Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 17:57

VIVANT-3-COEURS-5.jpg

 

COMPAGNIE SACÉKRIPA (31)

 

Vu à Sainte-Anastasie dans le cadre du Festival de La Basse Cour le 25 septembre 2010.

 

Création Collective avec :

- Benjamin De Matteïs : acrobate

- Morgan Cosquer : jongleur

- Mickael Le Gen : acrobate

- Etienne Manceau : jongleur

-Vincent Reversat : acrobate

 

Spectacle tout public

Spectacle de cirque / spectacle de rue

 

  

Ayant particulièrement apprécié l'ambiance du festival de La Basse Cour (voir article sur « One day à la Bobitch »), l'envie me pris d'y retourner samedi.

Je me laissai donc tenter par « Tourne autour » présenté par la Compagnie Sacekripa.

Quelle bonne idée me prit car je ne fus pas déçue du voyage....cela faisait longtemps que je n'avais pas ri aux éclats !

Blog-sacekripa-ta-Celine-Dumas-hd2.jpg 

Une présentation de la Compagnie s'impose tant leur histoire se ressent sur scène :

Sacékripa voit le jour en juin 2003. A l’origine du projet cinq personnes qui se rencontrent par hasard en formation professionnelle au Centre Régional des Arts du Cirque de Toulouse.

La rencontre s’effectue en septembre 2001. Vincent et Benjamin viennent des Campelières (école de cirque de Mougins) où ils ont travaillé l’acrobatie portée ensemble l’année passée. Mickaël, Morgan et Etienne arrivent de Bretagne où ils se sont déjà croisés quelques fois.

Pendant les 2 années de formation qui suivent, ils apprennent à se connaître, à la vie comme à la scène et très vite des valeurs communes se dégagent. Les envies de travailler ensemble naissent d’elles-mêmes. Durant la deuxième année de formation, Benjamin et Vincent commencent à travailler avec Mickaël, ils entament tous les trois une recherche autour des portés. Morgan et Etienne de leur côté débutent une recherche à deux sur la jonglerie balle.

Les essais en publics sont concluants sur le plan technique mais surtout sur le plan humain. En mars 2003 ils décident tous les cinq de former une Compagnie et de construire un spectacle de rue pour le jouer tout l’été dans la rue et dans les festivals. La Compagnie Sacekripa est née…

 "Tourne Autour" est donc un spectacle conçu pour la rue mais qui passe aussi très bien sous chapiteau comme ici. Sa composition est un savant mélange de techniques de cirque (essentiellement jonglerie, acrobatie et clown) et de perpétuelle « déconnade » allant du strip-tease à la torture de « nounours guimauve ».

C'est ici toute l'originalité du spectacle. Ces délires qui jalonnent les numéros, tantôt sur le devant de la scène, tantôt en second plan semblent être d’immenses moments de plaisirs et de jubilation pour les artistes. On se plaît à imaginer que certaines idées sont nées au cours de gros moments de délires improvisés pendant les répétitions, juste pour faire rire ou plutôt suer les acolytes et que finalement c’était tellement drôle qu’ils ont décidé de les intégrer au spectacle.

Cette belle euphorie est transmise avec beaucoup d’énergie au public qui est souvent invité à participer, les éclats de rire qui fusent pendant une heure que dure la représentation ne trompent pas.

Mais cela ne s’arrête pas là car il s’agit aussi de parler de l’humain, chaque artiste campe un personnage avec ses forces et surtout ses faiblesses. Le public est ainsi invité à regarder un petit bout de l’humanité, à se reconnaître un peu dans l’un ou l’autre et donc de partager ses doutes et ses questionnement. S’il ne s’agit pas d’un spectacle philosophique, l’émotion peut nous saisir à tout moment sous le rire.

Un grand moment de plaisir pour tout public qui parle cependant peut-être davantage aux plus grands.

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:51

vivant-3-toiles-4.jpg 

   

Vu le 24 septembre 2010 au café-théâtre  Le complexe du rire (69001).

 

One-woman show de et avec Naho DA PIEDADE 

Durée : 1h15

 

sp_40494_g-copie-1.jpgEt c’est parti… le spectacle commence avec cette musique d’enfer, et tel Rocky sur son Ring, Naho fait une entrée fracassanteen boxeuse rock and roll.

On sent tout de suite avec quelle énergie elle va mener son spectacle qui brosse des portraits de femmes aussi différentes que la concierge malveillante, la mama africaine en boubou et coiffe qui va se faire faire des nattes, ou – petit bijou ! – l’hôtessede messagerie rose dans le rôle du petit chaperon rouge sans culotte, perdu dans la forêt face au gros relou (le grand méchant loup).

