Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • www.vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr
  • Le blog VivantMag vous offre une veille artistique régulière sur les créations de spectacles vivant en France. Il est destiné aux programmateurs réguliers ou occasionnels, aux compagnies, mais aussi aux spectateurs. Le blog est édité par l'association Adadiff Casi, dédié au spectacle vivant et à la médiation culturelle. Si vous souhaitez nous rejoindre pour chroniquer des spectacles, vous pouvez nous contacter sur le site ou par mail à contact@vivantmag.fr

Bienvenue

Couv-cata2010 WebBonjour et bienvenue sur le blog de Vivantmag.
Vous y trouverez l'ensemble des commentaires de nos correspondants sur les spectacles qui ont été vus. Ce service est en ligne en accès libre depuis février 2007.
Si vous souhaitez prendre contact avec l'une des compagnies présentées, adressez nous un mail à blog@vivantmag.fr, nous vous adresserons rapidement leur coordonnées.
Découvrez sur le site www.vivantmag.fr, le catalogue des spectacles repérés... et l'ensemble des services de l'Association d'Aide à la Diffusion Interrégionale du Spectacle Vivant, l'AdAdiff.
Le Catalogue Vivant 2013/2014 des Spectacles repérés est disponible...
> Commande en ligne sur le site.

Rechercher

Mode d'emploi...

Avec plus de 1.200 spectacles commentés sur ce blog, les correspondants Vivantmag - AdAdiff, ne se posent pas en censeur du spectacle, loin de là. Nous souhaitons seulement faire partager un point de vue, forcément subjectif, sur les spectacles que nous voyons. Chaque retour de spectacle est ouvert à vos propres commentaires, et n'hésitez pas à en laisser car ils enrichissent ce travail d'échange et de partage d'informations.
Pour faciliter la lecture des spectacles, nous mettons désormais en place un picto permettant de donner notre avis général sur le spectacle. En voici le détail :
Décevant
Moyen
Pas mal...
Bien !
On adore !!! 

les spectacles du Off 2014

Découvrez tous les spectacles commentés par les correspondants de Vivantmag, et présents sur le Off 2014 d'Avignon. Certains ont été vus à leur création, en salle ou sur d'autres festivals, ou sur des précédentes éditions du Off. Grâce à un travail de veille artistique tout au long de l'année, l'Adadiff met à votre disposition son équipe de correspondants et vous permet de disposer d'un regard extérieur et indépendant pour faciliter votre choix. Commentaires ici...

12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 21:51
https://www.theatre-bourg.fr/spectacles/programme/the-lulu-projekt/

https://www.theatre-bourg.fr/spectacles/programme/the-lulu-projekt/

« The Lulu Projekt » produit par «Le Ring Theatre » (38000) et vu le 11 juillet, à 14h45 au Théâtre de l'Archipel dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, relâche les 9, 16, 23 juillet.

 

Texte : Magali Mougel

Metteur en scène : Guillaume Fulconis

Comédien.nes : Amélie Esbelin, Kévin Sinesi, Audrey Montpied, Côme Thieulin, Charlotte Dumez, Antoine Baillet-Devallez, Guillaume Fulconis

Public : Tout public (à partir de 12 ans)

Durée : 1h

 

 

Il y a ceux qui nagent dans le sens du courant et il y a Lulu. Lulu a 18 ans, vit en RDA et veut devenir cosmonaute ou rockstar. Lulu a une maman qui ne l'aime pas trop et un meilleur ami Moritz (lui aussi  a des lunettes) qu'il aime beaucoup. La vie de Lulu se découpe en 13 épisodes (avec Prologue et Epilogue). En nous familiarisant avec ce personnage plutôt simplet, nous découvrons la vie sous un angle nouveau. 

 

 

Il y a deux comédiens et une comédienne. Elle joue la soeur, la mère et la fille étrange que rencontre Lulu. Elle reprend la parole des personnages si rapidement  qu'ils n'ont pas le temps de cesser d'exister. Lulu est joué par un seul et même acteur et le troisième s'occupe du prologue et de l’épilogue. 

