Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 10:47

soliloque-theatre_palette-couleurs.JPGSpectacle de la compagnie Soliloque Théâtre (34), vu lors d'une séance publique le 18 avril 2012 dans la salle Castel de Lunel (34), et dans le cadre de la programmation annuelle de l’association l’Art de Thalie. Pallette Couleurs est la première partie d'un dyptique nommé : A la recherche des couleurs.

Ecriture et mise en scène de Bruno Paternot.

Avec Célia Démaret.

Musiques empruntées à Beethoven, Satie, Prokofiev, Schubert.

Jeune public à partir de 2 ans.

Durée 40 minutes.

 

VIVANT2-toiles-3.jpgSur le plateau sont installés quatre espaces rassemblant différents objets, et à dominantes rouge, verte, bleue et jaune. La comédienne est, elle, toute vêtue de blanc. Elle investit tour à tour chaque espace dont elle s’approprie les objets et, au hasard de ses découvertes, nous fait partager ses émotions en phase avec chacune des couleurs, la colère dans l’espace rouge, la peur dans le vert, la tristesse dans le bleu et la gaieté dans le jaune. Chaque espace est aussi prétexte à une expression artistique, par la matière (peinture, encre, pâte à sel) ou par le mouvement, la danse…
Enfin, au sortir de chaque espace, la comédienne emprunte une pièce de son habillement, un pantalon rouge, une veste verte, un bonnet bleu, et enfin, une écharpe jaune, et laisse en partant une trace lumineuse de son passage,  une petite bougie, des  lumignons, une lampe allumée…

 

C’est un spectacle muet sur un fond musical classique, au rythme plus ou moins calme ou endiablé, suivant les émotions évoquées. Mais c’est tout à fait lisible et les enfants, très attentifs, ont bien suivi le cheminement de la comédienne si l’on en croit les questions qu’ils lui ont été posées à l’issue de la représentation.

 

Ce spectacle, tout récent, nécessite quelques ajustements, notamment pour s’adapter aux contraintes des lieux d’accueil (certains éléments de décor étant peu visibles si l’on est éloigné de la scène) et pour accompagner le passage de la comédienne d’un espace coloré à l’autre…

 

Autre spectacle de la compagnie : http://vivantmag.over-blog.com/article-tu-s-ras-grande-ma-p-tite-creation-66519931.html

Partager cet article

Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 18:30

pare-choc_fragile.jpgNous étions au festival "P’tits mots P’tits mômes" de Vizille (38), le mardi 3 avril 2012, pour découvrir la création 2011 de la compagnie Pare-choc (69).

 

- Public : 18 mois-5 ans
- Durée : 30 mn

 

Distribution :
- Ecriture : Géraldine Favre
- Avec : Marie Dalle
- Scénographie : Matthieu Rousseaux
- Musique : Gilles Barthélémy
- Lumières : Christophe Pont

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Au centre du plateau : un énorme paquet, encastrement de multiples cadeaux. C’est pour Marie ! Voyons comment elle va s’y prendre pour les ouvrir... De la méticulosité à l’impatience et à la rage. Les paquets gigogne semblent se jouer d’elle jusqu’à ce qu’elle plonge dans le plus grand carton, et qu’elle en ressorte avec une épée en bois.... La déception se mue en début de jeu(x) avec des ennemis à pourfendre, en château médiéval. Il suffit pour cela d’une veste rouge, d’une couronne , d’un peu d’imagination pour transformer l’espace, et basculer dans d’autres mondes à la mode Kapla. Très peu de paroles. Quelques sons et onomatopées pour ce voyage à l’égide des imaginaires enfantins, qui n’ont pas toujours besoin de choses compliquées, élaborées et de facture onéreuse pour s’exprimer. Peut-être suffit-il de quelques ingrédients modestes pour se penser reine, et croquer avec bonheur une pomme dans un refuge cabane où peut-être on s’endormira plus tard...

