Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 20:44
Marcelle dans les z'airs
Marcelle dans les z'airs

Spectacle de la Compagnie Canon (75) vu le 26 juillet 2019 à 16h à l’Atelier Florentin dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 28 juillet 2019.

 

De et par : Karine Larivière

Musique : Oscar Aubry

Voix de la fée : Leila Maguez

Lumière : François Leneveu

Genre : Solo Clownesque
Public : En famille à partir de 3 ans
Durée : 50 mn

 

 

Arrivée de la clown Marcelle au milieu du public, qui se fait rappeler à l’ordre par la voix (Voix Off) de la fée Mélodie pour l’inviter à la rejoindre sur le plateau pour l’aider. Un décor minimaliste mais laissant déjà l’imagination vagabonder sur ses évolutions possibles et des effets sonores bien trouvés pour accompagner l’histoire.

La fée Mélodie, fée de la musique, a besoin de Marcelle pour l’aider à retrouver de l’inspiration. Pour cela, Marcelle doit lui offrir un voyage dans les airs, et lui laisse trois chances. En cas d’échec, la sanction sera sévère ! Une fée qui se montre un peu dirigiste. J’ai crains le pire quelques secondes, et puis je me suis laissé emporter par le très joli jeu de la comédienne.

Marcelle est pleine de vie et d’imagination. La musique ? Elle chante comme une casserole ! Elle, ce qu’elle veut, c’est voler ! Alors finalement, s’envoler dans les airs, ce n’est pas si loin. Elle trouve de belles idées autour des notes et des objets pour relever le défi de Mélodie. Du poulpe géant à la guirlande de brosse à dents, du mur de sons au parapluie à notes, elle joue avec les sonorités de façon amusante et originale et nous propose une belle étendue de ses savoirs faire. Tour à tour, nageuse, aviatrice, chanteuse (!), claquettiste, elle est sous la pluie ou dans les airs, toujours accompagnée d’une ambiance sonore qui fonctionne à merveille, mêlant clown et poésie.

Je me suis complètement laissé séduire par cette proposition à la fois simple et très bien calée.

A découvrir et à faire partager.

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 15:34
Yapado Yapadam
Yapado Yapadam

Spectacle de la compagnie la caravane créative (75) vu le 27 juillet 2019 à 11h40 au théâtre des Barriques dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 28 juillet 2019.

 

De et par : Yoan Giansetto et Ninon Moreau

Genre : Spectacle musical
Public : En famille à partir de 5 ans
Durée : 50 mn

 

 

Un drôle de duo, frais, sympathique, engagé et plein de ressources musicales.

 

Yapado cherche sa sœur Yapadam qui arrive en retard sur la petite scène du théâtre des barriques. Elle prépare son tipi sur une double échelle installée sur le plateau. Ils vont nous raconter leur voyage dans la forêt à la découverte du Caribou volant.

Ils nous proposent des chansons gaies et bien construites, sympathiques et très musicales, avec des refrains qui percutent et de très bons arrangements autour de leurs instruments fétiches : guitare, violons, flûte, ukulélé.

Leur présence scénique complète très bien leurs qualités musicales et ils abordent ainsi avec légèreté mais sérieux les problèmes d’environnement qu’ils constatent dans leur tour du monde en ballon : le dérèglement climatique, le continent de plastique, la banquise fragmentée… ils abordent aussi la consommation et l’enfermement autour d’internet.

Alors, oui ces deux là font leur bonhomme de chemin avec humour et une rare qualité musicale dans leurs compositions. Ce sont les boy-scouts sympathiques de la cause environnementale.

A découvrir…

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 15:11
photos : site de la compagnie

photos : site de la compagnie

La foraine

Installation de la compagnie La Foraine (94) vu le 24 juillet 2019 à la Maison du Théâtre pour enfants dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 26 juillet 2019.