Le personnage me fait penser au protagoniste de « Forest Gump ». Il court quand il ne comprend pas et ce qu'il dit est simple. De cette manière, nous avons un regard neuf et spontané sur la vie en RDA. Mais rassurez-vous, il ne s'agit pas que de contexte historique : Lulu découvre l'amour et l'amitié, explore ses rêves et expérimente la vie comme l'ado qu'il est.

 

Le pitch est original. Le jeu est efficace. Je dis OUI !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 12:48
Enfantillages
Enfantillages

Spectacle produit par la « Compagnie de l'Ile Lauma » (29) et vu le 12 juillet, à 9h50h au Théâtre Au Bout Là-bas dans le cadre d’ Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, relâche les 10, 17, 24 juillet.

 

Texte : Raymond Cousse

Metteur en scène : Serge Irlinger

Comédiens : Laurent Mascles

Costumière : Edwige Payet

Public : Tout public à partir de 5 ans

Durée : 1h10

 

Enfantillages nous fait voyager dans l'enfance en suivant le récit d'un petit garçon qui ne sait pas encore lire.

 

Il nous parle tour à tour de Marcel, son grand ami ; du boucher qui tue les animaux dans sa cour ; du commis du boucher qui rend visite à la sœur de Marcel qui elle, a un animal poilu entre les jambes et qu'ils observent par la serrure de la porte. Il nous raconte aussi pourquoi on va à l'école (en tout cas ce qu'en pense l'instituteur) et de quelle manière il découvre les zizis des grands dans les toilettes de l'école. Il évoque le curé qui a des réponses aux questions qu'un enfant ne comprend pas toujours.

C'est la vision du monde d'un enfant avec sa logique implacable d'enfant. C'est drôle, émouvant, parfois dérangeant. L'acteur, seul en scène, interprète brillamment tous les personnages, en changeant juste de voix, d'attitude et de mimiques.

 

Salué par Beckett et Ionesco, «Enfantillages» de Raymond Cousse fait le récit de l’absurdité, de la cruauté et de l’injustice du monde avec une stupéfiante exactitude et un style exceptionnel.

Le texte aborde à plusieurs reprises la découverte de la sexualité, voire de la pédophilie. Il peut être un parfait support pour aborder autrement ces thèmes dans le cadre familial ou scolaire.

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 11:49
Les Monologues de Feydeau (mais à deux)
Les Monologues de Feydeau (mais à deux)

Spectacle produit par la Cie Rê-Volt (26) vu le 9 juillet à 20H10 à l’ Espace Alya dans le cadre du Festival Off d'Avignon 2019, du 5 au 27 juillet (seulement les jours impairs)

 

Texte : Maxence Descamps d’après les textes de Feydeau

Mise en scène : Maxence Descamps

Comédiens : Maxence Descamps, Baptiste Moreau

Genre : Théâtre
Tout public

Durée : 1h10

 

Lorsque nous avons entendu parler de ce spectacle, nous avons tout d'abord été intriguées par son titre - qui repense la notion de monologue - et par sa présentation - un comédien qui interprète les monologues de Feydeau et sa voix intérieure qui nous révèle ce qui se passe dans son esprit lorsqu'il joue. Ainsi, il y a dans ce spectacle une superposition de deux univers différents : celui de Feydeau et ses textes caractéristiques ; celui du comédien, ses pensées et ses doutes.

 

Tout d'abord, ce spectacle nous permet de découvrir ces monologues que nous ne connaissions pas forcément, et ce d'une manière plutôt originale : ils se démarquent des mises en scènes habituelles de Feydeau dans la mesure où chacun est interprété dans un genre différent (le clown, le mime, l’imitation, la chanson…). Les comédiens maitrisent plutôt bien ces registres. Ils amènent ainsi une certaine diversité et originalité à ces textes et de l'humour. Les deux comédiens sont très bons ; ce spectacle nous permet de nous cultiver tout en nous divertissant !

De plus, outre les monologues, nous avons également découvert un voyage dans l'envers du décor : les pensées du comédien lorsqu'il joue. Ici, comédien et voix intérieure ont une très bonne complicité et leurs discussions créent un décalage comique avec le langage particulier des textes qu'ils présentent ; ils s'amusent parfois même à briser le quatrième mur mais sans excès, ce qui nous donne l'impression de faire partie intégrante de l'esprit de ce comédien.

