Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 18:33

 

 

Théâtre - Spectacle vu dans le cadre du Festival Off d'Avignon

au Théâtre La Luna

Cie La troupe du Levant VIVANT-3-COEURS-5.jpg

 

La troupe du Levant a réécrit le mythe d’Hedda Gabler d’après l’œuvre d’Ibsen et présente une fable moderne à la frontière du Japon et de l’imaginaire.

 

 

Du grand théâtre, une mise en scène osée et courageuse de Benjamin Forel, d’une grande efficacité à servir ce texte. La troupe du Levant nous embarque dans un univers nippon d’une très grande beauté. Le texte n’y perd rien, la manipulation des acteurs comme pantins articulés alimente astucieusement le propos.

Les costumes, le décor sont somptueux. Les acteurs sont excellents.

La partie musicale, quant à elle, est en parfaite harmonie avec l’ensemble. Un travail magnifique.

 

Un grand coup de cœur au metteur en scène pour ce parti pris osé et réussi 

BRAVO

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 15:53

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Spectacle vu dans le cadre du Festival Off d'Avignon

au Théâtre de l'Atelier 44 

Compagnie Annabé

Interprète : Philippe laurent

 

 

Un texte magnifique tout de sensibilité et d’humour, de tendresse et générosité.

Seul sur scène, Philippe Laurent dans un jeu tout délicat, sensible, nous livre ce récit touchant proche, un peu comme nous l’aurait servi un Bourvil.

La scénographie est sobre, juste, pertinente à servir le texte, le propos : «L’humanisme toujours possible de l’individu dans un univers de folie »

Le spectacle pourra être joué dans de toutes petites salles.

Une pièce comme un voyage, des années 40 à nos jours ; où les protagonistes (des gens simples ) de l’histoire n’empêchent en rien leur engagement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 10:22

VIVANT2-toiles-3.jpgSpectacle vu dans le cadre du Festival d'Avignon

 à L'Antidote Théâtre

 

de et par Gilles ASCARIDE

 

Un texte beau, riche.Un auteur, acteur, Gilles Ascaride habité par son texte, il nous conte "Le Sultan dans l'escalier".

L'acteur est seul, un escalier, une rampe. L'actrice Yvette Favier, en femme de ménage va et vient, se moque de ce vieux "fada"*, s'il est roi, elle en est  le bouffon. Ce vieil homme du sud qui radote est magistralement interprété,  il nous conte sa saga familiale. Il évoque avec passion et  une nostalgie pathologique les heures de gloire vécues par son aieul à l'époque coloniale en Afrique. Et au fil du spectacle, le texte aborde de nombreux aspects de la ville de Marseille, de ses habitants, de son histoire ,et ce, au fil des générations. Gilles campe parfaitement la personnalité de ce vieil homme acariâtre et antipathique ; Retraité de la construction navale, aigri, il en veut à tous en ruminant dans les escaliers de l'immeuble, le passé glorieux de feu ses ancêtres.

Au fil du texte l'on évoque l'ancien Musée de la marine de Marseille, la maladie de l'amiante qui touche les anciens des chantiers, le football.

Sont pointées à travers ce vécu quelques réalités sociales comtemporaines. Lorsque llcencié à cinquante ans, tu n'as pas la retraite, mais pour  retrouver un emploi , tu es trop vieux déjà.

De temps à autres, pour donner la réplique à ce Sultan, l'acteur Gérard Meylan sur un écran surélevé, interpelle Ascaride.

Malgré cet élément de mise en scène, la qualité du texte que j'ai personnellement beaucoup appréciée, n'est pas des mieux servie. Et ce malgré le talent incontestable de l'acteur-auteur parfait dans le rôle.

Il manque quelque chose,  l'ensemble reste trop monolithique.

Le propre d'une mise en scène réussie n'est-il donc pas de rendre perceptible un texte au plus grand nombre?