 

Un spectacle à la portée des enfants, et qui rappelle, mine de rien, que l’épanouissement vient de ce que nous faisons de ce qui nous entoure, si commun soit-il en apparence, et du regard que nous portons sur ce qui est à notre portée. Pas besoin de se laisser éblouir par les jouets de pacotille. Un spectacle qui pourrait se dérouler dans une cour, un grenier, une salle de jeux ou tout autre lieu du commun que les enfants fréquentent au quotidien. 

 

Service Culturel de Vizille : http://www.sortiravizille.com

Partager cet article

Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:40

superlevure_la-dame-aux-chats.jpgLe Festival P’tits Mots P’tits Mômes (du 28 Mars au 4 Avril 2012 à Vizille) nous a permis de voir la dernière création en date de la compagnie Superlevure, dont nous commençons à connaître le travail.

 

- Public : destiné aux tout petits, l’âge qui nous semble le mieux convenir étant de 2 à 4-5 ans
- Durée : 25 mn
- Jauge public : 50 personnes

 

Distribution :
- Jeu : Johanna Couineau
- Régie : Patrick Mistral

vivant-3-toiles-4.jpg 

La P’tite Salle de Vizille, un endroit cocoon idéal pour ce type de proposition, par la proximité offerte avec le public et par le nombre de spectateurs accueillis.

 

Johanna affectionne les tissus et les motifs, et c’est un bien beau livre dont elle va tourner les grandes pages pour nous conter l’histoire d’une balade, à la rencontre d’une dame aux chats. Du temps, incontestablement, est consacré à cette réalisation patchwork minutieuse, qui rappelle les bouquins pour tout petits, en format scène. Mais avant que le récit ne commence, les recommandations d’usage pour faciliter écoute et intérêt : ouvrir yeux et oreilles et fermer son petit clapet. Une manière douce et adaptée pour une entrée en matière, adressée tant aux enfants qu’aux adultes qui les accompagnent. Alors, tout peut commencer !

 

Derrière le livre... Le public entend des voix sans rien voir, comme s’il se trouvait derrière une porte et qu’il écoutait ce qui se passe de l’autre côté. Juste des "voix d’enfants" qui se mêlent : celles de Tom et de Lili. Déjà, on est en passe de les imaginer. Quand Lili, la grande soeur, apparaît sur scène, Tom l’accompagne. Et pourtant, il n’est pas matérialisé. Seulement des appuis : regards, main tendue comme quand on en tient une autre. Des choses qui paraissent toutes simples et qui fonctionnent bien. Personne ne se demande où est Tom puisqu’il parle et qu’il est aux côtés de Lili pour qui "la vie est belle, un point c’est tout". Johanna prend le temps, le temps pour que les choses se créent. La première scène-page se déroule vers la maison des enfants, une maison à proximité d’une colline, une maison dans un creux de verdure et de campagne paisible. Ensuite vient le temps de la traversée de la forêt, avec une ritournelle qui scande la marche, "nous allons voir la dame aux chats, chat par ici et chat par là", et ce moment jonglerie avec papiers couleurs. Faudra aussi passer la rivière qui recèle des surprises : petites fenêtres-lézard et grenouilles cachées, quand vrombit la libellule comme une moto trial. Enfin se révèle la maison dentelle et volets bleus de la dame en question, avec la danse des chats marionnettes qui sont ses mimis couleurs, avant que les enfants ne décident de repartir chez eux pour retrouver papa et maman. Le livre se referme lentement sur le rythme donné par des claqués de doigts.

