Les ateliers d’écriture de chroniques culturelles plurielles et populaires

Pendant le Off 2015 :

C'est dans le cadre du Tri Postal que nous avons expérimenté les ateliers d'écriture de chroniques culturelles proposés par Flavia Perez, chroniqueuse à Vivantmag, mais aussi artiste, auteure et férue de démocratisation culturelle.

Le constat est simple : dans notre société, on n'ose plus donner son avis, laissant ainsi la place à des experts qui nous disent quoi penser. Ceci est d’autant plus vrai pour des individus au parcours de vie tumultueux dont on sait qu'ils ne vont pas souvent ou jamais assister à des spectacles vivants. Ils n’ont pas l’habitude d’être entendus, ni écoutés, et ne considèrent pas leur opinion comme valable tant leur image "qu'on leur renvoie" peut être négative.

Six personnes ont répondu à l’invitation (cinq suivies par l’Association CASI (Collectif d'Acteurs Sociaux Innovants), et une de l’Université Populaire d’Avignon) en souhaitant participer à cet atelier, et sont venues nous rencontrer mercredi 9 juillet au matin au centre de tri. Dans un premier temps, nous avons créé ensemble une grille de lecture subjective pour leur permettre de s'appuyer sur des points structurants :

Suis-je bien assis ? Est-ce que je trouve le temps long ? Est-ce que je suis pris par l'histoire ? Est-ce que j'arrive à croire le comédien quand il joue son rôle ? Description du décor ? Des costumes ? Par la suite, nous avons travaillé sur l'argumentation afin de sortir du sempiternel "J'aime/j'aime pas" et d'étayer les opinions personnelles.

Cela permettait ainsi à chacun de se sentir à l’aise avec son propre jugement. Nous avons rappelé bien sûr qu’il n’existe pas de "vérité unique", de bonne ou mauvaise réponse quand il s'agit de faire part de son avis subjectif sur un spectacle.

Nous avons choisi ensemble trois spectacles, chacun des intervenants s'engageant à accompagner un groupe de deux à trois personnes à la représentation. Nous avions trois théâtres partenaires dans cette aventure : Théâtre de l’Oulle, L’école du spectateur, Atelier Florentin. Ils ont joué le jeu en offrant à notre équipe des invitations presse pour chacun des spectacles retenus. Merci à eux et aux équipes artistiques pour leur participation. Enfin, une règle du jeu était spécifiée, ne pas communiquer entre nous après le spectacle. Deux jours plus tard, nous nous sommes à nouveau réunis au Tri Postal afin de faire une restitution de nos opinions sur les spectacles vus. Certains ont juste répondu au questionnaire, d'autres ont écrit de véritables chroniques.

Cela a été une expérience enrichissante pour nous tous et le résultat fut au-delà de nos espérances.

Pour certains, la découverte du spectacle in vivo, en salle intimiste, proche des comédiens, a été jubilatoire. Le fait d'avoir des invitations presse a changé leurs regards sur eux-mêmes, plus positifs, ils se sont sentis respectés. La véritable surprise pour nous, intervenants, se situe au niveau de la qualité de certaines chroniques. Nous avons découvert de véritables "plumes" dont l'écriture d'un très bon niveau et le regard pertinent nous ont épatés. De quoi nous questionner sur nos propres stéréotypes ! D'ores et déjà, nous avons proposé à deux personnes de continuer l'aventure au sein de notre équipe de chroniqueurs.

Plusieurs artistes sensibilisés par notre travail et présents sur le festival ont spontanément proposé d’offrir des places pour participer à l'expérience de ces chroniques.

Ils ont saisi l'intérêt d'avoir un article contenant plusieurs regards sur leur spectacle car la multiplicité des retours enrichit le lecteur de la chronique, il peut se forger alors une opinion plus riche et nuancée.

Tout le monde est gagnant, les chroniqueurs en herbe, les artistes et en général la démocratie.

Vous découvrirez sur ces liens les chroniques réalisées dans ce cadre…

L'île sans nom (1)

L'île sans nom (2)

Le temps d'une lessive par une négresse italienne

Séverine Moralès sans porte

Le secret de la petite chambre

Le secret de la petite chambre (2)

Merci à l’ensemble des participants, à Thomas de Casi, au Tri Postal pour son accueil et espérons renouveler prochainement cette expérience.

Et si vous êtes tentés, contactez-nous.

Retour à l'accueil