Monsieur Barbara

 

 

Une production : Chansons de gestes

Lieu : Théâtre des Lila’s Avignon

Dans le cadre du festival Off d’Avignon

Distribution : Lionel Damei et Pascale Giraud

 

Durée : 1h10

Genre : Spectacle tous publics

 

Spectacle vu le samedi 7 juillet 2018 au théâtre des Lila’s Avignon.

 

Monsieur Barbara, c’est l’histoire d’un petit garçon qui se prend pour une autre, une femme qui chante. Et elle chante si-haut-si-beau-si-fort, que ça lui donne l’envie de la rejoindre avec ses ailes en chiffons dans le ciel de ses théâtres, et d’y tracer son propre chemin de lumière.

 

Ils sont deux sur scène : Pascale Giraud, musicienne polymorphe (violoncelle, piano, voix) et Lionel Damei, un artiste pluriel et singulier, à la fois acteur, auteur et chanteur. Ce duo nous livre avec une passion dévorante les chansons de Barbara moins « attendues-entendues » et les leurs, ainsi que l’histoire qui les relie, grande, petite, intime, universelle. Ce duo hors normes parvient à nous faire partager son amour pour cette grande dame de la chanson à travers un répertoire peu visité et en même temps il nous emmène ailleurs avec ses propres créations.

 

Lionel Damei et Pascale Giraud nous offrent un sacré beau moment de mots, de musiques et de chansons, avec leurs talents conjugués, beauté des voix, émouvant récit, touches d’humour joliment égrenées, vibrante complicité, énergie flamboyante, silences habités et petits pas de danse, et tant de choses encore qui étonnent et captivent en même temps.

 

« Chaque homme possède une part féminine, la sienne porte un prénom : Barbara »… Lionel Daméi commence ainsi son spectacle Monsieur Barbara comme une promenade musicale autour de la merveilleuse artiste qu’était la dame brune.

 

La première chose qui vous saute aux yeux, ou plutôt aux oreilles tandis que se déroule le récital, c’est la voix incroyable de Lionel Damei, dont les modulations empruntent l’identité vocale de Barbara.

La puissance tout en délicatesse de son interprétation m’a enchantée, tout comme la douceur de la voix de Pascale Giraud qui se mélange avec bonheur à celle de Lionel Damei.

Au piano et au violoncelle, Pascale Giraud apporte une touche solaire à l’ensemble, et je dois avouer que j’ai un peu déploré qu’elle restât en retrait.

 

Le décor était en place, avec ses touches de rouge-orangé rappelant le beau cuivré du violoncelle.

Ce spectacle poétique et rêveur quand il parle d’amour sait aussi s’ancrer dans la réalité des deux dernières décennies du XXe siècle marqué par les années sida.

 

Le talent de Lionel Damei est de vous faire croire que c’est facile de faire ce qu’il fait sur scène, on pourrait l’écouter jusqu’au bout de la nuit, d’ailleurs ça tombe bien, j’ai vraiment eu l’impression qu’il aurait pu continuer à nous livrer ce répertoire merveilleux jusqu’au bout de la nuit !

« Je ne t’attends pas au bout d’une ligne droite, je sais qu’il y aura encore des détours… ».

Alice Masson

Retour à l'accueil