C’est en grande professionnelle qu’elle fait participer le public, le bouscule, le remue, le charme !- il faut être gonflé pour faire mimer aux filles de l’assistance des soupirs orgasmiques et aux garçons des hurlements de loup en rut à la Tex Avery - mais, apparemment avec la volonté qui est la sienne rien ne lui résiste et on sent qu’elle a dû se battre pour en arriver là, pour s’imposer sur la scène mais aussi dans la vie en faisant face aux différences, à ses différences et en les exploitant pour notre plus grand plaisir !

naho-elles-sont-toutes-folles-325210.jpg

 

Le spectacle est ponctué d’intermèdes musicaux sur lesquels Naho danse et bouge à une vitesse surprenante. Le choix musical (Nina Simone ou Aretha Franklin) donne le ton et le rythme de ce show. Le final sur Freedom est époustouflant et nous permet de nous remettre un peu de nos émotions. Bonne santé et beaucoup de succès à Naho que l’on a hâte de voir dans son prochain spectacle « gratin de courge à l’Elysée ».

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 08:49

VIVANT2-toiles-3.jpg

 

Compagnie Stylistik (69).

 

Création 2010. 

 

Vu le 17 septembre 2010 au Croiseur (69007) dans le cadre du " Parcours dans Hip-Hop 2010 ".

 

Solo, 40 minutes (version courte, 20 minutes).

 

 Blog_cie-stilystik_entre-deux.jpg

 

Photo : Clémence Richier

Graphisme : Claire Rolland

 

La scène est noire, seuls des points de lumière, en fond, viennent l’éclairer. Abdou N’gom entre en scène et nous ne pouvons que deviner ses gestes sans le voir complètement. La musique génère une atmosphère prenante, particulière, rappelant parfois la pluie et le tonnerre.
Grâce à la danse, hip hop/ contemporaine, à une musique harmonieuse et recherchée, et à des jeux de peinture originaux, ce danseur d’origine sénégalaise nous emmène sur le chemin semé d’embûches de la quête de l’identité et met en scène la lutte intérieure qui, un jour ou l’autre, a remué chacun d’entre nous.
Du plâtre et quelques bandelettes créent un masque qui s’humanise. Bien plus qu’une question de couleur de peau, noire ou blanche, c’est ici une interrogation sur l’identité et le poids des apparences, qu’Abdou N’gom met ingénieusement en scène.

 

Malgré quelques longueurs par moments et la difficulté d’être seul sur scène, Entre Deux amène à se poser des questions (mais n’est ce pas le but de toute expression artistique ?), à débattre de l’Identité, à penser à l’image que nous renvoyons aux autres, et à celle qu’eux nous renvoient. Finalement, le poids des apparences ne nous empêche t-il pas, parfois, d’être ce que nous voudrions vraiment être ?

« Il n’est pas nécessaire de venir d’un autre pays pour se sentir rejeté. L’inconnu fait peur, la différence dérange. Sur quel pied danser ? » (Abdou N’gom).

 

 


 


 


 

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 13:25

vivant-3-toiles-4.jpg 

 

Compagnie Microsillon (30).

 

Vu à Sainte-Anastasie (30) dans le cadre de le cadre du Festival de La Basse Cour, le 22 septembre 2010

 

Production Déléguée : La Verrerie d'Alès Pôle National des Arts du Cirque Région Languedoc Roussillon

 

Durée : 70 mn

Tout public

 

Solo de clown : Boris ARQUIER

Mise en scène : Michel DALLAIRE

 

Blog_cie-microssillon_one-day-a-la-bobitch.jpgDéjà il faut arriver à Sainte-Anastasie... ce n'est qu'à 15 km de Nîmes mais nulle indication ne nous y oriente. Pour moi qui ne suis pas originaire de la région ce ne sera pas facile. D'ailleurs, renseignements pris, peu de Nîmois connaissent ce village qui se révélera pourtant accueillant et charmant. Heureusement les organisateurs du Festival ont pris soin de flécher  très en amont ; une fois que l'on a repéré les petites pancartes jaunes ça va beaucoup mieux !

L'arrivée sur place est alors magique : passé le parking et la vue sur la salle polyvalente, il suffit de franchir la caravane-billeterie pour arriver dans un autre monde : celui du cirque avec ses chapiteaux, ses lampions, sa musique, ses artistes et leurs enfants qui gambadent partout, rient sur les balançoires installées pour l'occasion.

Bien évidemment pas le cirque avec l'immense chapiteau, la fanfare et la ménagerie. Ici pas de lions ni de tigres, juste quelques chiens inoffensifs que les enfants s'amusent à taquiner. Bienvenue à la 3ème couvée du Festival de La Basse Cour !

