Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 19:59

Théâtre

Vu dans le cadre du festival Off d’Avignon, le 29 juillet 2011, à l’Espace Saint Martial

Cie Esbaudie (34)

De Marius Von Mayenburg

Mise en scène : Stéphanie Dussine

Avec : Justine Assaf, Francis Audigier, Antoine Hirel, Olivier Pruniaux.

Création  2010 - Durée : 1h05 - Tout public (adultes)

VIVANT2-toiles-3.jpg 

Le MocheAu sein d’une grande entreprise d’électronique, le talentueux ingénieur Lette se voit évincer de la présentation finale de son projet au motif qu’il est moche. Son épouse lui confirme le soir même l’évidente réalité… Aussitôt, celui-ci décide de procéder à une opération de chirurgie esthétique par le professeur Scheffler pour retrouver un nouveau visage, qui devient très vite la coqueluche de tous… au point que tous veulent lui ressembler.

La thématique du paraître est tout a fait bien démontée dans cette pièce cynique et mordante de Von Mayenburg, avec son lot d’extrémisme et de consommation sans réflexion.  

Le choix de la mise en scène, en deux espaces distincts en noir et blanc donne un rythme très soutenu, renforcé par les changements à vue des comédiens. Tous, sauf Lette, interprètent deux rôles à la fois et sont grimés d’un maquillage blanc. Ces dispositifs scéniques, bien que justifiés mais un peu rigides, renforcent le côté burlesque de la pièce mais la rendent peut-être un peu académique voire scolaire. Mais c’est peut-être la jeunesse des comédiens qui veut cela.

Néanmoins, c’est un vrai choix ambitieux que de montrer ce spectacle à Avignon et de proposer une mise en scène moderne. Contrairement à ce qui est présenté, on ne rit pas dans ce spectacle, ou alors on y rit nerveusement d’un jaune acide.

Enfin, le jeu des comédiens, et particulièrement celui d’Antoine Hirel, interpretant Karlman, l’assistant de Lette, est particulièrement réussi.

Alors bravo à cette jeune équipe engagée.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 15:14

vivant-3-toiles-4.jpg

Théâtre

Vu dans le cadre du festival Off d’Avignon, le 29 juillet 2011, au théâtre de l’Alizé

 Cie Faim Rouge (84)

Texte et mise en scène : Carole Nugue

Avec : Carole Nugue, Odile Picard, Emmanuel Baillet et Bruno Huet.

Création  2011 - Durée : 1h15 - Tout public (adultes)

  

blog-melodies-conjugales.jpgUn banc sur scène, seul témoin des échanges et des disputes entre un couple ? Non, car Adèle vit avec Thomas mais, un peu au creux de la vague, s’interroge sur la vie, sur son couple, sur elle-même. Aussi, elle invite Francis, son ex, à passer quelques jours avec Olivia, sa compagne…

Aussi, entre ces quatre là, tous excellents dans leurs personnages, on va se parler, on va échanger, crier, se heurter, se consoler, car on part en voyage dans l’intime.

 

Cette mélodie à quatre va nous offrir des voyages intérieurs, sur le couple, sur la jalousie,  mais aussi sur la vie, sur les jugements à l’emporte pièce…  bref sur les rapports entre adultes consentants.

 

La compagnie cherche à travers ses spectacles, à répondre à la question «  Comment vivre aujourd’hui ?». Avec cette très belle écriture et ce texte fluide de Carole Nugue (également à la mise en scène simple mais efficace, et qui joue aussi Adèle, suite à un changement de distribution) elle y arrive avec une certaine réussite.

Comme Adèle le dit sous son personnage d’intello parfois crispant, « il y a longtemps que l’on ne m’avait pas parlé de rêve… » On oscille ainsi entre nostalgie et réalisme pour parfois accéder aux rêveries inaccessibles des petites filles.

Un très bon moment passé ensemble.

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 15:09

Théâtre dansé sans parole – vidéos

Vu dans le cadre du festival Off d’Avignon, le 28 juillet 2011au théâtre de l’Oulle.

 Cie Ainsi de Suite (13)

De et avec : Claude Pelopidas

Danseurs : Christina Towle et Philippe Lebhar

Création  2009 - Durée : 1h10 - Tout public à partir de 8 ans ( mais nous recommandons 12/14 ans)

VIVANT-1-toile-2.jpg 

Un spectacle contre les murs qui séparent, voila un bon sujet pour un spectacle, tant ces frontières artificielles créées par les hommes sont des éléments de rupture humiliants pour eux-mêmes.

blog-ainsi-de-suite-Duo-pour-un-mur.jpg

 

Pourtant, alors que j’étais ravi de découvrir ce spectacle sur la grande scène du théâtre de l’Oulle et retrouver la compagnie Ainsi de Suite dont j’avais apprécié le Camille Claudel en 2006, je suis resté largement sur ma faim.

