Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 09:14
Hercule à la Plage

  

Spectacle produit par le Théâtre Am Stram Gram (Suisse, Genève) vu au 11. Gilgamesh Belleville le 15 juillet à 10h10 dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 26 juillet, (relâches : 10, 17 et 24).

 

Texte : Fabrice Melquiot

Mise en scène : Mariama Sylla et Tamara Fischer

Scénographie : Khaled Khouri 

Comédien.nes : Raphaël Archinard, Julien George, Hélène Hudovernik, Miami Themo

Genre : Théâtre

Public : Tout public (à partir de 9 ans)

Durée : 1H

 

 

Dans un labyrinthe hors du temps, les souvenirs et l'imaginaire resurgissent. India se remémore un mythe que sa mère lui contait : celui d'Hercule. Trois garçons se joignent à elle, ils accompliront par amour ses 12 Travaux.

 

 

La scénographie est très bien trouvée. La scène est agrémentée de colonnes amovibles de différentes tailles. Elles nous rappellent l'époque antique du mythe, tout en étant de beaux outils de jeu. La réussite du spectacle réside aussi dans sa simplicité. Quelques accessoires réussissent à nous faire rêver : la lueur d'un briquet, des cartables colorés, une peluche... et à signifier sur le plateau le monde du rêve et de l'enfance.

Les nombreuses absences de lumière me permettent de me projeter dans mon imaginaire. L'histoire devient intime ; elle est celle de notre enfance et adolescence... Celle de nos mythes et mensonges d'enfants. 

Le quatuor est complice et nous emporte par sa justesse. Je passe un bon moment dans cette salle pleine d'un public ravi : il y a de nombreux rappels, des « Merci ! »...

 

C'est un succès artistique et théâtral qui annonce une pièce incontournable du Off 2019.

N'oubliez pas de réservez et Allez-y : elle vaut le détour ! 

 

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 12:15
Les Imposteurs
Les Imposteurs

Spectacle produit par le CDN transfrontalier Thionville - Grand Est (57) vu au Lycée Mistral (11. Gilgamesh Belleville) le 13 juillet à 10H45 dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 6 au 26 juillet, (relâches : 10, 17, 24).

 

Metteur en scène : Jean Boillot

Comédien.nes : Régis Laroche et Isabelle Ronayette

Genre : Théâtre

Public : Tout public (à partir de 12 ans)

Durée : 1H15

 

 

Le temps d'une heure, le public redevient une classe. Celle-ci est menée en rang dans la salle d'une Cour d'école (le Lycée Mistral). Les élèves que nous sommes s'assoient sur des chaises autour d'une « scène de classe » : le bureau et la chaise d'un prof sont tourné(e)s vers nous. Le jeu est de trouver l'imposteur.

 

Sommes-nous les élèves imposteurs ? Est-ce la comédienne assise parmi nous ?  Le comédien qui joue son rôle ? Nous sommes tous et toutes un peu imposteurs. Au théâtre, on « joue à être » et être comédien.ne c'est mentir temporairement sur son identité. 

Régis Laroche et Isabelle Ronayette (dont le patronyme signifie « La petite cabane à outils ») nous font des confidences sur leur vie. J'aime les définitions qu'elle donne du théâtre et son rapport au jeu.

J'aime leur tract : c'est un masque « pour se cacher dans la foule ». Et j'apprécie leur façon de concevoir le théâtre et de nous le dire. J'aime la mise en abyme du théâtre pour en découvrir les dessous. C'est touchant, on rigole et on nous sert de l'eau.

 

Je passe un bon moment, sans que la pièce ne m'atteigne en profondeur. Je retiens quand même une de leurs répliques : « [Avec le théâtre on vit] pleinement comme on ne pourra jamais le faire dans la vie ». 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 19:09
Elle gagne sa vie en volant
Elle gagne sa vie en volant

Spectacle produit par Art's Toutzazimut (75 )vu le dimanche 14 juillet à 13 H «  Au Magasin » dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 6 au 28 juillet, les jours pairs.

