Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 14:06

 

D’après Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll

Star Théâtre /Cie Isabelle Starkier

Adapté et mis en scène par Isabelle Starkier

Avec Amnon Beham, Jean-Pierre Benzekri, Angélique Zaini

Durée 1 h

Tout public à partir de  8 ans

 

VIVANT2-toiles-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Avignon OFF 2012, Condition des Soies, 16 h 20 du 7 au 28 juillet

 

Tout le monde connaît l’histoire d’Alice qui s’ennuie auprès de sa sœur qui lui lit un livre « sans images ni dialogues »…  Voilà qu’elle voit passer un lapin blanc, vétu d’une redingote, qui tire de sa poche une montre tout en s’écriant «  je suis en retard ! ». Pas le moins du monde étonnée, elle décide de le suivre dans son terrier, et fait une chute interminable qui l’entraîne dans un monde étrange peuplé de personnages extravagants, absurdes,  d’animaux bizarres qui parlent, où elle devra grandir et rapetisser au gré des lieux dans lesquels elle va évoluer.

 

L’adaptation d’Isabelle Starkier a privilégié quelques grands moments de ce voyage, la chute, les métamorphoses, le concile des animaux, le duo avec la chenille, la mauvaise mère et le cochon, un thé de folie, la partie de croquet et le procès.  

 

La scénographie utilise un immense chapeau  sur lequel évolue Alice, qui du coup « tourne en rond », dont la partie haut de forme sert d’écran pour les vidéos et les silhouettes d’Alice qui grandit et rétrécit.  Le musicien et le dessinateur, en habit  et chapeau, sont installés chacun d’un côté de l’espace scénique, avant de devenir à leur tour interlocuteurs d’Alice, au fur et à mesure de l’action.

Les dessins de Jean-Pierre Benzekri  sont  réalisés en direct et projetés par rétro projection sur l’écran.  La musique  composée par Amnon Beham, jouée en direct avec synthétiseur et autres instruments électroacoustiques,   allie comptines, comédie musicale, musique hip hop. La distorsion des sons contribue à l’ambiance surréaliste de certains passages du spectacle.

 

Tout en reconnaissant l’aspect novateur et la qualité de cette mise en scène, très moderne et  cependant fidèle au texte de Lewis Carroll, la beauté des costumes et la maîtrise des éclairages, l’apport indéniable de la musique et des dessins « live »,  j’ai trouvé certains passages un peu longs (le thé de folie par exemple) et je n’ai pas réussi à m’approprier  ce spectacle, passant probablement « à côté » de quelque chose…


Soulignons toutefois  qu’il s’agit d’une création, promise donc  à évoluer dans les mois à venir, et saluons surtout la performance de l’actrice qui a repris le rôle d’Alice il y a à peine quelques semaines !

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 13:52

D’après Mark Twain

Adaptation et Mise en scène Freddy Viau

Cie Parciparlà (92)

Interprètes  en alternance : Charles Lelaure ou James Groguelin, Angélique Fridblatt ou Laetitia Richard, Emma Darmon ou Marie Béatrice Dardenne, Régis Chaussard ou Freddy Viau, Régis Romele ou Romain Ogereau

Durée 1 h 05

Tout public à partir de  6 ans

VIVANT2-toiles-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Avignon OFF,  théâtre des Trois Soleils, du  7 au 28 juillet à 10 h 15

 

Tom et son frère Sid ont été recueillis par leur tante Polly après la mort de leurs parents.  Tom, garçon plutôt rebelle, donne du fil à retordre à sa tante qui distribue les punitions, sans que cela n’entame la bonne humeur du jeune garçon.


Freddy Viau signe ici une mise en scène conventionnelle du célèbre roman de Mark Twain, auquel il ne manque aucun personnage :  le copain Huckleberry Finn,  Becky l’amoureuse, l’instituteur Dobbins, …etc.

L’atmosphère de la petite ville du Mississipi dans laquelle se déroulent les aventures de Tom Sawyer à la fin du XIXème siècle, est bien restituée. D’autant plus que les comédiens sont  costumés et perruqués.. Peut être même de manière  un peu trop « clean »,  mais n’est ce pas aussi pour souligner le conformisme d’une certaine société américaine de cette fin de siècle ?