 

Lorsque nous sommes ressorties de la salle, nous étions conquises par ce voyage à travers les textes variés de Feydeau et le potentiel comique de ces deux artistes qui s'amusent autant qu'ils amusent leur public. Original et très divertissant, ce spectacle est à conseiller aux petits et aux grands !

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 10:33
Un Fils de notre temps
Un Fils de notre temps

Spectacle produit par la « Compagnie Attention Fragile » (13) vu le 11 juillet dans le cadre d’Avignon OFF 2019, à 20h à L'Îlot Chapiteaux. Représentation les 6, 9, 11, 13, 16, 18, 20, 23 et 25 juillet ; les autres jours à 14h.

 

Texte : Odön von Horvath

Metteur en scène : Gilles CAILLEAU

Comédiens : Barthélémy GIULI

Genre : Théâtre

Public : Adolescents, Adultes

Durée : 55 minutes

 

 

L'Îlot Chapiteaux est un lieu magique. Sur une grande étendue d'herbe, une dizaine de chapiteaux. Des petits, des grands, des circassiens, des yourtes, des formes bizarroïdes, des ouverts, des fermés. Tout autour, les caravanes des artistes qui logent sur place. Quelques points de restauration. Nous sommes dans un monde parallèle, j'ai l'impression d'avoir 4 ans.

 

Pour aller aux chapiteaux de la Compagnie « Attention Fragile », on suit des chemins en tapis persans, posés dans l'herbe. On dirait des tapis volants. Le spectacle commence, nous entrons dans le chapiteau. A droite et à gauche, des gradins en escalier, irréguliers comme une butte, couverts d'herbe. Au milieu, une scène avec un homme, torse nu, allongé sur des journaux. Un SDF ?

Il nous raconte son histoire, nous parle de sa mère, de son père surtout,  de sa vie de soldat et de ce qu'il aurait aimé faire comme métier. Il nous effraie et nous fait rire. Il nous dérange dans notre petit confort quotidien : il vient dans le public, nous parle de très près. Le texte et l'interprétation sont puissantes, parfois durs. On n'en sort pas indemne.

La mise en scène est simple et efficace. L'acteur a tous les accessoires à portée de main dans son camp de journaux : du scotch pour fabriquer un pantin, des sardines en boîte qu'il mange, de l'encens, un magnétophone ....La pièce se termine avec le son de sirènes qui reste suspendu dans l'air. Les spectateurs mettent un petit moment pour se ressaisir et quitter le chapiteau.

 

Le texte, écrit en 38, est terriblement actuel et nous oblige à nous confronter aux travers de comportements individuels, collectifs et publics que nous avons souvent acceptés comme étant normaux.

A voir absolument !

 

NB : La Compagnie « Attention Fragile » fête ses 20 ans d'existence avec la présentation de 6 spectacles (cirque, clown, théâtre), dans cinq chapiteaux, tous plus beaux les uns que les autres. Vous pouvez y passer la journée, le premier spectacle commence à 11h30, le dernier à 20h !

 

Contact :

Anne-Laurence LOUBIGNIAC, Chargée de la diffusion

06 41 97 15 89

loubigniac@gmail.com

ATTENTION FRAGILE

21 rue Arnaud
13007 Marseille - France

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 17:13
Le Capitaine Fracasse
Le Capitaine Fracasse

Spectacle produit  par la Compagnie Cie Fraternal Compagnia (Italie) en Coréalisation avec l'Académie Internationale Des Arts du Spectacle (78) vu le 11 juillet, Avignon OFF 2019, à 13h45 à La Cour des Platanes. Du 5 - 28 juillet, relâche les 15 et 22 juillet.

 

Texte: Théophile Gauthier

Metteur en scène : Massimo Macchiavelli

Comédiens : Alice Amico, Aurélie Ianutolo, Jean Briault, Luca Comastri, Massimo Macchiavelli, Luca Zilovich, Luca Mazzamurro

Musicien : Umberto Cavalli

Masques : Luca Comastri

Public : Théâtre à partir de 8 ans

Durée : 1h20

 

Dans "La cour des Platanes", les spectacles se déroulent à l'extérieur, sous les platanes, lieu parfait pour de la Commedia dell'Arte.