 

Nous avons là un support à histoire tout à fait adéquat, à la fois familier et propice au jeu. Johanna use de perspectives en utilisant les différents espaces d’expression(s) : parfois en avant-scène pour préparer le public à ce qui va suivre, parfois en mouvements-voix Lili-Tom, ou encore en caché avec un hors-champ de liberté pour les enfants. Les ritournelles sont bien trouvées, agréables à l’oreille. Pour notre part, si nous reconnaissons que l’utilisation d’une bande son facilite le travail de la compagnie, en dégageant une part pour la régie, nous aurions peut-être préféré entendre de vrais instruments, parce que c’est de la compétence de Patrick qui est musicien. Mais il leur fallait faire un choix, pour que ce spectacle reste abordable et léger techniquement pour les structures et lieux qui les accueilleront. A voir, dans le futur, comment évoluera ce spectacle. En tout cas, il avait parfaitement sa place dans le festival et nous souhaitons bon vent à la compagnie.

 

Festival P’tits Mots P’tits Mômes de Vizille (38) : http://www.ville-vizille.fr/index.php.

 

Autres spectacles de la compagnie :

http://vivantmag.over-blog.com/article-5578979.html

http://vivantmag.over-blog.com/article-le-p-tit-bal-des-familles-102384153.html

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 17:19

superlevure_le-ptit-bal-des-familles.jpgAyant déjà vu une production de la compagnie Superlevure en 2006 (Bulle d’O dans l’Air), nous avons eu une nouvelle occasion de découvrir son travail et son évolution avec ce moment destiné aux jeunes enfants et leurs parents. C'est don cà un conert-bal que nous avons assisté le mercredi 21 mars 2012 au Centre Socio-Culturel André Malraux de Jarrie (38). Une création 2010. Offert par le collectif culturel Champ/Jarrie, Cézus et Arkéma.

 

- Public : indiqué dès 1 an. Pour nous, plutôt destiné à des enfants âgés de 3 à 5-6 ans
- Durée : 50 mn

- Formule : concert debout pour permettre le bal

 

Distribution :
- Sur une idée de : Jo Kraviek et Pat Mistral
- Interprétation : Jo Kraviek et Pat Mistral
- Regard extérieur : Bruno Fontaine, Rémy.S - Cie Le Chromosome 42

- Création musique : Pat Mistral
- Création texte : Jo Kraviek
- Création décor et accessoires : Jo Kraviek et Pat Mistral
- Création costumes : Katia Gheraibia
- Création lumière : Denis Vydt

VIVANT2-toiles-3.jpg

Nous pensons décidément que voir divers spectacles d’une même compagnie affine le regard et qu’il est bon d’essayer de le faire autant que possible.

 

Fond de scène patchwork encadré de deux personnages marionnettes, nous les découvrirons plus tard... nous entendons le chuintement d’un train qui arrive en gare. De derrière le panneau, sortent deux voyageurs qui se la jouent Russes. D’ailleurs, ne vont-ils pas nous proposer de danser la "Doudouchka" pour ne plus avoir froid ? "C’est pas sorcier. Frappe dans tes mains pour commencer". Une invitation à participer tout doux, sans se presser. Va ensuite s’enclencher un voyage en musiques et chansons, sur les traces d’une grand-mère qui avait pris la route. On passe par Paname, avec casquettes et bretelles. On vire techno, avec lunettes psychédéliques. On suit les oscillations des poissons sortis de la valise au moment propice, pour endosser tenues de plage et crème solaire avec des réminiscences à la Voulzy. Puis la marinière rayée bleu et blanc évoque la Bretagne, avant un court glissement vers le conte kalimba et petites percus, histoire de voir Oiseau et Eléphant danser et onduler, ce qui nous a conduits à faire ronde et chenille.

 

Le public n’était pas très nombreux mais il s’est prêté petit à petit au jeu et à la danse. Eut-il fallu que l’incitation à la danse soit plus marquée ? La compagnie nous a dit ne pas souhaiter s’inscrire dans le versant "animation" et elle préfère laisser le choix à chacun(e) de son approche. Une formule modulable selon les envies. En même temps, il s’agit bien d’une formule bal qui nous est proposée...