 

 Tous font preuve d’une belle énergie, communicative si l’on en croit les réactions du public (grands et petits), qui reprend en chœur les chansons qui ponctuent le spectacle. Le comédien qui incarne ce jour là Tom, fait parfaitement  ressortir le côté facétieux du jeune garçon,  le rendant plutôt sympathique, au détriment de l’aspect cabotin et vaniteux du personnage, qui peut être menteur et voleur à l’occasion. Parmi les aventures de Tom Sawyer, celles que  la compagnie a choisi de mettre ici en scène, ce sont  le courage et l’abnégation du héros américain typique qui sont mis en avant.

Enfin, une pointe d’interactivité et un zeste d’humour complètent ce spectacle, certes plein de bons sentiments, mais  pendant lequel on ne s’ennuie pas.  

Et comme il est présenté à 10 h 15, nous pouvons  vous le recommander pour bien commencer la journée en famille.

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 13:47

http://69.agendaculturel.fr/static/im/event/2012/01/24/pierre-loup-jpg-rg8nis.jpgSpectacle de la compagnie Heavy Fingers/AMD Prod (69), vu à l'espace Alya (tous les jours à 16h20) lors du festival Off d'Avignon.

D’après le texte de Prokofiev

Musique originale d'Arnaud Jourdy

Musiciens :  Jacques Ponthus, Arnaud Jourdy, Manuel Fillat, Maxime Curtelin,

Comédien : Ludovic Vernu
Metteur en scène : Cédric Marchal

Durée 50 mn

Jeune public à partir de 3 ans

vivant-3-toiles-4.jpg

Voilà un chef d’orchestre bien embêté qui a le projet de créer « Pierre et le Loup » de Prokofiev…

Il nous explique les motivations du compositeur lorsqu’il créa cette pièce musicale, souhaitant faire découvrir aux enfants les instruments de l’orchestre philarmonique. D’une petite mallette, il extirpe tout ce qui compose l’environnement de l’histoire, les éléments du décor, les personnages... tout en brossant les principales lignes du scénario. Mais voilà qu’on lui refuse l’orchestre indispensable à son projet ! Quatre saxophonistes qui sont, eux, disponibles, lui proposent alors leur aide. Bien que d’abord  sceptique, il finit par leur faire confiance, séduit par leur motivation. Et c’est pourquoi le titre est devenu « Pierre AND THE loup », car nous sommes maintenant dans un nouvel environnement musical, plutôt jazzy, agrémenté d’autres harmonies très variées (salsa, reggae, funk).  La partition musicale a été réadaptée pour un quatuor de saxophonistes, qui incarnent  tous ensemble (et tour à tour) les protagonistes de cette aventure. L’histoire est rigoureusement la même et, dans un décor qui passe de maquette à grandeur nature, notre chef d’orchestre/conteur nous accompagne dans les aventures de petit Pierre face au Loup.

Plutôt  inconditionnelle de Pierre et le Loup, et amatrice de jazz, cette adaptation de la pièce musicale de Prokofiev me semble être une réussite. D’aucuns puristes y verront  un sacrilège, et penseront peut être que le but du compositeur a été dénaturé, mais qu’importe. L’essentiel n’est il pas de faire découvrir la musique ? Cette adaptation pour les cuivres pourra  être proposée dans certains festivals de jazz, à l’attention particulière du jeune public, tout en restant dans la thématique, et en offrant l’opportunité de rassembler toute la famille.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 10:44

http://www.avignonleoff.com/Ressources/OFF/Visuels/2012/Spectacle/web/spectacle_8890.jpgSpectacle de la compagnie de l'Ecorcobalisse, vu au Pitchoun Théâtre (tous les jours à 10h40) festival Off d'Avignon.

A partir de 3 ans.

Interprète(s) : Anne-Sophie Dionot, Nicolas Le Bricquir

 vivant-3-toiles-4.jpg

Sur la scène jonchée de petits jouets et d’une  grande valise ouverte, une petite fille fait la tête. Elle n’aime pas les petits pois… Son grand-frère lui raconte alors l’histoire d’Elio, un petit bonhomme représenté ici par une peluche poilue et qui, lui non plus, n’aimait les petits pois.