Le personnage que l’on découvre endormi sous des draps blancs et se met à rêver tout haut mais en silence, est né d’une précédente version de « Duo pour un Tapage Nocturne », en 1999.

Est-ce pour cela qu’on le sent très décalé par rapport à cette nouvelle version ? On a du mal à le suivre dans un jeu qui se veut plutôt léger et drôle, qui plus est sans parole. De plus, alors que la vidéo, marque de fabrique de la compagnie, est très présente et plutôt réussie, le spectacle est ponctué sans interruption d’une bande son et d'un bruitage martelant les actions du comédien. Et on s’en lasse très vite…malgré tout le travail que cela doit représenter.

Claude Pelopidas a choisi un sujet qui lui tient à cœur et qui nous touche. Il met son travail au service d’une cause, et sa démarche rencontre un beau succès, soutenue par de nombreuses personnalités et organismes…et tant mieux.

Mais attention également à ne pas oublier la forme théâtrale, qui doit rester un pont ou une porte pour faire passer l’idée, et ne pas devenir un mur sur lequel nos questions viennent se heurter.

Gardons de cette proposition qu’elle représente un hymne au rêve et à l’imagination.

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 15:57

 

VIVANT-3-COEURS-5.jpg

Spectacle d'humour vu dans le cadre du Festival Off d'Avignon au Palais Royal

avec Ali BOUGHERABA

 

 

Ali Bougheraba nous transporte d’entrée dans une fresque vivante et colorée à la Jean Claude Izzo*, Marseille, son quartier du Panier, la Place des Moulins. Il nous fait défiler parmi les fils d’étendage, le linge secoué par le mistral, les figures caricaturées de ce coin de Marseille .

Comédien talentueux , Ali incarne chacun des personnages de ce quartier populaire où il est né, Ali chez lui au Panier, il excelle à décrire à la manière d’un Chouraqui dans « les oranges », l’univers de son enfance.

Par son talent de comédien, il reproduit, incarnant des personnages magnifiquement en 3D, ce que fut pour lui son quartier, ses amis, ses voisins.

Fresque comique et sensible, multiculturelle, vivante, colorée, parfumée d’épices et ensoleillée.

Co-écrite avec Didier Landucci, ce "seul en scène" est absolument irrésistible grâce au talent extraordinaire d’Ali.

 

Un bon moment garanti.

 

*Chouraqui : auteur algérien , son texte "les oranges" à été interprété au théâtre.

Izzo Jean-Claude : Auteur et poète marseillais disparu trop tôt, ; excellait dans sa façon de parler de sa ville (Chourmo, Solea, les marins perdus....).

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 15:49

 

Spectacle musical de Marlène BOUNIORVIVANT-3-COEURS-5.jpgT

vu au Théatre l'Albatros dans le cadre du Festival Off d'Avignon

Compagnie D.N.B. (Dhéâtre National de Baris) (31)

 Solo Clownesque dès 4 ans

 

Un lutin multicolore en salopette, chapeau et collants rayés multicolores, entre tout effrayé, timide en scène ; S’exprime par onomatopées, semble apeuré un peu comme un enfant qui ne saurait encore parler. Il tient sa peluche doudou calée sous son bras, un cochon rose qu’il tient serré contre lui comme pour se rassurer.

Une grande mappemonde multicolore occupe le fond du plateau, ce petit lutin porte un sac à dos coloré.

 

Ce spectacle constitue un petit bijou d’intelligence et de créativité. L’artiste déguisé dans une forme accessible jusqu’aux plus petits, amène malicieusement chacun à la découverte des musiques du monde. Monde fait de continents, de musiques et d’instruments divers pour le plus grand bonheur des enfants et des adultes.

Un spectacle ludique à recommander aux écoles dès la maternelle.

A tous parents comme enfants, ce spectacle vous fera vivre un agréable doux moment.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 16:28

VIVANT-1-toile-2.jpg

9 milliards de spectateurs et moi et moi et moi.

Vu à 20h00 au Théâtre des vents spectacle 6221

Seul en scène,  Jean-Marc Santini est indéniablement là pour nous faire rire. Cela pourrait marcher, d’ailleurs cela marche dans son tout premier sketch. Je ris de bon cœur face à l’homme angoissé par le futur qui utilise un bilboquet pour tenter de maîtriser son destin. « Si j’arrive à mettre la boule sur le bilboquet,  je vais être bon ce soir…. ». La piste est intéressante, l’angle sympathique, l’auto-dérision me plaît. Malheureusement cela ne dure pas, les sketches qui suivent sont bien moins originaux, la blague un rien sexiste, l’humour en dessous de la ceinture et la classique prise à partie des gens du public…Cet humour là me laisse de glace. C’est dommage car l'homme est sympathique et l'acteur n'est pas mauvais.