 

De et avec : Eric Brossier et Linda Hede

Genre : Installation
Public : Tout public à partir de 1 an
Durée : 6 heures

 

La Foraine a attiré mon regard et ma curiosité, alors que j’allais voir « Bobines et Flacons », à la maison du théâtre pour enfants. Une installation colorée, généreuse et musicale.

 

La foraine, c’est la fête foraine d’antan, en trompe l’œil ou en stands bien réels et participatifs pour le chamboule-tout, les fléchettes ou les parcours d’adresse. C’est aussi de grand panneaux peints, qui habillent l’espace et lui donnent ce côté bestiaire fantastique, une peu « hors d’âge », généreux et sans prétention. Les enfants et leurs parents peuvent découvrir et jouer aux différentes attractions (manège à bras, jeux d’adresse, balançoires bizarroïdes,…) ou se balader entre ces panneaux immenses et plein d’animaux imaginaires, ou encore s’asseoir dans des transats pour reposer les pieds et se poser dans une sorte de parenthèse temporelle.

Idéal pour des festivals qui souhaitent constituer des espaces familiaux, des ateliers artistiques ou autre.

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 18:01
Programme OFF 2019

Programme OFF 2019

LES MILLE ET UNE NUITS Les Coeurs Jumeaux

Spectacle de la Compagnie Tabasco (75), vu le 18 juillet à 10 h au théâtre ARTO, dans le cadre d’Avignon OFF 2019, du 5 au 28 juillet

Mise en scène : Sophie Tonneau

Interprètes: Sabrina Manach, Emmanuel Strauss, Samuel Zucca

Compositeur Musicien Samuel Zucca

Scénographie et costumes Andrea Carr

Genre : théâtre musical

Public : tout public à partir de 7 ans

Durée : 1 h

 

Il était une fois dans l’Orient lointain

Deux frères,  Chamseddine, vizir au Caire, et Nourreddine, vizir à Balsora, se séparent pour toujours, à la suite d’une dispute. Eloignés l’un de l’autre, les deux frères se marient cependant le même jour, et le même jour, l’un a un garçon, l’autre une fille…Lles djinns s’étant mêlés de leurs destinées, le fils de Nourreddine, séparé de ses parents,  épouse sans le savoir  la fille de son oncle. Après de multiples péripéties, son fils Agib retrouvera par hasard la famille de son père…

Sophie Tonneau met en scène trois interprètes, dans des rôles et techniques  interchangeables, dont un comédien musicien à qui l’on doit l’accompagnement musical du spectacle, qui plus est,  à l’accordéon en live à divers moments du spectacle.  Chacun est ainsi tour à tour, narrateur, personnage, manipulateur de marionnettes ou d’ombres chinoises.

La narration,  qui démarrait de manière plutôt  poétique, vire assez vite au burlesque notamment lorsque le rôle de la princesse est pris en charge par un comédien grand et barbu, évidemment peu crédible en « Reine de beauté ».. ! Dés lors, le côté burlesque  se retrouve dans plusieurs des  situations que traversent les personnages.. Ce parti pris est peut être une volonté de ramener vers l’absurde  une histoire   au fond loin d’être un conte de fées, qui s’apparenterait plutôt de nos jours à un inceste…

Les Cœurs jumeaux ne font  pas partie des Contes des mille et une nuits les plus connus, mais on retrouve toutefois dans cette histoire  le mélange de réel, de mystérieux et de fantastique qui fait la trame de ces contes orientaux. Il est à noter que des  matériaux et des tissus recyclés sont utilisés pour la scénographie, pour un rendu soigné de l’environnement, et une belle variété de costumes part ailleurs magnifiques.

J’ai trouvé la proposition cependant un peu longue, même si le jeu est dynamique. .. Et j’avoue m’être un peu perdue dans ce ballet de personnages multiples  et ce millefeuille de situations. Néanmoins ce fut un beau voyage agréable et drôle à travers les contrées du Moyen Orient.