 

Texte : Marie-Stéphanie Vaugien

Comédien : Marie-Stéphanie Vaugien

Adaptation : Moussa Lebkiri

Genre : seule en scène

Public : Tout public

Durée : 1H15

 

Non, Marie- Stéphane ne chaparde pas dans les magasins comme pourrait le laisser entendre ce titre à double sens.

 

Elle a sillonné les ciels tous azimuts pendant 30 ans dans des avions de plus en plus gros. Et elle en a vu des choses ! Et elle en a des anecdotes à nous raconter ! Elle qui devait toujours être bien présentable dans son uniforme d’hôtesse de l’air, souriante et avenante.

Ce jour-là, la comédienne ne semble pas au meilleur de son jeu, au début du moins. Probablement, est-ce le contrecoup de cette effervescence festivalière impitoyable. Mais plus les minutes passent, et plus sa confiance refait surface. Et plus le spectateur est emporté par les anecdotes entassées au fil de toutes ces années de bons et loyaux services dédiés au métier d’hôtesse de l’air, oscillant entre humour – peut-être pas toujours forcément nécessaire – et moments d’émotions pures. On se demande même parfois si ce que Marie-Stéphane raconte n’est pas inventé tant cela paraît extraordinaire: ainsi de la déclaration enflammée d'un bel homme un jour à Rio alors qu’elle pensait au premier abord qu’il lui voulait du mal. Ou ces échantillons de parfum donnés à la hâte à une fillette noire pour quelle puisse prouver à sa famille qu’elle a bien rencontrée une femme blanche européenne. Dans les avions, elle a croisé des gens célèbres, comme Olivier Messian, le trompettiste Dizzi Gillespie, Eric Clapton. Ou des passagers plus anonymes et plus pénibles.

Mais ses souvenirs s’éparpillent et remontent aussi jusqu’à son père et à la musique de la Comparsita qu’il passait sur son Tepaze. Ou encore le tango dont sa mère disait « que c’est l’expression verticale d’un désir horizontal ». Et l’apartheid en 1981. Les « Filles repenties » de Bangkok aussi. Sa thèse à la Sorbonne.

 

Et tout le reste que vous découvrirez en allant voir ce spectacle émouvant, ponctué par moments de chansons tendres.

 

 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 15:47
Léo Brière PREMONITION

 

Spectacle  «Prémonition » produit par le Théâtre La Boussole (75) et vu le 14 juillet à 13h30 au Théâtre LE PARIS dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 27 juillet 2019.

 

Comédien: Léo Brière

Metteur en scène : Kévin Muller

Genre : Magie

Public : Tout public

Durée : 1h10

 

C'est bluffant ! Voilà la première chose qui m'est venu à la fin du spectacle et qui m’a poursuivi une bonne partie de mon après midi.

 

Léo Brière nous entraine dans son univers, dés notre arrivée dans la salle, avec un fond de musique captivant et mystérieux.

Un public très réceptif sous le contrôle du mentaliste qui n'hésite pas à utiliser la nouvelle technologie et à nous mettre en suspens avant le début du show.

D'ailleurs, les premiers mots exprimés dans le spectacle – « ouvrir » et « voyage », prédisent bien le moment que nous allons vivre.

En effet, le mentaliste nous ouvre les portes d'un voyage à travers le temps, où les années et les époques défilent. Des histoires, des phénomènes inexpliqués, des évènements marquants, Léo Brière nous les expose tel un maître du temps.

 

Léo Brière vous captivera avec son charisme, son talent et son savoir d'influencer le cours des choses. Un spectacle itinérant que je recommande !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 14:50
Programme OFF2019

Programme OFF2019

SUR LE FIL (création 2018)

Spectacle de la Cie Pyramid  (17), vu le 11 juillet à 15 h 45 au théâtre des Lucioles,  dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 27 juillet, sauf mardi

 

Chorégraphe : Compagnie Pyramid

Interprète(s) : Michaël Auduberteau, Jamel Feraouche, Dylan Gangnant, Fouad Kouchy, Nicolas Monlouis Bonnaire, Rudy Torres

Compositeur : Jean du Voyage

Assistant chorégraphique : Youssef Bel Baraka, Mustapha Ridaoui

Scénographe : Olivier Borne

Genre : Pièce chorégraphique

Public : tout public à partir de 12 ans

Durée : 1H

 

Après « Index » et « Ballet bar », je retrouve Pyramid dans cette création 2018, dont la compagnie dit elle-même qu’elle marque un tournant dans son approche artistique. C’est probablement la raison pour laquelle j’ai été dans un premier temps un peu déroutée. Il m’a fallu un moment pour entrer dans le jeu et pour enfin « suivre le fil ».