 

On retrouve des constantes déjà pointées dans "Bulle d’O dans l’Air" : les marionnettes et les couleurs. On découvre un versant plus musical avec des propositions sympas, variées, des paroles pas compliquées qui conviennent bien au jeune public. Le changement de costumes est rapide et accompagne agréablement le voyage aux quatre coins de la terre qui prend les grains de langues et accents différents. Pas alambiqué et plutôt bienvenu. Nous aurions presque souhaité que les musiciens descendent un moment "dans l’arène" et que les deux marionnettes dansent parmi nous. Peut-être une autre fois ? Dommage pour le final qui pourrait davantage boucler le "récit", avec peut-être le retour du train en gare et le départ de nos deux comparses pour d’autres aventures. La fin, c’est ce qui reste, c’est le moment où on se dit au-revoir et c’est pas rien.

 

La compagnie sera présente au festival "P’tits Mots P’tits Mômes" de Vizille (38) lors de l’édition 2012 : http://www.ville-vizille.fr/index.php.

 

Autres spectacles de la compagnie :

http://vivantmag.over-blog.com/article-5578979.html

http://vivantmag.over-blog.com/article-la-dame-aux-chats-103523631.html

Partager cet article

Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:18

herve-lapalud_facteur-de-chansons.jpgPour la deuxième journée de région en scène Rhône-Alpes, en cette matinée du 21 Février 2012, nous avons vu à la presqu'île un spectacle de qualité et ludique, pour enfants dès 4 - 5 ans. 

 

Hervé  Lapalud : Chant, paroles, musique

Jonathan Matisse : Orgue de barbarie, kora, sanza, banjo, basse...

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Lapalud est sur scène avec son copain et complice Jonathan Matisse.Tous deux sont entourés d'instruments d'ici et d'ailleurs....

Un voyage autour du monde ou l'on découvrira des instruments venus de tous les continents et des textes écrits pour les mômes, à la fois simples mais habilement concoctés, très ludiques.

Des instruments comme cette boîte de sardines-guimbarde, ramenée du Burkinafaso. Hervé voyage avec sa guitare. De ses périgrinations musicales au quatre coins du monde il nous ramène des instruments, des mots, des histoires, des ballades sonores métissées.

Baladin depuis plusieurs années, il  a chanté auprès d'enfants malades, dans les écoles et aime à transmettre le plaisir de chanter, le partage et la convivialité. Un spectacle à même de séduire tous les enfants (ou presque) car conçu pour eux. Ils sont invités à participer tout au long du sprectacle : ils chantent, reprennent des refrains et tapent dans les mains. Au fil du concert, certains se lèvent et dansent ! Ils sont initiés  au sens des mots (amphore, photophore....) mais aussi à des chansons (l 'école des chats), ou encore à fabriquer des  rimes... et ça marche ! Les enfants sont très enthousiasmés par ce concert fait pour eux.

Le public adulte s'y ennuyera peut être car cela est destiné au jeune public, mais de façon intelligente, dynamique et riche .

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 12:34

bruitquicourt_wupat.jpgSpectacle de la compagnie Bruitquicourt (34) - théâtre clownesque et burlesque.

Vu le 17 Février 2012, avec un public de centre aéré au théâtre la Vista (Montpellier - 34).

Jeune public à partir de 6 ans.

Jeu : Estelle Sabatier, Luc Miglietta

Musique : Bruno Meria

Durée 55 min

vivant-3-toiles-4.jpg 

 

 

 

 

 

 

Dans un  décor minimaliste, la comédienne entre en scène accompagnée par Bruno Meria qui assure en direct, et à vue, l’environnement sonore fortement connoté musique électronique. Elle  s’installe sur un tabouret tout en mimant les derniers points de couture d’une petite robe à col claudine, telle celle qu’elle portait enfant. Elle s’était alors inventé un ami imaginaire