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 11:57
La Pirate Ecologique
La Pirate Ecologique

Un spectacle de la Compagnie Le Théâtre de L’Imprévu (94), vu le 26 juillet 2019 à 10h05 à l’Arrache Coeur, dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 5 au 28 juillet 2019.

 

De : Charlotte Gachon 

Avec : Charlotte Gachon, Sophie Gajan, Letti Laubies, Cécile Oquendo

Genre : Comédie
Public : Jeune public de 3 à 10 ans

Durée : 1h

 

Arrivée tout juste, le spectacle démarre dès que je m'assois. Une salle très familiale avec des enfants d’âges différents. Très vite le public est pris dans le spectacle puisque nous avons un rôle à jouer du côté de Carlotta et Gulimette. Sans vouloir spoiler le contenu, je dirais que cette participation est très bien amenée et surtout très appréciée du jeune public qui joue le jeu rapidement avec beaucoup d’enthousiasme. L’histoire est drôle et permet d’aborder de manière ludique et très pédagogique les sujets de l’écologie et notamment des déchets. Les deux comédiennes assument plusieurs personnages avec une folle énergie et très discrètement puisque les enfants restent captivés dans l’histoire et la recherche de ce capitaine Beurk. Un capitaine qui ne prend pas soin de la planète au risque de polluer la mer et de mettre en danger plusieurs espèces. Car c’est bien tout cela que Carlotta et Gulimette abordent de manière très visuelle avec de nombreux costumes, des peluches, des jeux de lumières et même plusieurs tours de magie. Tout est rassemblé pour séduire le jeune public qui se laisse prendre au jeu et réagit tout au long de la représentation : rires, peur, surprise, étonnement, stupéfaction...

Ce spectacle pour jeune public est très réussi tant du point de vue artistique que du point de vue pédagogique. Un réel outil de sensibilisation des plus jeunes. Il peut être proposé aussi bien dans des salles de théâtre que dans des écoles ou tout autre lieu qui voudrait se saisir de l’art et la culture comme moyen d’évoquer des sujets d'aujourd’hui et de demain. L’écologie à travers le spectre des déchets.

Merci aussi à l’engagement de cette équipe qui a participé à la première émission « Unis-Vert FM » que notre association a réalisé cette année au Village du Off, pour échanger sur l’éco-charte qui réunit la Ville d’Avignon, Le Grand Avignon, Le Festival d’Avignon, Avignon Festival et Compagnies et la Fédération des commerçants.

Vous retrouverez ces émissions sur notre Facebook « Adadiff Casi Vivantmag ».

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 14:12
Bobines et flacons
Bobines et flacons

Bobines et flacons, de la compagnie Artiflette (38) vu le 24 juillet 2019 à 14h15 à la Maison du Théâtr pour enfants dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 9 au 26 juillet 2019.

Création collective  :

Mise en scène : Hélène Grange

Avec : Myriam Vienot et Charlotte Boiveau

Genre : théâtre généreux
Public : Jeune public à partir de 3 ans
Durée : 50 mn

J’ai déjà vu plusieurs spectacles de la compagnie Artiflette (38) que nous suivons depuis une dizaine d’année et j’étais curieux de découvrir ce spectacle pour les tout petits, une première pour la compagnie. Accueillis à Monclar, dans la cadre du Festival Theâtr’enfants, organisé par Eveil Artistique, scène conventionnée Art, enfance et jeunesse.

On entre dans la boutique de Mme Lucette, pleine de flacons aux couleurs chatoyantes et de bobines colorées . C’est gai, accueillant et généreux visuellement. Les petits, arrivés d’un centre aéré voisin, écarquillent les yeux.

Mme Lucette nous accueille avec gentillesse en faisant le ménage dans la boutique. Chaque flacon contient une chanson ou une chansonnette, et Mme Lucette veille bien à ce que les flacons soient toujours remplis.