 

L'histoire se déroule au milieu du XVIIe siècle. Le baron de Sigognac, jeune noble désargenté, vit reclus dans son manoir. Un soir d'hiver, il offre l'hospitalité à une troupe de comédiens égarés, et tombe amoureux de l'actrice Isabelle ; l'attirance est réciproque. Sigognac décide de les suivre dans leurs aventures. Il prend alors le nom de scène de « Capitaine Fracasse ». Sigognac doit lutter contre un rival, le duc de Vallombreuse. Les deux hommes se battent en duel. Le duc fait enlever Isabelle. Soudain, retournement de situation : Le père du duc reconnaît en Isabelle la fille qu'il a eu avec une actrice. Vallombreuse étant passé d'amant sans scrupule à frère attentionné, le mariage peut enfin être célébré.

La pièce commence par une distribution de munitions au public. Les spectateurs sont sollicités à plusieurs reprises et de différentes manières pour participer à la pièce - pour le plus grand plaisir des petits et des grands. La mise en scène est typique de la Commedia dell'Arte : plateau en bois, scène ouverte, tissus et une calèche en bois tirée par de très beaux chevaux de bois. Tous les ingrédients de la Commedia dell'Arte sont par ailleurs réunis : masques, chants, combats d'épée, personnages cultes dont bien évidemment les amoureux. Les acteurs interprètent chacun plusieurs rôles qui ne sont pas toujours faciles à distinguer. Les paroles sont en italien et en français ce qui donne lieu à de nombreux et  jolis jeux de mots, mais ce qui rend l'histoire, parfois, difficile à suivre.

Un musicien accompagne le spectacle aussi bien avec des compositions personnelles qu’avec des morceaux de musique populaire. Il joue des instruments allant de l'accordéon à la vielle à roue en passant par des instruments à vent et des percussions.

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 16:34
Cherchez la faute
Cherchez la faute

Spectacle de la Compagnie Théâtre sur Paroles ( 75) vu le mercredi 10 Juillet à 10H45 à la Manufacture ( Château de Saint Chamand ) dans le cadre du Festival Off d'Avignon, du 8 au 24 juillet (Relâches les 11 et 18 juillet)

 

Texte : François Rancillac d'après l'essai « La Divine comédie- Dieu n'a pas créé l'homme » de Marie Balmary

Mise en scène : François Rancillac

Comédiens : Danielle Chinsky, Daniel Kenigsberg, François Rancillac, Frédéric Révérend.

Genre : théâtre à partir de 16 ans

Durée : 2H

 

 

Qui est l'autre ? Il est probable que plusieurs spectacles au Festival abordent cette question cette année encore... Mais ici, l'interrogation remonte au livre fondateur de notre civilisation judéo-chrétienne : la Bible. Et cela donne au propos une dimension toute particulière. Le mistral qui souffle aujourd'hui donne aussi à cette représentation des allures particulières : le souffle du vent serait-il à l'image de la réflexion que soulève le spectacle, régulier et permanent ?

 

Les spectateurs sont assis autour de tables disposées en carré avec au centre un arbre bien en vue (un magnifique bonzaï). Quelques chaises en 2ème ligne. Sur les tables des livres, des tasses de café et un dossier blanc ostentatoire sur la Genèse biblique. Puis 3 personnes prennent la parole parmi les spectateurs. Ce sont des conférenciers.

Alors allons-nous mieux comprendre ce livre que tout le monde se targue d'avoir lu ? Il s'agit ici de reprendre de façon très érudite l'histoire à partir du texte original en hébreu traduit par André Chouraqui.

Les comédiens s'écharpent, s'interpellent et  François le modérateur tente tant bien que mal de tempérer les élans de vérité depuis longtemps enfouis en eux en se concentrant sur la lecture minutieuse du texte original.

Commençons par le commencement, quand même......!!!

La dimension du " je" revient régulièrement dans le spectacle parallèlement à celle de l'altérité. La transposition du texte de Marie Balmary par François Rancillac est séduisante et bien menée. Elle convoque de grandes interrogations souvent ponctuées d'humour. Nous qui sommes finalement devenus des étudiants lors de ce colloque existentiel, nous réfléchirons autrement au terme de ce spectacle. Ce scénario originel emprunt de tant d'évidences qui pourraient être si galvanisantes mais qui ont été tellement dévoyées résonnera certainement différemment.