 

Ce spectacle nous emmène dans l’univers de l’enfance. La chambre d’enfant est un monde à part entière, où il suffit de décider qu’une balle verte est un soldat du roi des petits pois, que des boites de conserves sont des immeubles ou qu’une valise contient un fleuve pour qu’apparaissent devant nous les paysages, le décor et les protagonistes.

Du théâtre d’objet culinaire  avec, en prime, une manipulation de marionnettes sans chichi, et juste. Les deux comédiens (Anne-Sophie Dionot et Nicolas Le Bricquir) ont su garder (ou retrouver) le naturel de l’enfance. Rien n’est surjoué, pas de faute de goût, la mise en scène et les propositions coulent de source, l’histoire est bien construite dans un timing rigoureux où s’enchainent les propositions avec fluidité. Une réflexion intéressante sur les aprioris alimentaires, peut être même une manière détournée de faire goûter des aliments ?

 

« Elio et les Petits Pois », c’est surtout  un spectacle en forme de passerelle, entre jeu de comédien et  jeux de l’enfance. A la fin du spectacle, nous glissons  lentement vers un sentiment de nostalgie… nous aussi nous voudrions  bien jouer avec des petits pois, des boîtes de conserves et des dinettes !!

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 10:39

Spectacle de la compagnie de L'Ecorcobalisse, vu au Pitchoun Théâtre (tous les jours à 10h) lors du festival Off d'Avignon.

 

Interprète(s) : Anne-Sophie Dionot, Emilie Chevrier                                              

A partir de 1 an

vivant-3-toiles-4.jpg 

On le sait, l’univers des bébés reste mystérieux, en grande partie parce que les bébés ne parlent pas et qu’ils ne peuvent pas témoigner de ce qu’ils vivent. A faire un  spectacle pour les tout-petits, on peut donc tout imaginer pour les toucher. Cette proposition de la compagnie Ecorcobalisse  est un travail à l’esthétisme précis et original.

 

Comment passe-t-on  du silence au son ? Anne- Sophie Dionot,  la comédienne (mais néanmoins auteure de ce spectacle), nous propose ici un cheminement personnel sur le sujet.

D’abord par le silence, le jeu de la comédienne est subtil, léger, elle joue du regard  et de l’intention corporelle. Arrive la seconde comédienne toute en bruit, contraste saisissant avec le monde du silence de la première, elle développe son jeu autour de petites boîtes sonores et de couleurs, elle prend à témoin le petit public, qui ne bouge pas, accroché par l’histoire et la belle présence des deux comédiennes.

 

La rencontre est jolie, poétique à souhait. Une véritable oasis dans ce festival bruyant, où les mots sont parfois malmenés. Pas de violence ici, c’est tout en douceur que les deux comédiennes explorent les sons ensembles, s’entraident pour apprendre à dire « A », « O », « U »…  Le rythme  du spectacle est agréable et fluide, les sons prennent de plus en plus de place, et ce sans jamais prononcer un seul mot. Le spectacle finit sur une belle image où les deux comédiennes miment le fait de se taire et d’écouter, comme un rappel du titre qui boucle la boucle.

 

Un spectacle apaisant à aller voir  avec vos bébés, ou juste pour se reposer les oreilles. Une véritable proposition…  

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 10:29

Spectacle de la compagnie Arthéma, librement inspiré  du conte traditionnel "Les musiciens de Brême" , vu au Collège de la Salle (tous les jours à 15h et 16h30)  lors du festival Off d'Avignon.

   

Interprète(s) : Marie Vidal

Metteur en scène : Alain Vidal 

 

Genre : Marionnette-objet  

A partir de 2ans

 VIVANT-1-toile-2.jpg

La comédienne Marie Vidal nous accueille et rappelle les règles fondamentales  du spectacle vivant, rassurant les petits enfants disposés au sol, son ton est  naturel et ses explications efficaces. Il n’y aura ni pleurs, ni cris durant le spectacle, pas de « décrochage » non plus, ce qui est déjà, en soi, une performance. Le décor est installé sur une table et la manipulation des marionnettes se fait à vue. Nous sommes dans la ferme de Fernand, le chat ne chasse plus la souris, le chien ne garde plus la maison, la vache voit son lait mal tourner, le coq ne réveille plus personne !

