Programme OFF 2019

Programme OFF 2019

Chroniques d'un escargot (création 2018)

 

Spectacle de Cie La Caravelle (77) vu le 15 juillet à 10 h 25 au théâtre des Lucioles, dans le cadre d’Avignon OFF 2019. Du 5 au 28 juillet, sauf mardi

 

 

Auteur : Thomas Gendronneau et Anthony Falkowsky

Mise en scène : Thomas Gendronneau

Comédiens : Anthony Falkowsky

Genre : théâtre

Public : tout public à partir de 6 ans

Durée : 1H

 

 

Louis adore les histoires. Son grand-père est heureux de lui en raconter et de lui faire partager sa passion pour la musique de jazz américaine et pour les films de Jean Paul Belmondo, dont il a toutes les cassettes vidéo. Louis aime se réfugier dans le grenier familial. Il peut alors visionner tranquillement les films de Bébel, se rejouer en playback et mimer de nombreuses scènes qu’il connaît par cœur, écouter et danser au son des vieux vinyles de son grand-père, ou rêver tout simplement.

Dans le bric-à-brac entreposé dans le grenier, Louis puise les objets qui lui permettent de mettre en scène et revivre devant nous les parties de pêche et les promenades en forêt qu’il partage avec son grand-père. Louis nous parle aussi de sa vie de jeune écolier, de son ami Nathan, de son amoureuse Daphné, de son instituteur en qui il voit Karpov, l’ennemi juré de Bob St Clair/Bébel dans « le Magnifique »… Sans oublier de nous présenter son fidèle compagnon, son escargot Bébel. Au milieu de tout çà, il s’interrompt à plusieurs reprises pour tenter, en vain, d’enfiler la boule d’un bilboquet sur sa tige…

Anthony Falkowsky, en barboteuse bleu, incarne un petit garçon de 8 ans tout à fait convaincant. Il s’est approprié la gestuelle d’un enfant, ses erreurs de langage dues à l’incompréhension de certains mots utilisés par les adultes (son grand-père est « elleniste », il travaille le bois !) et la propension à sauter  d’un sujet à un autre, aidé en cela par un imaginaire vif et débordant. Brillante démonstration qu’il est aussi possible de s’occuper, de jouer et de rêver sans la moindre console électronique, ni le moindre téléphone et ses multiples applications…

Le comédien excelle à transformer sa voix et son visage, pour interpréter tous les personnages qu’il évoque (même Belmondo !) et qui jouent ensemble, s’affrontent,  se répondent, interprétant avec aisance  l’un et l’autre simultanément.

L’auteur et son interprète nous offrent une jolie proposition, une sorte de voyage initiatique et un hommage à un grand-père dont nous avons tous rêvé (ou connu, par chance), même si j’ai trouvé la fin un petit peu triste.... Ce spectacle plein de poésie, un brin nostalgique, peut être partagé en famille sans hésitation, pour le plaisir de tous.

 

 

 

Retour à l'accueil