Procurez- vous ce livre édité aux éditions "L'écailler"; un beau texte.

En ce qui concerne la pièce, je serai ravie de la revoir, ouverte au plus grand nombre dans une mise en scène revue.

 

l

 

 

* "Fada" : Fou en Occitanie.

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 13:13

Spectacle Théâtral

vu à la Maison IV des chiffres dans le cadre du Festival Off d'Avignon

Compagnie "Rire en coeurs"

 

VIVANT-1-toile-2.jpgConférence Théâtralisée par Anne-Marie Ruault   

 

Un beau contenu, une pièce au format de poche qui peut s'inviter à votre domicile, durée 50 minutes, sans d'importants moyens techniques, pour un moment de conte philosophique, spirituel  à partager. En effet on est sitôt entré dans cette petite salle, entraîné par Anne Marie Ruault de la compagnie "Rire en coeurs" avec les mots de Jodorowsky, et ses histoires hallucinantes.

 

Vêtue sobrement, le visage apaisé, souriant, la comédienne nous parle du deuil, de la mort mais aussi de solitude, de  liberté et de sagesse.

De sa voix douce, Anne-Marie Ruault nous propose un cheminement philosophique zen capable de nous faire aller de l'avant lorsque les choses ne vont pas comme nous le souhaitons.

La comédienne, dans un jeu pudique,  intériorisé, contribue à faire ressortir le texte de "Jodo"*; elle met tout son talent de comédienne au service d'une belle méditation sur l'existence. "La sagesse : obéir à ce que l'on est".

Une seule fausse note : une mise en scène inadaptée au lieu, une peinture est déroulée, invisible du public, la guirlande lumineuse tendue à la verticale n'étant pas trés  heureuse. Dommage vu le contenu de cette conférence qui est de qualité et les compétences de la comédienne qui sont remarquables.

  Cela aurait mérité une meilleure mise en scène, pour mettre davantage en valeur l'un et l'autre.

 

Un hymne à la vie, un spectacle porteur d'espoir, une leçon de vie, une  quête de plaisir qui ne laissera pas le public indifférent.

 

 

 

*Alejandro Jodorowsky est né au Chili, il vit à Montpellier, est réalisateur, acteur, auteur; également romancier, essayiste et prolifique scénariste de bandes dessinées.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 16:45

 

Humour

Sketches  mis en scène par Renato Ribeiro

Interprètes : Florence BARDON et Simon LEBLOND 

1 h 10

 

 

Spectacle vu dans le cadre du Festival d’Avignon, 19 juillet 2011, théâtre Notre Dame 16h

 

 

Petites scènes pleines d'humour décalé et de délires inimaginables...

Eh bien si ! Ce duo déborde d'imagination et possède une énergie hors du commun ! Tous les thèmes peuvent être abordés, mondialisation, développement durable même les plus graves comme le suicide de salariés dans une certaine grosse entreprise...

Rien n'est épargné comme sujets, mais dans un échange où l' humour est loin d'être subtil, il est percutant mais jamais lourd ni grossier, ce qui sort un peu de l'ordinaire ! 

Les deux interprètes jouent admirablement bien chaque personnage de chacune des scènes. Ils sont impressionnants dans leurs rôles,  tantôt de journalistes-commentateurs, tantôt de personnages de jeux vidéo ou  encore traders et bien d'autres... Ila arrivent à faire rire sur toute notre socièté , une satire hilante...

Que de surprises, on ne s'ennuie pas avec ces deux comédiens et leur complicité  est remarquable. Ils fonctionnent à merveille et le spectacle mérite bel et bien d'être vu. La salle était bien remplie et les rires présents !

A ne pas râter même !

