Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 07:37
Arlequin
Arlequin

Spectacle de la Compagnie Le Singe Nu (Belgique), vu au Théâtre l’Episcène à Avignon le 17 juillet 2021 à 11 h. Dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 7 au 31 juillet.

Texte et interprétation : Frédéric Ghesquière, Baptiste Isaia et Loïg Kervahut

Régie : Nahanaël Docquier

Scénographie et Costumes : François Lefevbre

Genre : Théâtre Masqué

Durée : 1 h 25

 

Le Théâtre Episcène a ouvert ses portes lors du Festival 2018 avec une programmation 100 % belge. Fort de cette première expérience, il ouvre désormais ses portes toute l’année.

Nous sommes dans une petite salle toute noire, l’acteur est déjà sur scène.

Seul sur scène, il est très embêté. Après avoir rêvé pendant des années de jouer du théâtre masqué, après avoir fabriqué lui-même son masque, il n’est finalement pas prêt pour ce spectacle pour lequel il n’a pas eu le temps de répéter suffisamment. Puis, c’est l’histoire de la Commedia dell’Arte qu’il nous raconte, théâtre dont les fondements sont le peuple, la débrouille, la ruse, la subversion, la curiosité... Il nous refait l’histoire de tous les personnages et nous explique comment se construisent les intrigues.

Il interpelle alors les spectateurs (nous ne sommes que dix), nous demande un par un d’où l’on vient, ce qu’on fait dans la vie, si on a des animaux... Il joue avec nous, se joue de nous, c’est très drôle.

Et c’est là qu’il chausse enfin son masque. Masque qui lui donne l’impression qu’un autre s’exprime à travers lui et nous improvise (à partir des informations que nous venons de lui donner) une intrigue dans les règles de l’art de la Commedia dell’Arte : Stéphane vit heureux avec Marie. Lorsqu’il perd son travail par trop grande bonté d’âme, c’est alors que les problèmes commencent. Il perd pied... Les difficultés s’enchaînent, il va les résoudre une par une et  retrouver le bonheur. À travers cette jolie pièce, l’acteur pose un regard décalé sur notre société.

J’ai beaucoup aimé la première moitié du spectacle de cet acteur très drôle et qui incarne totalement ses différents personnages. Bien que l’idée de la seconde partie, tout en improvisation, soit juste ingénieuse, m’a paru trop longue.

Bravo pour la performance scénique, bravo pour la passion communicative, bravo pour l’improvisation. À découvrir !

 

Maren Scapol

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 14:59
L'idiot
L'idiot

Spectacle de la Compagnie Thomas Le Douarec (75), vu au théâtre des Lucioles le vendredi 16 juillet à 12 h 30 dans le cadre du Festival Off d'Avignon du 7 au 31 juillet 2021.

 

Mise en scène : Thomas Le Douarec

Interprétation : Stanislas Siwiorek, Caroline Devismes, Esther Comar, Emmanuel Rehbinder, Fabrice Scott, Philippe Lebas, Sophie Tellier, Brunot Paviot, Margaux Heller et Vojka Linard

Genre : Théâtre classique

Public : tout public

Durée : 2 h 28

 

Un chef-d’œuvre de la littérature russe adapté de façon remarquable.

Le jeune prince Mychkine retourne en Russie, son pays natal, après une longue convalescence en Suisse. Il souffre  d'épilepsie, possède une confiance illimitée envers autrui, se sent envahi d'un amour immense pour l'humanité et sa bonté va jusqu’à la sainteté. Il ne peut être qu'idiot, au regard de la bonne société russe, cupide et hypocrite qui pourtant l'accueillera comme un être à part, mais intéressant à observer. Celui que l'on nomme l'idiot va susciter chez tous ceux qu'il rencontrera des interrogations, révélant les caractères passionnels d’une société en pleine décadence. Mêlé par hasard à un projet de mariage d’une jeune femme très belle, aux nombreux soupirants, mais dont le seul amant est un vieux général, Mychkine va découvrir le sentiment amoureux et son corollaire dépit. Les multiples rebondissements aboutiront à une tragédie dont notre héros se sentira seul fautif.