 

J’imagine que la  manière de manipuler les marionnettes a été mûrement réfléchie, le résultat est peut être volontairement brouillon… Reste que si les personnages sont vivants sous les mains du marionettiste, c’est plus grâce au jeu de la comédienne. Les entrées et sorties des personnages, ainsi que leurs déplacements, sont flous. Ils deviennent alors secondaires, voir accessoires, et laissent place à des dialogues parfois rigolos.

 

L’auteur a judicieusement gardé les personnages centraux du conte des animaux de Brême, tout en prenant des  libertés scénariques bienvenues.  Vous y reconnaitrez le vieux chien (bien sûr), le chat, le coq, la vache et l’âne, ainsi que la morale de l’histoire : les vieux animaux sont encore utiles à la ferme.

Le spectacle dure 40 minutes et est très rythmé… trop parfois, à mon goût. Marie Vidal ne laisse guère de place aux petits silences qui font respirer et donne du relief  à la dramaturgie. Tout s’enchaîne à grande vitesse... dommage. Gageons qu’avec le temps, l’interprète prendra ses aises.

 

Pour moi, c'est un spectacle en demi teinte, avec un scénario intéressant mais une réalisation qui manque de finesse.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 15:55

turbulence_loupiot-la-peur_1.jpgNous étions à la représentation du jeudi 29 mars 2012, à la sallle du Jeu de Paume à Vizille (38), lors du Festival P’tits mots P’tits mômes. Une nouvelle occasion de voir cette compagnie iséroise que nous avions déjà remarquée l’an dernier, avec "Gropopotam et Petiminus".

 

- Public : enfants de 3 ans à 6 ans, et leurs accompagnants
- Jauge : 100 personnes
- Durée : 40 mn

 

Distribution :
- Ecriture : Martine Nicolas et Alain le Boulaire
- Mise en scène : Alain le Boulaire
- Décor et figurines : Marie le Boulaire

 

Technique : le Karagöz (théâtre d’ombres colorées produites par la projection, sur écran, de silhouettes polychromées articulées) avec écran monté sur enrouleur. Nécessite l’obscurité.  

vivant-3-toiles-4.jpg 

D’habitude les enfants, y compris ceux d’aujourd’hui, ont peur du loup. Là c’est Loupiot, le louveteau, qui a peur. Au fond de son terrier, il se blottit et ne veut guère se risquer hors de son trou. Jusqu’au jour où "le tout petit petit loup qui avait peur de tout" va franchir le seuil de son domaine rassurant et s’enhardir dans la forêt. Le rideau-manivelle tourne, tourne, et nous suivons son périple qui déploie les images de ses rencontres et péripéties. Tantôt la narratrice est devant, tantôt elle passe derrière le voile et convoque nos imaginaires avec les voix des animaux qui dialoguent le long du récit : Tout-Fou le hibou, le wapiti, Pique-Pelote le porc épic et Grand-mère Ours à l’accent québécois qui, derrière ses lunettes et sa rudesse apparente, console le petiot et lui apprend le monde...

Ce choix-là a vraiment fonction de reprendre contact avec le public, de permettre aux enfants de souffler un peu; comme une réassurance nécessaire pour ces très jeunes qui ont besoin à la fois d’être entourés, et de vivre toute proche l’histoire dans laquelle ils se projettent sans mal.

 

Nous avions déjà vu cette compagnie l’an dernier, lors de la précédente édition du festival dédié à la petite enfance. Nous avons eu plaisir à la retrouver avec une proposition dans la même veine, mais d’un abord plus simple (avec moins de personnages et d’avantage ciblée sur le héros) et à la belle esthétique. Elle est bien adaptée aux tout petits et reste agréable à voir pour les plus grands. Le choix technique compose entre le monde des livres et celui des marionnettes, et est serti d’un émaillage de petites bribes chantonnées à la mode des comptines de notre enfance.