Marie Renée, l’araignée à 8 pattes, tisse habilement sa toile dans la boutique et apporte un vent de folie dans cette maison bien rangée. Embauchée comme assistante, la voilà qui met son grain de sel dans la jolie boutique. Une histoire simple, pour le plaisir.

Comme à son habitude, la compagnie offre avec générosité l’esprit du cabaret en format de poche : l’araignée marche sur un fil, Lucette chante et joue de l’accordéon avec une grande douceur , Marie Renée se contorsionne, le fil se transforme en castelet pour accueillir une séquence marionnettes, puis en écran pour des ombres projetées.

Le public participe, et comme moi, se laisse entraîner par ce mini feu d’artifice et de formes artistiques. C’est généreux et riche, et l’occasion de belles découvertes et de nouvelles sensations pour les tout petits. D’autres versions un peu plus courtes existent pour les encore plus petits, à partir de 1 an.

Pari réussi pour ce joli spectacle !

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 15:15
Programme OFF 2019

Programme OFF 2019

Le long voyage du pingouin vers la jungle

Spectacle de Cie l’Arsenal d’apparitions (72), vu le 15 juillet à 13 h 20 au théâtre du Centre, dans le cadre d’Avignon OFF 2019, du 5 au 28 juillet, sauf mercredi

D’après la pièce de Jean Gabriel Nordmann

Mise en scène : André Roche

Interprètes: Stéphanie Boré, Eva Kovic, André Roche

chansons et musiques originales de Dmitri Negrimovsk

Genre : spectacle musical

Public : jeune public à partir de 5 ans

Durée : 50 min

Petit Pingouin est fatigué de vivre dans un monde noir et blanc. D’ailleurs, lui-même est noir et blanc ! Il rêve de découvrir le monde des couleurs, dont lui a parlé son grand père, et de rencontrer les animaux de la jungle. Il finit par entreprendre un voyage mouvementé, plein de péripéties,  mais riche de rencontres variées,  qui le mènera en Afrique, où il sera accueilli comme un roi. Mais trouvera-t-il ce qu’il est venu y chercher… ?

André Roche a choisi de faire de cette pièce de JG Nordmann, une sorte de comédie musicale  pour trois interprètes. Eva Kovic est Petit Pingouin, pendant que les deux autres comédiens se partagent les rôles des animaux et des personnages que le jeune pingouin rencontre, une sirène, une pieuvre, une baleine, des marins, une africaine, des animaux de la jungle…etc.  

Les personnages et animaux utilisent pour s’exprimer diverses techniques vocales, chanson, chant lyrique, slam, sur des compositions originales de Dmitri Negrimovsk.

Une grande carte du monde occupe le fond de scène.  La lumière qui accompagne le périple du pingouin passe des tons bleus évoquant le froid,  aux teintes chaudes orangées, au fur et à mesure que le pingouin se rapproche des pays du Sud.

Le pingouin est bien représenté avec un costume noir et blanc, pantalon large blanc, chemise blanche, redingote noire, chapeau melon noir. L’évocation de certains  animaux (pieuvre, baleine, sirène)  sur de grands cartons, au moyen d’un graphisme stylisé, inspiré des illustrations des romans d’aventures d’autrefois, ne m’a pas réellement convaincue. D’autant plus que pour ce qui concerne la pieuvre, la structure montée sur roulettes n’étant pas autonome, devait être poussée par une tierce personne pour entrer et sortir de scène…   Mes autres personnages m’ont paru bien plus intéressants, notamment ceux arborant des masques, comme la femme  et les animaux d’Afrique.

Finalement, cette proposition nous donne à suivre un joli voyage pédagogique, qui, sur les traces d’un jeune pingouin téméraire, permet d’aborder avec les enfants des notions de géographie, mais aussi de découverte d’autres pays et d’autres peuplades… Mais s’il est bien d’être curieux, il faut aussi savoir regarder et apprécier ce qui est simplement à côté de nous. Il m’a semblé que de nombreux enfants connaissaient ce texte et ils ont suivi la représentation avec une grande attention.    