Le metteur en scène a su épurer ce roman de 1000 pages de sa complexité et ne garder que la thématique de l'ouvrage : la confrontation entre deux mondes. Régal absolu, brillante interprétation de tous les comédiens, et une mention spéciale pour le rôle-titre : ce comédien nous a souvent touché, fait rire parfois, tant il est naturel de gentillesse, désarmant de sincérité face à ces hommes et femmes corrompus par l'argent et le pouvoir qui causeront sa perte. Les 2 h 28 de spectacle ne se ressentent pas, tant l'interprétation est vivante et de qualité.

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 20:04
Forget me note - Voyages
Forget me note - Voyages

Spectacle de la Compagnie Forget me not (35), vu au théâtre de l'Albatros le vendredi 16 juillet à 15 h 30, dans le cadre du Festival Off d'Avignon du 7 au 31 juillet 2021.

 

Mise en scène : Jérôme Hudeley

Interprétation : Mathilde Simonnot, Elsa Lambey, Delphine Morel, Jeanne Clément et Maëlle Trua

Genre : Théâtre musical Polyphonie A Capella

Durée : 1 h 15

Public : Tout public

 

Dé-jan-tées ! Cinq hôtesses de l'air pointant à Pôle Emploi ont décidé de créer leur propre agence de voyages, mais avec peu de moyens et pas d'avion …

Elles vous feront voyager malgré tout avec leurs « Escales enchanteresses au pays des polyphonies fantasques ». À bord d'une montgolfière, vous ressentirez l'Inde, la Russie ou l'Afghanistan et vous pratiquerez le « Safari vegan » en campagne française... Des voix exceptionnelles, une énergie décapante qui fait participer un public conquis avec leur fameux « Kiripou kiripou mandinga » africain ! Le tout en chansons, et lorsque la presque nonne Marie-Clotilde chantera le « Blues » de Johnny, vous en redemanderez !

Un moment de détente garanti en compagnie de cinq artistes sans fausse note.

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 08:32
Paul, Gershwin et moi
Source : site internet de la compagnie

Spectacle de la compagnie Imagine (33), vu à la Petite Caserne à Avignon, le 14 juillet 2021 à 13h30, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon du 7 au 31 juillet.

 

Metteur en scène : Pierre Cassignard

Interprètes : Mathilde Maumont, Jean-Philippe Guillo

Auteur : Écriture collective

Genre : Théâtre Musical

Public : Tout public

Durée : 1h

 

Un pianiste et une chanteuse aux approches musicales opposées apprennent à se connaître et à travailler ensemble, afin de partager au public leur amour pour la musique de George Gershwin.

Étudiant toutes les deux la musique, et particulièrement le chant, depuis plusieurs années, nous étions impatientes de découvrir ce spectacle très prometteur.

C’est avec une grande joie que nous avons découvert cet excellent pianiste (ancien élève du CNSM de Paris, concertiste se produisant avec de nombreux orchestres symphoniques) et sa partenaire aux multiples talents. La fusion de leurs expériences et de leurs visions de la musique, pour l’un rigoureuse, pour l’autre plus libre, offre un spectacle de qualité. Les morceaux choisis, leur enchaînement et l’accompagnement par le piano permettent une fluidité qui nous guide à travers l’histoire de ces deux personnages. De son côté, la chanteuse offre une énergie et une possibilité d’échange avec le public qui nous entraîne avec eux.

Cette expérience musicale est soutenue par une mise en scène simple mais complète. Un grand dressing sur scène permet un changement rapide de costumes et une distinction des différents espaces (par exemple leurs appartements respectifs). Seule l’utilisation d’une voix-off nous a laissé perplexe ; il est parfois difficile de comprendre qui parle car ce n’est pas précisé. L’évolution des personnages est marquée par une évolution des costumes, nombreux et en accord avec les chansons interprétées.

Cependant, les chansons ne sont pas traduites, sachant qu’elles expriment parfois des émotions importantes pour les personnages, il peut être difficile pour quelqu’un ne parlant pas anglais de les comprendre et de suivre l’intrigue.

Malgré des inégalités de jeu, l’association des belles musiques de Gershwin et de ce duo talentueux nous fait ressortir de la salle avec des musiques plein la tête et une envie de danser !