 

 La compagnie a choisi de mettre en scène la notion d’attente, de transition, moment particulier entre deux situations. Pour ce faire, elle s’est ouverte à d’autres disciplines, comme la danse contemporaine, le détournement  d’objets, le mime. Le décor, sur ce spectacle, m’a semblé moins important et plus interchangeable.

Nonobstant quelques longueurs comme la séquence où un danseur se trouve coincé dans une chaise dont l’assise est passée à travers, et dont il n’arrive pas à se libérer, j’ai retrouvé la qualité du travail de la compagnie. La précision, probablement  encore plus poussée, dans la gestuelle des bras et des mains, est le reflet évident d’un emprunt aux techniques du  mime.

La bande musicale, vraiment superbe, porte avec fluidité les enchaînements d’une séquence à l’autre. Les danseurs évoluent parfois sans support musical, dans un esprit peut être plus marqué danse contemporaine. Bien sûr, l’humour et les situations burlesques sont comme toujours au rendez-vous des créations de la compagnie.

Mais  la poésie n’est pas exclue non plus : le solo sur la « Valse à mille temps » de Brel en est une bien belle illustration, en même temps qu’un hommage émouvant à l’un de nos plus grands chanteurs. Tradition et modernité…

 

En bref, c’est un bien beau spectacle, propre à satisfaire un public familial, qui ne s’y est pas trompé en ovationnant les danseurs à l’issue de la représentation.

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 17:45
Programme Off 2019

Programme Off 2019

ROI DU SILENCE (création 2019)

Spectacle de la Cie La Gueule ouverte (69), vu le 11 juillet à 14 h 25 au théâtre des Barriques, dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, sauf mardi

 

Auteur et mise en scène : Geoffrey Rouge-Carrassat

Comédien : Geoffrey Rouge-Carrassat

Création Lumière : Emma SCHLER

Genre : Théâtre

Public : Tout public à partir de 12 ans

Durée : 55 minutes

 

 

Dans « Conseil de Classe », Geoffrey Rouge Carrassat incarnait un professeur  se laissant aller devant une classe vide à dire à ses élèves tout ce qu’il n’avait pas su ou pu leur dire… Dans « Roi du Silence », c’est un fils qui adresse la parole à l’urne funéraire qui contient les cendres de sa mère, pour rompre enfin le pacte de silence qu’il s’est imposé dans sa jeunesse.

 

La mise en scène est sobre, mais efficace. Une table de salle à manger en bois classique, sur laquelle sont posées une couronne mortuaire de fleurs blanches et une urne funéraire. Un fauteuil et sous la table un matelas avec oreiller. Geoffrey est dans la maison de sa mère, celle de son enfance. Un éclairage  parcimonieux, mais suffisant  pour évoquer cette sorte de veillée post crémation. Un environnement sonore limité à un jeu de batterie improvisé sur couvercles, comme pour annoncer le flot de paroles à venir…

Car la parole se libère, devant celle qui n’est plus que cendres : le fils peut enfin se mettre à nu, au propre comme au figuré, jusqu’à  se glisser dans la peau de cette mère dans toute sa froide rigueur.

L’écriture, la mise en scène, le jeu, la capacité à utiliser son corps : Geoffrey Rouge Carrassat a bien des talents, malgré sa jeunesse. Le sentiment ressenti déjà la saison dernière d’avoir croisé le chemin d’une personnalité  rare s’est confirmé aujourd’hui. Littéralement habité, s’appropriant tout l’espace tel un félin en chasse, Geoffrey porte pendant près d’une heure un auditoire fasciné. Il nous livre avec sincérité son histoire d’amour, ou plutôt ses histoires d’amour, celles inavouables, « hors normes », ressenties dès son jeune âge, mais aussi celle «ratée » peut-être, avec une mère qui l’a contraint d’une certaine manière au silence, par crainte de sa réaction. Mais peut-on imaginer qu’il se soit trompé, ou qu’il se soit puni simplement lui-même ?