L'ambiance est là chaleureuse, accueillante, familiale. On peut se désaltérer et se restaurer un peu comme à la maison, pour des prix plus qu'abordables. Tout est en vraie vaisselle   Il ne faut pas non plus manquer les toilettes sèches chichement installées dans une caravane. Une mini exposition de peinture et un spectacle de magie permanents occupent eux aussi des habitations à roulette...

Nous sommes déjà dans de bonnes dispositions pour aller à la rencontre de Bobitch, vieux petit bonhomme, employé dévoué de la WORD DOMINATION ENTREPRISE.  Il n' a pas une vie très drôle : esclave de son travail, super contrôlé dans tout ses faits et gestes, nourri de pilules...il y a bien la standardiste dont il est secrètement amoureux mais même cela ne lui est pas permis..est-ce le futur qui nous attend ? Bobitch nous inviterait plutôt à la résistance en pointant l'absurdité de ce monde qui s'élabore autour de nous et qui nous volera notre bonheur si nous n'y prenons garde.

Personnage loufoque, lunaire, proche de l'univers de la BD il nous emmène dans son monde grâce à des techniques artistiques parfaitement maîtrisées, notamment les bruitages et le beatboxing. Il peut ainsi faire exister  de multiples personnages qui mettent en place cet univers décalé et futuriste...le rythme s'emballe avec une évocation époustouflante de l'ascenseur qui se dérègle comme pourrait bien se dérégler noter belle machinerie sociétale !

 Le message est sérieux mais on rit beaucoup, l'émotion n'est pas absente non plus. Quand on imagine la fin qui est promise à Monsieur Bobitchon se plaît à penser qu'on doit sans tarder s'atteler à changer le monde pour se préparer un avenir plus gai !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 12:04

vivant-3-toiles-4.jpg

 

" Totof et le grand orchestre " était présent dans le cadre du festival des Apéros Musique de Blesle (43). (http://aperosmusique.blesle.com) le vendredi 13 août 2010. Une formation qui prend pied dans le Puits de Dôme (63) et le Rhône (69).

 

- Tout public à partir de 6 ans
- Durée : 50 mn

 

Musiciens :
- Christophe Bardon : chant, guitare sèche, guitare électrique, dobro, ukulélé, banjos, mandoline, violon
- Stéphane Arbon : contrebasse, oud, guitare classique, choeurs  

 

Blog_totof_des-cordes-com-sil-en-pleuvait.jpg

Voilà donc un " orchestre " pas si grand que ça... encore que... Pas grand en nombre, puisqu’ils ne sont que deux, mais grand en matière de propositions tout à la fois sonores et instrumentales. Une panoplie colorée offerte à des spectateurs qui ce jour-là n’étaient pas uniquement, et loin s’en faut, nos chères têtes blondes. Entre ballade(s) en folk songs, pérégrinations d’un cow-boy de petite stature ou encore chansons a capella : ça balance, ça berce, ça swingue. De quoi enchanter toutes les oreilles qui pourront écouter et comprendre entre les lignes, déguster des textes gourmands à géométrie(s) variable(s), ce qui aura immanquablement pour effet d’amener des sourires sur les lèvres !

Ils ne donnent pas dans le didactisme et le pédago. Oh non ! C’est intelligent et éclatant de friandises !

Des musiciens qu’on reverra avec plaisir.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 17:26

 VIVANT-3-COEURS-5.jpg 

 

No Mad ? (38)

 

Distribution :
- Benoît Black : saxophones, guitare
- Florent Hermet : contrebasse
- Julien Cretin : accordéon
- Élodie Lordet : chant
- Nicolas Lopez : violon
- Pierre Lordet : clarinette, clarinette basse
- François Vinoche : batterie
- Guillaume Tarnaud : lumière
- Vincent Travaglini/ Adrien Virat : son
- Lucile Ruel : régie  

 

Blog_No-Mad--c--Mathieu-Gar.jpgNous avons quelque peu tardé à nous mettre au clavier pour évoquer ce que nous avons ressenti lors de la fête de la musique 2010 à Vizille (38). Et pourtant, ce n’était aucunement pas manque d’intérêt pour ce groupe grenoblois qui pose indéniablement et sans conteste sa griffe sur ses propositions musicales.

