Compagnie-lyrique-generale-de-france_Cafe-Allais.JPGLa Cie Lyrique Générale de France, assise à Vincennes (94), a joué sur le plateau de l’Amphithéâtre de Pont de Claix (38) le jeudi 1er mars 2012. Nous y avons assisté.

 

- Public : plutôt adultes
- Durée : 1h30
- Genre : opéra fumiste en 12 tableaux monochromes

 

Distribution :
- Textes : Alphonse Allais
- Textes originaux : Pierre Méchanick et Gilles Bugeaud
- Mise en scène : Pierre Méchanick
- Musique et piano : Nicolas Ducloux
- Soprano : Edwige Bourdy
- Baryton : Gilles Burgeaud
- Jeu : Pierre Méchanick
- Costumes : Elisabeth de Sauverzac
- Scénographie : Thibault Fack
- Gilles Bugeaud
- Nicolas Ducloux
- Pierre Méchanick  

VIVANT2-toiles-3.jpg

Une soirée qui commence par un "et maintenant cher public, 15 mns d’entracte", annoncé par un comédien et mis en jeu, montre en main. Vous nous en direz des nouvelles ! Gonflé ! Nous sommes dans une sorte de bistrot-piano, avec décor kitch, encadré de toilettes pour dames d’un côté et pour messieurs de l’autre. Y’a plus qu’à attendre ou à prendre son mal en patience. Comme vous vous sentirez de l’aborder.

Retour des comédiens-chanteurs : "On fait comme si on y allait et les fumistes sont à la fête". Les consignes de sécurité sont énoncées, au cas où un incendie se déclarerait. Une soirée qui oscille et compose entre pastiches d’opérettes, de théâtre de boulevard, autour de phrases jeux de mots.

Si ce n’est pas forcément notre théâtre de prédilection, reconnaissons que les artistes jouent avec les codes d’une approche basée sur les calembours, le décalage, marquée également par l’époque de l’auteur des textes, Alphonse Allais. On croit percevoir des références au cinéma muet, piano et intertitres au moment de l’utilisation des cintres et costumes. Nous avons eu quelque peu du mal avec le genre, et nous avons raccroché lorsque le texte est devenu plus acide et a penché du côté du récit avec l’histoire de l’Alsacien qui aborde à sa manière les préjugés, puis la scène drapeau et clairon, et enfin la lettre à la machine à écrire en appui sur la rythmique des touches. Un versant de l’homme qui égratigne le patriotisme borné et la propension pour la militarisme. Sans doute plus interpellés et concernés par cette dernière phase du spectacle. Bien mené. Peut-être un spectacle plus apprécié lorsqu’on connait déjà le personnage d’Alphonse Allais.

 

Web Amphithéâtre : http://amphitheatre-pontdeclaix.com/

Retour à l'accueil