groupe Zède

groupe Zède

Três

 

 

Un spectacle produit par le groupe Zède(51) et vu au Théâtre du Monfort dans le cadre du festival (des)illusions  le 18 mars 2022.

 

 

 

Conception et mise en scène: Antonin Bailles, Leonardo Ferreira et Joana Nicioli

Circassien : Antonin Bailles, Leonardo Ferreira et Joana Nicioli

Lumières : Anne-Sophie Mage

Genre : Cirque

Public : Tout public

Durée : 1H

 

Le Monfort propose depuis plusieurs années le Festival (Des)Illusions qui bouscule les frontières et offre de nouvelles passerelles entre le cirque, le théâtre et la danse. C’est l’occasion de découvrir des formes assez courtes avec des artistes confirmés ou au prélude de leurs carrières. Les conditions sanitaires m’ayant rattrapée, je n’ai pu assister qu’à l’un des deux spectacles prévus, le dénommé « Três ».

 

Dans l’offre riche et variée du festival, j’avais retenu « Três » pour le mât chinois, agrès que j’affectionne entre tous. Les deux premiers tableaux sont sidérants de beauté. Trois circassiens, deux hommes et une femme, torse nu, évoluent en amas organique au pied du mât. Dans une lumière rouge et en silence, les corps s’entremêlent dans le souci manifeste d’attraper la chose pour y monter. C’est très sensuel. Le second tableau n’est pas en reste. Sous une lumière froide cette fois, l’un des hommes entreprend une danse sur le mât. En symétrie, Madame suit la même chorégraphie sur son porteur, transformé en mât vivant. Voilà donc qui me laissait augurer du spectacle rêvé.

 Malheureusement, « Três », contrairement à ce que pouvait laisser imaginer le début, n’a d’autre fil narratif qu’une juxtaposition de tableaux, sans lien les uns avec les autres. L’un est  carrément incongru tant l’esthétique  grand guignolesque rompt totalement le ton sans qu’on en comprenne la finalité. La musique est criarde et ce que les circassiens gagnent en force, ils le perdent en grâce. Or à mon sens, la grâce est l’essence même du mât chinois. C’était cet agrès là que j’étais venue voir et j’ai finalement découvert en la personne de Léonardo Duarte Ferreira un extraordinaire acrobate-contorsionniste dont le corps massif ne laissait pas deviner à priori une telle souplesse.

 

 

Le festival (des)illusions est un festival original pour les amoureux du cirque. Je suis contente de l’avoir enfin honoré même si le spectacle vu, « Três », n’a pas répondu à toutes mes attentes.

 

 

Catherine Wolff

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil