Le Portrait de Dorian Gray
Le Portrait de Dorian Gray

De la Compagnie Thomas le Douarec
Vu le 17 juillet dans le cadre du Festival d’Avignon, du 5 au 29 juillet (les 12, 17, 19, 24, 26 juillet en anglais).

D’après le roman éponyme d’Oscar Wilde
Interprètes anglophones : Arnaud Denis, Fabrice Scott, Maxime De Toledo, Solenn Mariani
Interprètes francophones : Arnaud Denis, Fabrice Scott, Thomas le Douarec, Caroline Devismes
Mise en Scène : Thomas le Douarec 


Débute à 18h (1h40)
Spectacle pour adultes


Ayant déjà une connaissance du roman, nous pouvons constater que c’est une adaptation plutôt bien coupée et complète. Ils ont cependant plus humanisé le personnage principal, qui est représenté dans le livre comme extrêmement cruel et presque dépourvu d’émotions. Cette humanisation rend la pièce plus vivante.

Le décor est très simple, mais assez typique de l’époque et très élaboré. Le metteur en scène a utilisé plusieurs patrons placés sur les projecteurs pour représenter la lumière passant par les fenêtres. Certaines couleurs permettaient d’identifier certains sujets (exemple : le rouge lorsque Dorian énonce les méfaits et la cruauté de la jeunesse) et étaient également utilisées pour montrer l’évolution du portrait qui était caché du public. Les décors s’adaptaient aux différents environnements. Pour signifier le vieillissement des personnages, les comédiens se sont maquillés sur scène face au public, tout en dialoguant.

Nous avons vu la pièce en anglais, ce qui requiert pour des comédiens français un niveau assez élevé dans la maîtrise de cette langue. Malgré un léger accent, leur prononciation était très bonne et c’était compréhensible. Quelques passages étaient chantés et l’un des comédiens jouait du piano en accompagnement. La pièce était très intense et nous intégrait dans l’action. L’interprétation était vraiment réussie.

L’univers très sombre mais assez intellectuel de cette pièce est fascinant et peut être effrayant. C’est un univers qui nous a beaucoup plu, c’est pour cela que nous lui mettons trois étoiles.

Gabriette
 

Retour à l'accueil