 

Une compagnie qui a son style, son univers, et qui nous le fait aisément partager. Ne pas hésiter à se déplacer pour découvrir son travail.

 

Autre spectacle de la compagnie : http://vivantmag.over-blog.com/article-gropopotam-et-petiminus-70955459.html

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 07:41

songes_sidonie-koulleure.jpgNous avons assisté à une représentation de la compagnie Songes (26), à destination des plus petits (indiquée 0-3 ans), le mercredi 27 mars 2012 à la Salle du Jeu de Paume de Vizille (38). Une proposition qui mêle danse, théâtre, musique, cinéma d’animation, marionnettes, création lumière et olfactive. Création 2011.

 

- Public : un spectacle que nous ne conseillerions pas vraiment pour les tout petits, même s’il est indiqué pour des 0-3 ans
- Durée : 25 mn

 

Distribution :
- Claire Rallegeau
- Sylvain Vincendeau  

VIVANT-1-toile-2.jpg 

Le plateau accueille un décor suranné, comme si nous allions pénétrer dans un espace du temps d’avant. Des tableaux et des portraits trônent sur les murs, comme dans une maison bourgeoise ou même, un château. Le sol à damiers fait penser à un jeu de dames ou un échiquier. Il y a aussi un vieux fauteuil fatigué et des bouquins empoussiérés. Sidonie arrive, mais elle est plus pâlotte que la petite fille qui figure sur l’affiche. Elle aussi transporte avec elle le passé, que ce soit dans sa tenue, son attitude et sa coiffure. "Savez-vous ce que c’est des plumes ?" demande-t-elle. Elle ouvre une petite boîte où sont endormies de surprenantes petites bêtes ailées. Beaucoup de pénombre-obscurité, clair-obscur, propice sans doute à la venue des fées qui n’aiment pas vraiment le grand jour, et opèrent de préférence dans les recoins ombreux.

 

Nous avons trouvé la proposition un peu "gothique", faisant songer à "Edward aux mains d’argent"; pas déplaisant pour les adultes et plus grands, mais pas particulièrement en rapport et en adéquation avec l’âge auquel elle cherche à s’adresser. Le tout était peut-être aussi accentué par une musique qui nous rappelait "La leçon de piano".

Nous avons apprécié les ombres comme celles des sapins, cet univers qui nous faisait penser à un album "retraçant" la capture des fées saisies entre deux pages, et les images projetées sur les murs de ce salon qui nous racontaient des histoires où nous pouvions prendre place et cheminer. Nous avons perçu l’onirique dans les moments sans paroles, plus que dans les mots et les intentions qui s’y glissaient. Nous avons aimé ces jeux de lumières et cette frange de bizarreries quand l’imaginaire est sollicité. Nous, en tant qu’adulte(s).

Mais nous avons éprouvé de la gêne quant au ton employé tout du long; pas seulement étrange, non, plutôt "dramatique", loin de l’émerveillement et de la surprise qui font écarquiller les mirettes des enfants. Comme si l’heure était (forcément) grave et sous-tendait une catastrophe qui pourrait se déclencher ou être provoquée par Sidonie dans le monde de l’invisible. Quant à la manière de congédier le public, pas très conviviale ! Les petits ont besoin de rituels pour se construire, pour comprendre quant ils entrent et sortent, tant du réel que de l’imaginaire. Là, ils n’étaient pas franchement accompagnés... Plutôt poussés à s’en aller...

 

Pour nous, c'est un spectacle qui, s’il se compose d’éléments riches, reste à interroger au plan de ce qu’il met en jeu et de ce qu’il suscite : indispensable pour un ajustement de la création artistique.

  

Festival P’tits Mots P’tits Mômes de Vizille (38) : http://www.ville-vizille.fr/index.php.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 10:47

soliloque-theatre_palette-couleurs.JPGSpectacle de la compagnie Soliloque Théâtre (34), vu lors d'une séance publique le 18 avril 2012 dans la salle Castel de Lunel (34), et dans le cadre de la programmation annuelle de l’association l’Art de Thalie. Pallette Couleurs est la première partie d'un dyptique nommé : A la recherche des couleurs.

