Mais ses souvenirs s’éparpillent et remontent aussi jusqu’à son père et à la musique de la Comparsita qu’il passait sur son Tepaze. Ou encore le tango dont sa mère disait « que c’est l’expression verticale d’un désir horizontal ». Et l’apartheid en 1981. Les « Filles repenties » de Bangkok aussi. Sa thèse à la Sorbonne.

 

Et tout le reste que vous découvrirez en allant voir ce spectacle émouvant, ponctué par moments de chansons tendres.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 14:54
programme OFF 2019

programme OFF 2019

POUR QUE TU T AIMES ENCORE (création 2018)

Spectacle de la compagnie « La Pierre Brute » (94), vu le 10 juillet à 13 h 45 au théâtre l’Etincelle, dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, sauf lundi.

 

Auteur et interprète: Trinidad

Genre : Humour

Public : tout public à partir de 14 ans

Durée : 1 h 15

 

 

Après son spectacle « Et pendant ce temps, Simone veille », Trinidad revient sur scène en solo, mais toujours sur la même thématique, la Femme…

 

A travers son parcours personnel (qu’elle aborde en entrant sur le plateau à la lumière d’une lampe électrique, comme on entre dans une grotte !), et aidée d’une galerie de portraits de femmes - actrices, chanteuses, écrivaines, politiques, et autre Wonder woman - qu’elle a rêvées d’être un jour ou l’autre au cours de sa vie, Trinidad trace le parcours de sa recherche identitaire. Pas facile d’être une adolescente puis une jeune femme épanouie, face à une mère pour qui toute fille qui fait voir la moindre parcelle de peau  est une « poute » (avec l’accent espagnol), alors qu’elle-même  rêve d’être Olivia Newton John, vedette du film « Grease » !

Pendant longtemps, on n’a rien demandé d’autre aux femmes que d’être des mères et des épouses parfaites ; pas des maîtresses, et  les hommes avaient beau jeu d’exercer  leur suprématie, dans tous les domaines, sur le sexe dit faible. Mais les femmes sont devenues plus fortes, plus libres, ont découvert leur corps, et revendiquent leur droit au plaisir sexuel. Trinidad explore les méandres des désirs féminins mais aussi masculins. Dans des sociétés occidentales en perpétuelle compétition, hommes et femmes craignent tout autant de ne pas être à la hauteur, d’être « anormaux » si leur vie sexuelle n’est pas top niveau,  se rejoignant ainsi sur le terrain de la fragilité. La difficulté est alors de pouvoir identifier ce qui est bon pour soi, de trouver son propre mode de fonctionnement, pour enfin être soi-même, s’aimer, et être aimé(e)…

La mise en scène est  minimaliste. Trinidad utilise des photos de femmes qu’elle épingle sur le pendrillon en fond de scène ou à un parapluie ouvert pendu au plafond. Quelques pas de danse, quelques notes de musique, quelques chansons. Seule comptent la parole et les mots, mais quels mots, « cash », pas pour toutes les oreilles, en tous cas pas pour les oreilles prudes. Devant un auditoire plutôt composé de soixantenaires, voire beaucoup plus, je me suis posé la question du malaise que ces mots pouvaient provoquer. Les jeunes générations élevées par des mères qui ont connu la libération sexuelle de la fin des années 60, sont plus ouverts à communiquer ou expérimenter  sur tous les sujets liés au sexe.

 

Au final, un spectacle agréable, peut être un peu long, mais pas vraiment facile à intégrer dans une programmation, sinon porté par une thématique comme La Journée de la Femme…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2019 7 30 /06 /juin /2019 13:30
“Sept jours sur Sète”
“Sept jours sur Sète”

Spectacle produit par la compagnie Daniel Villanova (34000 Montpellier) et vu le 18 juin 2019 au théâtre de la Mer (34200 Sète)

 

 

Mise en scène : Daniel Villanova

Comédien : Daniel Villanova

Genre : One-man-show

Public : tout public

Durée : 1h30

 

 

 

Daniel Villanova est un humoriste, mais aussi un acteur et un mime….

Seul sur scène, il interprète les Bourougnanais, autrement dit les habitants d’un petit village languedocien imaginaire, Bourougnan.