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 14:09

Compagnie du Préau (78)

D’après « Ce soir j’ovule »  de Carlotta Clerici

Avec Catherine Marchal

Mise en scène Nadine Trintignant

Solo théâtral

Public adulte

1 h 10

vivant-3-toiles-4.jpg 

Festival d’Avignon le 12  juillet 2011 au théâtre de la Luna

A 15 h05 jusqu'au 31 juillet 2011.

blog-le-preau-l-histoire-dune-femme-qui-voulait-un-enfant.jpg 

Une jolie comédienne blonde tout en noir, dans un beau décor épuré blanc et noir.

A la fois l’évocation du cadre de vie de Clara, la trentaine, à qui tout réussit dans la vie, et celle d’un monde médical aseptisé… Car Clara n’a pas tout à fait tout…Il lui manque un enfant, qu’elle n’arrive pas à faire. Et son horizon va devenir le va et vient incessant d’un cabinet médical à une clinique et repassant par la case maison, devenu l’annexe médicale où tout est pensé et organisé dans le but de procréer…

 

Et en un monologue à la fois drôle et touchant, elle nous raconte les étapes du parcours du combattant qu’est la lutte contre la stérilité, qui peut aller jusqu’à mettre le couple en péril.

Et nous sommes tous concernés par la question qui finalement se pose de la place de la femme dans la société et de la « légitimité » de la femme stérile…

 

 

 

 

Un texte parfois drôle, mais souvent cru et sans concession, une comédienne, une mise en scène sobre et réaliste qui peut parfois gêner,  au final une émouvante  histoire vécue, du rire aux larmes…

 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 15:40

VIVANT2-toiles-3.jpg

 

 

Par la Compagnie Beau Parleur (30)

 

Vu lors de la Générale le 24 Février au Théâtre Christian Liger à Nîmes.

 

Texte : André BENEDETTO

Créée pour le Festival d’Avignon 1994

 

Mise en scène : Jean-François HOMO

Avec : Marie-Hélène COURTIN, Carlos MORENO, Alain VIDAL, René FERNANDEZ

 

Public : Adultes, Ados

Durée : 1h30

 

mireioA6recto-web.jpgDeux frères se retrouvent après une longue séparation. L’un est resté en Provence, sur le domaine familial où il a continué à cultiver la terre. L’autre est parti à la capitale, a bien gagné sa vie dans les affaires et revient avec un projet qui devrait faire revivre la région qui se meurt : un parc d’attractions, de loisirs et culturelles, où comment visiter la région en une seule journée. Monuments régionaux en miniatures (Moulin de Daudet, crèche, cabane du gardian…), bibliothèque d’ouvrages de la région, films en provençal, salle de spectacles, parcours pédagogique dans la garrigue… devraient faire affluer les touristes qui pour l’instant ne font que passer pour accéder à la Grande Bleue. Bien sûr les deux frères ne sont pas d’accord. Monsieur le maire s’en mêle mais ne sait trop que dire car il est partagé entre ce qu’il voit comme une bonne opportunité pour son village et l’amitié qu’il porte à son ami de toujours resté au pays. La tante se désole de cette inimitié qui persiste et s’envenime autour de ce projet et essaye de calmer les esprits avec force limonade et pastis.

Le propos est intéressant car sans prendre parti, les arguments de part et d’autre sont apportés au fur et à mesure que le spectacle avance et le spectateur balance tantôt d’un côté tantôt de l’autre, un peu comme Monsieur le maire. La mise en scène est sobre et laisse toute la place au texte dense. Quelques respirations sont apportées par les monologues de la tante avec ce qu’elle appelle ses ombres : les grands ancêtres et les gloires tutélaires.

La tension qui monte entre les deux frères est perceptible car les deux comédiens habitent leur rôle avec une grande conviction et une belle énergie. Le côté lunaire de la tante lorsqu’elle parle à ses ombres permet au spectateur de s’échapper un peu et nous invite à penser à tous les grands personnages qui ont habité le pays ; dommage qu’elle ne sache pas de la même manière trouver sa place au sein de la famille.

Les parties en provençal semblent apporter beaucoup de plaisir au public local et donnent, pour tous, une belle musicalité au texte.

