Antigone dans la tête
Aff. Sébastien Pechberty
Aff. Sébastien Pechberty

Présent sur le Off 2016

Spectacle de la Cie des Sherpas (34), vu au théâtre Gérard Philipe, Montpellier (34), le 9 Oct. 2015, 21h

Création : Olivier Labiche et Laurent Pit

Avec : Laurent Pit

Mise en scène : Nicolas Pichot

Genre : comédie, seul en scène

Durée : 1h15

Public : Tous à partir de 12 ans

Création Oct. 2015 (4è représentation)

Le titre m'a intriguée. Laurent Pit se laisserait-il emporter dans les passions et les sombres décors de la tragédie ? Perplexe, je découvre un spectacle désopilant sur les méandres de l'inspiration. Voilà Pit devant sa machine à écrire, victime du syndrome de la page blanche alors qu'il cherche des idées pour créer, enfin, "le spectacle de la maturité". Il nous en dresse un tableau prestigieux, avec de grandes envolées lyriques et des parodies décoiffantes du monde de la "Culture". Seul en scène, l'acteur interprète non seulement son propre rôle mais dialogue aussi avec son psychisme, qu'il incarne lui-même en personnifiant ses idées, son surmoi, etc. ou des personnages marquants (metteur en scène, mère...). Mais il a fort à faire avec eux. Ainsi, le surmoi l'accable d'ironie cruelle et l'inconscient, interpellé en désespoir de cause, se révèle inexploitable : trop de pagaille ! L'idée d'Antigone se présente d'abord très discrètement. Nous assistons aux recherches de la mémoire, appelée au secours par le comédien qui reçoit ensuite des conseils extravagants d'O. Labiche, et de P. Caubère. Au terme d'un parcours aussi chaotique qu'hilarant, Pit adopte Antigone et, après avoir interprété son ultime et tragique dialogue avec Créon (cf. Anouilh), il se remet à écrire. Applaudissements nourris du public, mais peut-être aussi dilemme pour ce comédien entre "seul en scène théâtral" ou "one-man show" ? impro ou tragédie ? "Oui/non/peut-être..." !

Bravo pour ce brillant spectacle qui, dans un grand éclat de rire, nous fait pénétrer "dans la tête" d'un comédien en pleine angoisse de création. L'incarnation de la vie psychique de Pit produit de bons effets comiques comme par exemple lorsqu'arrivent quelques idées inopportunes ou une mémoire brouillonne ! J'ai senti aussi une certaine profondeur qui n'alourdit pas pour autant le propos: ainsi, ce surmoi vieux de toutes les générations qui l'ont constitué, cherchant cruellement à saper les désirs d'innovation du comédien en intervenant aux instants clés ! Entre Antigone et le surmoi, Oedipe n'est pas loin, et voilà d'ailleurs que la mère de Pit rapplique sans crier gare et manque de tout faire échouer !

Il faut saluer le jeu excellent de L.Pit qui sort de son registre habituel et se donne à fond. Il passe avec vivacité et fluidité de son propre personnage à ses interlocuteurs, abstraits ou non. Déplacements, postures et intonations disent immédiatement l'essentiel, et le public l'accompagne visiblement sans heurts dans sa recherche compliquée ! C'est ainsi qu'il réussit à matérialiser l'idée d'Antigone très progressivement. D'abord un peu distante, charmante dans ses hésitations, elle se précise peu à peu. Enfin, grâce à son obstination le comédien termine en l'interprétant, clouant les spectateurs dans un grand silence plein d'émotion. Nous voici à la croisée des chemins d'un personnage et de son interprète ! On peut ouvrir de nombreux tiroirs dans ce spectacle somme toute plein de malice...

L'intrigue progresse sans rupture malgré la cascade de rencontres qu'elle nous fait vivre sur un rythme enlevé et parfois frénétique avec une bande-son et des lumières bien pensées. Le texte, dans un tourbillon d'humour, pousse les personnages aux confins de leurs excès, lance des phrases chocs, ménage des explosions libératrices, passe du mordant à la tendresse. Bref, c'est jouissif ! Le milieu de la "C"ulture n'est pas épargné et les deux auteurs se régalent à nous offrir en pâture les embûches du métier, ses doutes, ses illusions, ses joies. J'ai relevé la référence amusante au "Roman d'un acteur" de Philippe Caubère, qui se transforme en délire dans une scène où des postillons prennent une dimension cosmique ! "Antigone dans la tête" sera-t-il "avignonné" ? En tout cas, à peine sorti de l’œuf, il a enchanté le public.

Extrêmement drôle, "Antigone dans la tête" emmène le spectateur dans les coulisses de la création et du psychisme, entre psychanalyse et monde de la culture, mythe et réalité. Accessible à tous ce spectacle permet à chacun de le voir avec ses propres références et... d'avoir son content de rire ! Il ne faut pas s'en priver.

A noter que le spectacle demande une certaine mise en œuvre technique, en particulier pour le gril. Une version plus légère est prévue.

Catherine Polge

Autres spectacles de la Cie sur le blog :

"Les Instantanés (duo d'impro)"

"One man Sud"

"Ailleurs le caviar est meilleur"

Retour à l'accueil