Pour nous faire partager cette inestimable  chance d’avoir un ami, fût il imaginaire, elle propose alors de rappeler pour nous  WUPAT, qu’elle n’a plus revu depuis de nombreuses années. Mais WUPAT ne peut apparaître que si certaines conditions sont réunies. Ainsi, après avoir enfilé la petite robe, s’être coiffée comme une fillette, elle met en scène sa chambre d’enfant : elle trace au sol avec du sable l’indispensable « circle » qui matérialise la limite à ne pas franchir entre son monde (réel) et celui (imaginaire) de WUPAT. Elle recommande au public le plus grand silence afin de ne pas effrayer WUPAT qui n’a pas l’habitude de la foule. Elle introduit ensuite dans  son « mange disques » (les MP3 n’existent pas depuis très longtemps..!)  le disque  « Pop Corn »  du  groupe Hot Butter (l’un des premiers tubes  de musique électronique qui rappelle de bons souvenirs à certains parents.. ou grands parents !) et, après quelques pas de danse, appelle son ami…

Il est bien difficile de reconnaître Luc Miglietta dans ce personnage improbable qui tient à la fois d’E.T. et de Golum, couvert de chiffons, cravates, à la démarche simiesque, affublé d’un chapeau cloche qui lui couvre entièrement le visage et percé de deux trous pour les yeux. Le personnage, qui s’exprime dans un   « grommelo  britannique », s’avère être un fantastique compagnon de jeu qui se prête à toutes les fantaisies de sa jeune amie : du match de tennis au combat de dragons en passant par les démêlées avec un aspirateur doué d’une vie propre (si j’ose dire...).

Bien sûr, le public ne pourra garder bien longtemps son calme et WUPAT, tétanisé,  prenant conscience de cette présence inhabituelle dans la  chambre de son amie, va bientôt  disparaître dans un grand moment d’émotion, accompagné par la chanson "Oh My love" de Riz Ortolani et interprétée en direct par Estelle.

 

C’est avec un très grand plaisir que nous avons retrouvé sur scène un Luc Miglietta toujours aussi imaginatif et en duo (une fois n’est pas coutume) avec Estelle Sabatier,  sa compagne dans la vie comme à la scène. Un spectacle très prometteur.

 

Autres spectacles de la compagnie :

http://vivantmag.over-blog.com/article-25922760.html

http://vivantmag.over-blog.com/article-19361958.html

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 09:43

pomme-cannelle_le-voyage-de-calinoudou.jpgSpectacle Musical de la compagnie Pomme Cannelle (34) vu le 17 février 2012 à la Chocolaterie à Montpellier (34).

De et avec Karine Le Blévec et Irène Faugerou.

Très jeune public (crèches et maternelles).

Durée 35 min

 

VIVANT2-toiles-3.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Luna, petite fille rêveuse ayant égaré son doudou, ne peut trouver le sommeil…  Un hibou s’échappe de son livre d’histoires pour l’accompagner à la recherche de Calinoudou.

C’est le prétexte à une sorte de voyage initiatique. Les comédiennes/chanteuses/musiciennes arborent  de jolis costumes,  le décor est  très soigné et évolue en fonction des contrées traversées. Le spectacle fait appel  aux qualités d’écoute et  d’observation des enfants. De nombreux bruitages évoquent l’environnement (mer, forêt), de petits instruments (appeaux)  imitent le chant des oiseaux. Des  instruments de musique variés  (hautbois, guitare, mandoline, steel drums) accompagnent en direct des chansons très entraînantes et  au goût du jour (rap). Ces chansons jalonnent le spectacle et les enfants sont invités à les reprendre en chœur.  En  résumé : un spectacle d’éveil de bonne qualité et interactif qui s’adresse à un tout jeune public.

 


 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:40

Ras

maduixa-theatre_ras.jpgLe vendredi 3 février 2012, la compagnie espagnole "MaDuiXa théâtre" a proposé une production croisant différentes disciplines artistiques, à un public de tout jeunes enfants lors d’une séance scolaire à laquelle nous avons assisté. A l’Espace Aragon de Villard-Bonnot (38).