 

Geoffrey Rouge-Carrassat nous offre un spectacle  extrêmement touchant, mais ni misérabiliste ni compassionnel. Parfois même teinté d’humour, noir certes, mais on est amené à sourire, voire même à rire.  C’est aussi cela que j’apprécie, cette propension à dire des choses lourdes de sens, difficiles à formuler, en donnant le sentiment qu’on a su malgré tout faire avec, aller de l’avant…  Bref, que tout va bien... La vie, tout simplement !

 

   

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 17:23
Programme Off 2019

Programme Off 2019

Les Petits Lapins (création 2018)

Spectacle de la Cie Carbu Prod (33), vu le 11 juillet à 12 h 55 à l’Espace Alya, dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, sauf mercredi

 

Auteur : Fred Nony

Mise en scène : Christophe Luthringer

Comédiens : Fred Nony et Sophie Robin

Genre : Comédie contemporaine

Public : Tout public à partir de 12 ans

Durée : 1H15

 

 

Julie et Dan accompagnent leur fille Roxane à l’aéroport d’où elle doit décoller pour les Etats Unis…Julie est totalement dévastée de voir partir sa fille chérie si jeune, si loin. Pourquoi donc a-t-elle accepté sans broncher cette proposition de travail au bout du monde ? Dan va s’employer à la raisonner, non sans essuyer les reproches de sa femme qui le rend responsable de la situation, n’ayant rien fait pour empêcher leur fille de partir ! Il lui fait  remarquer que lorsque leur fils Antoine a quitté la maison, elle n’a pas réagi de manière aussi disproportionnée. Mais bien sûr, Roxane était encore là…

 

Voilà donc ce couple à l’aube de la retraite, confronté au vide laissé par le départ des enfants. Rien de plus normal que les enfants quittent un jour le nid, mais il n’en reste pas moins qu’il faut s’y faire, et tous les parents se sont trouvés ou se trouveront un jour confrontés à cette situation.

La nostalgie prenant le dessus, Dan et Julie se laissent aller à nous conter chacun leur tour quelques souvenirs de leur rencontre, de leurs premières années, de leur mariage, de la naissance des enfants, bref des joies qu’ils ont connues EN FAMILLE… Mais aujourd’hui, c’est le retour  aux origines et ils se retrouvent FACE A FACE.  Sauf qu’ils en ont perdu l’habitude !  

Entre mails et coups de fil échangés avec les enfants (c’est quand même chouette Internet et la téléphonie mobile !!), ils avancent vers «l’apprivoisement » de leur nouvelle vie. Pour ajouter à la fête,  Dan vit la crise du jeune retraité qui se sent  devenu inutile, face à une Julie démunie qui n’a plus « d’oiseau » sur qui veiller. Mais une alerte salvatrice (le fils a FAILLI revenir à la maison après sa séparation .. !) va leur faire prendre conscience qu’en réalité, ils ont retrouvé la LIBERTE et qu’ils sont bien tranquilles tous les deux ensemble . Et comme ils ont la chance de s’aimer comme au premier jour, il n’y a plus qu’à en profiter…. !

 

Dans un décor épuré, aussi coloré que les vêtements des comédiens, l’ensemble respectant un code couleur bleu/rose (peut être pour évoquer les couleurs attribuées traditionnellement aux filles et aux garçons…) Sophie Robin et Fred Nony, par leur jeu vif et dynamique, sans temps mort, nous offrent  un divertissement  agréable plein d’humour et  empreint malgré tout d’une dose d’émotion…

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 16:38
La Nuit juste avant les forêts
La Nuit juste avant les forêts

Spectacle  de la compagnie  « Bordcadre » (62) vu le vendredi 12 juillet à 22H00 au Théâtre Le Petit Louvre dans le cadre du Festival Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 Juillet 2019- Relâches les 10,17 et 24.

