Le fils
Le fils

Produit par la Compagnie Les airs entendus (Suisse), vu au Théâtre Transversal (84) le 18 juillet 2022 dans le cadre du Festival Off d'Avignon 2022.

 

D'après le roman de : Michel Rostain (Goncourt du premier roman)

Mise en scène :  Céline Pitault

Interprètes : Céline Pitault

Genre : Théâtre contemporain

Durée : 1h10

Age : à partir de 10 ans

 

Lion, c'est son prénom, a 21 ans. Il est jeune, fougueux, aimé par les siens, en un mot : heureux d'être en vie. Il sera emporté par une méningite foudroyante en quelques heures, en 2004.

 

C'est nous qu'il prend à témoin pour raconter son histoire à son père, à sa mère, il les interpelle en racontant ses dernières heures, ses moments de joies partagées avec eux, ses souvenirs d'enfant adoré. Le père et la mère, tour à tour, prennent la parole pour raconter l'inconcevable, la stupéfaction devant le bonheur enfui en une journée à peine, la culpabilité de ne pas avoir passé assez de temps avec cet enfant qui allait les quitter si brutalement.

Pourtant les parents transformeront leur douleur en un élan de vie inespéré. Ayant appris que s'il lui arrivait un jour malheur, Lion aurait souhaité que ses cendres soient dispersées en Islande où il rêvait de se rendre un jour. Les deux âmes en peine feront ce voyage pour lui, pour eux.

Lion est mort, et pourtant il est bien là et nous nous sentons troublés, émus, voire même bouleversés lorsque les parents de Lion feront le voyage pour Reykjavik afin d'exaucer ses voeux. La vision (réelle ou imaginaire) d'une tête de lion dans les cendres jetées à Reykjavik rendra l'histoire de leur deuil extraordinaire en faisant peut-être de ce lieu son au-delà...

Lion, son père et sa mère s'expriment par le jeu d'une seule en scène : Céline Pitault sera tour à tour un Lion truculent, une mère anéantie réduite à un murmure, un père stupéfait et si désolé...Son jeu est si bouleversant, les morceaux qui l'accompagnent si justement choisis (le « No surprises » de Radiohead m'a beaucoup émue) qu'on se projette dans sa propre histoire en pensant alors : et si ça m'arrivait, à moi ?

Un beau moment de théâtre porté par une comédienne exceptionnelle à la belle maxime : « Humilité, sincérité, respect du mot et du silence, sur un plateau de Théâtre, nous ne sommes que des messagers... » (Céline Pitault).

Une performance à ne pas rater.

 

Evelyne Karam

Retour à l'accueil