 

Les Bourougnanais, hauts en couleur, ne nous sont pas totalement inconnus : nous avons tous l’impression de les connaitre, de les avoir croisés…peut-être parce que c’est de nous dont il parle, naonnn !?

Pour ce spectacle, il sera dans un one-« Lucette »-show. Lucette est un personnage que chaque spectateur languedocien pourra reconnaître en sa mère, sa grand-mère, sa femme. Un seul mot d’ordre : rire, rire, rire de tout, de tous, sans retenue ;  il est libre Villanova et se permet de nous transmettre avec humour ses messages politiques, écologistes et alcooliques. J’ai beaucoup aimé le « le cimetière marin à Sète, il n’est plus sur la colline, mais dans la méditerranée » en une allusion douce-amère aux migrants morts en essayant de fuir la misère. Transmettre un message par le rire, sans grand discours moralisateur et culpabilisant,  voilà qui me plait au plus haut point ! « Je plaide pour un rire qui prenne le parti des petites gens face à l’oppression et à la violence d’un système social chaque jour plus totalitaire, antihumain, mortifère » dit-il.

 

Le spectacle est l’histoire d’un jumelage entre Bourougnan et Sète. Daniel Villanova n’étant pas disponible pour aller rencontrer la mairie, il y envoie Lucette !

Solange, la cousine de Lucette, va la guider durant ces sept jours et lui faire rencontrer des personnages sétois. Elles se rendront sur le Mont Saint-Clair, mangeront à la Pointe courte avec Jean Claude, se baladeront  aux Halles et pousseront l’escapade aux caves Noilly Prat à Marseillan … Et à chaque fois, les histoires se succèdent au fil des rencontres, de l’accent sétois, des traditions, de l’apéro, et bien sûr…des gendarmes !

Le spectacle est magnifié par la scène ; le théâtre de la Mer étant à mes yeux l’une des plus belles salles de spectacle ! Sur fond d’un lever de lune majestueux, ce lieu est magique. La sonorisation est parfaite et c’est une gageure en plein air et avec du vent.

 

 

"Sept jours sur Sète" se déroulent au rythme de la houle et des rires des goélands qui se sont rajoutés aux nôtres. Soirée impeccable, peuchère !

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 13:40
A découvrir absolument

A découvrir absolument

Production : Sam & Bat Compagnie
Nom du lieu :Théo Théâtre Paris 15e
Distribution :Samuel Hibon, Baptiste Gens

Genre : Comédie
Type de public : Adultes
Durée : 75 min

Première création

« Providentiel » est la première création de ces deux comédiens polymorphes et doués. Un spectacle politique, humoristique. Ou l’inverse. Mais derrière le clownesque et la comédie, Sam et Bat soulèvent des interrogations sensibles sur notre démocratie et autres faits politiques actuels.

Le lendemain on y pense encore… Le spectacle nous projette en 2040. C’est le premier tour des élections présidentielles et un citoyen lambda abstentionniste invétéré décide pourtant ce jour-là de se rendre dans un bureau de vote où un conseiller va l’aider à faire son choix (ou pas) grâce à un système de simulation virtuelle. Le rythme et le jeu des comédiens sont effrénés et sans retenue et ne laissent pas de répit au spectateur.

Y sont évoqués à la fois les enjeux politiques en France et en Europe, la perquisition de Mélenchon, les migrants, la montée du populisme, sans oublier l’ombre de Marion Maréchal Le Pen. J’ai beaucoup ri. Jaune parfois et l’humour extravagant de premier plan n’est pas sans soulever - comme déjà dit plus haut - des questionnements rétroactifs. Peut-être un petit bémol : l’interaction très tendance en ce moment au théâtre ne me paraît pas essentielle. Le binôme déjanté se suffit à lui-même. J’ai senti qu’à ce moment-là le rythme s’émoussait un peu.

Brigitte Corrigou

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 21:31
Léo-Paul Sensible NiCoeur

Compagnie Léo-Paul Officiel

Lieu : Paradise République

Dans le cadre du Festival Off d'Avignon, du 6 au 29 juillet.