Ecriture et mise en scène de Bruno Paternot.

Avec Célia Démaret.

Musiques empruntées à Beethoven, Satie, Prokofiev, Schubert.

Jeune public à partir de 2 ans.

Durée 40 minutes.

 

VIVANT2-toiles-3.jpgSur le plateau sont installés quatre espaces rassemblant différents objets, et à dominantes rouge, verte, bleue et jaune. La comédienne est, elle, toute vêtue de blanc. Elle investit tour à tour chaque espace dont elle s’approprie les objets et, au hasard de ses découvertes, nous fait partager ses émotions en phase avec chacune des couleurs, la colère dans l’espace rouge, la peur dans le vert, la tristesse dans le bleu et la gaieté dans le jaune. Chaque espace est aussi prétexte à une expression artistique, par la matière (peinture, encre, pâte à sel) ou par le mouvement, la danse…
Enfin, au sortir de chaque espace, la comédienne emprunte une pièce de son habillement, un pantalon rouge, une veste verte, un bonnet bleu, et enfin, une écharpe jaune, et laisse en partant une trace lumineuse de son passage,  une petite bougie, des  lumignons, une lampe allumée…

 

C’est un spectacle muet sur un fond musical classique, au rythme plus ou moins calme ou endiablé, suivant les émotions évoquées. Mais c’est tout à fait lisible et les enfants, très attentifs, ont bien suivi le cheminement de la comédienne si l’on en croit les questions qu’ils lui ont été posées à l’issue de la représentation.

 

Ce spectacle, tout récent, nécessite quelques ajustements, notamment pour s’adapter aux contraintes des lieux d’accueil (certains éléments de décor étant peu visibles si l’on est éloigné de la scène) et pour accompagner le passage de la comédienne d’un espace coloré à l’autre…

 

Autre spectacle de la compagnie : http://vivantmag.over-blog.com/article-tu-s-ras-grande-ma-p-tite-creation-66519931.html

Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 18:30

pare-choc_fragile.jpgNous étions au festival "P’tits mots P’tits mômes" de Vizille (38), le mardi 3 avril 2012, pour découvrir la création 2011 de la compagnie Pare-choc (69).

 

- Public : 18 mois-5 ans
- Durée : 30 mn

 

Distribution :
- Ecriture : Géraldine Favre
- Avec : Marie Dalle
- Scénographie : Matthieu Rousseaux
- Musique : Gilles Barthélémy
- Lumières : Christophe Pont

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Au centre du plateau : un énorme paquet, encastrement de multiples cadeaux. C’est pour Marie ! Voyons comment elle va s’y prendre pour les ouvrir... De la méticulosité à l’impatience et à la rage. Les paquets gigogne semblent se jouer d’elle jusqu’à ce qu’elle plonge dans le plus grand carton, et qu’elle en ressorte avec une épée en bois.... La déception se mue en début de jeu(x) avec des ennemis à pourfendre, en château médiéval. Il suffit pour cela d’une veste rouge, d’une couronne , d’un peu d’imagination pour transformer l’espace, et basculer dans d’autres mondes à la mode Kapla. Très peu de paroles. Quelques sons et onomatopées pour ce voyage à l’égide des imaginaires enfantins, qui n’ont pas toujours besoin de choses compliquées, élaborées et de facture onéreuse pour s’exprimer. Peut-être suffit-il de quelques ingrédients modestes pour se penser reine, et croquer avec bonheur une pomme dans un refuge cabane où peut-être on s’endormira plus tard...

 

Un spectacle à la portée des enfants, et qui rappelle, mine de rien, que l’épanouissement vient de ce que nous faisons de ce qui nous entoure, si commun soit-il en apparence, et du regard que nous portons sur ce qui est à notre portée. Pas besoin de se laisser éblouir par les jouets de pacotille. Un spectacle qui pourrait se dérouler dans une cour, un grenier, une salle de jeux ou tout autre lieu du commun que les enfants fréquentent au quotidien. 

 

Service Culturel de Vizille : http://www.sortiravizille.com

Partager cet article
Repost0