vivant-3-toiles-4.jpg

 

Blog_bosse-cie_comedie-sur-.png
De Samuel Benchetrit par Bosse Compagnie (69)

 

Vu le 2 février au théâtre le 2 février 2010 au théâtre Le fou fieffé (Lyon 1er)

 

Durée : 75 mn

 

Mise en scène : Georges Salvador

Distribution : Eliane Bochet (l’hotesse), Bruno Miara (Vincent), Karine Relevant (Michelle), Georges Salvador (Charles)


 



Trois personnes (deux hommes et une femme) attendent un train sur un quai de gare, chacune assise sur un banc. Le personnage le plus âgé engage la conversation avec le jeune homme quelque peu agacé face à cet intrus qui l’aborde et qui l’incite à courtiser la jeune femme derrière eux. Ce dernier se met carrément en colère quant il comprend qu’il s’agit en fait d’un père et de sa fille.

Blog_bosse-cie_comedie-sur-1-quai-2.pngLa surprise passée, le dialogue s’installe et le jeune homme apprend à connaître ce couple étrange et fusionnel que forment le père et la fille. Au fil de l’histoire on comprend pourquoi ces deux-là s’aiment autant et ont tellement peur de se quitter et de briser cette complicité qui les unit depuis toujours (la maman, adorée du père, est morte en couche).

Samuel Benchetrit qui a effectivement écrit cette pièce pour Marie et JL Trintignant - dont les rapports fusionnels l’ont largement inspiré - traite non seulement de la complexité des rapports entre père et fille (amour, possessivité, exclusivité, peur de l’abandon) mais également de la solitude, de la peur de s’engager.

Le langage est celui du quotidien, spontané et direct, à la fois grave et léger, humoristique et profond, souvent émouvant. On retient une larme à la vue de celle qui coule sur la joue de ce père transporté par l’émotion à l’évocation de son épouse aimée. (il faut dire que la salle étant minuscule, on est très près des comédiens – environ 2,50 m - et l’on peut ainsi distinguer l’expression du visage, l’authenticité du jeu).

Michelle est également très touchante dans son rôle de fille aimante déchirée entre son désir de rester auprès de son père et son besoin inavoué de partir construire sa propre vie. A noter sa voix posée, claire et suave très agréable à entendre (diction maîtrisée par la pratique des classiques).

On sent aussi beaucoup de complicité entre Karine et Georges dans la vraie vie, du coup le ton est juste, vrai, naturel.

L’humour n’est jamais loin et ponctue subtilement la gravité des propos, notamment concernant les rapports sur la vie en couple : « Il existe des couples où l’un boit du thé le matin, l’autre du café…  »
« Je n’en connais pas qui dure ! ... ».


A consommer sans modération !

 

Le fou fieffé :

2 rue Fernand Rey
69001 Lyon
Tél : 04.72.10.02.65

 

Retour à l'accueil