Le coup de théâtre final ne paraît pas tout à fait crédible et semble un peu déconnecté de tout ce qui s’est joué avant mais la plus grande frustration vient de la fin. En effet des bulletins de vote nous ont été remis à l’entrée du spectacle et nous espérions donc donner notre avis et influer sur la fin de la pièce comme il avait été annoncé. Et bien nous sommes restés sur notre faim (fin !) car le vote s’est effectué à la sortie du spectacle, dans deux urnes différentes (une pour chaque frère) ce qui laissait assez peu de place à la confidentialité des votes ! Un débat devait avoir lieu après le vote mais cela n’a pas été possible pour des questions d’horaires de fermeture de la salle. Ce débat aurait effectivement été  intéressant et aurait sûrement un peu atténué notre frustration. Mais n’aurait-il pas été possible de pousser un peu plus loin l’artifice en proposant effectivement deux fins possibles en fonction du choix des spectateurs ?

En dehors de cette petite déception, la Compagnie du Beau Parleur propose toujours des sujets qui ne laissent pas indifférents, connectés avec les spécificités locales, avec un regard objectif qui ouvre au débat.

En espérant que ces pièces puissent être vues par des gens de culture et d’origine différentes afin que les débats aient réellement lieu.

Les organisateurs qui auront envie de montrer ce spectacle devront veiller à cela afin de tirer le maximum de richesse de ce texte d’André BENEDETTO qui voulait interpeller les générations présentes et futures sur l’avenir du pays.

 

Commentaire d'un autre spectacle de la même compagnie

 

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 11:19








Théâtre et Compagnie
Interprètes : Judith Bècle, Floriane Durin, Léo Ferber, Lucile Jourdan, Marianne Pommier, Steeve Brunet, Renaud Dehesdin, Gilles Najean, Philippe Nesme, Pierre Tarrare
Mise en scène : Michel Belletante
D'après le texte de Lagarce
Spectacle joué Au Petit Louvre du 8 au 26 Juillet à 20h15


A la fois choeur, coeur et chorale. Voilà que ce mot sert de clé pour approcher le spectacle.
Il y a pulsation, souffle commun. On ne peut vivre sans l'autre. L'autre nous sert d'appui, de soutien. Sans lui on tombe, on dégringole à la renverse.
Choeur antique où chaque figure s'avance, sort son visage pour nous délivrer un état d'âme.
Coeur qui bat, pouls rythmé par le voyage d'une troupe qui survit, gagne sa vie au gré des rencontres, au hasard des théâtres.
Chorale qui chante pour un mariage que l'on veut célébrer à tout prix. Un mariage que l'on pourrait croire sorti d'une pièce de théâtre tellement il est illusoire.
Les uns parlent pendant que les autres écoutent, se taisent, figés par l'absence de texte. La parole est la cause du mouvement, sans elle nous sommes morts.
Chorégraphie de comédiens qui se passent la parole comme s'il s'agissait d'un objet tour à tour fragile, secret, encombrant, lourd. Pas facile de se débrouiller avec celle-ci et de l'utiliser comme il se doit. Pas évident de trouver les mots justes, comme il faut. Alors on bute, on se répète jusqu'à la dérision, on se perd, on affabule. Le verbe est dangereux et certains personnages ne l'usent plus, ou très peu. Ils ont déjà fait leur temps avec le langage où ils ne sont pas encore assez à l'aise avec celui-ci. Ainsi la mère le manipule-t-elle avec précaution et force conviction.
Un théâtre de valises amène son lot de préjugés (souvent négatifs pour ma part). Pourtant ici, ces objets théâtraux par excellence ne sont pas superflus. Ils sont symboles de voyage dans un premier temps. Cette troupe qui vivote n'a plus que ces bagages comme repères vitaux. C'est par elle que se construit l'imaginaire, l'illusion scénique. Objets aux multiples visages qui apparaissent comme révélateurs de la fonction de chacun.
...
Il y aurait tant à dire. Beauté des costumes, personnage du jeune frère (au masque de singe) incroyable, ambiance de troupe saisissante, comédie de la vie visionnaire, ambiance similaire à l'univers de Kusturica...
Je n'en ai pas encore dit assez mais peut être y reviendrais-je. En attendant n'attendez pas !!!