Vu le 22 juillet 2018

 

Interprète : Léo-Paul
Metteuse en scène : Stéphanie Fresse
Directeur : Pierre Luc Bardin
Responsable billetterie : Sandrine Deux

 

Heure de début : 21h20 (55 minutes)

Genre : Humour

Public : à partir de 14 ans

 

Un franc-parler à toute épreuve, avec beaucoup d’humour !

Très honnêtement, je n’avais pas prévu dans mon planning de voir un coach en séduction, hésitant même à annuler le rendez vous. Je suis même arrivée sur les lieux sans savoir qui était ce séducteur au costard rouge !
J’ai donc été accueillie par Stéphanie Fresse, professeure de théâtre de Léo-Paul et metteuse en scène du spectacle, où la fierté pour son ancien élève s’est tout de suite ressentie.
En rentrant dans la salle, j’ai trouvé la scène petite et proche du spectateur. Et c’est en fin de compte une très bonne chose, car la proximité avec le comédien rend le spectacle très différent et attractif.
Je n’ai d’ailleurs pas la sensation d’avoir vu un spectacle mais plutôt d’être allée à une conférence sur la séduction, enrichissante et atypique !

La scène n’a pas de secret pour lui et ça se voit, car le spectateur n’a pas le temps de relâcher ou de s’ennuyer !
Aucuns trous, aucuns moments d’hésitation, et dans tous les cas peu importe car le texte est très naturel. J’ai beaucoup d’admiration car « Léo-Paul » ne se laisse pas intimider par les réactions ou les interventions du public. Le spectacle reste fluide et on se sent même privilégié.
Je suis d’ailleurs persuadée que chaque soir le comédien se laisse surprendre par des rebondissements différents, rendant chaque représentation unique. Je dirais même qu’il nous laisse être acteur de son spectacle, très à l’écoute et généreux de son talent.
L’utilisation des mots crus, pourrait paraître grossière mais au contraire. Léo-Paul sait les amener sans gêne et avec beaucoup d’humour !

La seule chose que j’aurais à dire, c’est peut-être de retravailler la partie projecteur car, je reconnais, j’aurais bien voulu voir en plus grand :
La photo de Clara Morgane ;)

Une dernière chose mesdames et messieurs, prévoyez votre soirée car elle pourrait bien être plus longue que prévue... Que vous soyez en couple ou célibataire, ou alors avec votre mère, tout est bon à prendre, aucune discrimination !
Léo-Paul, on adore, on adopte et on en redemande !
"Seduce and love love love love LOVEEE !"

 

Alexandra Bernard

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 12:05
Otto und Helmut

Spectacle de la cie théâtre de la toison d'or (Bruxelles) , vu le 7 juillet 2018 à l’Episcène à 13h05, dans le cadre du festival d’Avignon Off 2018.

 

Auteurs et interprètes : Aurelio Mergola et Jean François Breuer

Mise en scène: Nathalie Uffner et Julie Duroisin

 

Genre : Théâtre
Public : tout public à partir de 11 ans
Durée : 1h15

 

Deux extraterrestres qui débarquent sur la scène pour révéler à notre conventionnalisme les dérives de notre société, ses peurs, ses combats (emploi, homophobie, vieillissement, féminisme...). Le message passe, j'ai aimé la façon dont ils le transmettent!

C’est un spectacle pour le coup…très vivant !!! Petite salle sympathique au coude-à-coude avec mon voisin ce qui ne fut pas sans me déplaire… Les décors sont simples mais parlants, pas besoin de plus.

Ce fan de Johnny qui voue sa passion à son métier, Monsieur pipi, et qui met tout son cœur à transmettre son professionnalisme à son fils qui reprendra le flambeau est un moment drôle, grinçant, poignant et tellement réel! Sous forme de faux documentaire audiovisuel présent de façon burlesque, ils nous présentent leur performance qu'ils joueront sur scène.

Ils sont emplis d'énergie et de profondeur, joli moment léger et énergique.

Je suis ressortie avec le sourire, et une envie d'amener mamie refaire le monde les seins à l'air!!

Laurence Malabat

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 14:33

Spectacle de la compagnie Innisfree (93), vu le 18 juillet 2018 à l’Artéphile à 21h20, dans le cadre du festival d’Avignon Off 2018.