Avec un mélange " savant " et subtil d’influences traditionnelles tziganes comme du nord de l’Europe, pops et jazz, cette formation a un véritable talent pour nous emmener dans son univers chapeau haut de forme et redingote noire. On ne serait guère surpris de voir apparaître le chat noir d’Edgar Poe au détour d’une chanson ou le Docteur Parnassus surgissant sur son vélo de son Imaginarium. L’atmosphère est à la fois étrange et festive, grinçante et pêchue. La chanteuse nous offre un beau voyage en sonorités avec une faculté exceptionnelle à jongler avec les sons, les effets vocaux, les tessitures. Parfois sa voix est celle, fluette, d’une petite fille à la Tim Burton ;

parfois elle se rapproche de celle de la rockeuse Nina Hagen et elle monte en puissance, frôle les gargarismes guturaux.

Il y a aussi ces décrochés dans les rythmes, dans le déroulé, ce qui donne une dynamique très personnelle au concert.

Vraiment, un groupe dont on se souvient ! A ne pas rater.

 

 

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 16:40

vivant-3-toiles-4.jpg

 

La Cie " Les trois points de suspension ", sise en Haute-Savoie (74), avait planté son théâtreimprobable le mardi 14 septembre2010, lors de la soirée d’ouverture de saison, aux abords de la salle de l’Heure Bleue à St Martin d’Hères (38).

 

- Scénographie : Michel Mugnier
- Costumes : Michèle Amet/Sophie Deck

 

- Public : indiqué en tout public (mais pas franchement recommandé aux trop petits)
- Durée : 50 mn
- Genre : théâtre de rue  

 

Blog_les-3-points-de-suspension_voyage-en-bordure-.1.jpg 

 

A la sortie de la salle, un rideau rouge délavé et usé encore tiré, cache en partie un théâtre de planches et de récupérations qui attend son public. Et voilà les frères Grimox en étranges accoutrements : coiffés de bonnets de bain qui leur font des têtes d’oeuf et habillés d’une combinaison gris métallisé qui nous évoque d’emblée des extra-terrestres. D’ailleurs, ne le sont-ils pas, ces diables-là..., qui affectionnent le porte-jarretelles et la course sur échasses ? Diables, en effet, avec un attirail tout en bric et broc : dans le décor, les costumes, les allures. Immédiatement, cela laisse présager que le voyage se fera au Musée des Horreurs et ne nous conviera pas à une envolée lyrique et idyllique.

Porte-voix au poing, il va nous être conté (et montré) le pourquoi du comment la tête coupée du Philosophe Sophoclès, détachée de son corps pour avoir séduit la Reine du bout du monde, parle encore. Aux choses montrées, jouées, nous pourrions être tenté(e)s de croire au(x) " purs " hasard(s), à du bricolage dysharmonieux et halluciné de ces artistes de foire. Sur fond d’harmonium ou au rythme d’un tourne-disques à étages, s’ouvre un monde à la Freeks : la Reine du bout du monde a quatrebras, les peluches sont grotesques, ça donne dans le sanguinolent et le mauvais goût ; sur scène on catapulte même grandeur nature tout en bafouant convenu et conventionnel, clean et soft et en se gaussant à outrance des codes esthétiques.

 

Un spectacle où le grotesque fait loi(s), où la farce plonge ses racines chez les MonthyPython, où les pasticheurs ont les mauvaises manières de ceux qui ne se revendiquent pas de l’artistiquement correct. Ceux qui cherchaient le convenable ont dû être servis ! Mais qu’importe : le public, nombreux, a fait la queue vers la baraque foraine où pour une pièce de pacotille il a pu voir la tête qui roulait des gobilles comme celle de Marty Feldman dans le "Frankenstein Junior" de Mel Brooks. Frileux et bien pensants s’abstenir !

 

Une compagnie qui laisse seulement entrevoir ici une partie de son univers (mêlant cirque, cascades-accrobaties et échasses). Nous aimerions re-voir dans la rue ou sur une autre production. A suivre.

 

 

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 17:28

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Compagnie Art Mixte (34)

 

Interprètes : Joël Collot et Gérard Sanchez

Spectacle tout public à partir de 3 ans

Durée : 1h

 

Vu le 19 août 2010 en plein air sur le port de Carnon (34).

 Web_artmixte_cirquepitre2.jpg

Entre les immeubles, à proximité du port de Carnon, un tout petit lieu en forme d’amphithéâtre est aménagé… C’est là que les spectateurs sont déjà rassemblés…  Il est presque 18 h 30, la représentation est imminente… Pourtant, rien ne semble prêt : le chapiteau n’est pas dressé, le matériel est éparpillé sur la piste… !

