Le théâtre ambulant Chopalovitch
Le théâtre ambulant Chopalovitch

Spectacle de «Compagnie Crack» (75) vu le 23 juillet 2019 à 14h15 au Théâtre Tremplin dans le cadre du festival Off d’Avignon, du 05 au 28 juillet 2019.

Auteur : Ljubomir Simovic

Mise en scène : Muriel Michaux

Avec : Amandine Mornet, Raphaël Craplet, Pierre Blanchet, Romain Cavanna, Viviane du Guiny, Agathe Caillette, Vincent Guillerot, Vladimir Mikovic

Genre : Théâtre
Public : Tout public

Durée : 1 h 10

La pièce "Le théâtre ambulant Chopalovitch" explore la confrontation entre l'autoritarisme, la censure, et le théâtre. Comment continuer à faire vivre l'art quand toute activité non autorisée expressément peut devenir subversive ?

J'ai vu plusieurs fois cette pièce dans sa forme la plus orthodoxe. Le théâtre ambulant Chopalovitch souhaite représenter "Les brigands" de Schiller dans un village de Serbie. Les acteurs et le directeur de la compagnie rencontreront tous les blocages, menaces et intimidations dans un pays régi par la terreur nazie. La mise en scène proposée  ne retient pas l'occupation nazie, mais plutôt l'occupation en général d'un pays par une autorité tyrannique. Les personnages ne sont pas vêtus de costumes spécifiques, mais de tenues impersonnelles. Les acteurs sont en tee-shirts noirs alors que les occupants sont vêtus de costumes stricts. Les changements de costume se font sur scène, les acteurs se tournant dos au public en fond de scène pour s'habiller. Cela permet de conserver un espace toujours occupé. Les rapports sont tendus et froids. L'ambiance générale révèle bien l'inquiétude et le malaise. La terreur apparaît régulièrement sous la forme d'un tortionnaire provocateur. Les personnages sont joués avec sobriété. Ils semblent se mettre en veille de temps en temps,  comme pour se rendre invisibles, ne pas "faire de vague". Je n'ai pas retrouvé le côté burlesque et ironique de la pièce qui fait supporter le tragique. C'est probablement un choix, destiné à privilégier le message principal. A certains moments, les personnages en avant-scène se tournent vers le public pendant que l'action se déroule derrière ou à côté d'eux. Leurs regards sont perdus, les yeux absents. Je pense qu'il y avait là la volonté d'exprimer la dépersonnalisation, car l'acteur ne semble ainsi plus incarner qui que ce soit.

L'essentiel de la dramaturgie est présent, mais je dois avouer que je n'ai pas trouvé tout ce que j'attendais de la pièce. C'est probablement un choix artistique. C'est pour moi une version ou adaptation originale qui offre un seul visage, sombre, fidèle à l'essentiel du message de l'auteur.

Retour à l'accueil