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2019 7 21 /07 /juillet /2019 14:28
Programme Off 2019

Programme Off 2019

Poule mouillée

Spectacle de la Cie Mélodrames (75) vu le 17 juillet à 14H50 au théâtre du Centre dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet sauf vendredi.

 

Mise en scène : Elisa Falconi

Comédiens : Alice Mesnil, Gustavo Araujo, Noé Pflieger, Elisa Falconi

Genre : Théâtre

Public : jeune public à partir de 6 ans

Durée : 1H

 

La représentation à laquelle j’ai assisté a malheureusement été perturbée par d’importants problèmes techniques avant et pendant la représentation et qui ont occasionné un retard de près de 30 minutes. On peut imaginer que les comédiens ont été relativement perturbés, mais ils ont assuré avec professionnalisme la représentation, avec un plan de feu qui manifestement n’était pas bon.

 

Marco, un garçon de 8 ans vit avec sa mère et sa grande sœur. Sa maman travaille pour subvenir à leurs besoins et n’est pas disponible. Son père est parti avec leur chien, Marco, qui ne peut vivre en appartement. Sa grande sœur doit parfois s’occuper de lui mais elle est plus intéressée par son petit copain. Marco se sent parfois un peu seul…

Depuis qu’il a joué dans une publicité pour un bouillon de volaille, Marco est chahuté par deux camarades de son école. Ryan et Léon l’appellent Marco Polo, voire Poule Mouillée, surtout lorsqu’il y a de la volaille à manger à la cantine. Marco ne sait pas se défendre et les deux garçons en profitent aussi pour le racketter. Un jour, ils lui volent le précieux sac banane dont il ne se sépare jamais, qui contient photos, souvenirs, et papiers sur lesquels il écrit ce qu’il ne sait pas ou ne peut pas dire. Ils jettent le sac par-dessus le mur de l’école. Malgré sa peur, Marco doit absolument aller le récupérer. Il saute le mur et tombe dans un monde fantastique, Esplendor, peuplé de personnages inquiétants, qui veulent le manger. Ils y renoncent après avoir découvert que le jeune garçon était le sauveur venu les délivrer d’un tyran qui voulait détruire leur monde. Cependant, il doit accomplir plusieurs missions avant de pouvoir affronter le monstre, et le vaincre au cours d’un « duel de rimes », à savoir un duel de Rap, où les mots ont plus de poids que les coups !

Même si le harcèlement et le racket servent de point de départ à cette histoire, les auteurs ont choisi de ne pas développer d’un point de vue pédagogique ces thématiques, mais d’axer le propos sur le personnage de Marco, et de sa capacité à s’en sortir tout seul. De fait, le périple dans le monde imaginaire d’Esplendor est bien sûr un voyage initiatique au cours duquel son imagination va l’aider à vaincre ses peurs. Il apprend à affronter les obstacles, à accepter les différences. Bref, il grandit et prend confiance dans ses capacités. Il sera alors capable de résister à ses agresseurs.

Une comédienne, dont le physique lui permet de jouer un jeune garçon (vraiment bluffante !) assume le seul rôle de Marco, cependant que les autres comédiens se partagent les autres rôles. La mise en scène fait appel à différentes techniques, jeu théâtral, marionnettes, déguisements (en poulet ou en coq,  toujours la volaille !!) et musique rap. Les accessoires nécessaires à l’action sont disposés sur les côtés de la scène, prêts à être utilisés. Les comédiens qui ne jouent pas sont assis en attente dans la pénombre. Deux espèces de cabines mobiles sont positionnées de part et d’autre à l’arrière de l’espace de jeu délimité au centre. Elles serviront de refuge à certains personnages rencontrés par Marco. Il est difficile d’en dire plus sur la mise en scène qui n’était à l’évidence pas conforme aux prévisions. Je dirais quand même que l’ensemble du décor m’a semblé un peu « cheap »…

 

Compte tenu du contexte, les comédiens s’en sont bien sortis et ont su mobiliser le public à la suite de Marco dans ce voyage plein de rebondissements ! Et ce bien que quelques enfants, peut être énervés par le retard, se soient montrés très agités. Mais pour bien faire, il faudrait que je revoie le spectacle dans des conditions normales…

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 11:36
La Quête du miel
La Quête du miel

Spectacle du Collectif Antilope (45) vu le 13 juillet à 15H50 au Théâtre des Barriques dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 Juillet 2019 (relâche les mardis).

