Entrer dans la couleur
Entrer dans la couleur

Spectacle d’Alain Damasio & Yan Péchin vu le 19 Novembre 2022 à 21h dans la salle « la Halle « à Dieulefit dans le cadre de la programmation « Hors saison » de l’Association : BIZZ’ART Nomade.

 

Texte, voix : Alain Damasio

Arrangements, Guitare , Basse : Yan Péchin 

Durée : 2H

Genre :  Concert Rock Fiction poètHique

Public : Adultes

 

A Dieulefit, l’Association BIZZ’ART nomade propose une soupe conviviale avant la représentation qui est bien bonne ! Puis, nous prenons place au balcon.

 

Le plateau est prêt ; En fond de scène, sur la droite une femme semble être assise. Elle n’a de cesse d’effectuer le même mouvement de la main, une pierre, une craie…Un bâton d’encre…

Lorsque Yan Péchin et Alain Damasio arrivent sur scène, applaudissements ; Alain s’adresse au public ; il nous décrypte le spectacle, qui ce soir exceptionnellement, bénéficie de la présence sur scène d’une calligraphe C. Basset qui réalisera au fil de la représentation et dans son énergie, des peintures, des traces.
Alain introduit et situe les Furtifs ; Puis Alain commence un morceau. Son « Dit » , ses mots  (maux) déclamés ainsi à voix haute éclatent :  Le propos se trouve soudainement amplifié par le  contexte et l’amplification générée par le jeu, les improvisations du musicien Yan Péchin.  Nourrit du texte, du rythme du contenu, de ce tout. Quinze pédales sous les pieds et de l’or dans les mains (Il est le dernier guitariste Héro de l’hexagone !).

 

Yan Péchin est sur la gauche de la scène avec sa guitare, ses accessoires, assis, le plus souvent enroulé, faisant comme corps avec son instrument et sa « tignasse » ébouriffée ! Il est porté, habité par les mots, les maux, la voix, les cris Pour lui, la seule partition c’est le texte ! Une force conjuguée émane de cette proposition créative grâce à une mise en scène épurée et une forte présence d’un film vidéo d’Alexandre Machefer en totale vibration avec le propos.

 

La mise en scène, le décor contribuent également de façon pertinente (projection vidéo, son, scène) à magnifier le tout ; L’auteur habité de son texte, dit, déclame, hurle, crie parfois avec passion et nous embarque !

 

Cette forme innovante, inventive donne une force et une puissance aux mots, aux phrases inégalées. De cet univers sonore et visuel émane une osmose poétHique, une fiction insolite chargée de constats politiques glaçants : fuir le techno cocon, un réseau trop intrusif ; En ce qu’elle intègre les enjeux contemporains, cette parole constitue une arme blanche puissante à dénoncer et à réactiver le vivant en nous.

 

La force et le talent conjugués des deux artistes porte magnifiquement le propos ; le livre n’est pas accessible pour certains(es) qu’importe spectacle constitue une introduction parfaite à a pensée à l’univers d’Alain Damasio et cet univers vaut la peine d’être découvert !

 

A la fin du spectacle, il nous est proposé un échange avec les artistes ; la librairie « sauts et gambades de Dieulefit propose les ouvrages d’Alain ainsi que le CD du spectacle. Alain D est très sollicité, un public jeune a majorité entre 25 et 50 ans ; Et quelques seniors dont nous ! Il est heureux, combatif, passionné ; Enchanté du succès de cette création qui porte haut et fort sa vision du vivant.

 Engagé il met en bouche et en voix son écriture ; des liens se créent en tournée, sur scène aussi !

 

A noter ce soir, cette présence féminine sur scène…à Dieulefit ; Une première ? Discrètement, l’artiste assise en fond de scène dès notre installation dans la salle, prépare l’encre ; Puis, au cours de la représentation toujours dans la pénombre, debout ; Elle tracera au pinceau avec l’encre des calligraphies qu’elle ira suspendre sur les côtés de la salle. Cette délicate présence amène une temporalité précieuse quasi méditative ; Une gestation féminine, introspective et  bienveillante.

Une proposition de spectacle d’une qualité rare tant le propos poétique, politique et percute, transcendé par les improvisations du musicien guitariste. Par la mise en scène proposée, la vidéo projetée complète et contribue à nous transporter dans cet univers des furtifs.

 

Personnellement, c’est mon compagnon qui a lu Damasio ; Moi, je ne le connaissais que de nom. A présent, comme j’aime lire, je vais  lire les furtifs ; Ce concert Rock Fiction poétHique , j’ai adoré !

 

Gisèle-Lydie Brogi

Retour à l'accueil