 

Gabriette

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 19:45
La femme qui ne vieillissait pas
La femme qui ne vieillissait pas

Spectacle de la compagnie Françoise Cadol (75), vu au théâtre Buffon le mercredi 14 juillet à 15h25, dans le cadre du Festival Off d'Avignon du 7 au 31 juillet 2021.

 

Mise en scène : Tristan PetitGirard

Interprétation : Françoise Cadol

Genre : Théâtre contemporain

Public : à partir de 10 ans

Durée : 1h10

 

Une femme de 30 ans accepte l'offre d'un photographe : se faire prendre en photo chaque année, le même jour, avec la même coiffure, le même chemisier et sans sourire...

Petite expérience qui ne prêterait pas à conséquence si Betty ne s'apercevait pas que, d'année en année, son visage et sa peau demeuraient identiques, aucune altération ne venant perturber sa jeunesse. Le temps passe et la photo reste identique... Ses fonctions vitales se modifieront mais pas son apparence, au point qu'on prendra son fils pour son petit ami quelques années plus tard.

Le bonheur au bout du chemin ? Pas vraiment, car vieillir est une chance, et partager cette expérience avec ceux que l'on aime est une étape indispensable pour atteindre la sérénité d'une vie passée à deux. Betty percevra le désespoir de son époux qui rêvait de vieillir doucement à ses côtés, de voir le temps éclore sur ses mains et ses belles années sur son visage. Il la quittera donc, mais la vie réserve tant de surprises...

Ne ratez pas ce spectacle subtilement interprété par Françoise Cadol, dans une adaptation très fidèle du roman de Grégoire Delacourt.

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 18:56
Sang négrier
Sang négrier

Spectacle de la Compagnie Les Apicoles (94), vu au théâtre des Barriques à Avignon le jeudi 15 juillet à 13h05 dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 7 au 31 juillet 2021.

 

Mise en scène : Khadija El Mahdi

Interprétation : Bruno Bernardin

Genre : Théâtre contemporain

Public : à partir de 10 ans

Durée : 1h10

 

Un ancien capitaine négrier se souvient de la chasse à l’homme qu’il mena une nuit, dans les rues de Saint-Malo, après que cinq esclaves noirs s’étaient évadés de son bateau. Marqué par une forte tension dramatique, le récit suscite la révolte du spectateur, qui ressent la façon dont la traite négrière déshumanise celui qui l’organise et ceux qui la subissent ; les « nègres » sont transformés par la foule en monstres géants. Le capitaine balaiera cette illusion (« ils n’avaient rien de géants ») et, avec un regard sans pitié, il décrit des êtres misérables et vulnérables : des fauves en captivité .

Commença alors pour lui et ses hommes une traque dans les rues de la ville, une traque qui les mènera jusqu’aux limites de la raison. Le capitaine et les « volontaires » ramenèrent tous les esclaves, sauf un, un qui conçut une bien étrange vengeance...

« Vous me dévisagez. Vous avez peur. J’ai quelque chose de fiévreux dans le teint qui vous inquiète. ..Je ne lève pas les yeux. Je sursaute souvent, au moindre bruit, au moindre geste. Je suis occupé à lutter contre des choses que vous ne voyez pas... Mais je n’ai pas toujours été ainsi. Je fus un homme autrefois ». Des années plus tard, malgré un manque total de repentir et sans jamais se remettre en question, cet « homme » sombrera dans la folie.

Une mise en scène parfaite, une interprétation remarquable pour un seul en scène captivant, avec un texte terrible de Laurent Gaudé. Une réussite.

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 13:56

Un festival réussi s’étant déroulé du 20 mai au 6 juin 2021 sur dix-sept communes de Rhône-Alpes.

Ce ne sont pas moins de 23 artistes et 40 spectacles qui sont présentés au sein de ce joli festival : contes, art de la parole, scène ouverte pour tout public.... Un évènement printanier dont le principe majeur est la gratuité* et qui amène la parole contée jusque dans les villages les plus reculés de l’Ardèche.

Dans l’ombre de l’ombre... se cache la merveille ! 