Les moments imprévus permettent de découvrir un improvisateur à l'aise et j'aurais aimer qu'il continue à vivre l’instant, sans se raccrocher à un texte qui abuse des même ficelles vues et revues des centaines de fois. La singularité est une mine d’or à Avignon,  trop de spectacles utilisent la recette du « un peu de tout pour plaire à tout le monde » et ne trouvent jamais leur identité.

Un grand dommage donc …avec une envie tout de même, aller découvrir l’acteur dans une autre pièce.

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 16:05

vivant-3-toiles-4.jpg

2-3 grammes

Vu au théâtre des Lucioles à 17h20 dans le cadre du Festival Off d'avignon

 

Au regard de la thématique chargée; une famille face à la mort de la mère alcoolique, je m’attendais à vivre des moments potentiellement beaux mais tristes. Les histoires de famille ça me retourne…Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une pièce de théâtre qui parle d'un drame familial sans caricature ni règlement de comptes mais avec humanisme et subtilité.

L’actrice, seule en scène, dans un décor neutre et épuré, donne chair à 5 personnages. La mère, méchante pour cause d’alcoolisme est au centre de la pièce, sa tragique dépendance donne prétexte à de récurrentes allées et venues dans sa cuisine, c'est presque du comique de répétition... et pourtant c'est dramatique. Le père est touchant avec son besoin de faire des discours à tout moment, son habitude de clamer des vers de Verlaine et son regard réaliste sur ce qui l’attend à la mort de sa femme.

spectacle 6414

Les trois filles sont les satellites qui tournent autour de ces deux astres déclinants, à leurs façons, elles viennent témoigner de la diversité de l’humanité. Leurs caractères, leurs choix de vie, leurs regards sur le monde, tout les oppose excepté peut-être un certain égoïsme et bien sûr des sentiments forts pour leurs parents.

Le drame familial se déroule dans une narration alternée de ces cinq personnages, dans cette subjectivité qui fait remonter à la surface le réel des situations difficiles. Mais c’est là le tour de force de l’auteur et de l’actrice, car le rire fuse dans la salle, la tendresse et l’amour s’invitent à demi-mots dans le festival des enjeux familiaux. 

C’est beau et plein de pudeur suggestive, la complexité des personnages est servie par le jeu d’une actrice hors du commun. Line Wiblé a une présence immédiate à la scène, elle tient le public sans stratagème, uniquement avec son talent. Une gestuelle, un timbre de voix, une posture... Elle présente chaque personnage et au fur et à mesure du spectacle développe, affine les caractères. C’est magnifique de technique et d’incarnation à la fois.

Il faut découvrir cette actrice à tout prix.

Dans "2-3 grammes", Line Wiblé est juste et magnifique, juste magnifique …

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 08:33

 

Cie Ma Muse (31) vivant-3-toiles-4.jpg

 D’après quatre nouvelles de G de Maupassant

Adaptation et Mise en Scène Eric Vanelle

Avec Nathalie Barolle, Laetitia Bos, Eric Vanelle

Théâtre tout public à partir de 12 ans

1 h 10

 

Festival d’Avignon, 21 juillet 2011, théâtre l’Etincelle, 14 h

 

 

Après quelques spectacles humoristiques de plus ou moins bon niveau d’écriture « contemporaine », j’ai eu envie de me replonger dans des textes « classiques » et de  voir comment la Cie Ma Muse avait porté à la scène ces nouvelles de Guy de Maupassant, le Million, la Parure, le Signe, et Boule de Suif.

Pas plus que les autres spectateurs, relativement nombreux en ce début d’après midi je n’ai eu à le regretter !

 

Le spectacle démarre en musique, dans une scénographie assez dépouillée laissant la part belle au jeu. Les trois comédiens évoluent en costumes contemporains. Les intermèdes, musique, chansons, danse (inoubliable Laetitia Bos, qui n’a pas précisément le physique de Marylin Monroe, mais un visage et des yeux on ne peut plus expressifs, dansant sur « I want to be loved by you »), utilisation d’images projetées pour une fantastique leçon de procréation, bref tout un ensemble de trouvailles contribuant à dépoussiérer des textes écrits au XIXème siècle, dont le fond n'a pas pris une ride. Les travers immuables des êtres humains d’hier et d’aujourd’hui, sont dénoncés, et le spectacle se termine sur les pleurs de Boule de Suif en butte à la méchanceté de petits bourgeois mesquins à qui elle vient pourtant de sauver la mise…

 

Maupassant façon vaudeville, c’est amusant et léger léger, comme des bulles de champagne… J’en aurai bien repris une coupe…. !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 18:37

Cie Le Grenier de Toulouse (31) VIVANT-3-COEURS-5.jpg

D’après le roman d’Eric Emmanuel Schmitt

Avec Pierre Matras

Mise en Scène Lucie Muratet

Tout public à partir de 8 ans

1 h 20

 

 Festival d’Avignon, 20 juillet 2011, Péniche Didascalie à  15 h 55

 

 

Pierre Matras, seul en scène, en pyjama rayé et crâne rasé, est entré dans la peau d’Oscar dit Crâne d’œuf, 10 ans, leucémique, qui a subi l’opération de la dernière chance, dont il sait qu’elle n’a pas réussi. Tout le spectacle se déroule dans le huis clos d’une chambre d’hôpital  et l’utilisation d’un mobilier surdimensionné ramène le comédien à la taille d’un enfant.

