Entre deux éditions de la Biennale du Théâtre jeunes publics de Lyon, Maurice Yendt et Michel Dieuaide ont eu l’idée de créer le festival Intermezzo dont voici la deuxième édition cette année. Présentée au Théâtre Les ateliers de Lyon (69), elle s’est tenue du 7 au 15 février 2008, mêlant rencontres professionnelles, représentations scolaires en journée et représentations tous publics en soirée.
« Ah ! Vous dirais-je… » de la Compagnie Les yeux gourmands.
Mercredi 13 février 2008 à 15h, au Théâtre Les ateliers, à Lyon (69).
 
Avec : FREDERIC JEANNIN (percussions) et MARIE-HELENE VUILLERME RUSCHER (voix)
MISE EN SCENE : Véronique Chatard
CREATION LUMIERE : Jean François Bonnefond
avec Grégory Guillemin
REGIE : Stéphanie Gouzil
 
Genre : Spectacle musical
Tout public à partir de 5 ans.
Durée : 50 minutes.
 
Dans la salle : 150 bouts de choux, bien installés au fond de leur fauteuil et ce sont Le roi Dagobert, Malbrough s’en va-t-en guerre, Le petit navire… qui débarquent dans nos oreilles. Les plus belles chansons de notre enfance revisitées par différents compositeurs.
On note le travail réalisé entre l’association « Présence du conservatoire » et Véronique Chattard, la metteure en scène. Du point de vue musical, le spectateur-adulte perçoit, avec plaisir, la réelle volonté de modernisation de ces thèmes folkloriques, à travers la recherche de sonorités (balai et balayette, bouteilles remplies d’eau, xylophone..) et les effets de variations vocales, le tout servi par un musicien et une chanteuse mezzo-soprano aux talents certains.
Malheureusement, la pièce n’atteint pas son but : transmettre aux plus petits notre répertoire d’enfance. Des raisons qui s’additionnent à l’âge des spectateurs :
-      La durée de la représentation.
-      Les vibrations mezzo-soprano nous font perdre l’effet « comptine » et compréhensible des chansons.
-      Le manque de trame narrative qui relieraient les chansons et captiveraient l’attention des jeunes spectateurs.
-      Le manque de traitement visuel autour de l’œuvre musicale.  
-      Une jauge bien trop grande, à mon avis, qui ne permet pas la participation. Ils se retrouvent en position frontale, dans un rôle de récepteurs.  
 
Cela fait beaucoup de raisons et je peux difficilement finir positivement sur ce spectacle, qui n’a pas réussi à captiver les enfants, lors de la représentation. Ca s’est vu et entendu !
 
Morale à retenir. L’enfant est juge, sans cour d’appel !
 
Retour à l'accueil