Un spectacle de Catherine CAILLAUD conteuse et actrice et Fred VILAIN musicien(oud), vu à la salle des fêtes de St Andéol de Vals le mercredi 26 mai 2021 à 19 h. Entrée libre. 

Écoutez l’histoire des humbles qui changent le monde et, bercé par l’oud, plongez dans un long rêve éveillé ! Au plus profond des cœurs, les contes merveilleux ouvrent portes et fenêtres sur des territoires inexplorés. Un conte musical pour se sentir plus beau, plus lumineux, plus vivant. Couple dans la vie, Catherine Caillaud et Fred Vilain sont complices sur scène et harmonisent voix et compositions musicales pour raconter à deux : l’intime, l’amour, la bonté et la sincérité.

Un très beau spectacle fort poétique et plein d’amour et d’humanité.

La couleur des nuages

Un spectacle de Claire Pantel, vu à la Salle de la Lauzière à Saint Privas le mercredi 26 mai 2021 et le jeudi 27 mai 2021 à 9 h 30 et 10 h 30. Tarif unique.

La conteuse en kimono blanc ouvre son kamishibaï sur un coin de terre froide, noire et humide. Arbres, feuilles, couleurs sortent de son tablier. Formes de papier, de couleur et de textures différentes illustrent son récit.

Par son habileté extrême, délicate et quasi magique de la manipulation, Claire parvient ainsi à captiver les petits (de 3 à 6 ans) jusqu’à ce que ce lieu se révèle être l’endroit rêvé des scarabées et autres coléoptères. Protégé sous sa carapace, un petit scarabée s’aventure à tâtons et sort de terre. Il part découvrir la couleur des nuages et sa quête l’amènera à explorer le monde. Des paysages de papiers, de fils et de textiles... Des paysages à toucher avec les yeux, à sentir du bout des doigts…

Magnifique, délicat, esthétique, un très beau spectacle !

Pas si bêtes 

Un spectacle de Christian Pierron, vu dans l’amphithéâtre de verdure de Saint-Étienne de Boulogne le samedi 29 mai 2021 à 14 h. Participation libre.

C’était il y a longtemps, un temps où les animaux savaient parler et les humains savaient les entendre. Qui était le plus bête des deux ? Parfois les animaux pouvaient rendre de grands services aux hommes. D’autres fois, ils pouvaient être aussi stupides qu’eux. Avec un accordéon et un ukulélé, Christian sait trouver et inventer aussi des chansons que les enfants reprennent avec lui et des histoires durant lesquelles ceux-ci sont amenés à participer.

Un moment précieux de poésie, de mots, de rêves et chansons pour dire ce drôle de monde ! 

Financé par l’amicale laïque Graines.

 

Gisèle-Lydie Brogi 

 

*financé principalement par la Communauté de communes du bassin d’Aubenas ; la communauté autour de Joyeuse ; la médiathèque d'Aubenas.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 19:59
Novecento
Novecento

Spectacle de la Compagnie Vertigo (34), vu au Théâtre L’Adresse à Avignon le mercredi 14 juillet à Avignon à 9 h 00. Dans le cadre du festival OFF d’Avignon du 7 au 31 juillet. 

 

Mise en scène : Fred Tournaire et Jérôme Frey

Interprétation : Fred Tournaire

Genre : Théâtre contemporain

Public :  à partir de 11 ans

Durée :  1 h 05

 

Novecento est un enfant abandonné. Il naît en 1920 sur un paquebot et, abandonné par ses parents, il sera élevé par l’équipage et ne connaîtra pas d’autre univers que la mer. Il jouera du piano à l’instinct, enthousiasmera les foules, il deviendra « le » phénomène. Pourtant, le plus grand pianiste du monde ne mettra jamais un pied à terre : ce clavier est bien trop grand pour lui.

C’est son histoire que nous raconte avec truculence et poésie le trompettiste Tim Tooney, son ami, son frère de cœur, témoin privilégié de sa vie. Novecento, naviguant sans répit sur l’océan, passera sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d’un piano, à composer une musique qui n’appartient qu’à lui. Tim Tooney nous tient en apnée durant tout son monologue, avec un texte d’une intensité rare, une musicalité et une poésie étonnante, une virtuosité étourdissante. Ainsi est racontée l’histoire de Novecento, poétique et désespérée, un homme qui a refusé de naître au monde pour ne pas mourir, magistralement interprété par Fred Tournaire seul en scène.