 

Oscar est désemparé… Personne ne répond à ses questions, son médecin paraît mécontent de lui,  et même ses parents semblent ne plus l’aimer comme avant. Oscar est très en colère face à la lâcheté des adultes qui l’entourent.

Seule parmi les dames en rose qu’il côtoie,  Mamie Rose trouve grâce à ses yeux, car elle ne lui ment pas… Mamie Rose, dont le langage n’est pas toujours châtié,  prétend être une ancienne catcheuse, qui a plein d’aventures  à raconter. Une relation profonde s’établit entre ces deux êtres.  Mamie Rose suggère à Oscar d’entreprendre une correspondance avec Dieu, et de lui soumettre un vœu par jour. Bien que réticent au début, car il ne croit pas que Dieu existe, Oscar se laisse prendre à ce dialogue avec cet Au-delà…

 

Afin de l’occuper et de l’aider à vivre le temps qu’il lui reste, Mamie Rose  propose également  à Oscar un jeu qui consiste à accélérer le temps et à vivre 10 années en un jour ! Elle l’encourage aussi à aller vers les autres et oser dire ce qu’il ressent..C’est ainsi qu’en quelques jours Oscar va connaître le parcours d’un enfant, d’un adolescent, d’un jeune adulte, d’un homme mûr et d’un vieil homme, avec les joies et les sentiments qui jalonnent toute une vie…

 

C’est une histoire bouleversante, portée par un comédien qui fait vivre tous les personnages du récit, Mamie Rose et Peggy Blue, Pop Corn, Einstein, Bacon, Brigitte… Les enfants malades qui sont les copains d’hôpital d’Oscar, restent envers et contre tout des enfants, qui se chamaillent, jouent à être grands, tombent amoureux… Du coup les situations sont souvent drôles, pleines de la lucidité propre aux enfants, et encore plus ceux  que la vie fait grandir trop vite…

 

Peut être n’était il pas indispensable à la fin d’entendre la voix off de Mamie Rose qui annonce la fin prévisible du voyage… Même si cela fait partie du roman, que j’ai regretté de ne pas avoir lu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 18:21

Théâtre de l’Exploitation (13) VIVANT-croix-1.jpg

Avec Jesshuan Diné, Sylvain Eymard

Humour tout public

1 h

 

Festival d’Avignon, 20juillet 2011, à l’Antidote Théâtre à 12 h 12

 

En préambule, un intervenant invite les spectateurs  à inscrire sur un morceau de papier la forme d’ART sur laquelle ils souhaitent que les deux comédiens s’expriment, car il semble qu’il s’agisse là d’un spectacle d’improvisation, …

Cette entrée en matière est  déjà un peu longue.

.
Jess et Syls entrent en scène et se présentent comme des artistes polyvalents, qui du fait de leurs compétences, ont été investis par le Ministère de la Culture d’une mission d’observation sur les dérives de certaines pratiques culturelles . ..

Ils sont eux-mêmes capables de tout faire, chanter, jongler, jouer, etc, et nous font d’emblée profiter de leurs talents de chanteur et musicien.


L
’un des comédiens tire ensuite au sort l’un des petits papiers collectés dans un chapeau. Bien évidemment, les choses sont préparées d’avance, et les deux compères vont nous expliquer ce qu’est l’Art du jonglage, puis l’Art du cirque, et l’Art dramatique…. 

Nous assistons ainsi à une série de ce que l’on qualifiera de sketches, d’un niveau parfois douteux, dignes du plus mauvais des BAFA, et qui n’ont hélas pas manqué de rendre hilares les très nombreux enfants d’un centre aéré qui remplissaient quasiment la salle .

 

Sans être gênés le moins du monde, les deux acolytes nous ont annoncé en fin de spectacle qu’ils étaient passés maîtres dans l’ART-NAQUE (ce que je confirme), et qu’ils recommandaient en général aux spectateurs de renseigner sur le contenu des spectacles avant d’aller les voir (ce qui je fais ici pour les spectateurs potentiels).

 

Pour ce qui me concerne, je n’ai pas pu juger aujourd’hui de ce que savaient faire ces deux là, et si même ils étaient réellement comédiens…...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0