 

Texte et jeu : Alexandre Beaulieu.

Mise en scène : Pierre Alfred Eberhard

Scénographie : Humphrey Vidal

Voix off : Jean Burucoa et Doriane Ayxandri

Musique : Thibaut Marchal

Genre : Théâtre

Public : Jeune public

Durée : 50 minutes

 

 

Ce spectacle, je l’ai raté l’an dernier alors que je voulais le voir absolument. Alors, cette année ça n’allait pas être le cas! J’avais envie de retourner en enfance, de ne pas lâcher mes rêves de gosse sous prétexte d’être entrée dans ma vie d’adulte, mais de me laisser bercer par la magie des contes que j’ai toujours privilégiés dans mon enseignement auprès de mes élèves de Collège, quelque soit le niveau.

Parce que les contes, ça marche… !

 

 

Ce jour-là, il y avait plein d’enfants dans la salle, comme les autres jours certainement. Dès les premiers mots prononcés par le comédien -dont le visage m’a rappelé celui de Grand Corps Malade, similitude toute personnelle qui inconsciemment me laissait présager que les mots seraient là ...- le spectateur est embarqué dans l’histoire de Petit Ours.

Le parti pris d’imaginer le comédien Alexandre Beaulieu lui-même dans le rôle de l’ourson fonctionne à merveille car il n’y a aucune distanciation et les yeux des enfants pétillent. Certains commentent à voix haute les aventures de Petit Ours sous les « chuuut » ostentatoires de leurs parents…

La mise en scène est subtile, toute en suggestions visuelles et sonores efficaces et très poétiques. Si mon voisin ou ma voisine a perçu d’autres choses que moi, c’est tant mieux. Un simple tulle sur lequel est projeté un visuel onirique permettant la libre circulation des images renforce le pouvoir de l’imaginaire. Le spectateur est aux côtés de cet ourson chaque seconde. Près de lui. Tout près.

Sur son chemin initiatique, il va croiser plusieurs personnages qui l’aideront à grandir en lui faisant peur ou en le rassurant. Comme le vieil ours, le Sage, ou ce papillon-ami à la splendide voix douce posé sur sa truffe et qui le rassure tout en l’aidant à mieux saisir le sens de sa quête.

Car au départ, Petit Ours part sur les chemins pour aider son père qui rêve de miel. Finalement, c’est lui-même qu’il rencontrera, confronté à sa propre volonté, à ses propres doutes. Petit Ourson est seul tout compte fait et n’est-ce pas en étant seul que l’on se forge davantage dans la vie ? Et ce miel tant attendu, le trouvera-t-il ?

Alors, bien sûr, certains verront dans cette fable allégorique bien d’autres choses que de simples connotations enfantines et poétiques ! Ce ne sont pas les moments qui manquent sur cette heure de spectacle, notamment la quête du nectar doré qui permet de voir le monde plus beau … Je plains ces personnes d’avoir perdu cette part d’enfance en eux et leur monde doit être bien gris :

-« Seuls sont capables de grandir ceux qui se voient vraiment tels qu’ils sont ».

 

J’attends impatiemment l’an prochain la nouvelle création de ce Collectif, « Le Chevalier sans quête ».

Mais pour l’heure courez voir Petit Ours, saisissez au hasard une métaphore ou deux, tirez au hasard sur un des nombreux fils poétiques de ce conte remarquablement écrit et vous passerez un merveilleux moment de votre Festival.