 

- Public : enfants accompagnés. Indiqué pour des 3-6 ans. Selon nous pour une tranche d’âge pouvant aller jusqu’à 8 ans.
- Durée : 1h10

 

Distribution :
- Juan Pablo Mendiola : dramaturgie et direction
- Mamen Garcia : direction chorégraphique
- Avec : Lara Sanchis, Joan Santacreu

- Paco Garnelo : musique
- Alfredo Pico : voix en off  

VIVANT-3-COEURS-5.jpg  

Pour la première fois depuis que nous fréquentons la salle de Villard-Bonnot, l’espace concernant le jeu et le public a investi le plateau. Avec un carré de revêtement blanc et, tout autour, des gradins. A la fois une proposition de proximité et de visibilité.

Ce spectacle, c’est une rencontre entre un garçon, Juan, et une fille, Luna. Rencontre et apprivoisement réciproque lors d’un voyage parmi les constellations. Ce spectacle, c’est du mouvement, un espace qui se compose et se recompose, des traits, lignes, couleurs et courbes qui naissent, s’effacent, s’étirent et se remodèlent tout du long. Ce spectacle, c’est de la fraîcheur et de l’enfance, de la jubilation et du rire. Ce spectacle, c’est des chassés-croisés entre divers univers : la gestuelle et la peinture, en s’appuyant sur les nouvelles technologies qui font penser aux ardoises magiques que certain(e)s d’entre nous ont dû avoir. Ce spectacle, c’est une sorte de cour de jeux où on s’expérimente, où on sort de sa chrysalide pour muer et se déployer hors de sa coquille, découvrir et composer son univers avec l’autre comme partenaire, en semant de petits cailloux à la Poucet. Ce spectacle c’est le rythme du temps et la course des aiguilles de l’horloge, les élucubrations mentales comme contorsions pour revenir au réel et à soi, assis sur un tapis volant, avec des paroles en pointillés.

Une bien belle proposition, tout en sensibilité, surprises et émotion(s). Pour les petits, évidemment. Pour les grands aussi. Y’a pas d’raison de se priver de moments comme ça qui nourrissent l’âme ! Nous avons aimé, beaucoup. Une compagnie qui nous propose un univers riche qu’on aura(it) envie de découvrir sur d’autres productions, si l’occasion se présente, ce que nous espérons.

 

Web Espace Aragon : http://www.espace-aragon.net/

 

Partager cet article

Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 10:33

objet-sensible_mon-nez.jpgNous vous proposons de découvrir notre appréciation de cette proposition vue sur la scène du Belvédère de St Martin d’Uriage (38) le mercredi 1er février 2012. Nous avions déjà vu un spectacle de cette compagnie iséroise, "Ma petite horreur", sur ce même plateau, au printemps 2011. Nous nous attachons en effet à l’idée de suivre, quand nous le pouvons, le travail des compagnies, afin d’élargir notre regard sur leurs parcours.

 

- Public : enfants à partir de 2-3 ans accompagnés
- Durée : 40 mn

 

Distribution :
- Jeu : Nathalie Della Vedova

vivant-3-toiles-4.jpg  

Cette salle révèle vraiment l’énorme demande de spectacles pour les tout petits. Il n’est pas rare de la voir remplie des très jeunes spectateurs et leurs accompagnants. C’était le cas encore ce jour-là.