 

Texte : Bernard-Marie Koltès

Mise en scène : Cécile Rist

Comédiens : Guillaume Tobo , Bastien d’Asnières

Genre : Théâtre

Public : adulte

Durée : 1H20

 

Venir au Festival d’Avignon sans pouvoir assister à une pièce de Koltès, cela m’est inenvisageable ! Ca tombe bien, il y 3 adaptations de cet auteur cette année. Je privilégie «La Nuit juste avant les forêts». J’ai le souvenir d’avoir déjà vu 2 adaptations de ce texte,  dont une avec Denis Lavant. «Jamais 2 sans 3», n’est-ce pas ? Et j’ai vraiment bien fait.

 

 

Dès le début de la pièce, le spectateur est happé par le contraste entre la nudité du plateau et la fulgurance du comédien, Guillaume Tobo qui envahit le plateau dès le 1er mot (Le texte est un très long monologue de 63 pages !). Puis la parole devient très vite logorrhée. Ce n’est pas un texte simple pour un acteur ! Ici, pas de failles dans la transmission ni dans la réception. En tout cas pour moi….

Mais qui est cet homme qui hurle sa rage humide et désespérée. Un SDF, un «gilet jaune», un migrant, un paumé ? Est-il dérangé, malade, alcoolisé, psychologiquement à bout ? On comprend juste que c’est un étranger. Cette violence, il ne peut pas la garder au fond de lui. Il faut qu’il la partage avec quelqu’un. Alors il se trouve «un amant» anonyme qui, dans le choix de la mise en scène de Cécile Rist, sera un spectateur désigné au hasard, un jeune homme. Audacieux. A d’autres moments, le comédien arpentera aussi la salle parce que cet étranger c’est peut-être juste nous et que nous devons entendre cette rage qui est la nôtre, à divers degrés...Alors, il est tout proche.

L’«Autre» anonyme, occupera le fond du plateau de longues minutes, assis, spectateur muet privilégié de cet acteur exceptionnel.

Qui regarde l’autre au juste ? Qui est acteur ? Qui joue ? Qui est assis ? Qui est debout ? A cet «Autre», on peut tout dire précisément parce qu’on ne le connaît pas. On peut le kidnapper, surtout quand on n’a plus rien à perdre.

 

Dans la pièce, il n’y a pas de forêt, il n’y a pas de cité. Il y a la nudité d’un lieu improbable et sans doute universel que le comédien remplit avec maestria. Et puis quand les quelques notes de musique interprétées par Bastien d’Asnières surgissent, le spectateur est à son «  comble théâtral ».

En tout cas, ce fut le cas pour moi ce soir-là.

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 10:52
Fushigi !
Fushigi !

Spectacle de « Again ! Productions » (06) vu à 14H le 10 juillet au Théâtre de l'Improvidence dans le cadre du Festival Off d'Avignon 2019. Du 5 au 25 juillet

 

Auteur : Ian Parizot

Comédiens (en alternance) : Dorine Bocquet, Cyprien Chevillard, Claudia Cochet, Paul Colom, Julie Douine, Vincent Leconte, Ian Parizot, Clémence Penicault, Nicolas Perruchon

Création musique : Victor Bernard Delvaux, Matthieu Laissy, Thomas Rousson

Création lumière : Leonidas Herrera

Genre : Improvisation
Public : tout public

Durée : 1h

 

 

Nous sommes allées voir ce spectacle avec une certaine appréhension due au fait que les œuvres de Miyazaki reposent sur la beauté du visuel et le fantastique de certains personnages  et qu'il est donc compliqué de le représenter sur scène. Et c'est avec une agréable surprise que nous avons vu les comédiens relever ce défi avec brio.

