Ma parole!
Ma parole!

 

 

Un spectacle produit par « Samovar productions » (75) et vu au Théâtre du Rond Point le 12 juin 2021.

 

Texte : Vincent Roca

Mise en scène : Gil Galliot

Comédiens : Vincent Roca

Genre : Seul en scène

Public : adulte

Durée : 1H20

 

 

Il y a pour moi comme une urgence à renouer avec le spectacle vivant et les salles dont j’appréciais, du temps d’avant, la programmation. Je me saisis des invitations sans trop choisir. Juste envie d’y aller. C’est ainsi que j’ai répondu à l’appel de « Ma parole ! » de Vincent Roca. Une découverte plutôt plaisante.

 

Une découverte, j’admets. Pourtant, Vincent Roca est un vieux routier du verbe qu’il présente tantôt dans des chroniques radiophoniques, tantôt dans des livres, tantôt sur scène. « Ma parole ! » est, dit-il, une « forme d’inventaire » de textes de différentes époques. Neuf au total et dont le point commun  est de montrer la puissance humoristique intrinsèque de la langue française même quand le thème abordé est tragique (la vieillesse, le suicide).

Le dispositif scénique est économe : à cour, un tabouret et un porte-manteau, à jardin, une table parisienne sur laquelle trône un « Petit Robert », au centre, une simple chaise en bois. Vincent Roca en extirpe une paire de gants blancs et un chapeau claque. Tel un magicien, il met des gants pour manipuler l’évanescente substance, le mot. Il le triture dans tous les sens, l’associe en oxymores, le détourne en sonorités, le conjugue à la folie et le parodie à l’absurde. Cette fête du verbe est particulièrement réussie dans « la langue française » et « Proust ». Les contrepèteries s’y enchaînent en réparties si naturelles qu’elles forcent l’admiration.

Malheureusement, ces deux textes sont un peu l’exception. Les autres sont fort riches en trouvailles aussi. Mais on sent trop le travail de l’auteur : les jeux avec les mots s'enchainent plus par conjonctions (" alors j'ai dit...", "puis le monsieur s'est énervé pour dire... ") que par contexte. Comme s’il fallait précisément le placer, le bon mot. C’est d’autant plus laborieux à suivre que la mise en scène est monocorde. Même les protagonistes imaginés pour donner la répartie ont la voix de Vincent Roca. Le rythme en pâtit sérieusement  et le spectateur, régulièrement mais faussement interpellé par le comédien, reste précisément spectateur d’une démonstration virtuose mais qui tourne avide de jeux de mots.

 

« Ma parole ! » est un spectacle pour les amoureux de la langue. Vincent Roca, maître en la matière, nous invite à jouer avec. Mais pour que la magie opère totalement, il faudrait parfois pouvoir oublier le travail d’auteur au profit de l'acteur.

 

Catherine Wolff

 

Retour à l'accueil