Be Claude 3

Spectacle de la Compagnie  1 Watt (dept 30), vu à Montpellier, dans le cadre de la ZAT 7, Quartier Boutonnet / Beaux-Arts, le 10 Novembre 2013, 18h.

 

Avec Pierre Pilatte

Textes: Jean Cagnard

Mise en scène : Sophie  Borthwick

Composition sonore : Erwan Quintin

Costumes : Sharon Gilham

 

VIVANT-3-COEURS-5Jauge de confort  : 150

Genre : Spectacle en parcours burlesque

Public : tous à partir de 7 ans

Durée : 60 minutes

Création 2013

 

 

La Compagnie 1 Watt parcourt l'espace public, en l'explorant. Jeu burlesque, spectacles flirtant avec l'absurde et parfois le surréalisme, décrivent son quotidien. Nous sommes plusieurs centaines de spectateurs en route pour le rendez-vous avec Claude. La découverte du personnage est déjà un émerveillement. Grand, mince et sec, profil aigu, regard en tension, il se désarticule, s'étire ou se rassemble contre une vitrine qu'il lave ou plutôt "épouse" dans un corps à corps burlesque à la recherche de la transparence totale.

 

Une voix tranquille (boîte à sons) lui donne des ordres "Sois propre!" "Sois courageux!" énumérés en boucle jusqu'à l'absurde. Attentif à cette voix et très concentré, Claude s'active dans des pantomimes, comme si son mutisme explosait en énergie. Et lorsque cette voix le lance à la recherche de sa "part féminine", nous le suivons de rue en rue, amusés et intrigués par ce clown poète à la poursuite de son identité. Qui est Claude ? Jusqu'où ira-t-il ? Qu'osera-t-il ? La boîte à sons le harcèle, alternant musique, grincements et injonctions. Il s'inquiète, doute, joue de son apparence, change de vêtements, devient homme-femme (bravo à la costumière). La pression monte, le rythme devient lancinant... jusqu'à ce que tout déraille dans un jeu burlesque paroxystique au terme duquel Claude s'escamote, réapparaît en éblouissante silhouette féminine... et nous parle. De rues en rues, nous débouchons sur un grand carrefour où Claude prend sa liberté en virevoltant au milieu des voitures dans un envol jubilatoire. Longs applaudissements.

 

Nous nous dispersons lentement, et à regret pour ma part, après ce spectacle que j'ai trouvé attachant et inoubliable. Le parcours de Claude est orchestré par une mise en scène qui donne sens à l'ensemble et le fil narratif sur la part féminine nous conduit à un magnifique dénouement. L'association du burlesque et de la distanciation de la voix par la boîte à sons produit une impression à la fois étrange et familière. Le texte surprenant de Jean Cagnard détourne l'expression du vécu jusqu'aux impasses les plus absurdes. Le corps de Pierre Pilatte découpe l'espace avec une tension dans les gestes et le regard qui m'a souvent rappelé Buster Keaton. Son jeu agile, rapide et plein de mystère exprime et suscite des émotions profondes, tantôt comiques, tantôt pathétiques. Une réussite à tous points de vue. J'ai été séduite par les nombreuses qualités de cet excellent spectacle, à la fois drôle, émouvant et profond.

Retour à l'accueil