photo dossier site compagnie

photo dossier site compagnie

ALMATAHA

Spectacle de la Compagnie Zahrbat (59) vu à la Factory, théâtre de l’Oulle le mardi 19 juillet 2022 à 10 h, dans le cadre du Festival Off d’Avignon, du 7 au 27 juillet.

 

Auteur et chorégraphe : Brahim Bouchelaghem

Interprètation/manipulation marionnettes : Moustapha Bellal, Sofiane Chalal, Said Mamèche et « Shorty »

Musique originale : Usmar

Lumières : Philippe Chambion

Construction Marionnettes et objets : Vitalia Samuilova

Genre : danse, marionnettes, objets

Durée : 50 min

Public : Tout public à partir de 5 ans

 

Le teaser très prometteur m’a incitée à sélectionner ce spectacle présenté comme Jeune public dans ma short list de cette édition 2022 du Festival d’Avignon Off… Une charmante marionnette, de la danse hip hop, une belle musique, tout semblait contribuer à faire émerger un spectacle plus qu’intéressant…

 

Le plateau est plongé dans le noir. Seule une petite fenêtre est éclairée, qui s’entrouvre et l’on peut apercevoir un petit personnage, marionnette/main, avec une petite tête de taureau... Un autre espace s’éclaire avec un lit et un autre personnage endormi… Shorty se réveille, se lève et gagne une table où il prend un repas… La scène se reproduit 2 ou 3 fois. Jusqu’à ce qu’à son réveil un jour, Shorty se trouve attaché à un fil, qu’il suit tel un équilibriste. Il l’emmène vers la petite fenêtre par laquelle il s’engouffre dans une sorte de tunnel…

Shorty cède alors la place aux danseurs, ses alter ego, qui finissent par se débarrasser des fils qui les retiennent prisonniers. On passe alors du danseur à la marionnette, et inversement, chacun étant miroir de l’autre... Shorty et ses danseurs manipulateurs évoluent dans un décor de blocs superposés, mobiles, obstacles que doit franchir Shorty. Attachant et fragile, le petit personnage évolue vers « l’humanisation » prend sa place de quatrième danseur du groupe… Avait-on jamais vu une marionnette danser du Hip hop !?

Dans un décor épuré de papier kraft habillé de lumière rasante, les danseurs accompagnent Shorty dans son voyage initiatique à la rencontre du Minotaure et d’autres incroyables animaux fantastiques qui émergent d’un tas de papier kraft pour jouer avec Shorty et s’inviter dans le public...

A l’issue du voyage, Shorty atteindra le Graal et obtiendra les cornes du Minotaure, qui réunies en croissant de lune lui serviront de siège céleste, offrant une jolie image de pierrot lunaire.

Tout au long de cette histoire merveilleuse, servie par une écriture maitrisée, on se laisse bercer par une magnifique composition musicale jazzy parfaitement adaptée au rythme du spectacle.

Et on ne peut que saluer l’énorme travail accompli par des danseurs dont ce n’était pas la vocation, qui se sont formés auprès de Denis Bonnetier, directeur de la compagnie de Marionnettes Zapoï, pour atteindre cette qualité de manipulation, le plus souvent en trio, difficulté supplémentaire...

Ce premier spectacle jeune public créé par la compagnie pendant le confinement, même si le projet avait été initié avant, est une vraie réussite. C’est de mon point de vue bien plus qu’un spectacle jeune public, mais réellement un spectacle familial, peut-être encore plus émouvant pour les adultes que pour les enfants, d’ailleurs peu nombreux dans la salle ce jour-là. Public conquis en tous cas qui a ovationné debout en fin de représentation !

 

Cathy de Toledo

Retour à l'accueil