Vite !! Plus que quelques jours….

 

 

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 09:46
Programme Off 2019

Programme Off 2019

Le Savetier de Thanjavur (création 2018)

Spectacle de l’Art Scène Compagnie (38) vu le 18 juillet à 14 h au théâtre Le Paris,  dans le cadre d’Avignon OFF 2019, du 6 au 27 juillet, sauf samedi.

 

Ecriture et Mise en scène : Dominique Lefebvre

Compositeur et arrangements : Lionel Melot et Dominique Lebebvre

Comédiens : Myriam Gagnaire et Dominique Lefebvre

Genre : ciné théâtre musical et fantastique

Public : jeune public à partir de 5 ans

Durée : 1H10

 

 

J’ai déjà pu apprécier, il y a quelques années, deux des spectacles jeune public créés par la compagnie, la "Sorcière Ephémère" et "Crocdur le pirate". Cette année, il m’a semblé intéressant de voir comment s’orientait le travail de la compagnie avec leur dernière proposition. 

 

L’action se déroule en Inde. Le grand vizir commande au savetier Janardan une paire de souliers à livrer sous huitaine, pour la future reine ; souliers qu’il faudra orner des pierres précieuses que le vizir lui confie. S’il échoue, il sera condamné à mort et sa fille vendue comme esclave. N’ayant pas confiance, le grand vizir prend la jeune fille en otage… Mais hélas, les pierres précieuses sont dérobées pendant la nuit, et le savetier et son apprenti doivent trouver d’autres pierres pour les remplacer et s’acquitter de leur tâche en temps voulu…

Les recettes qui ont fait le succès des précédents spectacles sont ici mises en pratique, toujours avec la même efficacité. Un décor soigné, évocateur de la boutique du Savetier, de beaux costumes tout à fait réalistes, un accompagnement musical ad hoc, quelques jolies chansons originales… Le cadre est posé. Et deux comédiens incarnent à eux seuls tous les  personnages.

La compagnie est parfaitement rôdée dans la maîtrise de ce genre d’exercice. Les scènes s’enchaînent avec une fluidité parfaite : la lumière savamment distillée vient soutenir le passage d’un personnage à l’autre, d’un lieu à l’autre, ou masquer la silhouette d’un troisième comédien… qui n’est en réalité qu’une marionnette !

Mais la compagnie ne se prive pas d’utiliser les moyens numériques aujourd’hui à disposition…Le film d’animation permet ainsi de compléter la distribution, presque à l’infini… L’écran positionné dans le décor initial comme une fenêtre, permet d’agrandir la perspective en donnant à voir la rue devant l’échoppe du savetier. Et cette rue s’anime avec les personnages qui entrent et sortent de chez lui. Dans un deuxième temps, l’écran  s’agrandit en fond animé, jusqu’à occuper tout l’espace, et servir de décor au périple du savetier et de son apprenti… De jour, de nuit, ils marchent, marchent dans des paysages variés, puis s’arrêtent pour bivouaquer à la lumière d’un feu de camp. Enfin, nous pénétrons à leur suite dans le palais  du sultan parmi les courtisans et les danseurs, pour aborder  le dénouement de l’intrigue… Tout juste si nous apercevons les deux comédiens positionnés à jardin, tant nous sommes concentrés sur les petits personnages animés à leur effigie dans le film !

L’utilisation des moyens technologiques actuels offrent de nombreuses possibilités.

 

Dans cette proposition, tradition et modernité se mélangent avec bonheur, dans le sens où le film d’animation apporte une plus grande dimension, sans prendre le pas sur le conte. Je dirais même que l’aspect  merveilleux en est accentué. Et les chansons, bien réelles et interprétées en direct, suscitent la participation des grands et des petits.

Du grand et beau spectacle pour toute la famille !

.

 

 

 

Partager cet article

Repost0