Interim Meurtre

Site Avignon OFF

Présent sur le Festival OFF 2017

Spectacle de la Cie des Gavroches (19), AVIGNON OFF 2016, à 16h45, L’Albatros, du 07 au 30/07

Texte et mise en scène : Alexandre Josse

Avec : Josselin Girard et Michel Frenna

Genre : Théâtre

Public : Tout public

Durée : 1h

Une Dyane Citroën un peu déglinguée occupe presque tout l’espace scénique de la petite salle… Une voix off accompagnée à la guitare électrique, nous plonge dans l’ambiance et délivre un message un brin ésotérique sur le sens et la valeur de la vie, la peur. Avant que deux gars sortent de la voiture… On comprend vite que l’un des deux (Zal) doit exécuter l’autre (Axel). Pour rien, il a juste accepté un job, car il en a assez de pointer au chômage. Alors ça ou autre chose… Voilà posée la base de cette histoire absurde dans laquelle deux types ordinaires sont embarqués. Et nous avec ! Mais jusqu’où peut-on aller pour de l’argent ?

Pendant une heure ces deux individus se débattent dans une situation qui les dépasse de plus en plus. Ce n’est pas si simple de buter un type contre qui vous n’avez aucun grief, que vous ne connaissiez même pas une heure avant ! La victime désignée va de fait tenter de distraire et d'amuser le tueur, de le convaincre qu’il n’est pas la bonne personne, que la victime est quelqu’un d’autre, que son heure à lui n’est pas arrivée, même si au fond son existence n’est pas très intéressante… De son côté, le tueur finit par suggérer à Axel de se suicider, afin de lui faciliter la tâche. Hypothèse que ce dernier semble accepter. Zal va même jusqu’à satisfaire le moindre caprice qu’Axel invente pour retarder l’échéance, même si l’énervement le gagne inévitablement. Il finit même par le blesser involontairement en manipulant son revolver !

Cette histoire a priori pas drôle, est servie par des dialogues percutants, souvent pleins de bon sens, même s’ils sont délirants, qu’échangent deux comédiens en mouvement perpétuel, qui déplacent la Dyane dans tous les sens, manipulent des objets, chantent, jouent de la musique, vont et viennent, montent et descendent sans répit. Et malgré le rire, l’intensité dramatique augmente au fur et à mesure de ce tourbillon. On redoute l’issue… Qui pourtant ne vient pas, en tous cas pas comme on l’attendait…

Je vous laisse le plaisir de découvrir la chute, et le talent de ces deux jeunes comédiens dynamiques, qui portent brillamment l’écriture de qualité d’Alexandre Josse. En bref, une belle surprise !

Cathy de Toledo

Retour à l'accueil