 

Auteure et interprète : Kelly Rivière

Sous les regards de : Jalie Barcilon, David Jungman, Suzanne Marrot et Sarah Siré

 

Genre : Théâtre
Public : tout public à partir de 14 ans
Durée : 1h15

 

Encore une salle pleine, et cela fait plaisir à voir. Décidément, l'Artéphile sait choisir ses spectacles !

 

En fond de scène, des photos accrochées sur des fils. Voilà pour le décor. Kelly, jeune fille d’origine irlandaise, fantasme la vie de son grand-père Peter, parti de son Irlande natale pour s’installer à Londres avec sa grand-mère Margaret. Et puis, un jour il a disparu... sans que personne n’ait pu lui en dire davantage. Jeune, elle y puise son inspiration pour rendre sa vie plus folichonne, mais adulte elle se lance dans la recherche de ce grand-père, parti en laissant une femme seule avec ses six enfants, isolée dans une Angleterre hostile.

 

Kelly nous conte sa quête, presque un thriller familial, drôle et plein de rebondissements, où elle nous fait vivre ses rencontres avec une foultitude de personnages croquignolesques. Kelly Rivière incarne avec brio chacun d’entre eux - plus de 25 personnages -, et prend un vrai plaisir à nous emmener dans cette histoire - son histoire ? -, avec une maîtrise incomparable des accents. Quelques échanges en anglais - souvent traduits - pourraient donner un petit sentiment d’exclusion à ceux qui ne maîtrisent pas la langue, mais rien de dissuasif.

 

C’est, pour la comédienne, l’occasion de dresser des portraits familiaux, des personnages hauts en couleur, et d’évoquer les secrets familiaux, les non-dits qui font boule de neige, et deviennent de vrais histoires universelles sur l’exil et les racines de chacun. 

 

On la suit avec délice dans son périple, rythmé, drôle, émouvant et sans temps morts. Une comédienne de grand talent à découvrir au plus vite.

 

Eric Jalabert

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 22:13
On n’est pas des chiens
On n’est pas des chiens

Un spectacle de complexe Production (69)

Vu le 8 juillet 2018 à 14h45, au Clash Théâtre dans le cadre du Festival Off d'Avignon, du 6 au 28 juillet, relâche les 16 et 23 juillet.


Avec : Jean-Rémi Chaize

Diffusion ! Gregory Gardon 05 12 99 44 89 production@complexedurire.com

Genre : Humour
Public: Adulte
Durée :

Comment doit-on rire à Jean-Rémi Chaize ? Du troisième degré, on a le rire décalé.

Joli théâtre, moins intimiste, plus… CGR ! On est bien assis, au frais, confortable, on est reçu par des vigiles très sérieux… tiens cela me pose question : y a-t-il plus de probabilité de subir une attaque terroriste au théâtre Pandora qu’au théâtre de l’Observatoire ??!!! Bref c’est joli, petits fours et accueil VIP. Pour ma part le strapontin de l’Atypik théâtre me convenait aussi bien.

Lumière sur Rémi, attablé, on ne met pas deux minutes à se rendre compte qu’il est en fait une vielle grand-mère acariâtre, et ce malgré sa barbe. Pas besoin pour Rémi de se travestir pour incarner ses personnages ou d’exagérer la caricature, ils deviennent réels en un quart de seconde, son jeu, son élocution est impeccable.

J’ai pleuré de rire en voyant cette mère menaçant son enfant de l’immoler par le feu avant de l’enterrer vivante si elle n’avoue pas qu’elle a mangé un bonbon, cet animateur qui présente sa vie scato comme un journal télévisé, cette grand-mère cynique, ce guide conférencier trilingue mais pour le même mot…

On sent qu’il tire son inspiration de la société, des vrais gens, de la vie, bon il exagère un peu certes, mais au fond…pas vraiment.

Ce mec a un vrai talent ! Talent de nous faire rire et de nous déranger en même temps.

Pur moment de plaisir. Courrez le voir je vous le conseille. Avec un peu de poudre de perlimpinpin, vous ne verrez plus jamais la Joconde de la même façon !

Laurence Malabat

Partager cet article
Repost0