 

Installées dans une petite salle confortable, climatisée et pourvue d'une bonne visibilité, nous avions toutes les conditions nécessaires pour apprécier à sa juste valeur l'improvisation qui allait s'y dérouler. Nous avons tout d'abord été surprises de ne devoir fournir qu'une seule information (la couleur qui guide le thème) qui par ailleurs n'a pas été complètement exploitée (ce détail nous a fait douter un instant de l'authenticité de l'improvisation). À partir de là, les comédiens ont commencé à interpréter leur conte. Deux atouts ont alors été utilisés pour nous projeter dans leur univers : les jeux d'éclairage et la bande-son. En effet, la régie disposait d'une palette de couleurs mise à disposition pour teinter la scène d'une certaine émotion ; pour ce qui est du son, les comédiens réalisaient eux-mêmes les bruitages. Toute cette animation se déroulait sur une scène nue que les artistes habillaient en mimant et narrant même les plus petits détails.

 

L'histoire qu'ils nous ont racontée nous a tout de suite projetées dans l'univers typique du réalisateur japonais : nous pouvions reconnaître les décors, les personnages assez extravagants, certains éléments probablement inspirés de certains films. Les personnages étaient très complets, ils avaient tous un rôle précis dans l'histoire. Les comédiens qui les interprétaient étaient très bons ; ils s'écoutaient et n'omettaient aucun détail, ce qui rendait l'improvisation parfaitement fluide. De plus, ils reprenaient également des techniques cinématographiques utilisées chez Miyazaki comme le plan large : pour ce faire, les personnages étaient mimés avec les doigts.

 

Ce fut un vrai plaisir de voir cette improvisation car les artistes ont vraiment su représenter sur scène toutes les caractéristiques du cinéma d'animation japonais et nous faire voir leur histoire sans décors ni costume. Pour les enfants ou les grands, les fans de Miyazaki ou ceux qui ne le connaissent pas, cette pièce reste un beau voyage dans les landes de l'imagination.

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 10:40
L'Origine du monde
Source : site Avignon Festival Off

Source : site Avignon Festival Off

Spectacle  de la Compagnie La Vaste Entreprise ( 34, Montpellier ) vu le dimanche 5 juillet à 18H45 à la Manufacture ( hors-les-murs, Musée Angladon, centre ville ) dans le cadre du Festival  OFF d’Avignon 2019, du 5 au 25 juillet 2019.

 

Texte : Nicolas Hérédia

Comédien : Nicolas Hérédia.

Durée 1H05.

 

 

A chaque fois que je passe devant ce lieu du Festival, je suis interpellée. En y entrant, je le suis davantage encore. L'an dernier, ce fut un petit-déjeuner théâtral sous les arbres dans la cour de ce Musée et cette année, c’est une vente aux enchères jubilatoire sous la houlette du comédien Nicolas Hérédia.

 

Je ne m'attendais à rien en allant voir ce spectacle ;  j'avais juste envie de me laisser bercer par la magie du titre, un peu intriguée. Il devait certainement s'agir du célèbre tableau de Gustave Courbet. Ou pas...! Serait-ce une déambulation érotico-artistique? Une énième réflexion philosophique sur cette oeuvre célèbre? J'étais impatiente et mon impatience fut vite comblée.

 Le spectateur découvre en effet le tableau de Courbet, bien en vue sur une estrade aux allures de salle des ventes de chez Drouot. Il est extrait minutieusement de son écrin comme une pierre précieuse. Puis le comédien raconte et le spectateur se laisse emporter par sa virtuosité qui fera d'une oeuvre d'art un objet théâtral très original. Un écran TV ostentatoire, placé au milieu de la scène, contraste avec le classicisme du tableau, placé juste en dessous.

Une oeuvre classique incontournable rejoint ici des propos contemporains centrés surtout sur l'argent. Le comédien parle de chiffres. Beaucoup. Il calcule. Beaucoup. On parle de la Bourse aussi. Cela aurait pu me déplaire mais il n'en a rien été. Je me suis laissé porter par le dynamisme et l'humour subtil de Nicolas Hérédia. Je me suis laissé prendre au jeu du pitch aussi. Et je me demandais à quel moment l'oeuvre d'art avait été séparée de l'aspect financier...

 

Mais pourquoi ce choix de l'Origine du monde ? Et pourquoi pas me direz-vous ? Vous trouverez peut-être une réponse en allant voir cette représentation.

Courez- y.

 

Partager cet article

Repost0