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 19:10
La boîte de Pandore
La boîte de Pandore

Spectacle de la compagnie Étoile de Lune (75), vu au Théâtre La Luna à Avignon, le 14 juillet 2021 à 11 h 55, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon du 7 au 31 juillet. Public : 

 

Mise en scène : Esteban Perroy

Interprétation :  Esteban Perroy, Ars Dankar

Genre : Théâtre d’improvisation

Public : tout public

Durée :  1 h 05

 

En s’inspirant (magistralement) des souvenirs, des fantasmes ou des rêves des spectateurs choisis au hasard, nos deux comédiens livrent une performance artistique audacieuse et très, très imaginative ! Aucun temps mort ni baisse de rythme dans cette démonstration d’improvisation théâtrale à la fois drôle, absurde, musicale et ténébreuse.

On rit beaucoup, bluffé par la performance de ces artistes qui parviennent à nous faire entrer dans un monde imaginaire en moins d’une minute, en toute complicité, et c’est certainement cela qui nous ravit le plus : y a-t-il télépathie pour que leur jeu soit à ce point imagé, fourni d’anecdotes hilarantes et que la chute soit si parfaite ? C’est sans doute le secret qui se cache dans la boîte de Pandore... à ouvrir absolument !

 

Evelyne Karam

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 11:46
Les tracasseries domestiques

Spectacle de la compagnie DFQM Productions (75), vu dans la Salle Molière du théâtre Tremplin à Avignon, le 12 juillet 2021 à 18 h 30, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon du 7 au 31 juillet.

 

Metteur en scène : Rémi Chenylle

Interprètes : (en alternance) Alicia Benetuly, Kévin Bernadine, Charlotte Borius, Hanaé Carmant, Klhoé Dominguez, Victor Humeau, Oriane Jemy, Fanny le Gac, Raphaëlle Morin, Miguel Angel Pasquier, Lola Pizzagalli, Camille Simon

Genre : Théâtre

Public : Tout public

Durée : 1 h 15

 

D’après une pièce classique écrite par Carlo Goldoni, ce spectacle propose une mise en scène fraîche et surprenante par l’inversion des genres et le travestissement de tous les comédiens et comédiennes.

Ayant choisi ce spectacle par hasard en feuilletant le programme du Off, nous nous attendions à du théâtre classique ordinaire, quoique l’affiche préfigurait une mise en scène moderne. Le texte et l’intrigue de Goldoni ne nous ont pas surprises et nous ont plutôt ennuyé ; les personnages sont plutôt communs et l’intrigue tourne un peu en rond.

Fort heureusement, nous avons été très agréablement surprises par la mise en scène. En effet, tous les rôles étaient joués par des comédiens et comédiennes du genre opposé. Cette décision nous a été expliqué par les interprètes, que nous avons rencontré à la fin du spectacle et qui nous ont charmé par leur gentillesse et leur luminosité. Pour neuf personnages masculins et trois personnages féminins, la troupe est composée de neuf femmes et trois hommes. Le choix, d’abord stratégique, apporte un nouveau point de vue sur l’œuvre et la modernise. Bien que certains comédiens soient moins à l’aise que d’autres dans le travestissement, chacun apporte une perspective nouvelle à son personnage sans pour autant tomber dans les stéréotypes de genres.

Les costumes apportent un peu de fraicheur à la pièce et rappellent l’adaptation de Romeo et Juliette, de Baz Luhrmann (le comte et son neveu portent des chemises à motifs et des armes à feu à leur ceinture). Les décors sont très épurés, car la mise en scène se concentre sur le texte et les relations entre les personnages. Nous sommes cependant perplexes concernant l’utilisation d’un fond sonore régulier de chants d’oiseaux alors même que les premiers actes se déroulent en intérieur. Nous avons apprécié les autres interventions musicales, qui nous mettaient dans l’ambiance requise pour apprécier les scènes.

Nous avons passé un très agréable moment et ce fut un plaisir de découvrir cette jeune troupe pleine de potentiel !

 

Gabriette

Partager cet article
Repost0