Camille Camille Camille
Camille Camille Camille

Spectacle de la Compagnie AtmosphèreS (77) vu à la Maison de la Poésie à Avignon le 18 juillet 2021 à 11 h 50. Dans le cadre du Festival OFF d'Avignon du 7 au 31 juillet.

 

Texte : Sophie Jabès

Mise en scène : Sara Veyron

Avec : Florence Bloch, Sylvie Guichenuy, Leslie Nicolau, la voix de Denis Lavnt

Marionnettes : Marianne Millet, Chloé Cassagnes

Scénographie : Alix Mercier

Genre : Théâtre Contemporain

Public : tout public

Durée : 1 h 25

 

Je découvre la Maison de la Poésie dans une petite ruelle avignonnaise. On peut y boire un verre, c’est aussi un café associatif. La salle d’une cinquantaine de places est à moitié pleine. Nous sommes assis sur des bancs sans dossier, sur des gradins peu inclinés.

La scène est ouverte, petite, avec un lit et une table à laquelle est assise une vieille dame. Elle commence à nous parler de sa vie. C’est Camille. Une Camille âgée. Puis, derrière un voile, dans la profondeur de la scène, une autre femme, la quarantaine. C’est Camille aussi. Plus jeune. Une Camille en colère qui crie d’avoir mal. Enfin, une troisième Camille. Elle a vingt ans. Elle est heureuse, pleine d’ambitions, amoureuse de son maître Rodin à qui elle a envie de tout donner, dont elle a envie de devenir esclave.

Après la jeunesse fougueuse, dévorée par ses envies, l’âge adulte, plein de rage, de solitude, de désespoir. Puis la vieillesse, Camille est internée pour folie. Pourtant, elle nous parle avec sagesse. L’âge de la maturité avec l’attente de la mort comme une libération, une délivrance.

Camille, tout au long de sa vie, a dans ses relations difficiles avec ses parents, son père, sa mère qui ne l’aime pas, ses frères et sœurs. Camille porte un nom de garçon et suit un grand frère trop tôt disparu. Camille perd pied à la mort de son père, le seul dont elle avait la certitude d’être aimée.

Camille tout au long de son amour pour Rodin est désireuse de devenir l’unique, de découvrir le plaisir. Puis est désabusée par le comportement de celui qu’elle aime tant. Enfin lucide face à un pervers qui boit son âme.

Ainsi, la pièce nous fait découvrir la vie de Camille Claudel à des âges différents à travers l’incarnation de ces trois actrices qui jouent à tour de rôle et nous font découvrir la vie sentimentale de Camille Claudel.

Des voix off, portées par des magnifiques marionnettes grandeur nature de personnages obscures, représentent les autres personnages. Il y en a parfois une, puis deux ou alors cinq, ils suivent les mouvements de Camille.

La pièce se termine avec les trois Camilles sur scène, trois Camilles qui se parlent, s’interrogent sans savoir qui est l’autre, se demandent conseil et finalement ne se comprennent pas.

Le spectacle est d’une rare intensité, c’est bouleversant, à ne pas rater sur ce festival !

 

Maren Scapol

Retour à l'accueil