 

Quittez pour un instant les salles climatisées d'Avignon intra-muros pour vous égayer de la pensée originelle et vous aérez ! Avec ou sans mistral.

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 14:14
Lettres à Anne
Lettres à Anne

Spectacle de la Compagnie Antisthène (75), vu le 9 juillet Au Théâtre Sham’s au Festival d’Avignon (du 5 au 28 juillet, relâche les 8, 15 et 22 juillet).

 

Texte : François Mitterrand

Mise en scène : Frédéric Fage

Comédiens : Nathali Savalli

Genre : Théâtre

Public : Ados, adultes

Durée : 1h

 

François a 46 ans quand il rencontre Anne, 19 ans, lors de vacances à Hossegor. Leur passion débute quand Anne monte à Paris pour ses études. De 1962 à 1995, il n’aura de cesse d’écrire à celle qu’il surnommera son « Animour », Anne. Plus de 1200 lettres que l’on découvre aujourd’hui avec stupéfaction.

Une femme seule en scène. Elle récite les lettres de son amour et elle nous parle de ses sentiments. Son récit est entrecoupé d’archives de l’INA des discours de Mitterrand.

Les paroles sont d’une grande beauté. On connaissait l’homme politique (ou pas), on découvre le poète.

Mise en scène sur un plateau ouvert. Un fauteuil, une petite table. Un écran en fond de scène.

L’interprétation est authentique. L’actrice nous captive, elle vit l’émotion des textes qui va crescendo jusqu’à la fin.

C’est un très beau spectacle à ne pas rater. Un petit b-mol : apportez de quoi vous couvrir, la climatisation est si efficace que vous pourrez prendre un coup de froid !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 10:56
Avec le Paradis au bout
http://www.spectatif.com/2019/06/parmi-la-foison-de-spectacles-du-festival-d-avignon-off-2019-acte-1.html (Cette image n'est pas l'affiche mais une photographie de la pièce)

http://www.spectatif.com/2019/06/parmi-la-foison-de-spectacles-du-festival-d-avignon-off-2019-acte-1.html (Cette image n'est pas l'affiche mais une photographie de la pièce)

Spectacle produit par le Théâtre de l’Eclat (75 Paris), vu à 20H au Grand Pavois, le 9 juillet au Festival d’Avignon (du 4 au 28 juillet, relâche les 8, 15 et 22 juillet).

 

 

Création : Florian Pâque

Comediens : Tiphaine Canal, David Guez, Florian Pâque, Lisa Toromanian

Genre : Théâtre

Public : Tout public

Durée : 1h35

 

 

La pièce « Avec le Paradis au bout » fait le constat des événements historiques et dramatiques du siècle nouveau.

 

La pièce touche le vrai, le sale, le juste. Elle traite de tout : des attentats à la montée du nationalisme en passant par les problèmes sociaux et climatiques. Sans nous culpabiliser ni nous accuser, elle nous réconforte en paroles et en chansons.

La musique me fait frissonner et le spectacle me fait bien rire. La pièce est ponctuée par les applaudissements du public, qui apprécie les performances. (La salle est presque comble).

Les comédien.nes nous livrent de belles imitations et n'abusent pas de leurs prises de parole : ils et elles ont des messages à nous faire passer. Ceux-ci sont dignes d'être entendus. 

En guise de scénographie, on nous présente des murs de sacs poubelles qui semblent contenir les déchets de notre Monde jetable : nos rêves et jouets abandonnés.

On ne nous montre pas le chemin du Paradis mais la pièce est pleine d'espoir. Elle nous invite à ne jamais revoir nos rêves au rabais, mais à les prendre au sérieux.