Partager cet article

Repost0
30 juin 215 5 30 /06 /juin /215 23:56

ASuivre.jpg

Présent sur le Off 2015

Spectacle de la Compagnie "Bonus and Clyde" (Chargé de prod A2 Production), vu le 18/11/ 2014 à la Comédie de Paris.

De : Isabeau de R.

Par : Isabeau de R.

Mise en scène : Hélène Serres

 

VIVANT2-toiles-3Genre : One woman show

Public : Adulte

Durée : 1h30

 

Moi qui ne suis guère amatrice de one man show, le spectacle A suivre ! d’Isabeau de R. a su me séduire par sa recherche indéfectible de sens et la justesse de son jeu.

 

Isabeau de R. ouvre son spectacle en nouveau Diafoirus qui débite en latin les règles d’usage au théâtre à savoir l’extinction totale des iphone, ipod, ipad et autre res technicum. Cette énumération oblige à quelques entorses langagières et pose la problématique du spectacle. Si en 2014, on n’en n’est plus à parler la langue de Cicéron, sait-on toujours pour autant parler et écrire la langue de Molière ? Car aux yeux d’Isabeau de R., la langue est la première victime symptomatique des dérives de la modernité.

Isabeau de R. défend sa thèse en alternant deux types de sketches. Les premiers brossent en trois tableaux chronologiques l’évolution de nos rapports à l’éducation de nos enfants, à l’école, à la fumette, au médecin. La même scène est rejouée à trois époques différentes, depuis cette ère antédiluvienne -1975- où « les femmes avaient encore du poil au cul » jusqu’à un hypothétique 2020 où, ma bonne dame, tout fout l’camp ! A commencer par le langage et la littérature qui se délitent sous nos yeux dans un pastiche d’émission littéraire, joué en trois temps distincts et qui rythme la soirée.

Le deuxième type de sketches s’attaque directement aux symboles de la modernité : l’émission télé voyeuriste et décervelante, le portable qui flingue tout tête à tête, l’obsession contemporaine de trouver de nouvelles appellations. Le sketch sur les caissières transformées en hôtesses de caisse offre à Isabeau de R. l’occasion d’une belle envolée lyrique pleine d’inventions verbales.

 

On peut ne pas être entièrement d’accord avec le propos quelque peu décliniste et parfois convenu. Mais on ne peut que rire à certaines situations qui en agacent plus d’un à commencer par ces toubibs qui, retranchés derrière leur ordi, vous expédient en 10 minutes sans même vous ausculter, sous prétexte de remplir votre dossier médical.

Surtout, le rire ne fonctionne que si l’on sait rire aussi de soi. Isabeau de R. revendique absolument son côté réac. Dans ce registre, je préfère largement au slam de la réac la dernière scène du spectacle : « avant, les vieux cons, c’étaient les autres, mais ça, c’était avant », dit-elle en rajustant ses loupes.

Le spectacle d’Isabeau de R. n’est pas un spectacle outrancier mais un spectacle sur l’outrance : à la vulgarité du monde, elle répond avec une certaine poétique (le sketch en rappel sur la rencontre amoureuse du parisien est, à ce titre, un petit bijou) ; à l’agressivité de la société, elle oppose la complicité avec son public ; à la recherche effrénée de la vanne qui caractérise trop souvent les one man show, elle privilégie une forme moins hilarante mais ô combien plus profonde.

 

Catherine Wolff

(crédits photo : www.90c.fr /B. Perroud)

Partager cet article

Repost0