La proposition commence tandis que la salle reste éclairée, afin de faire une douce transition pour les enfants et les conduire à être progressivement dans le noir. "Quand on vient au théâtre, on vient pour voir un spectacle. Ouvrir yeux et oreilles, fermer sa bouche. Il y a un grand fil rouge. Quand le rideau s’ouvre, le spectacle commence." La comédienne ferme sa bouche, avec une clef invisible, et la jette. La voilà chaussée d’un drôle de chapeau-maison aux volets clos. Elle entonne : "Il était un petit homme...", chanson bien connue des tout petits, à leur portée. Elle dévoile une petite table verte, préalablement recouverte d’un tissu rouge (symbolique du rideau de théâtre) avec chemins et petites maisons. Elle ouvre les volets qui grincent, évidemment... Alors arrive le facteur plus grand que les bâtisses. Chaque maisonnette a ses particularités : l’une est bleue et a un toit à ressorts, la seconde, qui a tendance à perdre la mémoire, est jaune avec une antenne transistor et des bigoudis sur la tête, une autre encore est rose et porte un dentier. Les scènes du plateau changent avec chaque fois un tissu que l’on tourne comme les pages d’un livre. C’est ingénieux et simple à la fois. La chansonnette fait de petites tergiversations, puisque le facteur, qui a perdu son nez, va s’approprier tour à tour celui du cochon-gant de vaisselle, celui du chien qui crotte, celui du bonhomme de neige ou encore du clown Atchoum. Sympa la maison emmitoufflée dans son écharpe et qui a tendance à prendre froid, la cheminée qui fume dans le chapeau, l’extrait du monologue du nez de Cyrano. Pour finir, la comédienne dira : "Je me suis égarée hors des sentiers de la chanson...", ce qui amènera le public des grands à reprendre le fil de la chanson. Le facteur pourra donc reprendre sa tournée.

La manip lumières est probablement à peaufiner, sachant qu’il n’est pas toujours aisé pour les petites formations artistiques de s’adapter au matériel des salles quand leur utilisation se fait de façon ponctuelle. Si nous n’avions pas totalement adhéré au précédent spectacle de cette compagnie, "Ma petite horreur", nous convenons que cette fois-ci nous avons apprécié cette proposition bien menée, pour son contenu et sa jolie manière d’interpréter scéniquement une chansonnette pour tout petits. Même : nous y avons pris du plaisir.

 

Autre article du même spectacle : http://vivantmag.over-blog.com/article-21522556.html

Autre spectacle de la même compagnie : http://vivantmag.over-blog.com/article-ma-petite-horreur-70132666.html

 

Web Belvédère : http://www.uriage-les-bains.com/1.aspx


Partager cet article

Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 21:27

 La Compagnie 1,2,3 Soleil (06) a présenté son spectacle au Théâtre de Poche de Sète (34) pendant les vacances de Février 2012.

 

- Public : à partir de 2 ans
- Marionnettes sur table

- Durée : 35 mn

 

Distribution :
- Adaptation, Jeu et Mise en Scène  :  Pascale Thévenon 
- D'aprés l'album ''Ernest et Célestine ont perdu Siméon''  de Gabrielle VINCENT 

 

 

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Un spectacle rythmé au son du marimba, d'une douceur incroyablement apaisante, sur un histoire toute simple  mais, ô combien, douloureuse et triste quand on est tout petit et que l'on perd son doudou...

 

Lors de sa promenade au parc et à la suite de ses amusements avec Ernest sur la balancoire puis sur le tourniquet,  Célestine oublie Siméon, son pingouin de tissu. L'approche de la nuit impose un retour à la maison et Ernest doit consoler Célestine qui réclame Siméon du fin fond de son lit douillet éclairé d'un jolie lampe de chevet....

 

Le décor sur scène est parfait , il ne manque rien pour que l'on pénètre dans l'imaginaire du spectacle : un plateau circulaire  tourne au fil des scènes et permet de passer du parc de jeu à la maison, et de la chambre de Célestine au séjour où Ernest doit confectionner un autre pingouin. Le moindre détail est présent, même le placard où est rangée la machine à coudre existe réellement, rien n'est oublié, on vit dans cette maison en même temps que le spectacle se déroule..

La salle est comble et les enfants concentrés sont absorbés par cette création, ils sont d'un calme incroyable tellement leur attention est captivée.

La musique est douce, et accompagne trés bien toutes scènes. Le rythme léger des percussions ajoute un plus à ce moment de rêve, ou même de réalité...

Bravo pour l'ensemble de cette réalisation. Ce spectacle mérite d'être vu. On ne peut que l'apprécier !!

Partager cet article

Repost0