 

Courez voir ce spectacle avec vos proches qui râlent, vos voisin.es fermées d'esprit et guettez : l'empathie est si vite arrivée !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 10:51
L'ascenseur
L'ascenseur

Spectacle de « la compagnie du petit matin» (31) vu le 07 juillet 2019 à 16h30 au théâtre de l’Albatros dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 05 au 28 juillet 2019 à 16h30. (Jours impairs, relâche le 17 juillet)

 

 

Auteur : Jean Pierre Roos

Adaptation et Mise en scène : Bruno Abadie

Comédiens : Madleen Martino et Bruno Abadie

Genre : Seul en scène - Théâtre
Public : Tout public à partir de 14 ans
Durée : 60 mn

 

 

Huis clos dans un ascenseur : ce spectacle de la même compagnie toulousaine qui joue également « Demain,la nuit », propose dans un autre registre théâtral, une comédie que je souhaitais découvrir. La petite salle de l’albatros était presque complète ce jour là….

 

 

Sur le plateau, un carré symbolise l’ascenseur dans lequel une jeune femme et un homme mûr se retrouvent en tête à tête. On s’y attend, certes, mais c’est la panne!

Les voilà donc obligés de cohabiter en situation anxiogène dans 4 m². Obligés de se parler et c’est l’occasion d’aborder tous les sujets - et ils sont nombreux - sur lesquels ils ont un point de vue différent. Forcément, lui est un homme âgé et aisé et elle, une jeune femme plutôt fauchée. Les rapports sociaux, les rapports de classe, les relations professionnelles, la famille, la guerre, les relations amoureuses, les relations père/fille...nous déterminent et s’affrontent ici.

Porté avec enthousiasme et dynamisme par deux comédiens formidables qui savent donner un rythme à cette rencontre improbable, cette comédie dramatique permet ainsi de mettre en avant, comme seules certaines formes théâtrales le permettent, les questionnements universels auxquels nous sommes tous confrontés.

A découvrir...

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 10:14
Déglutis, ca ira mieux

Partagé...

Spectacle de « JMD Production » (75) vu le 06 juillet 2019 à 22h30 au théâtre du Balcon dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 05 au 28 juillet 2019 à 22h30. (Relâche les 9, 16 et 23 juillet)

 

 

Auteurs : Eric Metayer et Andréa Bescond

Mise en scène: Eric Metayer et Andréa Bescond

Comédiens : Géraldine Martineau et Isabel Otero

Vidéo : Charles Carcopino

Genre : Théâtre
Public : Tout public à partir de 14 ans
Durée : 1H30

 

Après le succès des «  Chatouilles », j’étais impatient de découvrir la nouvelle création du duo Metayer/Bescond, et sans connaître le sujet du spectacle, certains éléments du « pitch » avaient attisé ma curiosité.

 

Nous sommes dans le salon d’une femme pendue au téléphone afin de résilier son abonnement. Très vite on comprend qu’elle ne tourne pas rond et (nous) parle à (de) sa maladie qui lui fait perdre la tête. Elle entretient avec soin une relation difficile avec sa fille - partie depuis quatre ans de la maison familiale -  et avec laquelle elle souhaite se réconcilier. Sa dernière tentative de suicide lui a permis de la faire revenir d’une lointaine mission humanitaire. A cette occasion, elle lui a annoncée la grave maladie dégénérative et génétique dont elle était atteinte et lui a demandé son aide.

J’ai eu un peu de mal à me laisser saisir par l’histoire. Peut-être parce que je ne croyais pas au jeu des personnages. Le sujet pourtant me parlait bien (je vous ai déjà parlé de ma mère?). Les questions sur la fin de vie et le suicide assisté, comme il est autorisé en Belgique et en Suisse mais pas en France, me touchent particulièrement.

Le dispositif scénique est simple mais efficace : des images et décors projetés sur des grands panneaux de tulle transforment la scène instantanément et offrent des effets somptueux. Un côté cinématographique revendiqué, qui sur la scène de l’hôpital - très réussie au début - peut osciller dangereusement vers le téléfilm.

Les deux comédiennes trouvent, sur la fin, un bel équilibre dans un registre très émouvant et qui gagnerait à s’éloigner encore du pathos, pourtant difficile à éviter tant le sujet reste sensible.

 

Peut être aurais-je attendu un plaidoyer plus développé et argumenté sur la fin de vie, car malgré un sujet captivant, deux comédiennes investies, une mise en scène très originale avec ses décors projetés, je suis resté quelque peu hermétique. C’est une création et peut-être le spectacle doit-il encore se peaufiner pour être plus juste.

N’hésitez pas à me faire part de votre sentiment !

 

Partager cet article

Repost0