Spectacle de la Compagnie de la chouette (dept 48), vu dans le cadreEcoute ton coeur
du festival  « Nature en mouvement » le 4 Août 2013 à 15h à Brissac (dept 34).

 

Création et interprétation : Doum (Dominique Tolnai)

Technique : Gilles Amand


VIVANT2-toiles-3Genre : Conte et tissu aérien

Public : à partir de 5 ans

Jauge max : 100 personnes

Durée : 30 minutes

Création 2013 (se joue aussi en extérieur nuit, ou intérieur)

 

Après s'être approchée du cirque par la jonglerie de feu, Doum a fait du tissu aérien sa spécialité. Musicienne amateur, elle se forme aussi au clown-théâtre et vit le spectacle comme un "voyage dans l'humain"

 

Au fond du parc de Brissac, quelques bancs nous accueillent en demi-cercle devant un grand vieux chêne. Un long tissu blanc descend d’une des plus hautes branches : voici Doum, toute vêtue de noir, mystérieuse. Elle nous parle des êtres des arbres, ces elfes pleins d’amour qui vivent sous terre, près des racines.

 

C’est l’histoire de villageois qui aiment prendre conseil auprès des elfes de leur forêt sacrée et, lorsqu’ils sont tristes, entourent les arbres de leurs bras pour se consoler. "Ecoute ton coeur", leur disent les elfes. Mais, lorsque sur ordre d’un seigneur insensible la forêt est coupée, un seul arbre est sauvé… et nous sommes à ses pieds. La conteuse s’efface discrètement derrière le tronc, et réapparaît en combinaison blanche pour s’élever vers la cime en enroulant et déroulant le voile blanc autour de son corps. Devenue elfe et, tantôt arc-boutée, tantôt pendue par les pieds ou allongée, accompagnée par une musique rythmée, elle murmure des questions. Puis, roulée en boule, elle atterrit accroupie sur le sol avec ces mots « qui es-tu ? que veux-tu ? ». Les enfants, silencieux, sont fascinés et, après le spectacle, j'ai vu une petite fille se plaquer contre le gros tronc et tenter de l’entourer de ses bras…

 

Je conseille ce spectacle émouvant autant aux petits qu’à leurs parents. Pour ma part, j’ai été séduite par les acrobaties souples et puissantes de Doum, qui donnent à la blancheur éclatante des tissus une dimension presque féérique. Ces ondulations aériennes semblent dialoguer avec l'arbre avec beaucoup d'émotions. J'ai aussi apprécié l'idée d'associer conte et tissu aérien, mais j'ai trouvé Doum moins à l'aise dans la partie contée qui manquait de rythme. C'était apparemment une des toutes premières fois qu'elle contait en public. Cependant, elle fait tout de même l'exploit de parler avec aisance alors qu'elle est  suspendue dans les airs dans des positions décalées ! 

Retour à l'accueil