 

Arrive Piotr, individu à l’accent russe prononcé, qui semble être le garçon de piste du Cirque Pitre… Le « patron » n’est pas encore réveillé… En attendant, Piotr place les spectateurs, apostrophe les uns et les autres, et se décide enfin à réveiller Monsieur Maxime... Après s’être énervé après Piotr qui aurait dû le réveiller plus tôt,  Maxime le bossu raconte son histoire, qui se confond bien vite avec celle du célèbre Cirque Pitre, mondialement connu ! 

 

Et nous assistons au fur et à mesure en direct au montage du chapiteau et à la présentation des numéros plus fantastiques les uns que les autres, fabriqués de bric et de broc  avec presque rien, et  parfois un peu « foireux », mais souvent pleins de magie ou de tendresse……

 

Finalement, on ne sait pas exactement quand le spectacle a commencé… Mais au bout de près d’une heure,  pendant laquelle petits et grands sont restés très concentrés, insensibles aux bruits périphériques inévitables pour tout spectacle de rue, tous ont abandonné à regret le petit chapiteau du grand Cirque Pitre, qui arpente les routes depuis une vingtaine d’années, avec la complicité de la Compagnie Art Mixte !!

 

 

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 09:12

VIVANT2-toiles-3.jpg

 

Compagnie de Fakto (69)

 

Vu le 23 juillet dans le cadre du Festival «Chalon dans la rue » 2010.

Danse Hip Hop et théâtre

Tout public

Chorégraphie et interprétation : Aurélien Kairo et Abderzak Houmi

 

Blog_de-fakto_la-bel-affaire.jpgIl s’agit d’un spectacle très visuel, ponctué de gimmick sonores, et mêlant théâtre et danse Hip-Hop. Une façon originale d’aborder la danse, tout en parlant de la famille, de la jeunesse et de ses rêves…

L’histoire et simple : en gagnant à un jeu télévisé, les deux potes Angélo et Zak achètent « La belle affaire », un restaurant qu’ils vont s’évertuer à faire prospérer.

 

Structuré en deux parties distinctes, le spectacle offre dans un premier temps un jeu très théâtral, ponctué d’effets sonores et visuels très cartoons, donnant ainsi une structure narrative facile à suivre, drôle et ponctuée de moments dansés. Le tout calé au millimètre près malgré un sol un peu humide à cause du temps pluvieux.

La seconde partie, après l’achat du restaurant, m’a semblé plus difficile à suivre et moins structurée, bien que très chorégraphiée dans un ballet client/serveurs très rythmé.

Il s’agit en fait, de laisser davantage de liberté à la danse selon les propos d'Aurélien Kairo, metteur en scène, qui a délibérément choisi après une première partie plus jouée, de laisser le champs libre aux émotions de la danse.

L’ensemble offre ainsi un spectacle original, traçant des passerelles entre les genres et facilitant ainsi l’accès à des formes diverses pour un public curieux et non initié.

 

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 08:57

vivant-3-toiles-4.jpg

 

Humani Théâtre (34)

 

Vu le 15 mai 2010 à 17h00, au domaine d’O dans le cadre du Festival Saperlipopette (34).

Théâtre tout public, à partir de 7 ans.

Public bi frontal.

Texte : Fabrice Melquiot

 

Blog_humani-theatre_albatros.jpgArrivée en trombe des six comédiens dansant du Hip Hop et du break danse au ralenti.

Cette fable contemporaine, nous raconte l’histoire de deux jeunes de douze ans, Casper le garçon et P’tite pièce, la fille. Casper devra, devant l’imminence de la fin du monde, sauver le monde pour devenir quelqu’un… mais il pourra au final, sauver seulement sept personnes. Qui sauver ? Quel choix faire ? Qui compte et mérite de vivre ?

Bien sûr, et heureusement ces réponses n’ont pas de sens et ne font pas partie de ce spectacle sensible, mais permettront de parler d’autres choses.

On y parle de l’amour, de la vie… et de la mort et de la possibilité donnée à chacun de devenir un albatros, l’un de ces grands oiseaux blancs si impressionnants dans le ciel et si empêtrés au sol.

 

Les deux petit héros sont formidables, et chacun des autres comédiens jouent plusieurs personnages avec un grand plaisir. Composés de nombreuses rencontres, avec des personnages à la fois communs et improbables, le spectacle oscille entre rêve et réalité, à l’image de ce génie de l’huile de coude, qui exauce les vœux avec l’huile de coude de ses clients. Pas de rêve, ni de miracle, mais la réalité, semble-t-il nous dire.

 

Accompagné de belles idées de mise en scène, comme ces pneus-décors modulables, et porté par une belle énergie de l’ensemble des comédiens, ce spectacle très riche est un bel exemple de spectacle jeune public exigeant, accessible et drôle…

 

Partager cet article

Repost0